toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Reuters : le FBI démontre que « l’insurrection » du Capitole n’a pas été coordonnée par des partisans de Trump ni qu’il s’agissait d’un complot organisé


Reuters : le FBI démontre que « l’insurrection » du Capitole n’a pas été coordonnée par des partisans de Trump ni qu’il s’agissait d’un complot organisé

WASHINGTON, 20 août (Reuters) – Le FBI a trouvé peu de preuves que l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis était le résultat d’un complot organisé visant à renverser le résultat de l’élection présidentielle, selon quatre responsables actuels et anciens des forces de l’ordre.

Bien que des responsables fédéraux aient arrêté plus de 570 participants présumés, le FBI estime à ce stade que la violence n’a pas été coordonnée de manière centralisée par des groupes d’extrême droite ou des partisans éminents du président de l’époque , Donald Trump , selon les sources, qui ont été soit directement impliqués dans ou informés régulièrement des vastes enquêtes.

« Quatre-vingt-dix à quatre-vingt-quinze pour cent de ces cas sont des cas ponctuels », a déclaré un ancien haut responsable des forces de l’ordre au courant de l’enquête. « Alors vous avez peut-être cinq pour cent de ces groupes de milices qui étaient plus étroitement organisés. Mais il n’y avait pas de grand plan avec Roger Stone et Alex Jones et tous ces gens pour prendre d’assaut le Capitole et prendre des otages. »

Stone, un agent républicain vétéran et qui se décrit lui-même comme un « sale filou », et Jones, fondateur d’une émission de radio et d’une webdiffusion axée sur le complot, sont tous deux des alliés de Trump et avaient été impliqués dans des événements pro-Trump à Washington le 5 janvier. la veille de l’émeute.

Les enquêteurs du FBI ont découvert que des cellules de manifestants, y compris des partisans des groupes d’extrême droite Oath Keepers et Proud Boys, avaient cherché à s’introduire dans le Capitole. Mais ils n’ont trouvé aucune preuve que les groupes avaient des plans sérieux sur ce qu’ils devaient faire s’ils pénétraient à l’intérieur, ont déclaré les sources.

Scènes poignantes du siège du Capitole américain

Des manifestants pro-Trump prennent d’assaut le Capitole des États-Unis pour contester la certification des résultats de l’élection présidentielle américaine de 2020 par le Congrès américain, au Capitole des États-Unis à Washington, DC, États-Unis, le 6 janvier 2021. Photo prise le 6 janvier 2021. REUTERS/Ahmed Gaber – RC263L9P157M

Les procureurs ont déposé des accusations de complot contre 40 de ces accusés, alléguant qu’ils se sont livrés à un certain degré de planification avant l’attaque.

Ils ont allégué qu’un chef de Proud Boy avait recruté des membres et les avait exhortés à stocker des gilets pare-balles et d’autres équipements de style militaire au cours des semaines précédant l’attaque et, le 6 janvier, a envoyé des membres avec un plan pour se diviser en groupes et faire plusieurs entrées au Capitole. .

Mais jusqu’à présent, les procureurs ont évité les accusations plus graves et politiquement chargées qui, selon les sources, avaient été initialement discutées par les procureurs, telles que le complot séditieux ou le racket.

L’évaluation du FBI pourrait s’avérer pertinente pour une enquête du Congrès qui vise également à déterminer comment les événements de cette journée ont été organisés et par qui.

Les hauts législateurs ont été informés en détail des résultats de l’enquête du FBI jusqu’à présent et les trouvent crédibles, a déclaré une source démocrate au Congrès.

Le chaos a éclaté le 6 janvier lorsque le Sénat américain et la Chambre des représentants se sont réunis pour certifier la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle de novembre.

Il s’agissait de l’attaque la plus violente contre le Capitole depuis la guerre de 1812, obligeant les législateurs et le vice-président de Trump, Mike Pence, à se battre pour la sécurité.

Quatre personnes sont mortes et une autre est décédée le lendemain, et plus de 100 policiers ont été blessés.

LE DISCOURS DE TRUMP

Trump a prononcé un discours lors d’un rassemblement à proximité peu de temps avant l’émeute, répétant que les élections de 2020 avaient été volées et exhortant les partisans à marcher sur le Capitole pour faire pression sur les législateurs pour qu’ils rejettent la victoire de Biden.

Dans des commentaires publics le mois dernier au comité du Congrès dirigé par les démocrates formé pour enquêter sur la violence, les policiers blessés dans le chaos ont exhorté les législateurs à déterminer si Trump avait contribué à l’insurrection. Certains démocrates ont dit qu’ils voulaient qu’il témoigne.

Mais le FBI n’a jusqu’à présent trouvé aucune preuve que lui ou des personnes directement autour de lui aient été impliqués dans l’organisation de la violence, selon les quatre responsables actuels et anciens des forces de l’ordre.

Plus de 170 personnes ont été inculpées à ce jour d’agression ou d’entrave à un policier, selon le ministère de la Justice. Cela entraîne une peine maximale de 20 ans.

Mais une source a déclaré qu’il y avait eu peu ou pas de discussions récentes entre les hauts responsables du ministère de la Justice sur le dépôt d’accusations telles que « complot séditieux » pour accuser les accusés d’avoir tenté de renverser le gouvernement. Ils ont également choisi de ne pas porter d’accusations de racket, souvent utilisées contre les gangs criminels organisés.

De hauts responsables avaient discuté du dépôt de telles accusations dans les semaines qui ont suivi l’attaque, ont indiqué les sources.

Les procureurs n’ont également porté aucune accusation alléguant qu’un individu ou un groupe aurait joué un rôle central dans l’organisation ou la direction de l’émeute. Des sources policières ont déclaré à Reuters qu’aucune de ces accusations ne semblait être en instance.

Les accusations de complot qui ont été déposées allèguent que les accusés ont discuté de leurs plans dans les semaines précédant l’attaque et ont travaillé ensemble le jour même. Mais les procureurs n’ont pas allégué que cette activité faisait partie d’un complot plus large.

Certains juges fédéraux et experts juridiques se sont demandé si le ministère de la Justice laissait les accusés s’en tirer à la légère.

En juillet, la juge Beryl Howell a demandé aux procureurs d’expliquer pourquoi un accusé avait été autorisé à plaider pour une accusation de délit passible d’une peine maximale de six mois, plutôt qu’une accusation de crime plus grave.

Les porte-parole du ministère de la Justice et du bureau du procureur américain à Washington, qui dirige les poursuites du 6 janvier, ont refusé de commenter.

Le comité du Congrès enquêtant sur l’attaque s’entretiendra avec le FBI et d’autres agences dans le cadre de son enquête.

Source Reuters

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Reuters : le FBI démontre que « l’insurrection » du Capitole n’a pas été coordonnée par des partisans de Trump ni qu’il s’agissait d’un complot organisé

    1. robert davis

      Lorsque le fbi et le ministère de la justice ne s’attaquent plus au président Trump c’est qu’ils sentent que Trump est en train de gagner les élections à venir, c’est bon signe.

    2. LeClairvoyant

      Les globalistes-gauchistes ayant infiltré les patriotes, et la Pelosi n’ayant pas renforcé la sécurité comme demandé par Donald Trump avec 10 000 policiers (cela prouve que l’intention de Donald Trump n’était pas d’envahir le Capitole) les gauchistes sont les vrais responsables, car c’est guet-apens tendu aux patriotes. En direct on a vu retirer les barrières mobiles devant les manifestants et les conduire par les policiers vers amphithéâtre. Là, c’est clair, qu’il y a eu un guet-apens !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    318 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap