toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Prof Raoult viré : « Il y a un contrat sur la tête de Didier Raoult… c’est un très grand scientifique en frontale avec les laboratoires avec l’hydroxychloroquine à 2€ la boîte face aux laboratoires ça ne peut pas fonctionner ! » (Vidéo)


Prof Raoult viré : « Il y a un contrat sur la tête de Didier Raoult… c’est un très grand scientifique en frontale avec les laboratoires avec l’hydroxychloroquine à 2€ la boîte face aux laboratoires ça ne peut pas fonctionner ! » (Vidéo)

Prof Raoult viré : « Il y a un contrat sur la tête de Didier Raoult… c’est un très grand scientifique en frontale avec les laboratoires avec l’hydroxychloroquine à 2€ la boîte face aux laboratoires ça ne peut pas fonctionner ! »

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Prof Raoult viré : « Il y a un contrat sur la tête de Didier Raoult… c’est un très grand scientifique en frontale avec les laboratoires avec l’hydroxychloroquine à 2€ la boîte face aux laboratoires ça ne peut pas fonctionner ! » (Vidéo)

    1. alauda

      C’est tout à fait évident et l’expression elle-même est pertinente.
      Parmi ses soutiens d’hier combien baissent les yeux ? courage, fuyons !

      Les labos veulent des nanos. Stratégie : saturation de l’espace médiatique et élimination ciblée des fortes têtes.
      Behaviourisme pour les populations : stimulus (peur) / réponse attendue : soumission à la chinoise (Qr code vaccinal).

      Dans cette guerre qui n’a pas de passeport, sauf pour circuler dans le pays de ses ancêtres, le bouclier a pris forme blasonnée d’un biceps hérissé en porte-aiguilles. La participation à l’effort de guerre passe par l’injection volontaire d’une potion qui n’a cependant pour l’heure rien de magique. La recette scientifique va évoluer, on peut l’espérer. En attendant, on peut aussi lui faire grief de répondre très partiellement à l’efficacité habituelle d’un vaccin.

      En outre, du côté promotionnel, on peut constater la réitération de quelques éléments rhétoriques répulsifs. Par exemple la dernière grande manœuvre du Dr Fauci, visant à faire passer la dernière vague pour « la vague des non-vaccinés ». Bientôt, au rythme où l’on est entraîné de glissement sémantique en glissade hasardeuse, dans la valse des aiguilles sans talon, l’ennemi ne sera plus le Covid mais bel et bien le non-vacciné. Pareille promotion cousue de fil blanc, surtout à un moment où l’appel à souscription volontaire s’accompagne d’un bonus de 100 dollars… outre-Atlantique, pose question.

      Comme ma curiosité ne connaît pas de limite quand je veux comprendre quelque chose et comme je suis le précepte selon lequel mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses saints, c’est vers les arcanes du système de santé américain que je me tourne, plutôt que vers les encensoirs de nos officiels, pour percevoir un peu de l’évolution à marche forcée derrière le leadership américain. Or ce leadership n’est plus, entre parenthèses – toute proportion gardée et dans un tout autre théâtre d’opération, celui de Patton… (à chacun ses admirations dans la vie, comme les goûts et les couleurs).
      .
      Il m’arrive donc de rencontrer par hasard, lors de mes pérégrinations de cloîtrée devant un PC, des documents assez étonnants… tel courrier, tombé sur le bureau du Dr Fauci le 16 mars 2020, l’interrogeant sur les suites à donner concernant deux traitements montrant « une grande promesse antivirale », employés contre le SRAS en Europe, puis en Chine.

      Traitement à 2€ la boîte… Silence radio.
      Versus plan Marshall à 100 dollars + le prix de la piqûre.
      ???

      Puis, j’en arrive à surfer sur des pages très polémiques, à la façon américaine. De ce côté de l’Atlantique, le débat est autrement plus vif qu’en France où chacun tourne, sur les plateaux, plus de sept fois sa langue dans sa bouche pour ne pas trop bousculer le consensus autour de l’incitation vaccinale que d’aucuns verraient bien imposée sous forme d’obligation, s’ils en avaient le pouvoir. Convaincre ou contraindre ? comme l’affiche le titre de la punchline de CNews…

      Contraindre au volontariat, sérieusement ? Le bêtisier télévisuel français n’a aucune limite… Contraindre pour avoir la liberté de participer aux loisirs encadrés… c’est le bouquet de l’antithèse ! La première année de « la guerre », j’ai pensé que ce n’était pas la peste. La seconde, j’ai tenu mon poste, relativement zen. Il reste quatre mois jusqu’à la saint-Nicolas. Je sens que cela va être l’hiver de tous les dangers. Les cailloux dans la bouche, le doigt sur la touche ‘taiseux » et le mouchoir sur le nez. Le faire semblant… donner l’illusion d’acquiescer à ce qu’on réprouve… mais jusqu’à un certain point seulement.

      Dans ma jeunesse, ma professeur de lettres faisait l’éloge de la gratuité, comme une qualité assez noble. En tenant tête à tous les boutiquiers qui font les yeux doux à Fauci, avec son traitement à deux euros, Raoult porte cette qualité.

      Nos journalistes toujours en quête d’un bon papier, au lieu de se focaliser sur les propos tenus à Marseille, pourraient se tourner aussi vers le Dr Fauci… le pape de la communion des aiguilles qui offre son don d’amour renouvelable jusqu’à Rome.

    2. alauda

      Un aperçu des perspectives dressées par le Dr Fauci qui doute dans un flou fabuleusement artistique…
      dans
      https://www. dailymail.co.uk/news/article-9889661/Fauci-says-rule-indefinite-COVID-booster-shots-says-one-hopefully-suffice.html

      J’aime beaucoup les modalisateurs exprimant l’incertitude dans cet article… Un condensé d’esprit scientifique.

      Âge du capitaine : 80 ans.

    3. alauda

      Selon The Times of Israël du 19 août, la famille d’un député israélien, vaccinée deux doses, a attrapé une infection dite « percée »(note*) . Le plus touché est le député, rabbin du Parti travailliste, il redoute des dégâts permanents sur ses poumons.

      Le slogan « se vacciner pour « protéger les autres » est frappé du sceau de la relativité.
      La thèse selon laquelle « le vaccin protège des formes graves », assénée comme une vérité dogmatique par tous les hauts parleurs politico-médiatiques, devra souffrir aussi de voir exposés sur la place publique des exemples qui la réfutent.
      On m’objectera les chiffres… Théorie des ensembles.

      Certes, mais la seule partie des statistiques qui m’intéresse encore dans cette histoire de mathématiques des ensembles rapportées à une expérience virale internationale, c’est la « quantité négligeable » coincée entre les bons-vaccinés et les mauvais réfractaires à la vaccination, selon la dichotomie binaire des sans nuances qui ressuscitent l’antique manichéisme à bon compte.

      Pour les réfractaires, les nouvelles d’Amérique, transitant par i24News, ne sont pas bonnes : « Covid-19: la FDA s’apprête à accorder l’autorisation complète au vaccin de #Pfizer-BioNTech dès lundi (média) ». On va passer dans une autre dimension de la « guerre » sanitaire… un an à peine après la sortie du vaccin révolutionnaire qui était sensé relever du champ des sciences exactes.

      Entre nous soit dit, la boîte noire qui contient l’origine du bidule, n’a toujours pas été retrouvée. Dans toute guerre, fût-elle sanitaire, l’élément déclencheur officiel fait partie du narratif. Là, on n’a rien quelques échos lointains de disputes scientifiques autour d’hypothèses (zoonotiques ou anthropiques). Bref : l’ellipse chinoise reste dans le brouillard. Ce que l’on peut constater en revanche c’est l’arrivée de méthodes chinoises de management dans nos contrées, dont le passe-sanitaire est le symbole le plus évident. Il serait trop long de détailler les péripéties relatives au changement civilisationnel que la révolution copernicienne, si l’on peut passer par cette métaphore, autour du sanitaire induit…

      Note commentée
      *Pour revenir aux infections dites « percées », qui se développent sur des sujets vaccinés et auxquelles les scientifiques s’attendaient au regard des études cliniques, la couverture vaccinale ouvre la voie à l’étude scientifique des
      « infections révolutionnaires » qui se produisent dans le monde réel.

      Cette étude en cours entre objectivement dans le narratif de la guerre sanitaire, menée à nos corps défendant le système immunitaire inné, si on prend en compte les inflammations populaires qui se manifestent partout.
      Le Covid n’est pas la peste noire, ni même la grippe espagnole. Il ne fait que s’ajouter à la longue liste des maladies qui font l’humaine condition. L’un est pris, l’autre est laissé. La nature ne connait pas le concept d’égalité. La vie sociale non plus, du reste. Les autorités médicales n’ont pas à s’imposer en juge suprême de nos vies.

    4. alauda

      Les tweets du philosophe médiatiquement patenté me font doucement rigoler.

      Ceux qui apprécient Raoult, pour x raisons, sont qualifiés par le brillant esprit qui parle à toute vitesse en bon parisien au-dessus du populo, y sont qualifiés de « zélotes ». 🙂
      Il ajoute ce jugement sans appel qu’ils « devraient se réjouir que leur champion s’en tire avec un simple mise à la retraite ». S’en tire, quel mot choisi !

      Je note aussi cette citation : « La science n’a aucune prise sur le désir de croire, en particulier quand le désir de croire se donne un scientifique pour héros. C’est de cette manière que les bons sentiments exposent la démocratie à l’obscurantisme. » Joli bonbon bien enrobé.

      A prendre par-là, ce que notre expert en philosophie fustige à travers « le désir de croire » entre néanmoins dans le champ des études médicales, en particulier dans la phase randomisée. Ce cher Raphaël devrait se pencher davantage sur l’effet placebo d’une part, et d’autre part sur l’écart attendu en % entre un groupe A soumis à un placebo et un groupe B soumis à un test médicamenteux ou vaccinal.

      L’exposition à l’obscurantisme philosophique, qui raisonne sur Massada plutôt que les éprouvettes, est tout aussi dangereuse pour la compréhension minimale de l’homologation scientifique d’un produit pharmaceutique, car l’écart de % entre les groupes A et B n’est pas si grand qu’on pourrait le penser.

    5. Robert Davis

      Que la covid19 soit ou non la peste ou le choléra, se prélasser à la plage et au milieu des foules comme font les Israéliens c’est comme jouer au volley ball au bord d’ne falaise, tôt ou tard en renvoyant la baballe on tombe dans le vide…

    6. alauda

      Quoiqu’il en soit du long thread philosophique, les idées qui s’y déploient avec brio ne dépassent pas le cadre géographique hexagonal.

      Raphaël E. n’a pas déployé ses ailes au-delà jusqu’au chef d’orchestre, celui qui fait figure d’autorité outre-Atlantique, véritable gestionnaire du « consensus » qui ne fait pour autant l’unanimité.

      Le dissensus, même s’il emploie des moyens peu orthodoxes, peut obtenir des concessions sur des points litigieux trop rapidement tranchés… Par exemple, la double visite de l’OMS à Wuhan n’a pas abouti à la même conclusion, même si cette dernière est loin d’être tranchée. Qui se pose en juge et parti ne peut fonder un consensus qui tienne longtemps. A la seconde visite, il me semble avoir entendu dire qu’un ou plusieurs acteurs ont laissé leur place à d’autres. Le gain obtenu est loin d’être négligeable sur le front des hypothèses épidémiologiques.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    666 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap