toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Médecine: Une équipe de chercheurs de Tel Aviv développe des « missiles » à ARN pour cibler directement les cellules cancéreuses


Médecine: Une équipe de chercheurs de Tel Aviv développe des « missiles » à ARN pour cibler directement les cellules cancéreuses

« Nous sommes les premiers au monde à délivrer le médicament exclusivement aux cellules qui sont actuellement pertinentes pour la maladie. »

Une équipe de chercheurs de l’Université de Tel Aviv a développé un système révolutionnaire d’administration de médicaments à base d’ARN pour cibler les cellules malades qui pourraient améliorer le traitement des cancers du sang, de divers types de cancers solides, de différentes maladies inflammatoires et virales, y compris le coronavirus.

« Aujourd’hui, nous inondons le corps d’anticorps qui, bien que sélectifs, endommagent toutes les cellules qui expriment un récepteur spécifique, quelle que soit leur forme actuelle », a expliqué le professeur Dan Peer, vice-président de la recherche et du développement de TAU, qui a dirigé l’étude. « Nous avons maintenant retiré de l’équation les cellules saines qui peuvent nous aider – c’est-à-dire les cellules non enflammées – et via une simple injection dans la circulation sanguine [nous] pouvons faire taire, exprimer ou modifier un gène particulier exclusivement dans les cellules qui sont enflammées à ce moment donné.

L’équipe de Peer travaille depuis des décennies sur l’utilisation de l’ARN pour traiter le cancer et d’autres maladies. Ils avaient déjà identifié comment faire la différence entre les cellules malades et non malades. Ils étaient également à l’avant-garde de la délivrance d’anticorps aux cellules. La percée est la capacité de délivrer les anticorps spécifiquement aux bonnes cellules.

« Sur chaque enveloppe cellulaire du corps, c’est-à-dire sur la membrane cellulaire, il existe des récepteurs qui sélectionnent les substances qui pénètrent dans la cellule », a déclaré Peer. « Si nous voulons injecter un médicament, nous devons l’adapter aux récepteurs spécifiques des cellules cibles, sinon il circulera dans le sang et ne fera rien. Mais certains de ces récepteurs sont dynamiques – ils changent de forme sur la membrane en fonction de signaux externes ou internes.

Seulement environ 15 % des cellules sont réellement malades, a-t-il déclaré, ce qui signifie qu’avec ce nouveau système d’administration, quelque 85 % des cellules saines doivent faire le travail qu’elles doivent faire.

« Notre développement change en fait le monde des anticorps thérapeutiques », a déclaré Peer. L’étude a été publiée dans Nature.

 
L’ARN et les nanoparticules lipidiques sont devenus des noms familiers cette année avec la création des vaccins contre les coronavirus Pfizer et Moderna – les premiers vaccins à ARN messager opérationnels au monde.

Moderna et Pfizer délivrent simplement une séquence d’ARNm spécifique à nos cellules. Une fois l’ARNm dans la cellule, la biologie humaine prend le relais. Les ribosomes lisent le code et construisent la protéine, que les cellules expriment ensuite dans le corps.

Avant ces vaccins, les chercheurs avaient travaillé avec l’ARN pendant près de trois décennies pour une utilisation dans d’autres indications, principalement le cancer. Peer a déclaré que cette dernière percée est le niveau « suivant, suivant » au-delà des vaccins.

« Imaginez que vous ayez un missile et que le missile sache identifier l’adresse spécifique, l’appartement spécifique et la pièce spécifique dans l’appartement », a déclaré Peer. « Nous sommes les premiers au monde à réussir à créer un système d’administration de médicaments qui ne sache se lier aux récepteurs que dans une certaine situation, et à ignorer les autres cellules identiques : c’est-à-dire à administrer le médicament exclusivement aux cellules qui sont actuellement pertinents pour la maladie.

Dans cette étude particulière, réalisée sur des souris atteintes de maladies intestinales inflammatoires telles que la maladie de Crohn et la colite, l’équipe a pu améliorer tous les symptômes inflammatoires allant du poids de l’animal aux cytokines pro-inflammatoires.

« Nous avons comparé nos résultats avec ceux des anticorps actuellement sur le marché pour les patients atteints de la maladie de Crohn et de la colite, et avons constaté que nos résultats étaient identiques ou meilleurs, sans provoquer la plupart des effets secondaires qui accompagnent l’introduction d’anticorps dans l’ensemble de la population cellulaire. », a déclaré Peer.

La prochaine étape serait de tester le système sur des humains, a-t-il déclaré, ce qui pourrait prendre deux ou trois ans de plus – « mais nous avons vu à partir du coronavirus que lorsque nous en avons besoin, nous pouvons agir rapidement. »

Source Université de Tel Aviv

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Médecine: Une équipe de chercheurs de Tel Aviv développe des « missiles » à ARN pour cibler directement les cellules cancéreuses

    1. Slam

      Et pendant ce temps à gaza le hamas enseigne la mort aux gosses tandis qu’un peu partout dans le monde des musulmans agressent juifs et chrétiens. La routine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    211 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap