toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La police israélienne enquête sur Facebook et son PDG pour avoir aidé et encouragé l’incitation au terrorisme du Fatah


La police israélienne enquête sur Facebook et son PDG pour avoir aidé et encouragé l’incitation au terrorisme du Fatah

Facebook Israël accusé d’avoir aidé et encouragé l’incitation au terrorisme du Fatah.

La police israélienne a ouvert une enquête officielle sur Facebook Israël et son PDG pour avoir aidé et encouragé l’incitation au terrorisme du Fatah, à la suite d’une plainte déposée par Palestine Media Watch (PMW) en mai.

En vertu de la loi israélienne sur le terrorisme, toute personne reconnue coupable d’avoir publié des « appels directs à commettre des actes de terrorisme » peut être condamnée à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans.

En avril et mai, l’Autorité palestinienne (AP) et le Fatah ont activement incité à la violence sur plusieurs pages Facebook contre les Israéliens juifs comme tactique pour détourner la colère dans les rues palestiniennes à propos des élections de l’AP récemment annulées et comme stratégie pour renforcer leur soutien.

Le 23 avril, la Commission de l’information et de la culture du Fatah a utilisé Facebook pour publier un appel du chef de l’AP Mahmud Abbas, qui a utilisé le thème religieux de la défense de la mosquée Al-Aqsa comme un appel à la violence, sachant qu’il était sur le point d’annuler les élections. et que ce serait une décision impopulaire.

« Ils [les Juifs] sont venus, et ils ne doivent pas venir au Sanctuaire (c’est-à-dire au Mont du Temple). Nous devons les empêcher, de quelque manière que ce soit, d’entrer dans le sanctuaire », lit-on dans le message.

Deux jours plus tard, Tawfiq Tirawi, membre du Comité central du Fatah, a publié une déclaration sur sa page Facebook qualifiant la violence de « bataille sainte », ajoutant que s’engager dans la violence était un « commandement personnel obligatoire, et quiconque s’y soustrait est un diable muet qui, avec son silence et sa passivité, ‎permet à l’occupation de diriger tyranniquement les résidents palestiniens de ‎Jérusalem, la ville sainte et les lieux saints. »‎

Le 26 avril 2021, le Fatah a publié un autre article sur Facebook qui encourageait les mineurs palestiniens à participer à des actes terroristes avec les mots : « Ne regardez pas mon jeune âge. Les images montraient des enfants impliqués dans la violence.

Le 8 mai, alors que la violence arabe causait des morts, des blessés et de vastes dégâts matériels dans tout Israël, le Fatah a publié une déclaration sur son compte Facebook officiel appelant à encore plus de violence. « Le mouvement Fatah avec tous ses éléments et dirigeants appelle à poursuivre ce soulèvement… Le Fatah appelle tout le monde à élever le niveau de confrontation dans les jours et heures à venir sur les terres palestiniennes, les points de friction et les routes des colons.

Le message incitant à la violence a été publié sur huit autres comptes Facebook du Fatah et de l’AP, dont celui du vice-président du Fatah Mahmoud Al-Aloul, du membre du Comité central du Fatah Rawhi Fattouh et de la Garde présidentielle de l’AP, ainsi que des comptes régionaux du Fatah en Syrie et à Hébron, le nord de la bande de Gaza et Khan El-Cheikh.

Le mouvement étudiant Shabiba du Fatah a également diffusé le message sur Facebook, incitant les Arabes à s’engager dans une « bataille héroïque » à Jérusalem.

La déclaration a en outre appelé à « une confrontation globale sur toutes les terres palestiniennes » tout en exhortant les Arabes à descendre dans la rue pour une « journée d’action » deux jours plus tard.

Au cours de cette « journée d’action », un conducteur israélien a failli être lynché par une foule de lanceurs de pierres qui lui a fait perdre le contrôle de sa voiture, la faisant sortir de la route, tandis que dans un autre incident, une petite fille de sept mois était heurté par un rocher.

Le même jour, le Fatah a appelé les masses via Facebook, « à intensifier la résistance… Mettons le feu au sol sous les pieds de l’occupation.

Suite au message largement diffusé du Fatah le 8 mai, PMW a écrit au PDG de Facebook Israël, Adi Soffer Teeni, citant ce message comme une preuve évidente d’incitation, et demandant à Facebook de faire preuve de responsabilité et de fermer définitivement les pages Facebook du Fatah, et d’arrêter l’utilisation de la plateforme comme un outil de promotion du terrorisme.

Dans la lettre datée du 9 mai, PMW a averti Facebook que « si vous n’agissez pas alors que la violence [à Jérusalem] fait rage et que le Fatah et ses dirigeants continuent d’abuser de la plate-forme Facebook pour propager la violence, nous n’aurons pas d’autre choix que de soumettre un plainte officielle à la police israélienne contre Facebook en général et le personnel clé en particulier, pour avoir aidé et encouragé la violence. Nous attendons votre réponse rapide et décisive.

Malgré l’avertissement, Facebook a choisi de permettre au Fatah de continuer à utiliser sa plate-forme comme outil terroriste en publiant des appels directs à la violence, intensifiant la terreur à Jérusalem et en Israël tout au long de l’opération Gardien des murs de Tsahal contre le Hamas dans la bande de Gaza.

Par conséquent, PMW a déposé une plainte le 23 mai auprès de la police contre Facebook et Teeni pour incitation à la terreur.

« Dans ces circonstances, il ne peut y avoir l’ombre d’un doute, qu’à l’heure où Jérusalem brûle et que le niveau de violence augmente, le seul but de la publication de l’appel du Fatah ‘à élever le niveau de confrontation’ est l’incitation à commettre des actes. de terreur », lit-on dans la lettre.

« De plus, pendant la vague de violence, Facebook a fourni au Fatah une plate-forme pratique pour continuer à diffuser des incitations supplémentaires et des appels à la violence », a accusé PMW.

PMW a récemment été informé que la police avait ouvert une enquête sur la plainte.

Le fondateur de PMW, Itamar Marcus, a déclaré jeudi que « PMW a averti Facebook pendant des années qu’il s’agissait d’un élément fondamental de la promotion du terrorisme du Fatah, et a fourni à Facebook des centaines d’exemples de promotion de la haine et du terrorisme sur la plate-forme Facebook du Fatah, comme documenté dans de nombreux rapports de PMW.  »

« Facebook prétend être très strict sur l’élimination des discours de haine et la promotion de la violence et la fermeture d’autres comptes Facebook diffusant la haine. Cependant, Facebook a pris la décision de garder ouverte la page officielle du Fatah, permettant ainsi au Fatah de diffuser des discours de haine contre Israël, de glorifier les terroristes qui tuent des Israéliens et même d’être une plate-forme pour les appels du Fatah à la violence et à la terreur », a-t-il noté.

Il a exprimé l’espoir que « compte tenu des preuves claires, nous espérons que la police agira rapidement contre Facebook pour déterminer si des poursuites sont justifiées contre les responsables israéliens de Facebook qui ont pris la décision de permettre au Fatah d’utiliser Facebook pour promouvoir le terrorisme. De plus, nous espérons que la police exigera la fermeture des pages Facebook du Fatah qui, comme PMW l’a montré, ont été activement attisées.

© Moshé Anielewicz – Europe israël News

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La police israélienne enquête sur Facebook et son PDG pour avoir aidé et encouragé l’incitation au terrorisme du Fatah

    1. robert davis

      L’attitude de faceshit ne m’étonne pas tout ce qui les interesse c’est l’argent et ils sont prêts à tousles crimes pour augmenter leurs revenus, il faut leur mettre de grosses amendes et les ruiner. Cependant ce n’est pas faceshit qui est responsables des problèmes politiques d’Israel mais ses dirigeants qui ne comprennent pas qu’ils n’auront jamais la paix tant qu’ils n’expulseront pas les arabes vers la jordanie et le sinai, leurs pays, ces occupants qui veulent conquérir un pays qui ne leur appartient pas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    561 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap