toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les accusations du Russiagate contre Trump n’étaient « que des boules puantes lancées par l’équipe de Clinton, dont la presse fut le promoteur crédule » révèle le Wall Street Journal


Les accusations du Russiagate contre Trump n’étaient « que des boules puantes lancées par l’équipe de Clinton, dont la presse fut le promoteur crédule » révèle le Wall Street Journal

Pendant près de trois ans, au cours du mandat de Donald Trump, l’extraordinaire enquête a tenu en haleine le monde entier. Ce que l’on a appelé “l’affaire russe” ou le “Russiagate” était censé démontrer l’existence, à partir de juillet 2016, d’une “collusion entre le Kremlin et l’équipe de campagne de l’ancien président républicain”.

(…)

Danchenko était en effet le principal informateur du “dossier Steele”, établi par l’ex-espion éponyme. Or cette “gorge profonde” est aujourd’hui accusée d’avoir menti de bout en bout. (…) En réalité, ces “révélations” scabreuses, et quelques autres, compilées par l’ex-espion britannique Christopher Steele étaient parfaitement bidon ainsi que le révèle l’enquête de John Durham. Cinq ans après le début de l’enquête du Federal Bureau of Investigation, ce procureur spécial indépendant est aujourd’hui chargé d’établir les faits et, le cas échéant, de mettre en lumière les loupés du FBI.

Igor Danchenko tenait ses informations “explosives” de la bouche d’un proche… des Clinton ! Communiquant de haut vol, Charles Dolan fut en effet l’un des cadres importants des campagnes électorales de Bill Clinton en 1992 et 1996, et l’un des conseillers en relations publiques de Hillary Clinton en 2008 , lors des primaires démocrates contre Barack Obama. “Enfin, en 2016, il participa activement à la campagne de la candidate démocrate”, constate le procureur Durham.

Une chose est claire : tout ce beau monde s’auto-intoxique. Le “communiquant” Charles Dolan souffle des racontars à l’oreille du Russe Igor Danchenko, qui répercute ces on-dit auprès de l’ex-limier britannique Christopher Steele, lequel communique ses tuyaux au FBI. Ce qui déclenche la mise sur écoute de l’équipe de campagne de Trump. Et justifie – après le renvoi du patron du FBI James Comey par Trump le 9 mai 2017 – l’ouverture d’une investigation au long cours (deux ans) par le procureur spécial Robert Mueller. Qui conclut à l’inexistence d’une collusion “russo-trumpienne”.

Dans cet imbroglio, qui est aussi un fiasco journalistique, le quotidien conservateur The Wall Street Journal est l’un des rares médias à esquisser une autocritique. Dans son éditorial du 5 novembre, il relève que “tout cela prouve que toute cette affaire n’est, du début à la fin, qu’une série de boules puantes lancées par l’équipe de campagne de Hillary Clinton, et dont la presse fut le promoteur crédule”. Coté démocrate, The Washington Post admet que les investigations en cours du procureur Durham “jettent un doute sur certains articles publiés par les journaux, y compris le nôtre”. C’est le moins que l’on puisse dire.

Dans son éditorial du 5 novembre, il relève que “tout cela prouve que toute cette affaire n’est, du début à la fin, qu’une série de boules puantes lancées par l’équipe de campagne de Hillary Clinton, et dont la presse fut le promoteur crédule

L’Express

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Les accusations du Russiagate contre Trump n’étaient « que des boules puantes lancées par l’équipe de Clinton, dont la presse fut le promoteur crédule » révèle le Wall Street Journal

    1. alauda

      La presse crédule… payée pour diffuser ce qu’on lui dit.
      Le feuilleton autour de l’impeachment sentait la grosse cavalerie.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    164 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap