toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Plus de 150 journalistes gauchistes « respectueux des valeurs démocratiques » veulent censurer Zemmour…


Plus de 150 journalistes gauchistes « respectueux des valeurs démocratiques » veulent censurer Zemmour…

Ces journalistes « respectueux des valeurs démocratiques », assurent-ils, ont publié dans « Mediapart » une tribune visant à couper le micro à certaines « personnalités publiques ». Ils assument de vouloir les « invisibiliser » ou les « combattre ». Sans jamais le nommer, leur cible n’est autre qu’Éric Zemmour, qui doit jubiler d’avoir poussé ces nouveaux censeurs à sortir du bois.

Cachez ces mauvais Français que nous ne saurions voir ! Dans une tribune publiée sur l’espace blog libre de Mediapart, plus de 160 journalistes, certains sous anonymat, se sont déclarés « pas complices de la haine » et appellent à ne plus traiter de certains sujets ni de débattre avec certains candidats. En ligne de mire : Éric Zemmour. Dans un texte mêlant condescendance et manichéisme, ils expliquent pourquoi, selon eux, les journalistes qui traitent « avec jubilation » des idées d’Éric Zemmour sont « complices de la pire des idéologies ». C’est-à-dire le « fascisme ». Rien que ça.

Près de vingt ans après le 21 avril 2002, il faut croire que ces journalistes n’ont toujours pas compris que le mépris qu’ils portent à certaines thématiques – et donc à certains Français – ne produit aucun effet. Ou plutôt : il produit l’effet exactement inverse à celui espéré. Avoir « invisibilisé », terme à la mode dans un certain milieu militant radical, les thèmes et propositions de l’extrême droite n’a jamais empêché celle-ci de monter dans l’opinion publique. Cette « invisibilisation » participe, en revanche, de la défiance qu’une partie de la population manifeste vis-à-vis des médias, accusés de faire progresser les idées qui leur conviennent le mieux. Cette tribune, signée par les défenseurs de valeurs « humanistes et des identités multiples », l’assume d’ailleurs parfaitement : « Nous, journalistes, sommes très au clair sur nos combats : la haine, l’exclusion, les discriminations tuent. » La haine, c’est mal : sacré programme.

NOUS, JOURNALISTES COMPLICES DE LA HAINE

Selon les signataires de cette tribune, les journalistes qui traitent de l’extrême droite ne peuvent se répartir qu’en deux catégories : la première, composée des journalistes qui demeurent silencieux à cause de « la précarité grandissante du métier » et qui, sous le bâillon, « ne sont pas en accord avec cette pratique du journalisme qui consiste à créer un ou des monstres ». L’autre catégorie est celle qui joue « délibérément un rôle dans la montée du fascisme, du racisme, de l’antisémitisme, des LGBTQIphobies et de la misogynie en France et qu’ils et elles en seront en partie responsables ». Des génies du mal, qui se délectent de créer ce Frankestein d’extrême droite pour booster les audiences. Dans cette dichotomie d’un manichéisme caricatural, on cherche encore la place des journalistes qui travaillent, sincèrement soucieux de comprendre ce qui se passe dans le pays. Qui font leur métier, en somme, sans chercher à pré-sélectionner les candidats valables. Et selon les critères de qui ?

À Marianne, bien sûr, nous avons consacré notre numéro 1283 de la semaine du 15 octobre à ces Français qui s’apprêteraient à voter Zemmour. Nos reporters sont allés les rencontrer, à Versailles, Nice et Dunkerque. Voici donc les visages de la « haine » : « Quand Marine Le Pen ne parle que d’immigration, lui parle de notre pays », lançait Aubry à Vincent Geny, notre journaliste qui s’est rendu à Versailles. « On est à bout, il a fallu que notre fils autiste saute d’un balcon pour qu’on lui trouve enfin un foyer spécialisé », témoignait Anne, une enseignante, auprès d’Emilien Hertement, en reportage à Nice. « Nous, musulmans, on a pas trop la côte ici »,confiait pour sa part Ursula à Anthony Cortes, en déplacement à Dunkerque. La jeune femme, issue d’une famille musulmane, précisait par ailleurs que la candidature du polémiste « intéresse même des personnes de ma famille… Je ne comprends pas. »

Une chose est sûre : si la totalité des journalistes de France décidait de se conduire comme les plus de 150 signataires de la tribune, Ursula n’aurait certainement aucune chance d’y comprendre quoi que ce soit. Mais ces journalistes-là, « respectueux des valeurs démocratiques », précisent-ils, auront toujours pour eux la conscience intacte, la tête haute et les mains propres. Pour les signataires de la tribune, Éric Zemmour n’est rien d’autre qu’un pur produit médiatique, il ne représente rien ni personne et sa fulgurante ascension n’est à mettre sur le compte que des rédactions, des télévisions, qui ont créé le monstre. Fastoche !

NI MÉPRIS, NI COMPLAISANCE

Pour faire court : les Français sont trop cons. Ils allument la télé et votent pour le premier type qui déblatère des idées radicales. Coupez-leur la télé, à ces mauvais citoyens, et ils s’empresseront de voter pour Anne Hidalgo, la légalisation de la GPA ou la régularisation de tous les sans papiers. Bien sûr, on pourrait analyser comment la politique et le spectacle ont peu à peu fusionné ces vingt dernières années, et pas seulement à droite. Mais ce travail nécessaire ne suffirait pas à expliquer les mécanismes de l’ascension d’Éric Zemmour. Natacha Polony rappelait récemment dans nos colonnes ces mots de Philippe Muray, au lendemain du 21 avril 2002, qui voyait dans le vote Le Pen une façon pour le peuple de se saisir d’un gourdin : « Quand on prend un gourdin pour fracasser quelque chose, écrivait-il, cela n’implique pas qu’on soit gourdiniste ; ni qu’on souhaite voir accéder ce gourdin aux plus hautes fonctions. »

Les raisons qui poussent certains Français à s’emparer du gourdin Zemmour n’appellent donc ni mépris, ni complaisance non plus. Elles appellent à un travail journalistique sérieux, rigoureux, un travail de terrain associé à une analyse politique et idéologique de ce qu’incarne cet essayiste. Il y a ce vieil adage dans le métier : il ne s’agit pas d’interviewer celui qui dit qu’il pleut, puis celui-là qui assure qu’il ne pleut pas. Le journalisme, c’est ouvrir la fenêtre et vérifier. On peut déplorer que ces signataires aient décidé de fermer les volets.

L’article dans son intégralité sur Marianne

“Liste des premier‧e‧s signataires”

Julie Chansel
Journaliste

Elsa Gambin
Journaliste pigiste

Laure Dasinieres
Journaliste pigiste

Gaspard Glanz
Journaliste

Martin Clavey
Journaliste pigiste

Lucie Inland
journaliste indépendante

Sophie Chapelle
Journaliste

Chantal Baoutelman
Journaliste indépendante

Rémy COUGNENC
Journaliste (La Marseillaise)

Lucie Weeger
Journaliste-photographe

Mariama Keïta
Chargée de veille documentaire

Chrystel Jaubert 
Journaliste free lance

Fred Lebreton
Journaliste santé spécialisé dans le VIH

Jorge Simão
Journaliste et secrétaire de rédaction

Cléo Schweyer
Journaliste pigiste, médiatrice et chercheure

Daphné Deschamps
Journaliste indépendante

Sevan Hosebian-Vartanian
Journaliste indépendant·e

Léo Lefrançois
Journaliste

Arthur Brondy
Journaliste pigiste

Grégory Guittard
Journaliste

Maëlle Le Corre
Journaliste

Zoé Favre d’Anne
journaliste

Marine Forestier
Journaliste

Anonyme
Journaliste en poste dans une rédaction nationale

Hélène Molinari
Journaliste pigiste

Alexis Kraland
journaliste indépendant

Elin Casse
Journaliste

Chang Martin
Photojournaliste

Fabrice Hodecent
Journaliste indépendant

Gaëlle Cloarec 
Journaliste

Nicolas Kayser-Bril
journaliste et auteur

Justine Saint-Sevin
Journaliste pigiste

Chloé Thibaud
Journaliste

Cassiopée Letourneur
Journaliste pigiste

Katia Vilarasau
Journaliste

Elie Guckert
Journaliste indépendant

Marie A.
Journaliste indépendante

Clément Barraud
Journaliste

Patrice NICE 
Journaliste

Anne Laure Pineau
journaliste

Journaliste en poste à Télérama
Journaliste en poste à Télérama

Thibaut Cojean
Journaliste

Juliette Robert
Photojournaliste

Adrien Beaujean
Journaliste

Magali Lesauvage
Journaliste

Erwin Canard
Journaliste

Lise Famelart
Journaliste indépendante

Louis Witter
Photojournaliste

Artoise Bastelica
Journaliste

Val LEROY
Pigiste

Jennifer Simoes
Journaliste

Emmanuel Guillemain d’Echon
Journaliste

Anne-Marie Kraus
Journaliste pigiste

Roxane Hilyer
journaliste indépendante

Matthieu Jouan
Directeur des publications : Citizen Jazz & Epistrophy

anonyme
Journaliste pigiste

Alan Bernigaud
Journaliste à La Marseillaise

Pierre Romera
Journaliste

Maya Elboudrari
Journaliste indépendante

Marine Leprince
Journaliste freelance

Laurène Levy
Journaliste indépendante

Maëlle Benisty
Journaliste pigiste

Christian Lehmann
Pigiste

Paul Ricaud
Journaliste

François Jarraud
journaliste

Anonyme (merci)
Journaliste pigiste

Julien Hennequin
Journaliste

Françoise Verna 
Journaliste

Vincent Brunner
Journaliste-auteur

Floréane Marinier
Journaliste

Noémie Gmür
Autrice et réalisatrice

Julie Hainaut
Journaliste

Anaïs Bouitcha
Journaliste

Moran Kerinec
Journaliste pigiste

Anna Marmiesse
Journaliste

Édouard Dropsy 
Journaliste indépendant (Egypte)

Océane Segura
Journaliste

Jean Berthelot de la Glétais 
Journaliste, fondateur de Podcastine

Paloma Vallecillo
Journaliste pigiste

Romain Jeanticou
Grand reporter à Télérama

Guy Pichard
Journaliste

Romain Haillard
Journaliste

Émilie Laystary
Journaliste société

Isabelle Kersimon
Journaliste

Dimitri L’hours
Journaliste

A.V.
Journaliste

Éloïse BAJOU 
Journaliste

Carina Louart
Journaliste, autrice

Antoine Jézéquel
Journaliste pigiste

Léa Jacquet
journaliste

Baptiste Marsal
Journaliste en poste

Yves Deloison 
Journaliste

Dominique Hutin
Journaliste

Prigent Anne
Journaliste pigiste

Marjolaine Koch
Journaliste

Ali Hammami
Producteur de contenus audiovisuels

Charles Roncier 
Rédacteur en chef adjoint

Prisca Borrel
Journaliste

Martin Roux
Journaliste

Nicolas JAILLARD
Journaliste, réalisateur

Benjamin Robert
journaliste

Martin Bodrero
Journaliste pour Radio Parleur

Antoine Chirat
Journaliste

Déborah Liss
Journaliste

Christophe-Cécil Garnier
Journaliste StreetPress

Béatrice Kammerer 
Journaliste

Mathieu Molard 
Rédacteur en chef de StreetPress.com

Jeanne Kerkh
Journaliste en poste

Cassandre Amouroux
Journaliste

Anonyme 
Journaliste en poste

Youna
Journaliste

Samuel Zralos
Journaliste

Timothée de Rauglaudre
Journaliste pigiste, membre du collectif Extra Muros

Elodie Vallerey
Journaliste

Alexandra Milhat  
Journaliste

Arnaud Tomasini  
Journaliste freelance

Brice Ivanovic  
Journaliste

Mathilde Doiezie
Journaliste

Marion Ghibaudo 
Journaliste

Ahou 
Média Gilet Jaune

Juliette
Journaliste

Joseph Pelé 
journaliste

Florence Traullé 
Journaliste

Effy tselikas    Journaliste

Magali Maricot    Photographe

Philippe Borrel    Auteur et réalisateur de films documentaires, journaliste (JRI) indépendant

Florian BOUHIER     Journaliste

Julien ano    JRI pour une chaîne d’info

David Bobin    Journaliste indépendant

Christophe Ménager    Journaliste reporter d’image

François Rauzy    Journaliste

Philippe HUTET    Journaliste ( a la retraite )

Jean-Claude Vignoli    Journaliste indépendant

Philippe POITOU    Correspondant local de presse

Isabelle Bourboulon    Journaliste indépendante

Nicolas Martin    Producteur

Toufik-de-Planoise    Journaliste indépendant

François Bernheim    blog critique et poétique Mardi ça fait désordre – Club médiapart

Mačko Dràgàn    Journaiste punk à chat

Philippe BERTHET    Journaliste indépendant

Philippe Chopard    Journaliste (Suisse)

Maxime Leonard    Photographe auteur

Sébastien Boisgard     Réalisateur documentaire

Paul Gratian    Journaliste Ouest France

Chloé Ripert    Journaliste

Ronan Maël    Journaliste

Pierre Ropert    Journaliste

Koupaïa Rault    Pigiste

Alexandra Renard    Journaliste – Grand reporter

Simon Pouyet    Photographe

Hanane SAIDANI    Journaliste

Adeline Brault    Journaliste

Jonathan Konitz    Journaliste pigiste

Rémi Boyer    Auteur-chroniqueur

Sarah Lapied    Journaliste pigiste

Guillaume Deleurence     Journaliste

Julie Caron     Journaliste société

Benjamin Grinda    Journaliste rédacteur

Jean-Christophe Féraud    Journaliste

Cerise Sudry-Le Dû     Journaliste indépendante

Jef Mathiot    Journaliste

Nicolas Mayart    Journaliste (LeMédia TV)

Kilian Kueny    Journaliste

Lucy Embark    Journaliste

Camille Grange    Journaliste pigiste

azouaoui hamza    Pigiste

Sandra Moisson    journaliste

Corentin Béchade    Journaliste

Géraud Bouvrot     Journaliste

Magalie Lacombe    Journaliste

Alan Smithee (merci)    Journaliste, secrétaire de rédaction

Vincent Lanier    Journaliste

Florian Thomas    Journaliste

Michel Ducrot    Journaliste repenti

Alain Nordet    Journaliste retraité solidaire

Mireille Pena    Journaliste

Jean-christophe Piot     Journaliste

Stephanie quimbre     Radio Pikez

Justine Rodier    Journaliste indépendante

Hervé Bossy    Journaliste

Guillaume Liberge    Photographe

Eleonore Ple    Journaliste, Specto Média

Jérémy Felkowski    Journaliste

Clémence Leleu    Journaliste

Lisa Noyal    Journaliste

Laure Verneau    Journaliste

Margaux Dzuilka     Journaliste

Magdalena     Journaliste enquêtrice

Lucas Pommier    Journaliste

Zoé Lastennet    Journaliste

Olivier Chartrain    Journaliste

Guillaume Gomis   Ex-journaliste

Anaiz Aguirre-Olhagaray    Journaliste à Mediabask

Camille Upsala    Journaliste

Camille Irigoïti    Journaliste





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Plus de 150 journalistes gauchistes « respectueux des valeurs démocratiques » veulent censurer Zemmour…

    1. robert davis

      Empêcher EZ et la vraie droite de s’exprimer c’est de la démocratie? fermer les micros c’est la démocratie? remettre le pays aux mus dont le peuple ne veut PAS c’est de la démocratie? non c’est du totalitarisme, c’est ça la gauche. Une minorité de crétins de gauche veut imposer sa loi à la majorité quitte à faire disparaitre la France que probablement ils souhaitent même espérant la noyer dans un multiculturalisme ne représentant rien ni personne et surtout pas la démocratie dont ils nous rabattent les oreilles sans en connaitre la signification qu’ils veulent occulter!

    2. Slam

      Les journalistes qui ont le pouvoir inouï et malfaisant de se faire entendre sont des fascistes, des gauchistes qui ont le plus grand mépris pour les Français d’accord avec les idées de la France que défend Zemmour. Cela s’appelle une dictature, tout l’inverse de la liberté qu’ils prétendent défendre alors qu’il ne savent que menti, salir et ramper pour avoir un scoop. Ces idiots n’ont toujours pas compris que plus ils salissent Éric Zemmour et veulent le faire taire plus tout le monde parle de lui. Pas un jour ne se passe sans que ces crétins parlent de lui. Qu’ils continuent, en attendant Éric Zemmour monte dans les sondages et la conscience populaire, c’est très bien ainsi. Les journalistes comme les juges ont bien trop de pouvoirs dans ce pays et on voit ce qu’ils en font. Cela doit changer.

    3. o.icaros

      Qui connait ces journalistes? Que des gratte-papier en recherche de certificat de bonne citoyenneté. Ils sont schizophrènes. Ils veulent rendre des Français invisibles alors qu’en même temps ils font tout pour rendre d’autres personnes, françaises ou pas ou seulement sur les papiers, de plus en plus visibles alors qu’on aimerait qu’elles ne le soient pas.

    4. robert davis

      Ces journaleux sont des menteurs congénitaux, ils n’ont rien de démocratiques ni par leur incapacité de laisser ceux qui ne sont pas de leur bord s’exprimer ni sur les sujet qu’ils traitent de manière purement DOGMATIQUE sans tenir compte de la réalité, de la justice, de la vérité ni surtout de l’impartialité, se sont de CLOWNS impudents, stupides,suicidaires et totalitaires. EZ PRESIDENT.

    5. robert davis

      Si ces journaleux à la cervelle paléo-encéphalene comprenant rien à rien veulent parodier Sartre qui écrivait en 1946 que le nationalisme c’est la guerre , celui-ci se tromper : ce n’est pas le nationalisme qui est la guerre mais le socialisme, hitler à qui il se référait étant les 2 à la fois. De toutes manières le nationalisme actuel est patriotique il ne cherche pas à conquérir des territoires ce sont les mus qui veulent conquérir des territoires et contre qui il faut se battre et non se soumettre comme le fait macron.

    6. robert davis

      Les journaleux à la cervelle paléo-encéphalien sont un danger plus grand encore que les politicards de gauche pour qui ils roulent! Il faudrait que enfin totalement discrédités, ils disparaissent du paysage politique. S’ils veulent se rendre utiles qu’ils balayent les rues pour remplacer les maghrébins expulsés.

    7. robert davis

      NON NON NON: ces journaleux ne sont PAS des démocrates mais le contraire et ceux qui proclament que EZ a été condamné 1 fois sur 13 fausses plaintes pour l’empêcher de se présenter sont des menteurs en prétendant que…c’est la loi : NON CE N EST PAS LA LOI QUE D ETRE CONDAMNE POUR AVOIR DIT LA VERITE PAR DES JUGES MILITANTS DE GAUCHE mais de la discrimination, de l’abus de pouvoir, des sornettes tout mais PAS la loi.

    8. robert davis

      Si macron se fait réélire par de tels mensonges, il faudra l’en faire sortir avec des fourches et des kalach.

    9. robert davis

      Si hitler prétendait se représenter aux élections en fermant le bec de l’opposition par ce type de méthodes en condamnant les patriotes ces 150 salopards seraient de grands partisans de hitler. Quant aux prétendus « antifascistes » violents,ils ne sont pas plus contre le fascisme que contre l’air du temps, ce sont des anarchistes de gauche qui veulent terroriser leurs opposants.

    10. robert davis

      Churchill, Roosvelt, Truman étaient des antifascistes qui s’opposaient aux fascistes hitler, mussolini et hiro hito mais les faux antifas actuels qui s’opposent aux démocrates ne sont PAS des antifascistes mais les héritiers des fascistes.

    11. robert davis

      Les juges de la gauche militante qui condamnent à tort et à travers ne peuvent agir ainsi que parce que PRSONNE NE LES JUGE EUX ET IL FAUDRAIT UN ORGANISME DE JUGES DES JUGES (autre que le parquet qui ne le fait pas par corporatisme) comme ily a une police des polices. Ces juges militants de gauche sont véreux et une vraieMAFIA.

    12. robert davis

      Les antifas actuels sont des IMPOSTEURS COMME LES FALESTINIENS qui utilisent des mots honorables pour les DEVOYER A LEUR PROFIT: un arabe irrédentiste devient un « palestinien » un anarchiste de gauche devient un antifa, un assassin un justicier etc. CXE SONT DES MOTS QUI ONT PERDU LEUR VRAI SENS POUR EN PRENDRE UN FAUX.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    233 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap