toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

“T’es le putain de fils de p… qui a piégé les mecs d’Aulnay… T’es la prochaine Mila” : un journaliste de Livre Noir accuse l’islamiste Yassine Belattar de séquestration, extorsion et menaces de mort (Vidéo)


“T’es le putain de fils de p… qui a piégé les mecs d’Aulnay… T’es la prochaine Mila” : un journaliste de Livre Noir accuse l’islamiste Yassine Belattar de séquestration, extorsion et menaces de mort (Vidéo)

Dans une publication partagée sur les réseaux sociaux, samedi 20 novembre, Jordan Florentin assure que l’humoriste et animateur de radio l’a retenu enfermé pendant une heure.

« C’est toi, Jordan ? Jordan ! T’es le putain de fils de pute qui a piégé les mecs d’Aulnay ? T’es un putain de suicidaire, t’es recherché par tout le 93, tout Aulnay cherche ton prénom, t’es la prochaine Mila. » Ces mots auraient été prononcés, vendredi 19 novembre, par l’humoriste et animateur de radio Yassine Belattar, à l’adresse d’un journaliste du média indépendant Le Livre Noir. C’est ce dernier, prénommé Jordan Florentin, qui a rapporté ces propos, samedi 20 novembre, sur les réseaux sociaux et sur Le Livre Noir. Il accuse Yassine Belattar de séquestration, extorsion et menaces de mort. « Hier soir, Yassine Belattar m’a retenu enfermé, grille baissée, pendant 1 heure dans son théâtre avec mon collaborateur. » C’est de cette façon que débute le témoignage de Jordan Florentin, qui dit avoir « subi une violence psychologique inouïe ». Il a déposé plainte.

« Une violence psychologique inouïe »

Tout a commencé aux alentours de 20 h. Au moment des faits, Jordan Florentin réalisait un documentaire intitulé « Yassine Belattar, humoriste ou homme politique ? ». Raison pour laquelle il s’est rendu « devant le théâtre des dix-heures, boulevard de Clichy, dans le 18e arrondissement de Paris ». Dans la même publication, il précise que son collaborateur et lui, « avec [leur] micro Livre Noir, et [leur] caméra, [réalisaient] en toute légalité, des interviews dans la rue ». Aux personnes qui ne connaissent pas le média, il dit avoir expliqué : « Nous sommes un média web et sur les réseaux sociaux, comme Brut et Konbini, uniquement sur YouTube ». Mais aussitôt, précise-t-il, « Belattar [les] a gravement diffamé, expliquant à tort [qu’ils se faisaient] passer pour ces médias cités. Plainte déposée ».

Enfermé une heure, « sans possibilité de sortir »

Après avoir réalisé des interviews de son public, Jordan Florentin explique que lui et son collaborateur ont assisté au spectacle de l’humoriste « sans filmer, conscients de l’illégalité si nous l’avions fait ». Mais selon lui, Yassine Belattar lui a demandé « sans preuve » et « violemment » sa carte SD, persuadé qu’il avait tourné des images. La fin du spectacle arrive. Les journalistes attendent Belattar « pour faire une photo avec lui ». Mais prévenu par son équipe de leur présence, l’humoriste décide alors « d’enfermer une équipe de journalistes pendant 1 heure dans son théâtre, sans possibilité de sortir ».

Après les avoir fait sortir par son garde du corps, « Belattar m’attrape par l’épaule, me ramène violemment à l’intérieur pour « s’expliquer avec moi » », poursuit Jordan Florentin. C’est à ce moment-là que l’humoriste, qui ne l’avait pas reconnu, le désignera comme « la prochaine Mila ». Il demandera à son vigile « de baisser la grille du théâtre et verrouiller les portes », poursuit le journaliste dans son récit. Jordan Florentin explique que lui et son collaborateur, à ce moment-là, ne sont pas rassurés : « Nous sommes deux, entourés par Belattar, le producteur, le vigile, et une dizaine de membres du public (pro-Belattar) restés présents. »

A plusieurs reprises, le journaliste du Livre Noir dit avoir demandé « une discussion calme », mais celle-ci lui a été refusée. « Ferme ta putain de gueule, je discute pas avec des fachos et des nazis ! », lui aurait rétorqué Yassine Belattar. Par la suite, le journaliste assure que lui et son collaborateur ont été « humiliés » et « lynchés », tandis que la scène était filmée en direct par les personnes présentes et que Belattar « fou furieux », menaçait de le « frapper au visage »« Là t’es dans la cage aux lions, t’es rentré dans la jungle, le lion, c’est moi, il va te mordre maintenant. Je fais venir l’armée de terre pour toi », lui aurait ensuite dit l’humoriste, avant d’appeler « un jeune d’Aulnay » et de lui dire : « Viens, j’ai Jordan de Livre Noir dans mon théâtre. Il s’est introduit chez nous, dans le 18e. » 

Menaces de mort

Finalement, Yassine Belattar appellera la police « pour régler l’affaire ». De son côté, Jordan Florentin en fera de même. Le journaliste précise que l’humoriste ne l’a pas simplement séquestré, mais aussi « clairement menacé de mort », en lui laissant entendre que « ses hyènes » allaient venir le chercher. Dans le même temps, Belattar et son équipe l’ont obligé à « retirer sous leurs yeux la carte SD de [son] appareil, et vider [sa] photothèque ». Et d’ajouter : « Je n’ai pas pu récupérer ma carte SD (ni ma trottinette restée dans le théâtre). On qualifie cela de vol. » Les forces de l’ordre sont finalement intervenues aux alentours de 01 h 30. « Ils ont constaté [la] violence [de Belattar] et ont dû l’empêcher de m’approcher. Ils nous ont escorté jusqu’à un taxi. Merci infiniment à eux », poursuit-il. Le récit de Jordan Florentin se conclut sur le fait que « [leurs] avocats se [sont saisis] de cette affaire d’une gravité exceptionnelle ». Et de conclure en ces termes : « On ne laissera pas passer ».  Eric Zemmour et Mila ont réagi sur leurs réseaux sociaux.

Sur son compte Instagram, Yassine Belattar a réagi en expliquant avoir « rarement vécu une telle violence » et que son public l’avait « sauvé du pire ». Expliquant qu’il ne « parlait pas avec les médias racistes », il indique également « songer à arrêter [sa] carrière » car selon lui, les artistes « engagés comme [lui] » sont « trop en danger ». Il lance enfin : « Chirac parlait de fracture sociale, nous sommes sous Zemmour dans une fracture morale ».

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on ““T’es le putain de fils de p… qui a piégé les mecs d’Aulnay… T’es la prochaine Mila” : un journaliste de Livre Noir accuse l’islamiste Yassine Belattar de séquestration, extorsion et menaces de mort (Vidéo)

    1. RODRIGUE

      Encore une vermine propulsée par Macrotte, on voit les ordures qui l’entourent depuis le début de son mandat entre celui qui se prenait pour un policier et maintenant l’humoriste du Hamas ! Elle est belle la France de Jupiter !

    2. Jacques B.

      La spécialité mahométane : renverser les faits, pratiquer l’inversion accusatoire. Des gens dénoncent la violence de l’islam et de ses adeptes radicaux ? Ce sont des fachos et des racistes. Ben voyons !
      On séquestre, insulte et et menace un journaliste, mais c’est ce dernier qui nous fait subir des violences inacceptables : ben voyons.
      Comme aurait dit Goebbels, plus le mensonge est gros et plus il a de chances de passer et les racailles islamistes comme ce Bellatar le savent bien. Vivement le jour où le ménage sera fait.
      Bonne remarque de Zemmour au passage. Macron a beaucoup de responsabilités dans la montée de la violence mahométane en France.

    3. Slam

      Yassassine belletata un homme ? Non plutôt une sombre crapule doublée d’une véritable ordure. Une vraie fiente..

    4. robert davis

      yassine, mohamed, ali,mehdi, bamboula etc. bientôt tous les arrondissements de Paris y compris les 16ème et 17ème seront mus…et on espère que ça ira mieux un jour???

    5. robert davis

      Comme disait un philosophe: en politique la seule chose qui compte c’est 1° le nombre 2° le nombre 3° le nombre etc. C’est pour cela que la gauche n’admet qu’on le dise. Avec le nombre ON PEUT TOUT SE PERMETTRE. C’est pourquoi il ne faut surtout pas que macron soit réélu, il fait tout pour que le nombre de mus augmente.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    296 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap