toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Innovation en Israël : un simple test sanguin permet de détecter le cancer du pancréas et du côlon


Innovation en Israël : un simple test sanguin permet de détecter le cancer du pancréas et du côlon

Ce test pourrait constituer une grande avancée dans la détection des cancers du pancréas, qui nécessitent aujourd’hui une batterie de tests

Des scientifiques israéliens disent avoir mis au point un test sanguin capable de détecter le cancer du côlon, normalement mis en évidence au moyen de tests invasifs, ou encore le cancer du pancréas, qui n’a aujourd’hui pas de test de diagnostic unique.

Ils estiment que le test pourrait simplifier le dépistage d’autres cancers et sauver des vies en permettant de se passer de la coloscopie, que de nombreux patients redoutent et refusent de faire.

La Dre Efrat Shema a mis au point une technologie d’imagerie spéciale, centrée sur une molécule, à partir d’échantillons sanguins, qu’elle a utilisée avec succès pour dépister le cancer du côlon, objet du test.

Elle a décrit sa découverte, réalisée avec ses collègues de l’Institut Weizmann des sciences, dans un article de revue à comité de lecture publié dans Nature Biotechnology, révélant que le test avait une précision de 92 % dans la détection du cancer du côlon.

Elle a ajouté que les tests initiaux avaient été effectués sur le cancer du côlon, mais qu’ils avaient vocation à dépister le cancer du pancréas et pourraient être adaptés à la détection d’autres cancers, voire d’autres types de maladies.

« Notre méthode a passé le cap de la preuve de concept, elle doit maintenant être confirmée par des essais cliniques », a-t-elle précisé.

« À l’avenir, notre approche pourrait servir à diagnostiquer non seulement des cancers, mais également d’autres maladies qui laissent des traces dans le sang, telles que les maladies auto-immunes ou les maladies cardiaques. »

Illustration: Un médecin s’apprête à pratiquer une coloscopie avec un endoscope. (Crédit : Romaset via iStock par Getty Images)

Sa priorité est d’effectuer des tests cliniques sur le cancer du côlon et celui du pancréas, qui n’est aujourd’hui détecté que lorsque les patients présentent des symptômes et nécessitent plusieurs méthodes de diagnostic, dont certaines invasives.

Actuellement, il est conseillé aux personnes de plus de 50 ans de subir une coloscopie pour dépister le cancer du côlon, mais il s’agit d’une technologie invasive, douloureuse et coûteuse dans certains pays, a précisé Shema, ajoutant que les méthodes alternatives présentaient également des inconvénients, car l’obtention d’échantillons par biopsie, endoscopie ou chirurgie pouvait être douloureuse et parfois risquée, tandis que les méthodes d’imagerie, telles que l’IRM ou la TEP, qui nécessitent un équipement coûteux et encombrant, n’étaient pas disponibles partout.

« Nous espérons proposer ces tests sanguins, susceptibles de remplacer les coloscopies pour détecter le cancer du côlon, ce qui pourrait sauver des vies », a déclaré Shema au Times of Israel. « De nombreuses personnes n’ont pas accès à la coloscopie, en raison de son caractère invasif ou de son coût. Ces mêmes personnes pourraient bien plus aisément faire des analyses de sang. »

Shema a indiqué qu’un seul millilitre de sang était nécessaire pour procéder au test et qu’il pourrait servir à détecter plusieurs types de cancers.

A l’aide de la technologie d’imagerie développée par Shema, son équipe – qui comprend Nir Erez, la Dre Noa Furth et Vadim Fedyuk – a comparé l’ADN sanguin de 30 personnes en bonne santé avec celui de 60 patients atteints de différents stades de cancer du côlon.

Des chercheurs de l’Institut Weizmann : (de gauche à droite) Nir Erez, Dre Noa Furth, Dre Efrat Shema et Vadim Fedyuk (Crédit : Avec la permission de l’Institut Weizmann)

Des différences ont été identifiées, qui ont permis d’établir un algorithme, avec l’aide du professeur Guy Ron de l’Université hébraïque, afin de fournir une analyse sanguine basée sur ces différences.

« Notre algorithme pourrait faire la différence entre les groupes sains et les groupes de patients, avec un niveau de certitude de 92 %, extrêmement élevé pour ce type d’étude », a ajouté Shema. Son équipe s’attache désormais à passer de la phase de preuve de concept à celle des essais a grande échelle.

Source TOI

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    182 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap