toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Voilà pourquoi ils voulaient que vous votiez Macron : La Commission européenne appelle les États membres à intensifier leur préparation « en vue de la prochaine phase de la pandémie » en « améliorant la gouvernance mondiale »


Voilà pourquoi ils voulaient que vous votiez Macron : La Commission européenne appelle les États membres à intensifier leur préparation « en vue de la prochaine phase de la pandémie » en « améliorant la gouvernance mondiale »

Voilà pourquoi ils voulaient que vous votiez Macron : La Commission européenne appelle les États membres à intensifier leur préparation « en vue de la prochaine phase de la pandémie » en « améliorant la gouvernance mondiale », tout est dit !

Voici le texte publié par la Commission européenne :

La Commission propose aujourd’hui un ensemble de mesures visant à gérer la phase actuelle de la pandémie de COVID-19 et à se préparer pour la suivante. Par un travail commun, l’UE a, jusqu’à présent, sauvé des centaines de milliers de vies grâce aux vaccins contre la COVID-19, maintenu son marché unique opérationnel, réduit au minimum les restrictions de déplacements et mobilisé les capacités de fabrication des produits critiques lorsque les chaînes d’approvisionnement ont connu des perturbations. Dans la prochaine phase de la pandémie, où préparation et réaction resteront des éléments clés, la coordination sera une fois de plus essentielle. La Commission invite dès lors les États membres à prendre des mesures avant l’automne pour assurer la vigilance et la coordination continue en matière de préparation et de réaction sanitaire.

Vigilance nécessaire pendant la phase de transition faisant suite à la phase aiguë de COVID-19

Les niveaux actuellement plus faibles d’infection par la COVID-19 offrent aux États membres l’occasion de renforcer leur surveillance, leurs systèmes de soins de santé et leur préparation générale aux pandémies. En particulier, la Commission invite les États membres:

  • à intensifier la vaccination et l’administration de doses de rappel, en tenant compte de la circulation simultanée de la COVID-19 et de la grippe saisonnière;
  • à mettre en place des systèmes de surveillance intégrés qui ne reposent plus sur l’identification et la notification de tous les cas de COVID-19, mais plutôt sur l’obtention d’estimations fiables et représentatives;
  • à poursuivre l’analyse et le séquençage ciblés d’un nombre suffisant d’échantillons pour estimer avec précision la circulation des variants et détecter les nouveaux qui se présentent;
  • à investir dans le rétablissement des systèmes de soins de santé et à évaluer les effets plus larges de la pandémie sur la santé, y compris sur la santé mentale et les retards dans les traitements et les soins;
  • à appliquer des règles coordonnées au niveau de l’UE pour garantir la liberté et la sécurité des déplacements, tant au sein de l’UE qu’avec les partenaires internationaux;
  • à soutenir le développement de la prochaine génération de vaccins et de traitements;
  • à intensifier la collaboration pour lutter contre la mésinformation et la désinformation à propos des vaccins contre la COVID-19;
  • à continuer à faire preuve de solidarité au niveau mondial tout en améliorant la gouvernance mondiale.

En outre, la Commission annonce des mesures visant à garantir la résilience des chaînes d’approvisionnement tout au long des épisodes de pandémie, tant pour les contre-mesures médicales que pour les produits critiques dans l’ensemble des écosystèmes industriels. Par ailleurs, elle lance ce jour un appel d’offres au titre de l’initiative Fab UE, en vue de réserver des capacités de production de vaccins à ARN messager, de vaccins protéiques et de vaccins à vecteur viral. Cela permettra de réserver des capacités de production nouvellement créées pour de futures urgences sanitaires. L’appel d’offres s’adresse aux fabricants de vaccins dont les installations sont situées sur le territoire de l’UE/EEE. Ceux-ci peuvent envoyer leur demande de participation jusqu’au 3 juin 2022, 16h00 (heure d’été d’Europe Centrale).

Il s’agira notamment, à moyen et à long terme, d’améliorer encore la préparation aux pandémies et de renforcer la coordination de la réaction, tant entre les États membres qu’au niveau mondial, de mettre en œuvre les propositions relatives à l’Union européenne de la santé, de s’attaquer aux conséquences plus larges de la pandémie sur la santé, dont les formes longues de COVID et la charge pesant sur la santé mentale, et d’accélérer la numérisation dans le domaine de la santé.

Déclarations de membres du collège des commissaires:

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est exprimée en ces termes: «Nous entrons dans une nouvelle phase de la pandémie, à mesure que nous passons du mode d’urgence à une gestion plus durable de la COVID-19. Nous devons cependant rester vigilants. Le nombre d’infections reste élevé dans l’UE et de nombreuses personnes meurent encore de la COVID-19 à travers le monde. En outre, de nouveaux variants peuvent apparaître et se propager rapidement. Mais nous savons désormais quelle voie suivre. Il nous faut intensifier encore la vaccination et l’administration de doses de rappel de même que les tests ciblés, et nous devons continuer à coordonner étroitement nos réponses au sein de l’UE.»

Margaritis Schinas, vice-président chargé de la promotion de notre mode de vie européen, a quant à lui déclaré: ««La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée et le virus demeurera. S’il est vrai que la situation sanitaire s’améliore, nous devons malgré tout nous préparer à différents scénarios – et le faire de manière coordonnée. Il n’est pas question de se demander si de nouveaux variants apparaîtront, mais plutôt quand ils le feront. L’improvisation et la fragmentation ne sont pas une solution envisageable. La vigilance et la préparation restent plus essentielles que jamais et nous devons poursuivre nos efforts sans relâche. Pour ces raisons, nous prenons des mesures à l’échelon national et au niveau de l’UE en nous appuyant sur la coordination réussie à l’échelle de l’UE en matière de préparation et de réaction sanitaire. De pompiers, nous devenons architectes – architectes d’une Union de la santé qui protège la santé publique tout en maintenant ouvertes et résilientes la société et l’économie.» 

Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré pour sa part: «La pandémie de COVID-19 a démontré l’importance d’une capacité de production de vaccins aisément accessible en temps de crise. Après une montée en puissance sans précédent, l’UE a atteint une capacité de production équivalant à 3 à 4 milliards de vaccins par an. Le réseau Fab UE nous permettra de réserver une partie de cette capacité et de la maintenir opérationnelle en vue de futures crises sanitaires. Il s’agit d’une pierre angulaire de la dimension industrielle de notre préparation aux situations d’urgence sanitaire.»

Et Stella Kyriakides, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, d’ajouter: «La vaccination, notre approche coordonnée forte au niveau de l’UE et l’immunité naturelle offrent, à point nommé, une bonne occasion de passer du mode d’urgence à une gestion plus durable de la COVID-19. Le nombre d’infections reste élevé dans l’UE, mais la pression sur le secteur des soins de santé a diminué et nos sociétés et nos économies ont rouvert. Nos citoyens peuvent enfin profiter de cette période avec nettement moins de restrictions dans leur vie quotidienne, après deux années et demie difficiles et peu ordinaires. Il est toutefois essentiel que les États membres maintiennent un niveau élevé de vigilance et de préparation en cas d’apparition de nouveaux foyers ou variants — la pandémie n’est pas encore terminée. Nous devons redoubler d’efforts pour vacciner la population à l’échelle mondiale, maintenant que l’approvisionnement en vaccins n’est plus problématique. La manière dont la COVID-19 continuera d’influer sur nos vies dans les années à venir dépendra fortement des décisions que nous prenons aujourd’hui, dans l’UE comme sur la scène mondiale.»

Contexte

Si l’Europe observe partout des fluctuations dans le nombre de cas, les augmentations ne sont plus aussi souvent synonymes de cas graves ou de décès, grâce à la vaccination à grande échelle. Le variant omicron actuellement dominant est moins virulent que ses prédécesseurs. Toutefois, les infections se comptent toujours par millions à travers le monde. Dans certaines régions du monde, le confinement touche de nombreuses personnes. Et nombreux sont ceux qui souffrent ou meurent encore de la COVID-19. L’immunité déclinante contre l’infection et la possible saisonnalité hivernale augmentent également le risque d’apparition et de propagation de nouveaux variants du SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19.

Alors que les États membres déploient de nouvelles approches pour gérer la pandémie actuelle, la fragmentation des stratégies de préparation et de réaction risque de miner les bénéfices tirés jusque-là de la coordination des mesures de sécurité sanitaire à l’échelle de l’UE.

La communication propose donc une stratégie pour la gestion de cette nouvelle phase de la pandémie, s’appuyant sur la coordination réussie à l’échelle de l’UE en matière de préparation et de réaction sanitaire.

L’initiative «Fab UE» a été annoncée en février 2021 afin de mettre en place des installations de production de vaccins toujours prêtes et d’assurer le maintien des capacités de production actuelles de l’UE/EEE pour les vaccins à ARN messager, les vaccins protéiques et les vaccins à vecteur viral en vue de futures urgences de santé publique. Pour mettre en place Fab UE, une procédure d’appel d’offres sera publiée dans Tender Electronic Daily, le supplément au Journal officiel de l’Union européenne.

Pour en savoir plus:

Communication sur la COVID-19: Soutenir la préparation et la réaction de l’UE face à la COVID-19

Source commission européenne

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Voilà pourquoi ils voulaient que vous votiez Macron : La Commission européenne appelle les États membres à intensifier leur préparation « en vue de la prochaine phase de la pandémie » en « améliorant la gouvernance mondiale »

    1. Jacques B.

      C’est juste une brochette de corrompus.

      Ces gens n’ont pas été élus et ils se permettent de prendre des décisions en lieu et place des élus des différents pays de l’UE.
      Big Pharma les remercie pour leur collaboration active et efficiente en vue de maximiser ses profits.

      Les Français ont voulu cela, en élisant Macron : ils vont souffrir. La mise en place de la dictature européenne va s’accélérer.

      De toute façon, le covid n’est qu’un prétexte : c’est devenu une maladie tout à fait banale, semblable à un rhume ou une grippe, et le fait que des gens âgés et fragilisés en meurent est aussi scandaleux que le fait que des gens âgés et fragilisés meurent des complications de la grippe et autres virus tous les hivers. Autrement, c’est une imposture, car nous finissons tous par mourir, surtout quand nous sommes âgés et fragilisés par diverses pathologies. Vouloir éradiquer ce virus relève de l’hybris, d’une prétention démesurée à vouloir tout maîtriser, et cela à n’importe quel prix, y compris la destruction de nos économies et de toutes nos libertés. Tous les dirigeants qui au cours de l’Histoire se sont crus devenus l’égal de Dieu ont conduit leurs peuples dans le mur et ont fini dans les poubelles de l’Histoire, et la même chose arrivera cette fois-ci encore. On appelle cela la décadence.

    2. alauda

      C’est bien pour cette raison pour je n’ai pas accepté de me faire vacciner…

      Je ne suis pas encore morte sans leur fichu vaccin !
      Ils peuvent intensifier la lutte contre les sourds aux injonctions du docteur Knock… L’inesthétique & oppressante architecture de la santé ne me convient pas du tout. Point à la ligne.

      Cette Europe-là me met dans une rogne…. que je n’ai pas la moindre envie du monde de la visiter. Elle a commencé avec le charbon et l’acier et maintenant elle nous colle le bourdon avec ses laboratoires, ses passe-vaccinaux et le reste.

      J’ai d’autres problèmes architecturaux que l’architecture métaphorique de la santé : j’ai installé un chauffage central au gaz, voici 25 ans. Cuisine, douche, radiateurs, tout au gaz… Et comme ma masure est toute petite, il va falloir que je déménage pour vieillir plus confortablement. Ce ne sont pas les architectes de la santé qui vont résoudre mon équation du second degré : un toit correct sur la tête.

      Ceux qui ont virus de l’hybris sont bien logés, avec les dividendes de leurs actions vaccinales ! Mais si demain, la guerre, la vraie – pas celle qu’ils ont vendue avec ce misérable virus – nous tombe sur la tête, les flibustiers de la cause covidesque trouveront encore les moyens d’aller vivre ailleurs…

    3. robert davis

      Je suis de moins en moins convaincu de l’efficacité du pseudo vaccin actuel qui n’est probablement pour rien dans la baisse de la virulence de ce virus qui vieillit lui aussi…cependant la recherche d’un vrai vaccin efficace durant des années serait le bienvenu. Les labos-escrocs y gagneraient bcp moins!

    4. robert davis

      En réalité l’essentiel de l’attitude de macron et de l’ue est d’aller vers une gouvernance mondiale la chose la plus catastrophique qu’on puisse imaginer car les hommes et la liberté dont l’opnion diverge d’un iota des abrutis pour qui d’autres abrutis votent n’auront plus le moindre trou où se cacher sur cette planète, ils vont tout simplement interdire à la liberté d’exister sur cette planète dont ils vont expulser tous ceux qui ne le obéissent pas aveuglémment!

    5. la blanchère

      Pas d’inquietude sur la cov , la ‘4e eme dose et les autres -c’est pour ecouler les stocks et la suite des implants …une vraie épidémie arrive au bord de la Russie avec un lacher de cholera ou une fievre hémorragique grave par le deep state

      les labos financés par le fils hunter Biden avec ses magouilles ..

      c’est jamais qu’a 2500 km avec les livraisons de déchets par la route aux nazis Ukops et au mercenaires occidentés nazis ; dans un mois ou deux tous les pays auront droit au retour de ces épidémies avec leurs nazis en visite de leurs poufs …

      quand on creuse un trou pour l’autre bien souvent on y tombe le premier …

    6. alauda

      Selon von den Ursula, l’EU devrait jouer un rôle plus important dans la santé ou la défense, en passant par dessus les traités…

      En matière de Défense, elle s’était si bien « illustrée », Ursula, que sa popularité avait chuté dans son pays. Sa gestion de la crise covidesque portant la marque de l’opacité, ne redorera pas son blason. C’est sûr !

      Sa quatrième DOSE, elle peut se la mettre dans le bras, dans la cuisse, où elle veut. Avec mes 0 doses et une paire d’années de plus, elle ne me refourguera pas sa came. Les asymptomatiques sont majoritaires, j’en fais probablement partie.

      Ils n’en n’ont pas encore assez de trafiquer l’immunité naturelle… Combien son mari palpe au passage dans une annexe d’un grand labo ? Elle peut faire des beaux discours sur l’amélioration de la santé en UE tout en faisant tripoter par Bourla, il semble qu’elle n’ait exercé son métier de médecin que quatre ans et seulement une année après l’obtention de son doctorat. Une expérience bien maigre, en proportion de la colossale prétention à vacciner tout le monde sans demander leur avis aux principaux intéressés. C’est d’une hypocrisie !

      Fin avril, le Sénat a commandé un rapport d’enquête sur les effets secondaires des dits « vaccins »… J’attends les résultats avec impatience.

    7. alauda

      La démocratie selon Ursula : « la démocratie n’est pas démodée mais elle doit se mettre à jour afin de continuer à améliorer la vie des gens »

      Quelle langue de bois ! Un logiciel à la mode informatique, avec ses mises à jour piquousées tous les six mois… – bientôt à l’insu de notre plein gré en plus ?

      Que les dés soient pipés, passe encore, mais pour ce qui est de dire amen à l’amélioration de la vie, selon la doxa ursulesque, sans moi.

    8. Circonstances exténuantes

      Ils n’ont sauvé la vie de personne. Au contraire, les victimes d’accidents cardiaques et cérébraux n’ont jamais été aussi nombreuses.
      On comprend mieux pourquoi ils se sont montrés si durs envers ceux qui refusaient de se laisser injecter leur poison :
      Ils sont la preuve vivante que l’humanité s’est maintenue sans aucun rapport avec leur « vaccin ».

    9. alauda

      Le 6 janvier 2022, le juge fédéral américain Mark T. Pittman a ordonné au fabricant de vaccins COVID-19 Pfizer de publier les données soumises à la Food and Drug Administration des États-Unis pour une utilisation autorisée du vaccin à un rythme beaucoup plus rapide. Les données, qui provenaient d’une demande de Freedom of Information Act , comprenaient 451 000 pages de documents qui auraient été publiées à un rythme de 500 pages par mois et qui auraient mis 75 ans à être complètement publiées. Pittman a ordonné au fabricant de publier au moins 55 000 pages par mois… (traduction automatique, page Wikipédia)

      Les Américains ne plaisantent avec la transparence, contrairement aux partisan[e)s du servo arbitrio qui caviardent les documents… et suppriment les mails.

      Mais après la Pologne qui a refusé de nouvelles livraisons de DOSES, il paraît que l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie ruent aussi dans les brancards de la berline impériale à 31 milliards d’€.

      Qu’elle continue à bien s’embourber…

    10. alauda

      Le rapport attendu fait au nom de
      L’OFFICE PARLEMENTAIRE D’ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES sur Les effets indésirables des vaccins contre la Covid-19 et le système de pharmacovigilance français

      est sorti en préprint (document provisoire).

      80 pages… Ouf ! Pour réduire le contenu au dixième, il me faudrait la journée. Et pour commenter ce que ce rapport m’inspire, au moins une de plus.

      Un point ESSENTIEL à souligner : les professionnels de santé n’ont pas la culture du signalement de effets secondaires, ou bien n’ont pas le temps de se consacrer à cette tâche administrative aussi fastidieuse que chronophage… Lu ce point essentiel au moins deux fois (dont page 60) lors de mon parcours des yeux en diagonale…. Rien que ce point à de quoi laisser dubitative…

      Sur les 80 pages d’ENTRECHATS savants, le pompon revient à la « communication » sur lesdits effets secondaires « pourtant disponible sur le
      site internet de l’ANSM, […qui] aurait dû être fournie de manière active aux professionnels de santé »…
      Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ! Mention « j’aime » le futur antérieur « aurait dû »…

      Le point b) traite de la communication auprès des « usagers » (p. 65). Topos sur l’infographie, la Com’ par voie d’affichage… (p. 62). Rien que la liste des effets prétendus « non graves » avec ses logos à la noix peut suffire à encourager à faire demi-tour devant une aiguille capable d’induire autant de désagréments…

      Page 65 : « une communication sur l’existence d’effets indésirables peu
      visible ». Excusez du « peu » ! Invisible même, écrite à l’encre sympathique, en toutes petites lettres minuscules au bas d’un contrat d’objectifs ainsi formulé oralement : « il faut vacciner tout CE qui doit être vacciné » (sic !)

      « Ce » se révolte… « Ce » a refusé Ce vaccin et tout le tintouin hystérique autour de Ce bidule cultivé dans un labo de savant fou. Deux ans que « Ce » n’a pas poussé la porte d’un cabinet médical. « Ce » a jeté sa carte de SS aux orties, avec les plumes de cette sale bête de Cygne Noir.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    259 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap