toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Aucun hommage à Samuel Paty dans mon établissement : trop gênant…


Aucun hommage à Samuel Paty dans mon établissement : trop gênant…

Triste fin de semaine, dans mon établissement REP de la France périphérique du Sud-Ouest. Ce vendredi 15 octobre, jour officiel choisi par l’Éducation nationale pour commémorer l’assassinat de Samuel Paty, il n’y aura rien eu. Rien. Son nom n’est pas mentionné. Sa mort oubliée. Damnatio memoriae. C’est triste, c’est scandaleux, mais terriblement révélateur.

Pourtant, on ne peut pas dire qu’on ne savait pas quand, qui, quoi commémorer. Une commémoration, par définition, on en connaît la date. On ne peut pas, non plus, accuser le rectorat de l’académie de Bordeaux, qui s’était fendu d’une lettre signée de la rectrice, Mme Bisagni-Faure, exprimant les attentes de l’institution : « Il y a un an, le 16 octobre 2020, le professeur Samuel Paty était assassiné aux abords de son collège, victime du terrorisme islamiste. La commémoration de cet événement tragique doit, pour l’École de la République, être à la hauteur à la fois du traumatisme subi et des principes et valeurs qui ont été attaqués à travers cet assassinat. » Un courrier porté à la connaissance de tous les enseignants.

La lettre rectorale était claire : « Le rôle de Samuel Paty, comme de tout professeur, était d’accompagner chaque élève vers les progrès de la connaissance et de la conscience, en confrontant les faits, les opinions, les analyse. Il a été assassiné dans l’exercice de cette mission essentielle. C’est pourquoi les personnels et les élèves sont invités à rendre un hommage à Samuel Paty. » Il nous était donc demandé de consacrer une heure de cours à la mémoire de Samuel Paty. Ce qu’ont fait bien des établissements. Certes, la même lettre précisait que « le contenu » de ces « temps d’échanges » était « laissé au choix des équipes en fonction de leurs situations respectives et en tenant compte notamment de l’âge des élèves ». Mais quoi, notre situation d’établissement REP rendait-il cela à ce point impossible ?

Pas une minute de silence, pas une heure de cours consacrée à la mémoire de notre collègue. Rien. À la hauteur ? Dans mon établissement, ce fut la hauteur du néant. En revanche, sur l’échelle de Richter de la soumission, du « pas de vague », de la couardise et du déshonneur, l’établissement obtient 10/10.

Pourtant, nous sommes considérés comme un établissement pilote. Pour tout. Innovant sur tous les dispositifs : évaluation par compétences, devoirs faits, aide personnalisée, et j’en passe. Mais Samuel Paty, non. Pas possible, trop gênant. Cela allait perturber notre trop bon fonctionnement. Et puis, il y avait telle sortie à préparer, telle réunion à organiser. Alors, vous comprenez, Samuel Paty ? Pas le temps. Et puis, il fallait harmoniser les pratiques… Et tellement gênant, dans nos classes peuplées à 30-40 % d’élèves musulmans. Certes, il y a eu quelques timides propositions : des séquences laïcité, des lectures des lettres d’anciens élèves… Stratégies d’évitement d’ailleurs très vite abandonnées. Ce qu’un collègue avait appelé l’an dernier le « hors-sujet » impossible. Eh bien, un an après, ce n’est même plus le hors-sujet qui a gagné, c’est l’évacuation pure et simple du sujet « Samuel Paty ». Nous avons été une poignée à protester et à exprimer notre honte.

Au moins, notre établissement ne se sera signalé par aucune perturbation d’une minute de silence qui n’a pas eu lieu. Rue de Grenelle, on aura de bons chiffres à faire valoir. Samuel Paty est mort une seconde fois, victime de l’idéologie islamo-friendly tellement active dans les salles des profs et chez certains chefs d’établissement. Une tentative aussi pathétique que scandaleuse de préserver un illusoire vivre ensemble.

Bvoltaire

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Aucun hommage à Samuel Paty dans mon établissement : trop gênant…

    1. robert davis

      Après ça qui pourrait encore prétendre que LE NOMBRE N EST PAS LE PROBLEME??? Le nombre est TOUT : avec 15 millions d’arabes en France celle-ci est MORTE et la seule chose qui doit préoccuper les français, bien plus que le pouvoir d’achat de cette idiote de pecresse qui veut augmenter les salaires etc en…diminuant les impots et autres sornettes de ce genre, c’est L EXPULSION DE 90% DES ARABES DE FRANCE SINON ON EST MORTS.

    2. robert davis

      macron le sait bien d’ailleurs c’est même la raison pour laquelle il fait tout pour le nier et empêcher les gens de le dire. Ceux qui le soutiennent sont soit des crapules soit des ânes.

    3. Hervé

      Il y a sans doute des crapules gauchistes et soi disant écolos. Mais des bourricots c’en est pleins. D’autres part, comme l’avait dit dégueule qui a vendu un million deux cent mille européens et 250.OOO Harkis au FLN, les veaux sont les plus nombreux et grâce à eux la macrone en prendra encore pour 5 ans afin de liquider la france.

    4. Circonstances exténuantes

      Donc, on suppose que sur les 30 à 40 % d’élèves musulmans dans les classes, aucun ne condamne l’assassinat.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    237 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap