toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Transferts de fonds d’immigrés : « On est venus en France pour aider nos familles, si on ne peut plus le faire, à quoi bon ? »


Transferts de fonds d’immigrés : « On est venus en France pour aider nos familles, si on ne peut plus le faire, à quoi bon ? »

Dans une agence Western Union du Nord-Est parisien, les travailleurs qui envoient de l’argent à leur famille sont indignés par la proposition relayée par Arnaud Montebourg de bloquer les transferts privés vers les pays refusant de rapatrier leurs ressortissants expulsés de France.

(…)

«On n’a pas envie d’apprendre que la famille n’arrive plus à joindre les deux bouts, alors que nous ici on a la belle vie. Même si c’est des petites sommes, ça leur permet d’être bien là-bas», explique Samira. Cadre de la fonction publique, elle vient tous les trois mois pour envoyer de l’argent en Tunisie. «Au-delà de la solidarité, ça permet de rester proche de ceux restés au pays», souffle-t-elle. Habituellement, Samira confie l’argent en liquide à des connaissances qui se rendent en Tunisie mais avec le Covid et la fermeture des frontières, passer par une agence de transfert est devenu plus pratique pour elle.

«La migration est un phénomène de réseaux sociaux avant tout, donc les transferts de fonds passent aussi par une organisation diasporique», analyse l’économiste Jason Gagnon, qui travaille au sein de l’unité «migrations et compétences» du centre de développement de l’OCDE. Parmi les pays destinataires de cette agence : l’Algérie, le Sénégal, le Vietnam… jusqu’à l’Afghanistan.

(…)

Mamadou, manteau épais et écharpe en laine, scrute les publicités placardées au mur d’un air concentré. Il est venu envoyer de l’argent à ses enfants, restés au Sénégal. Le petit dernier n’a que 8 ans : tous les mois, il leur transfère entre 300 et 400 euros pour leurs dépenses quotidiennes.

(…)

«Très choqué» par la proposition de blocage des transferts privés, Mamadou ne décolère pas non plus : «Ce n’est pas normal, nous, ça ne nous aide pas. Espérons que ça ne reste que des paroles. On est venus ici pour aider nos familles, si on ne peut plus le faire, à quoi bon ?»

Libération

Envois d’argent par les immigrés : “au Maroc, 40% des fonds de la diaspora sont pour de l’investissement immobilier”

Comme lors de la crise économique mondiale de 2008 qui avait pourtant fortement affecté les revenus des migrants, les transferts de fonds envoyés par les immigrés dans leur pays d’origine ont étonnement résisté depuis le début de la pandémie de Covid-19. Comment l’expliquer ?

Les transferts d’argent de la diaspora sont-ils une nouvelle source de développement ? Quelles en sont les caractéristiques et à qui sont-ils dirigés ? Sont-ils indispensables aux économies des pays d’origine ? Pour en parler, nous avons fait appel à Jean-Michel Huet, expert et associé au cabinet de conseil BearingPoint, en charge du développement international et de l’Afrique et Jason Gagnon, économiste au sein de l’Unité Migrations et Compétences du Centre de développement de l’OCDE.

A partir de 12’30.

– Ce que l’on constate, Jean-Michel Huet, c’est que plus les pays sont pauvres, plus les dépenses sont tournées vers l’alimentation, et il y a des pays dans lesquels, au contraire, les investissements sont plus importants ?

– Exactement, il y a une forme de corrélation, plus les pays ont une économie pauvre, un revenu par habitant faible, plus ces revenus vont aller pour la vie courante, notamment l’alimentation, mais aussi la santé, il peut y avoir d’autres sujets et plus le niveau de vie est élevé, plus il peut y avoir de l’investissement. On estime, par exemple, qu’au Maroc, 40% des fonds de la diaspora sont pour de l’investissement immobilier.

Donc, c’est assez significatif. (….) On estime que le Nigéria reçoit 25 milliards d’euros en 2019 des fonds de la diaspora. Je rappelle que c’est au total 70 milliards sur l’Afrique, (…), [pour le Nigéria, ça représente] presque 85% du budget fédéral du pays.

(A 45′, sur le même sujet)

40% des investissements au Maroc, c’est de l’immobilier, mais de l’immobilier en vue de la retraite, pas forcément pour gagner de l’argent, c’est aussi pour avoir sa maison, une fois la retraite venue.

Entendez-vous l’éco, 4 mars 2021.

A 44′, Dana Diminescu, enseignante-chercheuse à Télécom Paris-Tech, extrait d’une émission de 2010.

– Pour les migrants, les envois d’argent sont aussi une manière de garder le lien avec le pays d’origine, le point de vue de Dana Diminescu.

– La majorité se construisent des maisons, ils aident la famille, ils payent des écoles pour les enfants, et ils envoient souvent de l’argent pour leurs vacances. Même s’ils sont sédentaires, ils sont quand même circulants, ils vont souvent dans le pays d’origine. On le fait d’une manière quotidienne, il n’y a plus, si vous voulez, cette communication qui supplée l’absence, c’est une façon de vivre ensemble [avec la famille restée au pays], et ça change tout. Il y a beaucoup de gens qui ouvrent Skype pour manger ensemble le soir (…) la fenêtre reste ouverte sur ce monde-là. Il y a des gens qui font des tresses à leur mère et en même temps, parlent à Paris avec leur soeur, il y a plein de situations qui nous montrent que ce que je dis là, cette façon de vivre ensemble est quelque chose de nouveau et change le vécu.

A 41’30, sur les « repats », les immigrés ou enfants d’immigrés rentrant au pays, Jean-Philippe Huet :

Ce fameux phénomène des repats, je retourne au pays, pas juste pour y passer des vacances, mais pour y développer une activité et aussi prendre un risque. Car au-delà de l’argent que l’on peut perdre, il y a un aussi un risque au niveau du temps, je développe une activité économique dans le pays. Et ça, c’est une nouveauté, y compris de la part de personnes qui n’ont peut-être jamais vécu dans le pays (c’est là où on en vient aux deuxième ou troisième générations [d’immigrés]).

(…)

L’ambiance en Europe est un peu morose, aujourd’hui, la croissance économique, le vrai développement, il est plutôt dans les pays émergents.

– Et les retours auxquels on assiste, c’est vers quels pays majoritairement ?

– Aujourd’hui, on commence à en voir dans des pays comme le Maroc, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, pour les pays francophones, plus historiquement, car c’était la grande tendance, les pays anglophones, comme le Nigéria, l’Afrique du Sud ou l’Egypte, on voit une vraie tendance. C‘est pas forcément qu’un retour, mais parfois des jeunes nés en Europe, dont leurs ascendants sont africains mais qui décident de franchir le pas et de tenter l’aventure économique en Afrique.

M. Jason Gagnon

[Ce phénomène des repats] ressort également de nos données. Je crois à l’histoire plutôt positive, c’est à dire l’Afrique est un continent qui est en croissance économique et sociale, il y a des opportunités, surtout pour les jeunes, qui sont assez intéressantes et on voit ce retour qui est une décision prise au niveau économique, mais aussi au niveau de la connexion avec ses origines, il y a plein d’histoires [qui en témoignent] mais c’est quelque chose que l’on constate évidemment. 

Entendez-vous l’éco ?

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Transferts de fonds d’immigrés : « On est venus en France pour aider nos familles, si on ne peut plus le faire, à quoi bon ? »

    1. Pistolero

      Ds sauterelles qui viennent piller la France et les Français ils leur donne tout. Faut vraiment être con pour être aussi con

    2. alauda

      Les transferts de fonds existent depuis longtemps.

      Des saisonniers espagnols montaient d’Andalousie avec des valises pleines de denrées comestibles, embauchés au démariage des betteraves dans les années 60, avant qu’un produit chimique ne remplace leur activité pratiquée à la binette. Ils ne dépensaient quasi rien sur place, en dehors d’un litre d’huile, puis ils repartaient au bout de quatre mois avec leur paye intégrale destinée à faire tourner le reste de l’année leurs petites fermes de paysans pauvres où ils cultivaient des amandiers.

      Je me souviens de leur trésor de fruits secs exotiques étalés sur la table de la cuisine. A la gamine curieuse, l’un deux avait offert une petite photo dentelée d’une relique que j’ai toujours.

    3. andre

      Mais si, francais, vous envoyez de l’argent en France, a un proche francais en difficulte, vous risquez d’etre poursuivi par le fisc (voir le Figaro en ligne) pour non-paiement de taxes (eventuellement importantes) relatives a l’operation.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    190 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap