toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Chroniqueur irakien : « Il est temps que nous réalisions que les liens et la normalisation avec Israël ne sont pas une trahison et que l’Iran est le véritable ennemi des Arabes »


Chroniqueur irakien : « Il est temps que nous réalisions que les liens et la normalisation avec Israël ne sont pas une trahison et que l’Iran est le véritable ennemi des Arabes »

Dans sa chronique du 26 mars 2022 du quotidien émirati londonien Al-Arab, ‘Ali Al-Sarraf, journaliste irakien résidant en Grande-Bretagne, a défendu la démarche des États arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël et s’est prononcé contre ceux qui les accusent de trahison et de trahison de la cause palestinienne. Al-Sarraf a déclaré que les Arabes ont perdu des décennies à s’en tenir à une position erronée qui rejette tout lien avec Israël, et qu’aujourd’hui même les Palestiniens eux-mêmes reconnaissent Israël et exigent un État aux frontières de 1967, aux côtés de ce pays. Il a ajouté que l’Iran, et non Israël, est le véritable ennemi des Arabes et que, tandis qu’Israël aspire à faire la paix avec les Arabes, l’Iran ne veut que semer la destruction : il s’efforce d’exporter sa révolution islamique dans le monde arabe et est déstabilisant la région avec ses milices et avec des meurtres et des guerres. L’Iran, a souligné Al-Sarraf, a en fait commis plus de crimes à leur égard que tout autre ennemi. Il a appelé les Arabes à cesser de croire que tout contact avec Israël ou avec les Juifs est un crime ou un acte de trahison, et à réaliser que le dialogue avec Israël peut conduire à des ententes et à des solutions provisoires, alors que le contact avec l’Iran ne fait que nuire.  

‘Ali Al-Sarraf (Source : Fatehgaza.com)

Voici des extraits traduits de son article : [1]

«  » Normalisation « est un terme qui a toujours eu deux implications. L’une est une peur automatique de chaque Israélien et même de chaque Juif sur la face de la terre, et l’autre est [l’idée que] la normalisation implique la trahison, la collaboration et d’autres activités criminelles similaires. [actions]. La peur [associée à la normalisation] signifie que, si vous avez un voisin juif et que vous le saluez par un « bonjour », sa réponse « bonjour » pourrait vous marquer de la tache de la normalisation. C’est le cas même s’il y a des Juifs qui ont été plus fidèles à la cause palestinienne que certains Palestiniens…

« Quant à l’accusation de trahison [associée à la normalisation], elle est basée sur l’hypothèse que quiconque rencontre ne serait-ce qu’un Israélien, pour quelque raison que ce soit, a renoncé aux droits nationaux légitimes du peuple palestinien. De plus, [une telle réunion est considérée] comme un signe de manque de confiance en soi… comme si toute rencontre de ce genre [c’est-à-dire avec un Israélien] signifiait la reconnaissance d’Israël et l’expression de sa volonté de faire des concessions, même si l’on ne fait pas [en fait] eux, parce que l’on nourrit des [inclinations] traîtres et une volonté de trahir.

« Pendant longtemps, les révolutionnaires palestiniens ont considéré la reconnaissance d’Israël comme un crime répréhensible, mais finalement ils l’ont eux-mêmes reconnu. les frontières de 1967, [2] mais [maintenant] ce crime répréhensible est devenu un rêve [palestinien] inaccessible.

« Les explications et les justifications sont nombreuses, bien sûr, mais elles n’enlèvent rien au fait que la position sur la normalisation a été naïve, superficielle et sans nuance…

« Le sommet de Khartoum d’août 1967 des trois non – non à la paix, non à la reconnaissance et non aux négociations – était une réponse à la défaite [dans la guerre avec Israël qui a éclaté] le 5 juin de cette année-là. Les circonstances n’ont pas quitté la place à autre chose qu’à des déclarations grandiloquentes, par souci d’éviter tout examen de conscience pour comprendre les raisons de la défaite. Il s’agissait d’un acte d’évasion de la part de personnes qui n’avaient aucun moyen de réparer leur échec. Cet échec, qui s’est ensuite poursuivi pendant un demi-siècle, a finalement conduit à la paix, à la reconnaissance et aux négociations, comme si le destin voulait donner une leçon à ces gens défaillants pour s’être tenus [si longtemps] à une erreur de calcul…

« Nous avons passé 20 ans à accuser l’Egypte de trahison pour avoir signé les accords de Camp David, jusqu’à ce que nous réalisions qu’il n’y aura pas de guerre [contre Israël] sans l’Egypte, et pas de paix [avec elle] sans la Syrie ». [3][Nous avons également réalisé que le défunt président égyptien Anouar Sadate n’était pas un traître, ni contre son peuple ni contre la cause palestinienne. Lorsqu’il est allé à Jérusalem en 1977, il voulait pour les Palestiniens ce que l’OLP veut aujourd’hui. C’est la même OLP qui a lancé toutes les accusations possibles de trahison contre [Sadate], tout comme les [autres] révolutionnaires l’ont fait – jusqu’à ce qu’ils réalisent le [vrai] sens de la « révolution » iranienne. Quarante ans d’exportation de la révolution [iranienne], c’est-à-dire de guerres, de formation de milices et de déstabilisation de la région, ont radicalement changé la perception de qui sont les ennemis et amis [des Arabes], et qui est et n’est pas digne de normaliser les relations avec .

« De simples statistiques montrent que, rien qu’en Irak, l’Iran a commis contre nous des crimes qu’Israël n’a jamais commis en Palestine. Sans parler de la Syrie et du Yémen, et de la situation tragique au Liban. [Les crimes iraniens] ne se limitent pas au meurtre de milliers de sunnites. juste pour être ‘des partisans de [le Calife] Yazid;’ [4]détruire complètement les villes; expulsant des millions [de leurs foyers] ; prise de contrôle de quatre capitales [à savoir Beyrouth, Damas, Sanaa et Bagdad, les capitales de quatre pays arabes fortement influencés par l’Iran] » ; mener des campagnes d’assassinats; s’engager dans la corruption qui a fait s’évaporer des centaines de milliards de dollars, ou [inciter] à des guerres civiles dont les effets se font sentir depuis un demi-siècle. [Ces crimes causent également] une famine désastreuse… la pauvreté et l’oppression, et laissent des millions de foyers sans accès aux services. La moitié de la nation syrienne a été dispersée dans toutes les directions, en raison d’une décision de l’Iran et de ses milices… Un calcul éclairé révèle quel ennemi nous a fait plus de mal que tout autre.

« Israël est un État. On peut le détester et le combattre, ou [alternativement] négocier avec lui pour obtenir et donner [certains avantages], mais en tout cas, il reste un État. L’Iran, en revanche, n’est rien mais un gang qu’aucune guerre ne suffit à combattre. Il n’est pas non plus possible de faire la paix avec lui, [car] ses promesses ne sont pas dignes de confiance et les accords avec lui sont sans valeur. Il est capable de dire une chose et de faire le contraire, et après chaque accord, il peut parler gentiment mais continuer à lancer des missiles ou activer ses mandataires pour se venger de [ses ennemis].

« Israël n’est pas intéressé à « exporter une révolution » vers ses voisins. Il était à peine disposé à se contenter d’une paix officielle qualifiée de « froide » [et ne pouvait pas être plus chaleureuse parce que] nous, les responsables et les peuples [arabes], sont toujours intéressés par une solution juste au problème palestinien. C’est un corps étranger [dans la région] qui veut s’intégrer et être accepté et dont les dirigeants veulent être photographiés avec nos dirigeants. L’Iran, en revanche, est un natif partie [de la région], mais qui veut tuer, expulser, détruire, corrompre, répandre des conflits internes et pousser [les autres] à l’échec. Le trouble causé par cet élément indigène est plus profond et plus grave que le trouble causé par l’étranger. corps [Israël] [De plus,] ce corps étranger ne se bat certainement pas [nous] pour la religion et n’utilise pas la religion… Israël nous est moins hostile que le gang [appelé] l’Iran…

« En somme, suffisamment de temps s’est écoulé pour que nous réalisions que [dire] « bonjour » à un Juif ne signifie pas nécessairement la normalisation, que tous les Juifs ne sont pas des criminels, que chaque rencontre avec un « criminel » ne prépare pas le terrain pour un crime, que les négociations se déroulent naturellement entre ennemis [et non entre amis], et que maintenir des liens avec un pays compatriote n’est pas comme maintenir des liens avec une bande, car les relations avec un État peuvent passer par des contrats et des accords intérimaires, alors que les relations avec un gang ne produira rien d’autre que des serviteurs méprisables [c’est-à-dire des collaborateurs avec l’Iran]. »

MEMRI  – Traduction Europe Israël News

[1] Al-Arab(Londres), 26 mars 2022.

[2]   Apparemment une référence à un discours prononcé par Bourguiba en 1965, dans lequel il disait que si Israël reconnaissait les résolutions 181 de l’ONU, sur la partition de la Palestine, et 194, sur le droit au retour des réfugiés, et acceptait pour les Palestiniens se représenter dans les négociations, les Etats arabes le reconnaîtraient. La proposition a suscité des réactions négatives dans le monde arabe et le Premier ministre israélien l’a également rejetée.

[3] L’affirmation que « les Arabes ne peuvent pas faire laguerre sans l’Egypte; et ils ne peuvent pas faire la paix sans la Syrie » est généralement attribué au diplomate américain Henry Kissinger.

[4] C’est-à-dire, juste pour être sunnite. Il s’agit d’une référence au fait que les sunnites considèrent le deuxième calife, Yazid I, comme le successeur légitime du prophète Mahomet, alors que les chiites croient que le petit-fils du prophète, Hussein bin ‘Ali, était l’héritier légitime.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Chroniqueur irakien : « Il est temps que nous réalisions que les liens et la normalisation avec Israël ne sont pas une trahison et que l’Iran est le véritable ennemi des Arabes »

    1. robert davis

      Ali al sarraf a partiellement raison: en effet Israel ne cherche pas à dominer les arabes comme le fait l’iran mais la solution juste des faux palestiniens c’est le transfert en jordanie, il n’y aura jamais de vraie paix avant un tel transfert.

    2. la blanchère

      paradoxalement deux constats :
      l’infame dictateur ( vision occidentale triviale ) saddam Hussein faisait quoi de son pognon pétroleur ?

      il avais commencé a dessaler les terres de l’Irak avec succès d’ailleurs avant d’etre DETRUITS !

      pendant que les iraneux de leur coté apres des decennies de prosperité sous le régime du Shah (odieux dictyateur soudain ? ) car il avais commencé a partager avec ses peuples – hélas pour lui )
      les molleux eux , n’ont su qu’essayer sans cesse de fabriquer une bombe ne vue d’éradiquer Israël – le deep state a preferé detruire le premier …et laisser le PIRE des deux prospérer …

      les armes de destruction massive UN MENSONGE averé !

      autre exemple : un autre genre en kadhafi (crypto juif selon certains ) assassiné par sarkosi et sa clique apres invitation a l’elysée …
      avec sa monnaie africaine basée sur l’etalon or
      ou chaque jeune couple lybien etais assuré de recevoir en dotation l’equivalent de 30000 euros pour son installation lors de son mariage EN DON et PAS en crédit !!!!!!!!!!!!

      un jeune couple Hebreu d’un kibboutz n’a MEME PAS pas ce genre de cadeau !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Qui a jamais donné AUTANT Dans le monde a un jeune couple ?

      Aucun de ces deux pays n’a JAMAIS ete si prospere QUE du temps de ces si terribles dictateurs sur la simple exploitation de leurs ressources naturelles

      le defaut au moins pour l’un sont des visées expansionnistes vis a vis de l’empire US ou l’autre de mise a bas LOCALE de son hégémonie MAFIEUSE sur le monde entier notamment par le dollar et l’aide UTILE de quelques dictatures du golfe …et de ce genre de PLOUTOCRATIES MAFIEUSES AUX ELECTions TRUQUEES !!

      qui cautionnent ces monarchies de marchant de chameaux anciens pillards , de celles qui aiment tant couper les opposants en morceaux mais sont a la botte
      du deep stat on l’etaient encore il y a quelques mois ..PA S TOUCHE ceux la …

      Arhhhggghhhh -qu’il fait si bon vivre dans ces petromonarchie de quelques centaines de familles de l’ere feodale que PERSONNE NE CRITIQUE CES BEAUX ROYAUMES avec ces belles piscines de dollars ?
      et ces nombreuses armes ….
      qu’en pensent les esclaves de service ou les yéménites ?

      Concernant le dollar , il est remarquable qu’en DEUX MOIS seulement , cette hégémonie speculative et de pillage est en train de prendre fin d’ou la forte probabilité VOULUE par ce deep state de DETRUIRE TOUT LE MONDE PLUTOT QUE DE CESSER DE PILLER ET MENTIR !**dans la pure continuite Du REICH allemand avec ses vraies racines AUX USA et au canada et autres …

      quand a Israel c’est pas vraiment selon la jugement du roi Shlomo sur le partage voulue par la mechante femme ?

      Certains etats arabes comme des israeliens peuvent comprendre que leur survie est de ne pas suivre des mechants bandits comme ces iraneux pas plus que de faire trop confiance a un grand parrain aussi crapuleux parce qu’il veut se faire appeler « sam » et pretendre qu’il est le meilleur ami que de SES SEULS INTERET MAFIEUX du deep state ..

      QUAND DANS LES FAITS qu’on semble OUBLIER !!!!!!!! un etat comme Israel qui aurai DU !!!! etre restauré des l’issue de la 2eme guerre mondiale avec des frontières naturelles tout simplement comme de l’époque du grand roi Shlomo QUI A REFUSE DE LE FAIRE ?

      ce deep state N A RIEN FAIT OU TOUT LE CONTRAIRE SANS CESSE dans ces P… de fausses demoncrasses ILLUMINSTES de cet OXIDANT MAFIEUX pro islamIC des EXTREMISTES EN BATTERIE

      qu’on ne dise pas que c’est la faute des hebreux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      ces oxixentés comme des MERLUCHES – n’ ont pas fait TOUTES ces simagrées pour les royaumes du golfes avec des CARTES INVENTEES de TOUTE PIECE mais avec leur decapitaion au meme menu tant que les VIP du deep state reçoivent leurs valises ….

      avec le FAUX pretexte d’emigrés Jordaniens et autres …

      la carte de 1967 … et puis apres ?

    3. May.b

      S’il vous plaît, arrêtez de citer 1967 comme frontière inéluctable d’Israël.
      A moins que ce ne soit pour définir le futur territoire d’Israël coupé en deux, avec la continuité du territoire palestinien envisagé par l’ONU, et une capitale appartenant à plusieurs pays?
      A force de céder des terres pour la paix, bientôt nous irons du Jourdain à la mer tout seul.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    234 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap