toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron veut ramener la France au moyen-âge : le gouvernement va interdire l’avion sur les lignes desservies par le train en moins de 2h30, en pleine période de grève SNCF…


Macron veut ramener la France au moyen-âge : le gouvernement va interdire l’avion sur les lignes desservies par le train en moins de 2h30, en pleine période de grève SNCF…

La Commission européenne aura bien fait durer le suspens concernant la décision française d’interdire l’avion sur les liaisons desservies par le train en moins de 2h30 . Alors que le verdict de Bruxelles confirmant cette règle tout en limitant ses effets a été rendu jeudi soir en toute discrétion, la rumeur d’une extension de cette interdiction aux vols en correspondance d’Air France à Roissy-CDG a suscité un certain émoi dans le secteur, ce vendredi matin.

A la lecture du texte désormais disponible, il se confirme que la Commission européenne a bel et bien validé, comme attendu, la légalité de la mesure française, estimant qu’elle répondait à « une situation d’urgence climatique ». Cependant, cette interdiction devra être réexaminée dans trois ans, conformément à la règle européenne qui impose une limitation dans le temps. Quant aux vols en correspondance à Roissy-CDG, ils devraient bien échapper à cette interdiction, comme le prévoyait le projet de décret français initial – bien que la Commission européenne ait effectivement eu l’intention de supprimer cette exemption pour les vols en correspondance, estimant qu’elle favorisait Air France au détriment de ses concurrents.

Le «hub» de Roissy-CDG épargné

Afin de contourner ce point de blocage, le texte final du décret français, qui ne sera pas publié avant plusieurs semaines, ne devrait donc pas formuler d’exemption de principe pour les vols en correspondance et s’en tenir à la règle générale des 2h30 . Néanmoins, le temps de trajet retenu étant celui entre deux gares, les liaisons entre Roissy-CDG et Bordeaux, ainsi qu’entre Roissy-CDG et Nantes ne devraient pas tomber sous le coup de l’interdiction. En effet, les temps de trajet en train sont de l’ordre de 3h30 entre la gare de Bordeaux et celle de Roissy-CDG et de trois heures pour celle de Nantes.

De même, les liaisons entre Roissy-CDG et Lyon et Rennes, ainsi qu’entre Lyon et Marseille devraient également échapper à l’interdiction de l’avion, l’offre ferroviaire actuelle ne permettant pas d’arriver suffisamment tôt à Roissy-CDG et à Lyon/St-Exupéry pour pouvoir prendre les vols en correspondance.

Eviter un transfert de trafic vers Francfort ou Londres

La règle de substitution stipule que l’alternative ferroviaire doit être que l’alternative ferroviaire doit offrir un service de qualité équivalente. Cependant, l’interdiction pourrait s’appliquer si la SNCF modifie ses horaires du matin et du soir en conséquence.

Dans l’immédiat, cette décision de la Commission européenne ne devrait donc pas changer grand-chose à la situation actuelle d’Air France, qui a déjà renoncé aux liaisons concernées – notamment la ligne Orly-Bordeaux au départ d’Orly, qui représentait plus de 560.000 passagers par an. La compagnie tricolore va pouvoir continuer à assurer ses vols en correspondance depuis Bordeaux à Roissy-CDG, évitant ainsi de voir une partie de sa clientèle long-courriers s’orienter vers les «hubs de Francfort ou Londres, tout en ayant l’assurance qu’aucune autre compagnie ne pourra reprendre la ligne au départ d’Orly.

L’art de ménager tout le monde

La décision de Bruxelles donne satisfaction au gouvernement français. Dans un communiqué, le ministre chargé des Transports, Clément Beaune, a déjà salué cette décision. « A la suite de cette décision favorable, le gouvernement soumettra le décret à la consultation du public, puis au Conseil d’Etat, avant son adoption, le plus rapidement possible », indique le communiqué.

Le verdict bruxellois offre également une petite victoire aux représentants de l’écologie politique, sans pour autant leur donner entièrement satisfaction. « Victoire ! », s’exclame dans un tweet, la députée européenne EELV Karima Delli. « La Commission européenne donne son feu vert à l’interdiction française des vols intérieurs s’il y a une alternative de moins de 2h30 en train. Cela va dans le bon sens mais il faut porter le seuil à 4h… Et surtout : intégrer les jets privés à cette interdiction ! », conclut la députée.

Pas sûr, en revanche, que cette décision convienne aux associations d’aéroports et de compagnies européennes, qui auraient voulu une exemption pour tous les vols à majorité de passagers en correspondance. Un nouveau recours juridique contre cette décision n’est donc pas à exclure.

Les Echos







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    254 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap