toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Passe sanitaire : « Le projet de loi anti-Covid heurte de manière disproportionnée nombre de libertés fondamentales », dix juristes détaillent les nombreuses atteintes à la Constitution du projet de loi de Macron


Passe sanitaire : « Le projet de loi anti-Covid heurte de manière disproportionnée nombre de libertés fondamentales », dix juristes détaillent les nombreuses atteintes à la Constitution du projet de loi de Macron

Dix juristes détaillent les aspects de la «loi anti-Covid» votée le 25 juillet portant selon eux atteinte à la Constitution.

Guillaume Drago, François-Xavier Lucas, Stéphane Caporal, Nicolas Sild et Cyrille Dounot sont professeurs ; Capucine Augustin, Santiago Muzio, Claire Perret, Jérôme Triomphe et Maxellende de la Bouillerie sont avocats.


Le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, qui instaure une obligation vaccinale pour certains et un passe sanitaire pour tous, heurte d’une manière disproportionnée nombre de libertés fondamentales et encourt à ce titre la censure par le Conseil constitutionnel.

Une obligation vaccinale de facto alors que non prévue par la loi

Soumettre l’exercice de certaines activités à la présentation d’un « Passe sanitaire » aboutit en pratique à une obligation vaccinale pour le personnel intervenant (travaillant) dans les domaines listés ainsi qu’aux citoyens souhaitant y accéder : en effet, la contrainte représentée par le fait de devoir se rendre toutes les 48 heures dans un centre habilité pour y subir un prélèvement nasal non remboursé à compter de l’automne (environ 27 euros à ce jour pour un test PCR soit 405€ par mois) dans des centres qui seront probablement raréfiés et engorgés (du fait du non-remboursement) constitue une mesure d’effet équivalent à une obligation vaccinale.

Cette obligation indirecte, puisque non prescrite par la loi, viole l’article 5 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui énonce que « nul ne peut être contraint à faire ce que la loi n’ordonne pas ».

Une obligation vaccinale inconstitutionnelle

L’obligation vaccinale (conséquence du passe sanitaire ou directement par la loi) pour exercer certaines professions viole le droit à l’emploi et le droit de ne pas être lésé en raison de ses opinions ou de ses croyances, protégés par l’alinéa 5 du Préambule de la Constitution de 1946 comme par l’article 8 de la Déclaration de 1789 qui garantit la liberté et impose au législateur de n’établir « que des peines strictement et évidemment nécessaires ». Elle viole également le principe d’égalité, les libertés individuelles, le principe de protection de la santé, le droit à l’intégrité physique et à la dignité, le principe d’égal accès aux emplois publics, le principe de précaution, inscrits dans notre bloc de constitutionnalité.

Absence de justification par la nature de la tâche à accomplir et absence de proportionnalité

Une telle restriction aux droits et libertés individuelles et collectives est inconstitutionnelle car non justifiée par la nature de la tâche à accomplir, non proportionnée au but recherché et injustifiée au regard de l’objet de la loi (Conseil constitutionnel, n°2018-757 QPC, 25 janvier 2019 ; n° 2001 455-DC, 12 janvier 2002).

En effet, si le but recherché avec le passe est de garantir, sur un lieu donné, la seule présence de personnes « protégées » contre le virus SARS-CoV-2, alors les personnes ayant des anticorps devraient bénéficier d’un passe et leur exclusion est discriminatoire.

Si le but recherché est de garantir, la seule présence de personnes ne présentant pas un « risque » de transmission du virus pour les autres, alors l’obligation de ce passe constitue une rupture d’égalité injustifiée à l’égard des non-vaccinés par rapport aux vaccinés, puisque les premiers sont contraints de réaliser un dépistage virologique afin de garantir qu’ils ne sont pas porteurs du virus, alors que les seconds sont exemptés de cette obligation alors même qu’ils peuvent être porteurs et contagieux (Conseil d’État, référés, 1er avril 2021, n°450956).

L’obligation vaccinale de certaines catégories de personnes relève donc d’une erreur manifeste d’appréciation puisqu’elle est présentée comme justifiée par l’objectif de lutter contre la diffusion de l’épidémie et de préservation des personnes avec lesquelles ces personnes obligées de se faire vacciner seront en contact.

Le passe sanitaire n’est pas non plus justifié au regard de la nature de la tâche à accomplir : quelle différence entre le personnel intervenant dans des activités de restauration commerciale soumis au passe et celui intervenant dans des activités de restauration collective ou professionnelle routière et ferroviaire qui n’y est pas soumis ? Quelle différence entre le caissier de restauration collective en contact avec de nombreux clients mais non soumis au passe et le cuisinier du petit restaurant de quartier qui ne côtoie pas la clientèle et n’en est pas moins soumis au passe ?

Quelle différence entre les psychologues ou les psychothérapeutes soumis à une obligation vaccinale alors qu’il n’a été ni démontré, ni même avancé, que le cadre de leur consultation serait propice à la transmission du virus et le salarié en rayon ou en caisse d’un centre commercial amené chaque jour à côtoyer et échanger avec des dizaines de personnes non soumis au passe ?

Selon qu’une personne âgée ou handicapée est titulaire de l’allocation personnalisée pour l’autonomie (APA) ou de la prestation de compensation du handicap (PCH), son salarié doit être vacciné ou non. Mais en quoi les ressources de la personne employeur justifieraient l’obligation vaccinale du salarié au regard de l’objectif de protection alléguée contre l’épidémie ?

Le personnel présentant une contre-indication au vaccin peut exercer normalement son activité sans vaccin ni dépistage virologique négatif. Or: Or, si le projet de loi était justifié par un risque de transmission ou de contamination, ces personnes ne devraient pas travailler dans les lieux identifiés comme foyers possibles de contamination et le projet de loi aurait alors dû prévoir un système de congé temporaire avec maintien de la rémunération. Si le risque invoqué peut être évité par exemple par le respect des gestes barrière pour ces personnes, pourquoi ne peut-il pas l’être non plus pour les autres ?

Violation de la nécessité du consentement libre et éclairé et du droit au respect de l’intégrité physique

Tant que les vaccins disponibles sur le territoire français sont toujours en phase 3 d’essai clinique -(jusqu’au 27 octobre 2022 pour Moderna et au 2 mai 2023 pour Pfizer), il s’agit de médicaments expérimentaux utilisés dans un essai clinique (Directive 2001/20/CE, 4 avril2001, art. 2, d). Le nombre de vaccins administrés ne change pas cette qualification juridique. L’Agence européenne du médicament n’a délivré qu’une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle, l’AMM non conditionnelle ne pouvant intervenir qu’à l’issue des essais cliniques (Règlement CE n°726/2004, 31 mars 2004, art. 6). Or, un vaccin en phase 3 ne peut s’adresser qu’à des volontaires donnant un consentement libre et éclairé (Art. L. 1122-1-1, Code de la santé publique ; Directive 2001/20/CE ; Code de Nuremberg de 1947). L’obligation porte donc atteinte au droit au respect de l’intégrité physique.

Violation du principe de précaution de la santé

L’obligation vaccinale porte atteinte au principe à valeur constitutionnelle de précaution de la santé, dès lors que des effets indésirables – dont 25% graves – ont déjà été observés en France par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Violation du droit à la formation professionnelle

L’obligation vaccinale des étudiants de certaines filières viole le droit à la formation professionnelle protégé par l’alinéa 13 du Préambule de la Constitution de 1946. Elle est d’autant plus disproportionnée que les jeunes ne sont pas une population fragile et ne courent pas de risque particulier de mourir de la Covid 19, sans compter la balance bénéfice-risque en défaveur du vaccin dans leur cas. Bien plus, cette obligation s’impose alors même que les étudiants ne seraient pas en contact avec des personnes vulnérables.

Violation de la liberté d’aller et venir, du principe d’égalité, de la protection de la santé, du droit aux loisirs et de l’intérêt supérieur de l’enfant

L’exigence d’un passe pour accéder à certains lieux, ou services viole la liberté d’aller et venir, le principe d’égalité, la protection de la santé et le droit aux loisirs (articles 2 et 4 de la Déclaration de 1789, alinéas 10 et 11 du Préambule de la Constitution de 1946). Les contraintes fortes imposées à ceux qui ne présenteraient pas un passe ne respectent pas le principe de proportionnalité (nécessité, adaptation, proportionnalité proprement dite), et ne sont pas justifiées par l’objectif visé.

On constate que les conditions générales de santé publique, évoquées par le Conseil d’État, exercent une influence majeure sur les obligations imposées par les pouvoirs publics. Or, elles sont éminemment variables, changeantes, justifiant des mesures adaptables elles-mêmes. Chacun peut constater combien les incertitudes sont grandes, tant en ce qui concerne les effets du vaccin lui-même, qu’en ce qui concerne la pandémie, son développement, ses variants dont de nombreux médecins soulignent qu’ils sont plus contagieux mais moins virulents, etc.…

Les mesures contenues dans le projet de loi de par leur généralité constituant de graves contraintes sur la vie quotidienne ne sont pas proportionnées aux risques changeants et largement inconnus et aux conditions générales de santé publique découlant de l’alinéa 11 du Préambule de 1946.

En outre, la violation du principe constitutionnel de garantie de la santé est patente du fait qu’une personne ne pourra recevoir des soins programmés que si elle (et également ses parents si elle est mineure) présente(nt) un passe sanitaire. De même, l’interdiction de visite à une personne accueillie en établissement de santé ou médico-social viole ce principe de garantie de la santé qui est, selon l’OMS, « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. ». Or, la solitude, plus encore de personnes fragilisées, met en péril leur santé psychique.

Quant à soumettre les mineurs à l’exigence du passe sanitaire pour des activités courantes, c’est contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant et à leur droit aux loisirs pour leur bon épanouissement.

Incompétence inconstitutionnelle du législateur

Enfin en délégant au préfet la possibilité d’imposer un passe sanitaire pour accéder aux grands magasins, centres commerciaux et aux moyens de transport (métro, RER, bus !), le législateur a méconnu l’étendue de sa compétence, violant l’article 34 de la Constitution.

Nous appelons le Conseil constitutionnel à assumer pleinement ses responsabilités pour que soit respecté l’état de droit.

Le Figaro

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 26 thoughts on “Passe sanitaire : « Le projet de loi anti-Covid heurte de manière disproportionnée nombre de libertés fondamentales », dix juristes détaillent les nombreuses atteintes à la Constitution du projet de loi de Macron

    1. Patrick Wahle

      Il est incroyable qu’un tel texte ait pu être vôté par l’Assemblée Nationale et le Sénat et que tous ces législateurs n’aient aucune connaissance de la Constitution française et de la Déclaration des Droits de l’Homme et soient prêts à bafouer et violer les droits les plus élémentaires du citoyen.
      Tout élu devrait jurer d’être le gardien de la Constitution et que cette fonction est prioritaire avant toute autre. La méconnaissance des droits constitutionnels élémentaires devraient disqualifier tout candidat à un poste législatif.
      Il est grand temps de rétablire l’instruction civique dans nos écoles de la République.

    2. Robert Davis

      Le droit vs la pandémie est une vaste question qui me parait un peu absurde : comment se fait-il que tant de gens n’aient pas une once de jugement, c’est pourtant simple: aux USA par exemple et c’est pareil en France les journaleux insistent sur le fait que « personne ne sait combien de gens meurent…du vaccin »! Ils vous disent « on sait combien meurent du virus pas du vaccin donc c’est un décompte mort contre mort ». Pourtant on sait que malheuresement les morts du virus aux USA se comptent par millions et on nous dit que les morts du vaccin sont…203(juste après avoir été vaccinés) sur 160 millions de vaccinés. QUE FAUT IL DE PLUS A CES IDIOTS? D’ailleurs même parmi ces 203 certains ont pu mourir d’autre chose après avoir été vaccinés par réaction particulière donc indirectement.

    3. Circonstances exténuantes

      Avant de traiter les gens d’idiots, M Davis, visionnez la conférence dont le lien est affiché sur Europe-Israël, et qui porte le titre :
      « Bénéfices et risques de la vaccination covid, par Dr Carole Cassagne ».
      Entre autres, elle montre que les augmentations ou diminutions du nombre de personnes touchées sont à peu près identiques entre pays qui se sont largement soumis à l’expérience génique et les autres.
      Par ailleurs, en Angleterre, il y a 2 morts du covid pour 100 000, contre 4 de la vaccination.
      Et tout ça, c’est sans compter les risques sur le long terme, qui figurent en toutes lettres dans les avertissements du FDA, dont les risques de stérilité féminine et masculine.

    4. Robert Davis

      Circonstances atténuantes: pourquoi ai-je besoin de consulter un million d’infos + l’encyclopédie britannique pour savoir combien font 1+1? il suffit de comparer les chiffres. Il faut prendre des décisions rapides avec ces vaccins.Le père de 5 enfants en train de mourir du covid regrettait de ne pas s’être fait vacciner et disait qu’il voulait attendre …1 an pour décider. Il est décédé avant! Moi aussi j’ai voulu attendre un peu avant de décider de me faire vacciner et j’ai attendu 2 mois c’est bien suffisant pour voir si les gens tombaient comme des mouches…

    5. Circonstances exténuantes

      M. Davis, vous avez mis le doigt sur le véritable problème.
      Pourquoi cette propagande basée sur la peur a-t-elle autant de succès et d’influence alors qu’elle vend un produit expérimental qui avec le temps s’avère inefficace?
      Précisément : les gens ne se prennent pas la peine d’élargir le champ de leurs sources, d’écouter d’autres sons de cloches. Ils se contentent d’une seule version, celle de la Pravda d’Etat, indisctutable, celle qui leur parle de ce père de 5 enfants, tandis que bien d’autres succombent aux suites de l’inoculation, ce que vous ne saurez pas avec une seule ligne éditorialiste orientée.

    6. Jacques B.

      Robert Davis, une fois de plus concernant le Covid, simplifie à outrance, on dirait BFM. Comme si BFM, qui ment 24/7 sur à peu près tous les sujets, pouvait tout d’un coup se mettre à dire la vérité sur le Covid. Logique, n’est-ce pas.
      Millière et beaucoup d’autres gens lucides ont expliqué comment le pouvoir, dans beaucoup de pays, a instrumentalisé ce virus, exagérant outrageusement le risque, passant sous silence les traitements, dirigeant les gens vers le vaccin et lui seul et profitant de cela pour mettre en place un système de surveillance numérique, à la chinoise – Chine avec laquelle beaucoup de nos dirigeants ont des liens, comme par hasard. Or qui se ressemble s’assemble.

      Les virus respiratoires font chaque année des millions de victimes dans le monde, est-ce qu’on panique comme on le fait pour le Covid ? Covid dont l’âge moyen des victimes est de 84 ans, des gens déjà atteints de pathologie comme le diabète, les problèmes cardio-vasculaires, cancer par dessus le marché, la plupart du temps. La peur panique et l’absence de logique élémentaire sont très mauvaises conseillères.
      Bien évidemment que le pass sanitaire est totalement disproportionné par rapport à la « menace » Covid, et bien entendu que ces juristes ont raison. Les raisonnements dignes de gosses de 5 ans qui se fient aux médias mainstream n’ont aucune valeur.

    7. Robert Davis

      Messrs Circonstances et Jacques B : bien sûr rien n’est parfait mais là il fallait fire vite contre le covid et c’est réussi puisque nous sommes encore là; Bien d’autres succombent au covid? 203 sur 160 millions, il y a plus de risques de mourir en laçant ses souliers! Il faut espérer que les nouveaux vaccins comme ceux de Sanofi seront meilleurs mais pour pouvoir les utiliser il faut être…vivants. Les morts n’auront pas la chance d’avoir un meilleur vaccin ou plusieurs doses au fil du temps du Pfizer et autres ARNm jusqu’à ce que l’immunité collective soit atteinte ce qui ne tardera pas. On préfere la RR peut être (pas moi j’ai donné en bête curieuse…)mais en attendant on peut aussi en Renaud!

    8. Jacques B.

      Il y a dans le monde chaque année 3 millions de décès dus aux infections des voies respiratoires inférieures, plus 650.000 dus à la grippe selon https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortalit%C3%A9_dans_le_monde

      À comparer aux 3 millions de décès environ recensés sur une année de Covid.
      On est dans le même ordre de grandeur.
      Sachant que dans les pays ayant à peu près correctement géré le Covid (Allemagne, Danemark…) on n’observe aucune hausse, ou très légère, du taux de mortalité générale – source : travaux de Pierre Chaillot, basés sur les statistiques Eurostat.
      Il se passe que le Covid a remplacé les infections respiratoires classiques, en tout cas en Europe. Les « cibles » sont à très peu de choses près les mêmes : les personnes âgées fragilisées par diverses pathologies préexistantes.
      On est dans l’ordre de grandeur des infections respiratoires habituelles, pour la gravité et la mortalité.
      On n’a donc pas mettre les pays sens dessus dessous pour cela, c’est totalement disproportionné. Nous sommes très loin de la grippe espagnole, par exemple (17 à 100 millions de morts en deux ans, pour une population 4 fois moins importante qu’aujourd’hui – et surtout : les morts avaient entre 20 et 40 ans, moyenne d’âge 30 ans !).
      Permettons aux médecins de faire leur travail : soigner les malades ; aidons-les à le faire, au lieu de leur mettre des bâtons dans les roues comme le font beaucoup de dirigeants. Donnons des moyens à l’hôpital, n’écartons pas les cliniques privées. Que ceux qui veulent se faire vacciner le fassent (et en assument la responsabilité en cas de problème) mais qu’on laisse les autres tranquilles ! Le pass sanitaire est une solution de régime tyrannique, qui cherche à monter les gens les uns contre les autres pour mieux masquer son incompétence et même certaines mesures criminelles, comme le refus de laisser les médecins soigner, ou l’achèvement des vieux en EHPAD au Rivotril, sans oublier l’affaire des masques et bien d’autres.

    9. Robert Davis

      PS Quand vous dites que l’âge moyen des morts est de 84 ans vous exagérez: moi même je connais toute une famille décédée dans un campus le père environ 50 ans, sa femme un peu moins, sa fille 28 ans avocate à LA et le fils 40 ans! La grippe n’est pas aussi contagieuse mais peut être que le covid et même le delta dans 2 ou 3 ans ne seront pas plus contagieux que la simple grippe.

    10. Jacques B.

      Mon commentaire est en modération (à cause du lien).

      J’insiste : le Covid a remplacé les virus respiratoires traditionnels, au moins en Europe. Raison pour laquelle on n’observe aucune hausse du taux de mortalité générale dans les pays ayant bien géré l’épidémie.
      Le Covid ne vient pas en plus, ou très peu ; pour l’essentiel, il se substitue aux virus respiratoires habituels, et tue (hélas, mais ainsi va la vie) les mêmes personnes. Or on ne meurt qu’une fois : on ne peut pas, quand on est une personne âgée fragilisée, à la fois mourir des complications des virus respiratoires habituels (grippe…) et ensuite mourir du Covid, et vice versa. La plupart des personnes mortes du Covid seraient décédées des virus respiratoires habituels en année normale.
      On ne peut pas tout chambouler et tout subordonner au Covid. Nous avons bien d’autres problèmes, plus importants, à résoudre. D’ailleurs, des gens comme les Texans, et plus récemment les Britanniques, l’ont très bien compris, qui ont décidé de vivre avec le virus (ce qui encore une fois ne signifie évidemment pas ne pas soigner les malades).

    11. Robert Davis

      On ne eut pas excuser le covid sous pretexte que les personnes âgées seraient mortes…d’autres chose c’est du sophisme! Et dire que un pus grand nombre de personnes vaccinées âgés sont mortes que des non vaccinés procède du même raisonnement: bien sûr que 100% des gens de 100 ou 110 ans vaccinés sont mortes du vaccin parce que …vaccinées!

    12. Jacques B.

      Vous ne comprenez rien, Robert Davis. Personne ne parle « d’excuser » le Covid. Personne ne parle de ne pas soigner les malades du Covid.
      On dit juste que cette maladie n’a rien à voir avec la peste ou le choléra, ou même la grippe espagnole, qui ont fait infiniment plus de victimes, et des gens de tous âges. Et désolé, mais une personne de 85 ans déjà malade de diabète ou autre qui décède, c’est malheureux mais cela n’a rien à voir avec un jeune de 30 ans en bonne santé qui décède (de la grippe espagnole, par exemple).

      Donc : on ne peut pas prendre prétexte de cette maladie pour chambouler complètement notre mode de vie, pour nous confiner, nous imposer le masque partout en tout temps, nous obliger, même indirectement, à nous faire vacciner, et beaucoup d’autres mesures insensées car complètement disproportionnées. Car toutes ces mesures folles et terriblement destructrices – de moral des gens et d’emplois donc de vies à moyen terme – sont basées sur l’idée que le Covid serait une maladie cataclysmique qui justifierait tout cela. Ce n’est juste pas vrai. Et il est évident que les conséquences de ces mesures vont être bien plus terribles en termes de vies humaines, à moyen et long terme, que les éventuelles (même pas certaines) vies sauvées par ces mesures. Si vous ne comprenez pas ça, on ne peut rien pour vous.

    13. Jacques B.

      @ https://www.europe-israel.org/

      J’avais écrit un commentaire, avec un lien joint, juste avant mon commentaire du 2 août à 16h08, et je vois qu’il n’est toujours pas paru.
      Est-ce dû à un problème technique ?
      Merci d’y remédier – ou si j’avais violé la charte des commentaires, ce qui m’étonnerait beaucoup, de me le faire savoir…
      Cordialement

    14. Robert Davis

      Jacques B.: je ne comprends rien parce que je ne suis pas d’accord avec vous et c’est vous qui parles de liberté? ce virus est bcp plus grave que vous ne le prétendez et le moral, le blabla, les discothèques c’est de la foutaise, LA VIE EXIGE PARFOIS DES SACRIFICES. Le « moral » et les futilités c’est pour les gonzesses. Un virus qui a fait 500.000 morts aux USA et je crois 40.000 en France n’est pas à prendre à la légère et à faire passer après …les discothèques pour le « moral »!

    15. Robert Davis

      P.S. En France c’est même 111.930 décès! rien donc…faire les c. en discothèque est plus important, je ne comprends rien…

    16. Jacques B.

      Décidément, vous ne comprenez rien de rien, Robert Davis. J’arrête de discuter avec quelqu’un d’aussi bouché et archi nul en mathématiques.
      La liberté, ce sont les gens comme vous, les pétochards chroniques, qui y portent atteinte, en pratique. Je ne vous empêche pas de parler ni de vous déplacer, que je sache.

    17. Jacques B.

      @ https://www.europe-israel.org/ Christian de Lablatinière :

      J’avais écrit un commentaire juste avant celui de 16h08. Il comportait un lien et était (logiquement) mis en modération quand j’ai écrit mon commentaire de 16h08. Comme habituellement en pareil cas, je voyais ce commentaire « awaiting for moderation ».
      Je suppose donc que c’est un problème technique qui est à l’origine du fait que vous ne l’ayez pas vu passer.
      (c’est dommage car il était assez long, mais tant pis)
      Cordialement,

    18. robert davis

      Je cite des chiffres et je suis nul en math…vous vous etes nul en logique et ça c »est avéré contrairement aux chiffres que je cite et que je n’ai pas inventé. Vous n’emp^chez pas les gens dese déplacer mais de parler en les traitant de noms d’oiseau lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec vous. Je ne suis pas pétochard devant la grippe puisque je ne me fais même pas vacciner pour elle malgré les pressions mais quand il faut faire un pas en avant au bord de la falaise, je pense contrairement à vous qu’il y a un risque certain.

    19. Robert Davis

      Moi j’ai mis sur la table des chiffres officiels et vous répondez que je suis « nul en maths » mais quels arguments donnez vous à part des insultes et une ânerie sur les « maths »?

    20. Jacques B.

      Je vous ai tout expliqué (et pas qu’ici d’ailleurs) et vous refusez de comprendre, Robert Davis.
      Le commentaire que j’avais posté et qui n’est pas paru renvoyait vers les chiffres des décès de maladies respiratoires chaque année dans le monde, qui équivalent aux décès du Covid. Le Covid a remplacé les maladies respiratoires classiques, que vous le vouliez ou non, et tue les mêmes personnes.
      Donc tout chambouler et détruire, avec des millions de morts à venir à cause de la pauvreté engendrée, à cause du Covid et des pétochards comme vous est un non-sens. Une étude de l’UNICEF d’août 2020 estimait à 150 millions le nombre d’enfants dans le monde ayant basculé dans la pauvreté à cause des mesures folles comme le confinement. Combien vont en mourir ? Alors qu’on sait depuis un moment que le confinement ne sert à rien !
      Présenter le Covid comme une maladie terrifiante sert à faire accepter ce genre de mesures folles, que ça vous plaise ou non ; donc c’est criminel.
      Les gens et les dirigeants qui refusent de dramatiser comme vous le faites et qui traitent cette maladie comme les autres maladies n’ont pas davantage de morts du Covid ou mortalité générale que les catastrophistes. Voir les exemples de la Suède, du Texas et de plusieurs autres. Mais au moins ils préservent l’avenir !

      Quant aux insultes, je signale que les gens comme vous nous insultent du matin au soir sur tous les médias, et non seulement ça, mais restreignent nos libertés comme jamais, sur des bases mensongères.

    21. Robert Davis

      Jacques B: vous me traitez de nul en « math » (sic) et c’est moi qui insulte du matin au soir? votre logique échappe à la logique tout comme vos « explications » qui ne persuadent que vous.

    22. robert davis

      Etes vous capable d' »énumérer en quoi je vous « insulte du matin au soir » et …je restreins vos libertés »? non bien sûr vos âneries qui elles sont des insultes et des mensonges n’ont ni queue ni tête. Etant donné que je ne m’attends pas à recevoir de réponse censée de votre j’arrête le dialogue ici.

    23. Robert Davis

      N’etant pas plus médecin que vous, je ne veux pas polémiquer sur cette question du nombre de maladies respiratoires remplacées ou non par le covid mais logiquement que le covid l’ait ou non remplacé, il faut bien la combattre. Si les cambriolages remplacent le djihad ne faut-il pas combattre les cmbriolages? Sans parler du fait que cela m’étonnerait que toutes les maladies respiratoires, rhumes, pneumonies, bronchites etc etc cessent pour faire place au covid. Cela me semble une ânerie de plus à votre actif.

    24. alauda

      Le Conseil Constitutionnel a presque tout validé, mais il a censuré la seule mesure prophylactique qui paraissait logique, à savoir celle d’imposer l’isolement obligatoire de 10 jours aux malades…

      On en reparlera au variant Lambda…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    479 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap