toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des milliers de clandestins tentent de prendre d’assaut la frontière polonaise : Réactions en Pologne « Nous avons peur pour nos familles. Les migrants sont dangereux. Ils veulent vivre avec nos aides sociales. Les Polonais sont prêts à se battre »


Des milliers de clandestins tentent de prendre d’assaut la frontière polonaise : Réactions en Pologne « Nous avons peur pour nos familles. Les migrants sont dangereux. Ils veulent vivre avec nos aides sociales. Les Polonais sont prêts à se battre »

Réactions en Pologne « Nous avons peur pour nos familles. Les migrants sont dangereux. Ils veulent vivre avec nos aides sociales. Les Polonais sont prêts à se battre »

A Sokolka, petite ville polonaise située à deux pas de la Biélorussie, les habitants suivent de très près la situation des migrants bloqués à la frontière avec le pays voisin. CNEWS a pu s’entretenir avec plusieurs personnes pour recueillir leurs témoignages.

Marek, 56 ans et ancien parachutiste de l’armée polonaise, ne semble pas spécialement inquiet. «Je ne pense pas que la situation soit si dangereuse. Nous avons suffisamment de forces pour maintenir notre pays en sécurité. Parce que les Polonais sont prêts à se battre, contre la Russie et la Biélorussie», n’hésite-t-il pas à affirmer face caméra.

De fait, tous les habitants de Sokolka ne partagent pas l’avis de Marek. Le village n’est en effet qu’à dix kilomètres de la frontière. «Nous avons peur pour nos vies, pour nos familles», résume une femme au micro de CNEWS.

(…) CNews

13/11/2021

Ce matin, quelques migrants tentent de traverser la frontière du Bélarus avec la Lituanie, marchant dans les marais.


« C’est une vengeance de Loukachenko contre les valeurs européennes. Mais il ne faut pas diviser ce problème : d’abord il faut régler cette dictature et il n’y aura plus de crise (migratoire) à la frontière »


Cliquez pour agrandir

Dans les états-majors militaires, on surveillait le cyber, la désinformation ou encore la prédation économique, comme autant de nouveaux terrains de conflits dit «hybrides». On regardait aussi la manipulation des flux migratoires à des fins de déstabilisation. Vendredi, l’Otan a condamné les «actions hybrides» de la Biélorussie qui instrumentalise des «flux d’immigration irrégulière». Quelques jours auparavant, le gouvernement polonais avait qualifié la crise «d’attaque hybride». Le terme a été repris par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les mots sont posés. Mais ils contiennent leur part de piège.

«Dans le cas de la Biélorussie, il ne s’agit pas d’une guerre hybride mais d’une arsenalisation des politiques migratoires», souligne Elie Tenenbaum. «Du point de vue de Minsk et de Moscou, il s’agit aussi d’une réponse du berger à la bergère: pour la Russie, les premiers à avoir déployé des mesures hybrides, ce sont les Occidentaux, avec les politiques de sanctions ou le soutien à des ONG», ajoute le chercheur. Souvent citée, la doctrine Gerasimov, en Russie, ne théorise effectivement pas la guerre hybride mais se veut une réponse à la guerre «non linéaire» des Occidentaux.

Qualifier les menaces hybrides pour sortir de l’ambiguïté relève d’une décision politique. Cette incertitude rend la riposte difficile tout comme elle fait peser un risque d’escalade sur fond de malentendu. Au sein de l’Otan, une frange des pays de l’est de l’Europe milite pour que les «attaques hybrides» soient intégrées dans la liste des attaques susceptibles de déclencher une réaction collective. «L’Otan est prête, sur décision du Conseil, à aider un allié à n’importe quelle étape d’une campagne hybride menée contre lui», ont écrit les chefs d’État et de gouvernement de l’Alliance dans le communiqué final du dernier sommet à Bruxelles en septembre. «Dans des cas relevant de la guerre hybride, le Conseil pourrait décider d’invoquer l’article 5 du traité de Washington, comme pour une attaque armée», ajoutait-on. Les mots employés sont importants.

Le Figaro


12/11/2021

La Biélorussie a prévenu vendredi qu’elle «riposterait sévèrement» à toute attaque la visant, dénonçant le déploiement d’importants effectifs militaires par la Pologne à la frontière polono-biélorusse, en pleine crise migratoire. «Il semble que nos voisins à l’Occident, notamment, la Pologne (…), soient prêts à déclencher un conflit dans lequel ils aimeraient entraîner l’Europe», a déclaré le ministre biélorusse de la Défense, Viktor Khrenine, dans un message vidéo. «Les forces armées de la Biélorussie sont prêtes à riposter sévèrement à toute attaque», a-t-il prévenu.

Le Figaro

Tensions Pologne-Biélorussie : « l’immigration est une arme », affirme Marion Maréchal

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Des milliers de clandestins tentent de prendre d’assaut la frontière polonaise : Réactions en Pologne « Nous avons peur pour nos familles. Les migrants sont dangereux. Ils veulent vivre avec nos aides sociales. Les Polonais sont prêts à se battre »

    1. robert davis

      Les dirigeantsz polonais sont plus intelligents que les notres et iks ont raison de ne pas laisser entrer ces migrants quel que soit leur nombre et même s’ils partent pour…l’Allemagne et la France car tôt ou tard la pression augmentera sur TOUS si on les garde. On ne peut pas gagner sans LUTTE et en se cachant sous son lit tout particulièrement depuis f hollande et macron les 2 couards en chefs les pires qu’on ait eu. La gauche « humanitaire » à sens unique donne aux migrants la corde pour les pendre et nous avec! Nous sommes en guerre et il vaut mieux que ce soit eux qui meurent de froid que nous d’autant que PLUS ON EN ACCEPTE PLUS IL EN VIENT!!!!!!!!!!!!!!!

    2. robert davis

      Les polonais n’aurnt pas à se battre contre les russes car Poutine ne veut PAS à apparaitre dans ce conflit, no fear! Quant à ce c. de loukatchenko il n’en a pas les moyens même si Poutine l’aide un peu en coulisse ce ç quoi je ne crois même pas. loukatchenko est un clown, un stupide bluffeur, un petit joueur! Lorsque les migrants en auront marre de crever de froid ils partiront.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    222 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap