toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jean-Paul Gourévitch : « Dire que l’immigration rapporte plus à la France qu’elle ne lui coûte, c’est de la désinformation » (Audio)


Jean-Paul Gourévitch : « Dire que l’immigration rapporte plus à la France qu’elle ne lui coûte, c’est de la désinformation » (Audio)

L’OCDE, dans une enquête consacrée à l’« impact budgétaire » des coût engendrés par l’immigration et des contributions versées par les migrants, en a conclu, ce jeudi 28 octobre, que le coût s’équilibrait, voire qu’il pouvait être positif.

L’essayiste Jean-Paul Gourévitch, connu pour ses études sur les migrations, dénonce une « confusion méthodologique » de nature « idéologique ».

Un rapport de l’OCDE dresse un bilan très positif de l’immigration. Qu’en pensez-vous ?

Premièrement, ce rapport porte sur 25 pays, sur la période entre 2006 et 2018. On ne peut donc pas tirer de conclusion sur l’immigration en France maintenant.
Deuxième point, certaines choses sont exactes, comme par exemple le fait que les immigrés contribuent au PIB de la France et que les politiques d’intégration ont des dépenses et des retours sur investissement,
En revanche, sur le fond, il y a une confusion méthodologique dans l’OCDE qui est, pour moi, une confusion idéologique.
Premièrement, l’OCDE ne parle que des immigrés en situation régulière et absolument pas des immigrés qui travaillent dans l’ informelle ou qui sont en situation irrégulière et ne travaillent pas. Pour la France, cela correspond à un déficit de près de 4 milliards d’euros.
Deuxièmement, dans ce rapport, on ne parle que des immigrés qui travaillent et on ignore ceux qui ne travaillent pas. Le rapport donne le chiffre de 56 % des immigrés qui ont un emploi, cela ne correspond absolument pas aux immigrés et enfants d’immigrés qui ont plus de 18 ans. De façon plus grave, les dépenses des enfants des descendants directs de l’immigration ne sont pas comptées.
Ce rapport de l’OCDE met en positif les cotisations et les impôts payés par les immigrés qui travaillent et il met du côté des dépenses les dépenses d’éducation, de santé et de protection sociale. Ce ne sont pas du tout les seules dépenses. L’État dépense beaucoup pour la sécurité, pour le fonctionnement des structures, pour la lutte contre l’économie informelle.
Cette façon de présenter de manière positive l’immigration dans 18 pays, et qui est retranscrite dans les journaux bien-pensants en disant que l’immigration rapporte plus à la France qu’elle ne coûte, est un contresens, de la désinformation.
Bien sûr, on peut discuter du coût : pour les économistes de gauche, il est de moins de 10 milliards et pour ceux d’extrême droite, il est de plus de 70 milliards. Mon travail, très technique, aboutit à un coût d’un peu plus de 20 milliards d’euros.

Vous publiez un livre, La Tentation Zemmour et le Grand Remplacement. Dans ce rapport, la théorie du Grand Remplacement est mise en doute. Qu’en pensez-vous ?

Cet ouvrage reprend en partie mon ouvrage publié en 2019, Le Grand Remplacement, réalité ou intox ?, qui est actuellement épuisé. Je l’ai donc actualisé et je l’ai lié à la personnalité de Zemmour, puisqu’il a choisi comme axe de campagne central la notion de Grand Remplacement.

Si on réfléchit à la notion de Grand Remplacement, définie par Renaud Camus et reprise par Éric Zemmour, le Grand Remplacement est trois choses. Quantitativement, la population autochtone française est remplacée par une population d’origine étrangère. Qualitativement, une population apporte des idées, des concepts et et des valeurs totalement différents de ceux de l’ancienne civilisation judéo-chrétienne. Politiquement, nous avons l’idée que l’État encourage ce Grand Remplacement ou, du moins, le tolère. Et là-dedans, il y a de la réalité mais également de l’intox.

De ce point de vue là, je fais un travail scientifique d’analyse pour montrer qu’il y a des choses exactes dans la notion de Grand Remplacement, mais ce n’est pas à partir d’une situation d’aujourd’hui qu’on peut faire des prévisions sur 30 ou 50 ans. De façon générale, tous les prévisionnistes se sont trompés et, aujourd’hui, personne n’est capable de dire si la transition démographique observée dans les pays du Maghreb va toucher l’Afrique subsaharienne. Personne ne peut dire quel est l’impact des migrations climatiques. Il y a trop de variables pour pouvoir en tirer des conséquences. Quand on dit que le Grand Remplacement est un constat, je dirais que c’est une thèse, et peut-être même une hypothèse.

Bvoltaire

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Jean-Paul Gourévitch : « Dire que l’immigration rapporte plus à la France qu’elle ne lui coûte, c’est de la désinformation » (Audio)

    1. robert davis

      Bien sûr que l’immigration coûte bcp plus qu’elle ne rapporte je le dis depuis des années, heureusement grâce à EZ cela se dit partout maintenant mais on est encore trés en dessous de la réalité : le territoire c’est ce qui correspond au capital dans les finances: si même on gagnait des dividendes ce qui n’est PAS le cas avec l’immigration, on perd le capital donc on perd 100 pour gagner ou plutôt ne pas gagner dans ce cas, …3 ! ah la bonne affaire que voila pour…les mus!

    2. robert davis

      C’est parce que EZ réssit là où nous on n’arrivait pas à convaincre encore que on y est arrivés un peu quand même puisqu’on a suscité des vocations que macron et ses merdias de menteurs lui en veulent et le traitent de…haineux et obsédé par l’immigration. Il n’est bien sûr ni l’un ni l’autre: 1. il n’est pas haineux parce qu’il ne veut pas se soumettre aux mus ni aux traitent qui vendent le pays pour un peu de tranquilité pour eux mêmes ni 2. obsédé mais PERSEVERENT vu l’importance de la question qui fait que la France va DISPARAITRE si on n’expulse pas les mus d’une façon ou d’une autre. Charles Martel l’avait compris pas le lâche macron!

    3. robert davis

      Tous ces politicards de la 5ème république à l’exception de de gaulle qui tout en étant stupide comme tous les prétentieux, avait connu la lutte à ses débuts, n’ont jamais eu à se battre vraiment sauf dans des « batailles » de mots franco-français pour accéder au pouvoir, ils ne savent pas se battre pour de grandes causes nationales dont ils ont une peur bleue! Tout ce qu’ils savent faire c’est INVERSER LE SENS DES MOTS EN UTILISANT DES MOTS NOBLES QU ILS RENDENT IGNOBLES EN LES INVERSANT. Ce sont tous des IMPOSTEURS, Bravo à EZ qui l a bien montré par sa constance, son intelligence et sa culture.

    4. robert davis

      En inversant le sens des mots on transforme un mot vertueux en une parodie ignoble. C’est tout ce que sait faire la gauche avec ses langues fourchues de serpents.

    5. Circonstances exténuantes

      Vous vous trompez, M Vitch. Le remplacement, une thèse ou une hypothèse ?
      Circulez dans les rues de n’importe quelle ville.
      Quelle est le type de population le plus fréquemment rencontré ?
      Dans les écoles publiques, de quels origines sont les élèves en majorité ?
      Les prévisionnistes ne se sont pas trompés.
      A l’époque, on racontait déjà la fameuse blague du prof qui fait l’appel, et qui lit : ‘Ben Oït ». L’intéressé répond : « Non, Benoit ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    140 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap