toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Plus de 100 000 personnes manifestent contre le passe sanitaire. La radio de propagande gauchiste France Info les qualifie de « complotistes » et de « souverainistes » (Vidéo)


Plus de 100 000 personnes manifestent contre le passe sanitaire. La radio de propagande gauchiste France Info les qualifie de « complotistes » et de « souverainistes » (Vidéo)

Près de 114.000 personnes ont manifesté samedi en France a indiqué le ministère de l’Intérieur. La radio de propagande gauchiste France Info les qualifie de « complotistes » et de « souverainistes »…

Après une première journée de manifestations le 14 juillet dernier, des milliers de personnes se sont réunies une nouvelle fois ce samedi 17 pour protester contre les annonces d’Emmanuel Macron sur l’extension du passe sanitaire, qui doit être adoptée lundi en Conseil des ministres. Au total, le ministère de l’Intérieur a recensé 136 rassemblements qui ont concerné 114.000 personnes: 18.000 à Paris réparties en plusieurs cortèges et 96.000 dans le reste du pays.

Des milliers de personnes se sont donné rendez-vous dans les grandes villes en France, soutenues par des personnalités de tous bords politiques, comme François Ruffin (La France insoumise), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Florian Philippot (Les Patriotes) et François Asselineau (Union Populaire Républicaine).

Trois cortèges à Paris

À Paris, plusieurs milliers de personnes, dans au moins trois rassemblements, manifestaient samedi après-midi contre la vaccination, la «dictature» ou le passe sanitaire, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le premier cortège, composé de quelques milliers de personnes, s’est élancé du Palais Royal (1er arr.) avant de traverser la Seine aux cris de «Liberté», «Non à la dictature sanitaire» ou «Macron démission». En tête du cortège, où fleurissaient les drapeaux français, figuraient l’ex-numéro 2 du Front national Florian Philippot, la députée ex-LREM covidosceptique Martine Wonner, le chanteur Francis Lalanne ou encore l’ex-égérie «gilets jaunes» Jacline Mouraud.

«Je suis née au Portugal sous la dictature de Salazar, je ne veux pas qu’on revive ça», dit Fernanda, 53 ans, soutien de Florian Philippot. «C’est le début de quelque chose d’extrêmement fort dans la résistance», a lancé ce dernier, désormais candidat à l’élection présidentielle de 2022, et qui s’efforce d’incarner la structuration des anti-passe sanitaire.

Dans le même temps, environ 1500 personnes manifestent dans les rues du sud de la capitale, au sein d’un cortège disparate, précédé d’un cordon policier. Parti vers 14h30 du XIVe arrondissement, le cortège s’est dirigé vers le quartier de Jussieu (Ve arr.), accompagné de banderoles comme «wanted République Française démocratie, disparue le 12 juillet 2021», «non au passe sanitaire, stop à la dictature», et de slogans «Liberté», «Macron dictateur».

«On est là pour les revendications des gilets jaunes et les restrictions des libertés. Ce n’est pas une loi liberticide de plus qui nous fait sortir dans la rue. On a toujours été dans la rue», a déclaré le «gilet jaune» Jérôme Rodrigues. «Nous ne sommes pas du tout des anti-vaccins. On veut juste que chacun ait la liberté de se faire vacciner ou pas. Les tests PCR peuvent suffire et alors il faut les laisser gratuits», ont lancé Aurélie et Tiphaine, la trentaine, toutes deux employées dans un centre commercial en région parisienne.

Enfin, quelques dizaines de personnes participaient à un autre rassemblement, non autorisé, place de la République.

Des milliers de personnes dans toute la France

À Perpignan, quelque 1200 personnes ont manifesté en scandant «Macron démission» ou «liberté, liberté» alors que la préfecture multiplie les mesures pour contenir l’explosion des cas de Covid-19 dans le département. Quelque 400 personnes s’étaient rassemblées en milieu de matinée devant la préfecture avant de défiler dans le centre historique de la cité catalane, ont constaté des journalistes de l’AFP.

«C’est donc ça, la démocratie en France», pouvait-on lire sur une pancarte tenue par une jeune femme. Une autre manifestante tenait un carton sur lequel elle avait écrit : «Non à la vaccination obligatoire. La liberté vaccinale est un droit. Ne touchez pas à nos enfants».

Plusieurs personnes arboraient des étoiles jaunes sur leur T-shirt et portaient des pancartes établissant un parallèle entre la traque des juifs et celle, selon eux, des opposants aux vaccins. Un manifestant en treillis, particulièrement énervé, s’en est pris verbalement à deux journalistes de l’AFP. «Pourquoi vous mentez, les journalistes? Pourquoi vous ne le dites pas qu’on est en dictature ? Vous êtes complices !», a-t-il lancé, avant de menacer de leur «péter la gueule» si elles ne quittaient pas les lieux.

À Montpellier, 5500 personnes ont manifesté selon la préfecture. «Ce n’est pas que l’on pense que la Terre est plate mais on ne connaît pas les effets à long terme de ces vaccins bricolés à la va-vite que Macron veut nous imposer», résume Rita, une aide-soignante de 39 ans, croisée dans le cortège.

Sur le Vieux-Port de Marseille, ils étaient environ 4500, selon la préfecture de police, pointant «les moutons» qui se font vacciner et les «mauvaises informations» données selon eux à la télévision. Selon la préfecture, des projectiles ont été jetés contre les forces de l’ordre. Les manifestants ont tenté de bloquer les voies de l’autoroute A7. Une personne a été interpellée.

À Nice, environ 1600 manifestants, gilets jaunes, opposants au pass sanitaire, au vaccin obligatoire ou à la vaccination en général, ont arpenté le centre-ville.

Dans la moitié ouest, la mobilisation semblait un peu moindre. À Bordeaux, la préfecture, qui avait pris une interdiction de manifester en centre-ville, a dénombré 1200 personnes ; les manifestants bloquant à certains endroits la circulation des trams et des voitures.

À Toulouse, la préfecture a dénombré 2.500 manifestants, tout comme à Metz, dont quelques gilets jaunes et blouses blanches sur les épaules. «Non au passe nazitaire», «fausse pandémie, vraie dictature», «Pays de Pasteur, pas de passepeur» ou «Je ne suis pas un QR code», pouvait-on lire sur les pancartes du cortège.

Ils étaient également 2000 à Rennes, selon les médias locaux et 2500 à Nantes, où quelques tirs de grenades lacrymogènes ont eu lieu en fin de manifestation devant la préfecture, selon un photographe de l’AFP.

À Lille, entre 1500 et 2000 personnes – 900 selon la préfecture du Nord – ont défilé parmi lesquels des «gilets jaunes» mais aussi le président de l’Union populaire républicaine (UPR) François Asselineau.

À Strasbourg, la manifestation a rassemblé 2800 personnes (préfecture), où quelques personnes portaient une étoile jaune. À Nancy, ils étaient 1200, 900 à Lyon, selon la préfecture, précisant que 9 personnes ont été interpellées après des échauffourées avec les forces de l’ordre.

Des manifestations ont également eu lieu à Quimper (400 personnes), Clermont-Ferrand (1700), Valence (2300), Avignon (1250) ou Dijon (700).

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Plus de 100 000 personnes manifestent contre le passe sanitaire. La radio de propagande gauchiste France Info les qualifie de « complotistes » et de « souverainistes » (Vidéo)

    1. andre

      Sans etre oppose a la vaccination, voire la vaccination obligatoire, je manifesterai contre toute disposition legale qui nous obligerait, sur le modele de la vignette « Crit’Air », a coller sur notre front une vignette « Crit’Vacci » pour avoir le droit de marcher en ville.

    2. Jacques B.

      On ne peut pas obliger à la vaccination avec des vaccins encore en phase 3 des tests et dont par définition, on ne connaît pas les effets à long terme. C’est pour cette raison qu’ils ont été autorisés à titre conditionnel. On ne peut pas obliger les gens à se faire vacciner dans ces conditions, d’ailleurs il semble qu’au niveau juridique une telle obligation serait censurée par le Conseil Constitutionnel, du fait du caractère conditionnel de l’AMM accordée à ces vaccins.

      Il faut aussi raison garder : cette maladie n’est pas la fin du monde, elle est très très loin de la grippe espagnole par exemple, qui a causé entre 17 et 100 millions de morts pour une population mondiale environ 4 fois moins importante qu’aujourd’hui. En plus, cette maladie frappait surtout les gens entre 20 et 40 ans (moyenne d’âge 30 ans), contre des gens de moyenne d’âge 84 ans pour le Covid ! Ça n’a rien à voir !
      D’ailleurs la hausse de mortalité générale en 2020 a été NULLE dans les pays ayant correctement géré l’épidémie (Allemagne, Norvège…) sur la base des chiffres officiels Eurostat. En France, la hausse du taux de mortalité en 2020 est modérée, à +3,66% chez les +65 ans (et zéro chez les -65 ans). Le Covid a remplacé les virus hivernaux classiques, en fait !

      Enfin, voir la situation au Royaume-Uni (chiffres worldometers) où malgré l’envolée des cas depuis début juin, avec le variant delta, le nombre de décès reste très faible, de même que le nombre de cas critiques (moins qu’en France à ce jour !). Il s’avère donc que quand les gens vulnérables au Covid sont majoritairement vaccinés, l’épidémie reste contenue dans des limites très acceptables pour le système de santé.

      J’ajoute que l’on ne peut, comme certains semblent le vouloir, rechercher le risque zéro à tout prix, y compris en sacrifiant nos libertés fondamentales comme c’est le cas avec ce pass sanitaire généralisé. C’est tout à fait disproportionné et déraisonnable. Le risque zéro voulu par les pétochards chroniques, c’est la mort de la société. Qu’ils s’enferment dans leur cave s’ils ne veulent pas prendre le risque de vivre. Mais qu’ils laissent les autres tranquilles. Le risque zéro à toutes les sauces, ça aboutit au contrôle social à la chinoise.

    3. alauda

      N’ayant pas manifesté, je ne sens pas visée ici.

      Incluse, en revanche dans la « frange » aux dernières nouvelles taxée de « capricieuse et défaitiste », j’escompte bien reprendre le travail après le break estival, tout à fait normalement, avec un masque sur le nez. Parce que, pour capricieuse que je puisse être en raison de mon genre F auquel on a longtemps reproché ce défaut, mon optimisme naturel teinté, en la période actuelle d’une touche de défaitisme, n’envisage pas une seconde que les masques puissent tomber à la rentrée.

      « Mettre le virus derrière soi », tout un chacun l’espère. A quel horizon temporel se situe la fin de cette « guerre » ? Mystère. Son caractère international rend peu plausible qu’on puisse gagner la bataille au seul échelon hexagonal.

      Ma position personnelle que je ne partage qu’ici, sur un forum relativement confidentiel, me fait adopter une position pragmatique. L’auto-confinement, la distanciation le masque sont aussi valables que le passe-sanitaire à deux doses.

      J’aimerais bien quitter le clavier, le Web et les écrans l’esprit tranquille pour me consacrer à d’autres tâches laborieuses qui s’accumulent et que personne ne fera à ma place. Le GVT a son calendrier. Moi, je sais que s’il m’arrive le moindre pépin, je ne pourrais pas faire face.

      Demain, cela fera une semaine qu’a été annoncée une période de vacances très particulière. L’an dernier, à la même saison, il a fallu subir des températures caniculaires. Et l’été précédent… j’ai accumulé ma dose de stress pour trois ans. On ne peut mesurer le bénéfice-risque avant de prendre le risque, en raison de l’incertitude. En revanche, le bénéfice peut rétrospectivement s’avérer relatif, au regard des effets secondaires.

      Il serait bien de laisser un peu retomber le soufflé. Ceux qui refusent, pour le moment, de se laisser convaincre par l’argumentaire (pas toujours de bon aloi, faut l’avouer) sur le nano-vaccin, peuvent aussi avoir leurs raisons de regarder la pendule sous un autre angle que la perspective préconisée.

    4. robert davis

      La référence à toutes les maladies n’est ni la grippe espagnole ni la peste ni le choléra ni les 60 millions de morts de la WWII et une maladie qui ferait 1 m. de morts de moins que les 60 m. en question n’est pas un…bienfait pour l’Humanité! Les cas dûs au delta sont passés en France de 500 par jour à 11.000 en 6 jours! J’aurais préféré que cette manif proteste contre l’invasion de l’islam plutôt que contre le vaccin qui sans être efficace à 100% permet au moins d’éviter les décès dûs au covid et au delta.

    5. Jacques B.

      @ Robert Davis : on ne dit pas que le Covid n’est « rien », mais qu’il faut mettre cette maladie à son juste niveau, et que la plupart des mesures prises par Macron sont disproportionnées, y compris bien sûr le pass sanitaire, qui est une obligation vaccinale déguisée et hypocrite.
      Et bien sûr quand on dit cela on ne dit pas que les vaccins ne servent à rien, on dit juste que chacun doit être libre de se faire vacciner ou non ; surtout s’agissant de vaccins n’ayant qu’une AMM conditionnelle ! Merci de ne pas tout mélanger SVP.

    6. bernard

      entre 80 000 et 100 000 manifestants à paris et non 13 000…

      probablement plus d’1 million de personnes dans les rues de france

      la preuve par ce lien qui montre seulement 30 villes des 136 annoncées par BFMTV et 114 000 manifestants, ce qui ferait 838 manifestants par ville !
      RIDICULE !

      même à Thonon les bains ville de 35 000 habitants ils étaient plusieurs milliers à manifester !

      https://by-jipp.blogspot.com/2021/07/contrairement-ce-que-les-petites.html

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    53 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap