toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Le bilan économique de Macron est calamiteux, mais il est maquillé comme une voiture volée » Philippe Murer, économiste… décroissance, déficit vertigineux, mensonge du « plein emploi », etc (Vidéo)


« Le bilan économique de Macron est calamiteux, mais il est maquillé comme une voiture volée » Philippe Murer, économiste…  décroissance, déficit vertigineux, mensonge du « plein emploi », etc (Vidéo)

Quel est le bilan économique du quinquennat Macron ? Pour en parler, nous avons reçu sur notre plateau Philippe Murer, économiste qui se présente comme un gaulliste et un souverainiste. Alors que le ministre de l’Économie Bruno le Maire revendiquait en décembre 2021 le succès d’une gestion qui aurait ramené la France au temps des Trente Glorieuses, Philippe Murer dénonce ici une falsification : « Le bilan économique de Macron est calamiteux, mais il est maquillé comme une voiture volée ».


Philippe Murer commence cet “Entretien essentiel” en démontant le mythe selon lequel « la gestion économique du gouvernement d’Emmanuel Macron, c’est le retour des Trente Glorieuses » : « Factuellement, Emmanuel Macron a fait 0.5% de croissance par an. Donc c’est très très loin des Trente Glorieuses avec une croissance à 4 ou 5% par an. On a une croissance extrêmement faible », explique l’économiste qui estime que la France se dirige, en réalité, vers la tiers-mondisation.

Comment se fait-il alors que le bilan économique d’Emmanuel Macron soit présenté comme une réussite dans la presse ? Pour Philippe Murer, c’est simple : le gouvernement… ment. À l’appui de cette affirmation, le bilan suédois : « La croissance est bien plus faible que celle de la Suède. Macron a donc cramé 640 milliards de dette pour avoir 0% de croissance. » C’est la preuve selon lui que l’argument qui voudrait que la crise sanitaire soit responsable de cette faible croissance ne tient pas. « La Suède a moins de morts que la France, une croissance similaire à la nôtre et aucune augmentation de la dette publique. C’est donc la gestion du Covid qui a été très mauvaise, pas la crise sanitaire elle-même », assène l’économiste.

Voir aussi : Le Maire au pays des merveilles

Philippe Murer étrille aussi l’affirmation selon laquelle le président-candidat serait parvenu à mettre un terme à la désindustrialisation de la France. « Quand on regarde les chiffres d’Eurostat, on constate que la France a perdu 5% de sa production industrielle ». Et de dénoncer : « Macron falsifie, s’imaginant qu’il n’y a pas d’économistes sérieux qui vont aller chercher les chiffres qui se trouvent juste dans les bases de données publiques d’Eurostat. »

Rappelant que cette poursuite de la désindustrialisation se traduit également par l’augmentation du déficit commercial, l’économiste insiste sur le fait que la clé de la prospérité repose sur l’industrie : « Les pays qui ont une industrie sont les plus riches. C’est là où il y a des salaires élevés et des gains de productivité importants. Et la richesse créée par l’industrie est ensuite diffusée dans la société. Un coiffeur en France est moins bien payé qu’un coiffeur en Suisse. C’est grâce à l’industrie suisse que les coiffeurs en Suisse sont mieux payés. »

Autre conséquence de cette désindustrialisation : l’uberisation de la société, qui s’observe par l’accroissement du nombre de « petits boulots ». « Un élément clé du quinquennat Macron, c’est qu’on est passé de 1,1 million d’autoentrepreneurs à 2,2 millions. On a donc doublé le nombre d’autoentrepreneurs. Ce sont des gens qui ont des salaires vraiment bas et qui ont les désavantages du chef d’entreprise et les désavantages du salarié. C’est le pire des mondes », déplore M. Murer, qui soutient que c’est « ça qui a permis à Macron de faire croire qu’il avait créé plein d’emplois et que le chômage était en train de disparaitre. » En outre, il dévoile quelques astuces employées par le gouvernement pour faire baisser artificiellement la courbe du chômage. Par exemple, 400 000 Français seraient toujours au chômage partiel sans être comptabilisés parmi les demandeurs d’emploi.

Voir aussi : Non, les chiffres du chômage ne sont pas « bons »

Malgré les éloges entendus à l’endroit du quinquennat d’Emmanuel Macron, la réalité finit par rattraper le récit, comme le détaille notre invité : « Il y a quand même des sondages incroyables : 20% des gens sautent un repas par jour et un tiers des gens renoncent à se soigner parce qu’ils n’ont plus assez d’argent en fin de mois. C’est ce que disaient les Gilets jaunes qui sont descendus dans la rue. Et [la paupérisation] continue : sur 2021, les gens ont eu des augmentations de salaire très inférieures à l’inflation ».

L’occasion pour lui de s’en prendre aussi à une mesure phare du programme du président-candidat : le report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. Selon lui, « il n’y a absolument pas besoin de faire cette réforme des retraites ». Pour démontrer son point de vue, plusieurs arguments. Tout d’abord, selon un sondage Ifop pour le JDD, « 77% des Français y sont opposés ». Ensuite, le déficit du budget des retraites très peu élevé : 2,5 milliards, avec 2,5 milliards d’excédent budgétaire dans le régime des retraites complémentaires. « Donc on est globalement à l’équilibre. Et il y a 150 milliards d’euros de réserve dans le fonds de réserve des retraites », souligne-t-il. Par ailleurs, « à 62 ans, la moitié des Français arrivent sans emploi. Donc comment peut-on leur demander d’aller jusqu’à 65 ans ? », s’interroge l’économiste, avant de pointer du doigt une contradiction de l’exécutif : « Quand on a dépensé 650 milliards d’euros de dette pour une gestion absurde du Covid, comment peut-on dire qu’il faut absolument faire une réforme du système des retraites pour économiser quelques milliards ? »

Le souverainiste alerte aussi sur la fuite des cerveaux à l’étranger, sur les dégâts de l’inflation, et sur la baisse du pouvoir d’achat qui s’accompagnera d’une récession, puisque les ménages ne seront pas en mesure de consommer, faute d’argent. « Ce n’est pas une situation pérenne », prévient Philippe Murer.

Auteur(s): FranceSoir

« L’orientation politique d’Emmanuel Macron pour les trois années à venir : une austérité drastique. »

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “« Le bilan économique de Macron est calamiteux, mais il est maquillé comme une voiture volée » Philippe Murer, économiste… décroissance, déficit vertigineux, mensonge du « plein emploi », etc (Vidéo)

    1. Jacques B.

      Il a en partie raison, mais sur l’âge de la retraite il se plante : on ne peut pas avoir une espérance de vie qui augmente de plus de dix ans en 40-50 ans et rester à une retraite à 62 ans. Nous avions 4 ou 5 actifs pour un retraité dans les années 70, et à peine 2 aujourd’hui : mathématiquement ça ne peut pas coller.

      Cela dit je suis d’accord, le bilan économique de Macron est calamiteux, et maquillé comme une voiture volée.
      Dette devenue très dangereuse, déficit record du commerce extérieur, indépendance alimentaire de plus en plus remise en cause, un million de gens supplémentaires sous le seuil de pauvreté, etc etc.
      Sans parler de l’inflation qui vient et va exploser dans les mois prochains, à cause de la planche à billets irresponsable et de la pénurie d’énergie, fossile comme nucléaire, pénurie organisée par les branquignols qui nous gouvernent sous l’influence des écolos radicaux…
      Ce type, Macron, mène la France, qu’il n’aime pas, dans le mur. TOUT SAUF MACRON dimanche prochain !

    2. Jacques B.

      L’argument sur les retraites ne tient pas la route : « la moitié des gens de 62 ans ne trouvent pas d’emploi, donc comment peut-on leur demander de travailler plus ? »

      Qu’il réponde à la question suivante, et il aura la réponse à sa question : comment font les pays qui ont un âge de départ à la retraite bien plus élevé qu’en France, et qui ont un taux de chômage nettement inférieur ?
      Exemple : la Suisse, où l’âge de départ à la retraite est de 65 ans.

      En fait, si on baisse le niveau de prélèvements obligatoires (dont les cotis° retraites mais pas que !), les entreprises deviennent plus compétitives, et elles peuvent davantage embaucher… CQFD : il faut avant tout baisser le niveau des prélèvements obligatoires, le reste suivra.

      En plus, Murer a bien rappelé avant que les retraites ne cessent de baisser avec Macron, donc il y a bel et bien un problème.

    3. robert davis

      Entièrement d’accord avec Philippe Murer: macron a cramé 640 milliards pour RIEN de chez rien, et le covid n’y est « que » pour 200 milliards qui n’auraient pas dû être cramés non plus. macron ne sait faire que MENTIR ET FAIRE LE HABLEUR, ce qu’on appelle maintenant « communiquer »: dire la vérité ce n’est pas communiquer…mais dire des âneries et mentir ça c’est communiquer…Le plus terrible de tout l’argent crâmé par macron pour rien ce sont les allocs aux mus qui vont se retourner contre la France comme un boomerang lorsque les mus seront une majorité dans ce pays et même avant car ils sont agressifs ces animaux!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    456 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap