toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Urgence climatique ? Il n’y a pas de consensus : 1200 scientifiques et experts du climat de 35 pays signent un rapport contestant l’existence d’une « urgence climatique » et les rapports alarmistes du GIEC


Urgence climatique ? Il n’y a pas de consensus : 1200 scientifiques et experts du climat de 35 pays signent un rapport contestant l’existence d’une « urgence climatique » et les rapports alarmistes du GIEC

1200 scientifiques et experts contestent l’existence d’une « urgence climatique, dont plusieurs prix Nobel de 35 pays,. 94 chercheurs et scientifiques français ont signé ce rapport sur le climat, dont plusieurs du CNRS et du CNAM.

Déjà en 2007, plus de 31 000 scientifiques américains (dont 9000 docteurs) avaient signés l’Oregon Petition contestant l’existence d’un réchauffement climatique : voir la pétition ici.

En 2019, 500 scientifiques saisissaient l’ONU pour contester l’existence du réchauffement climatique :

Le rapport alarmiste du GIEC contesté : 500 scientifiques et experts du climat saisissent l’ONU « il n’y a pas d’urgence climatique ! ». 40 experts français ont signé


Selon Radio Canada qui cite un article de l’AFP, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a dénoncé lors de sa visite à travers un Pakistan dévasté par de catastrophiques inondations, la « folie » de la dépendance mondiale aux énergies fossiles. Toujours selon l’AFP, ces inondations qui ont redoublé d’intensité seraient dues au « réchauffement climatique », responsable des pluies de mousson torrentielles qui ont recouvert un tiers du Pakistan, détruisant habitations, commerces, routes, ponts et récoltes agricoles.

Pendant ce temps, 1 200 scientifiques signent un rapport selon lequel l’urgence du « réchauffement climatique » n’existe pas !

Sur le même sujet : les rapports du GIEC sont faux

Flash info : Il n’y a pas d’urgence liée au changement climatique !

Selon plus de 1 100 scientifiques et professionnels objectifs et soucieux d’établir la vérité, originaires de plus de 35 pays, il n’y a pas d’urgence climatique, que ce ce soit d’origine humaine ou autre.

Nombre de ces scientifiques sont des climatologues, des spécialistes de l’environnement, des météorologues spécialistes de la pollution et des chercheurs en climatologie qui confirment les conclusions du rapport du Global Climate Intelligence Group (CLINTEL) récemment publié et intitulé « World Climate Declaration : There Is No Climate Emergency » (https://clintel.org/world-climate-declaration/).

On ne saurait trop insister sur l’importance de ce rapport.

Il réfute directement les affirmations d’urgence climatique d’une grande partie des soi-disant « élites » du monde, du Forum économique mondial, de certaines personnes aux Nations unies, du Parti Démocrate américain et d’autres promoteurs de la catastrophe du changement climatique.

En outre, les conclusions du rapport vont à l’encontre des efforts déployés pour se débarrasser des combustibles fossiles et pour déployer le plus rapidement possible des véhicules électriques et dépenser des milliards de dollars dans des projets d’énergie verte à court terme, etc.

Michael Rectenwald, auteur réputé et ancien professeur à l’Université de New York, a récemment rapporté que divers Démocrates font pression sur l’Administration Biden pour qu’elle déclare une urgence climatique. Ces personnes pensent (ou affirment sciemment) que si elle ne le fait pas, les émissions excessives de dioxyde de carbone (CO2) tueront toutes les créatures vivantes sur Terre en quelques années seulement.

Par exemple, le Représentant Alan Lowenthal, un Démocrate californien, aurait déclaré :

Il nous reste quelques années, et c’est tout. La planète est en train de mourir.

Dans son rapport, le GCEG déclare ce qui suit :

1) « La politique climatique repose sur des modèles inadéquats. Les modèles climatiques présentent de nombreuses lacunes et ne sont pas du tout plausibles en tant qu’outils politiques. Non seulement ils exagèrent l’effet des gaz à effet de serre, mais ils ignorent également le fait que l’enrichissement de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2) est bénéfique.»
2) 
« Le CO2 est la nourriture des plantes, la base de la vie sur Terre. Contrairement à ce que disent les promoteurs de l’urgence climatique, le CO2 n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute vie sur Terre. Plus de CO2 est favorable à la nature, rendant notre planète plus verte. Le CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale. Il est également profitable à l’agriculture, en augmentant les rendements des cultures dans le monde entier. »
3) 
« Des facteurs tant naturels qu’anthropiques provoquent le réchauffement. Les archives géologiques révèlent que le climat de la Terre a varié depuis que la planète existe, avec des phases froides et chaudes naturelles. Un petit âge glaciaire s’est terminé aussi récemment que 1850. Il n’est donc pas surprenant que nous connaissions actuellement une période de réchauffement. »
4)
 « Le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu. Le monde s’est réchauffé beaucoup moins vite que ce que prévoyait le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat sur la base du forçage anthropique modélisé. L’écart entre le monde réel et le monde modélisé indique que nous sommes loin de comprendre le changement climatique. »
5) 
« Le réchauffement climatique n’a pas augmenté les catastrophes naturelles. Il n’existe aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses et autres catastrophes naturelles de ce type, ou les rend plus fréquentes. Cependant, il existe de nombreuses preuves que les mesures d’atténuation du CO2 sont aussi dommageables que coûteuses. »

Compte tenu de ce qui précède, il existe de nombreuses raisons de restreindre l’utilisation de l’indice environnemental, social et de gouvernance (ESG) par de nombreuses sociétés et organisations qui pensent faire leur part pour éviter une urgence liée au changement climatique qui n’existe tout simplement pas.

À cet égard, le Dr Rectenwald déclare que

Les efforts drastiques d’atténuation de l’urgence climatique promus par divers individus et organisations ne sont rien d’autre que des efforts visant à établir un régime totalitaire sous lequel un collectivisme remis à neuf abrogera les droits individuels et réduira considérablement la liberté humaine.

Les décideurs politiques seraient bien avisés d’enquêter pour savoir si les promoteurs de l’urgence climatique agissent de manière objective, en recherchant la vérité, ou s’ils reçoivent une sorte de rémunération sous forme de subventions ou autres paiements pour continuer à promouvoir le danger de l’urgence climatique.

En conclusion, selon de nombreux climatologues, scientifiques de l’environnement, météorologues spécialistes de la pollution et chercheurs en climatologie de plus de 35 pays, il n’y a pas d’urgence immédiate ou prévue liée au changement climatique d’origine humaine.

Par conséquent, les programmes, les financements et les efforts visant à sauver la planète d’une urgence climatique inexistante sont inutiles et doivent être arrêtés – immédiatement.

*Paul S. Gardiner est un officier de l’armée à la retraite, un ancien combattant du Vietnam et un fervent admirateur des États-Unis. Il espère que le contenu de son article amènera les lecteurs à 1) s’interroger sérieusement sur les motivations de ceux qui insistent qu’il y a une urgence du changement climatique et 2) à plaider pour une réduction des programmes visant à déployer des milliers de véhicules électriques à court terme ainsi que d’autres initiatives d’énergie verte très coûteuses.

© Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

World climat declaration : Il n’y a pas d’urgence climatique

La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques. En particulier, les scientifiques devraient souligner que leur production de modélisation n’est pas le résultat de la magie : les modèles informatiques sont créés par l’homme. Ce qui en ressort dépend entièrement de ce que les théoriciens et les programmeurs ont mis : hypothèses, suppositions, relations, paramétrisations, contraintes de stabilité, etc. Malheureusement, dans la science climatique traditionnelle, la plupart de ces apports ne sont pas déclarés.

Croire au résultat d’un modèle climatique, c’est croire ce que les fabricants de modèles y ont mis. C’est précisément le problème de la discussion sur le climat d’aujourd’hui, dans lequel les modèles climatiques sont au centre. La science du climat a dégénéré en une discussion basée sur des croyances, et non sur une science autocritique solide. Nous devons nous libérer de la croyance naïve en des modèles climatiques immatures. À l’avenir, la recherche sur le climat devra accorder beaucoup plus d’importance à la science empirique.

Il n’y a pas d’urgence climatique

Un réseau mondial de plus de 1200 scientifiques et professionnels a préparé ce message urgent. La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques. Les scientifiques devraient aborder ouvertement les incertitudes et les exagérations dans leurs prévisions du réchauffement climatique, tandis que les politiciens devraient compter sans passion les coûts réels ainsi que les avantages imaginaires de leurs mesures politiques.

Des facteurs naturels et anthropiques provoquent le réchauffement

Les archives géologiques révèlent que le climat de la Terre a varié depuis que la planète existe, avec des phases naturelles froides et chaudes. Le petit âge glaciaire s’est terminé aussi récemment qu’en 1850. Il n’est donc pas surprenant que nous connaissions maintenant une période de réchauffement.

Le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu

Le monde s’est réchauffé beaucoup moins que prévu par le GIEC sur la base du forçage anthropique modélisé. L’écart entre le monde réel et le monde modélisé nous indique que nous sommes loin de comprendre le changement climatique.

La politique climatique repose sur des modèles inadéquats

Les modèles climatiques présentent de nombreuses lacunes et ne sont guère plausibles en tant qu’outils de politique mondiale. Ils font exploser l’effet des gaz à effet de serre comme le CO 2 . De plus, ils ignorent le fait que l’enrichissement de l’atmosphère en CO 2 est bénéfique.

Le CO 2 est la nourriture des plantes, la base de toute vie sur Terre

Le CO 2 n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute vie sur Terre. La photosynthèse est une bénédiction. Plus de CO 2 est bénéfique pour la nature, verdissant la Terre : plus de CO 2 dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale. Il est également bon pour l’agriculture, augmentant les rendements des cultures dans le monde entier.

Le réchauffement climatique n’a pas augmenté les catastrophes naturelles

Il n’y a aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses et autres catastrophes naturelles, ou les rend plus fréquents. Cependant, il existe de nombreuses preuves que les mesures d’atténuation du CO 2 sont aussi dommageables que coûteuses.

La politique climatique doit respecter les réalités scientifiques et économiques

Il n’y a pas d’urgence climatique. Par conséquent, il n’y a aucune raison de paniquer et de s’alarmer. Nous nous opposons fermement à la politique nocive et irréaliste de zéro CO 2 proposée pour 2050. Si de meilleures approches émergent, et elles le feront certainement, nous aurons amplement le temps de réfléchir et de nous réadapter. L’objectif de la politique mondiale devrait être « la prospérité pour tous » en fournissant à tout moment une énergie fiable et abordable. Dans une société prospère, les hommes et les femmes sont bien éduqués, les taux de natalité sont faibles et les gens se soucient de leur environnement.

Épilogue

La Déclaration mondiale sur le climat (CMB) a réuni une grande variété de scientifiques compétents du monde entier*. Les connaissances et l’expérience considérables de ce groupe sont indispensables pour parvenir à une vision équilibrée, impartiale et compétente du changement climatique.

Désormais, le groupe fonctionnera en tant que « Global Climate Intelligence Group ». Le Groupe CLINTEL fournira des conseils sollicités et non sollicités sur le changement climatique et la transition énergétique aux gouvernements et aux entreprises du monde entier.

Ce n’est pas le nombre d’experts mais la qualité des arguments qui compte

La déclaration mondiale sur le climat plus tous les signataires en pdf

Pour aller plus loin, quelques vidéos :

« Merci au CO2 », les vérités du physicien François Gervais sur les causes du réchauffement climatique

Paradoxes de l’écologie punitive et de l’obscurantisme vert – Yves Roucaute

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Urgence climatique ? Il n’y a pas de consensus : 1200 scientifiques et experts du climat de 35 pays signent un rapport contestant l’existence d’une « urgence climatique » et les rapports alarmistes du GIEC

    1. olivier

      mouis mouis mouis..quand on vérifie en profondeur les acteurs de ce rapport, on s’aperçoit qu’ils appartiennent tous à la sphère complotiste, et on y trouve de nombreux graphiques falsifiés pour aller dans le sens de leurs délires.

    2. limone

      le réchauffement c’est à cause d’une suractivité solaire
      c’est un réchauffement dans tout le système solaire
      le résultat de la politique française tourne autour
      de se justifier autour de leurs bêtises qui circulent
      en boucle ce pays et devenu ridicule la risée du monde

    3. limone

      la cop 21 a été signer en france donc la france
      se voit obliger d’assumer sa connerie
      jusque au bout il n’y aura pas de retour en arrière

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    175 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap