toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les Pays-Bas appellent tous les pays européens à se retirer de la conférence antisémite de l’ONU à Durban IV, comme l’ont fait les États-Unis, l’Australie, l’Autriche, le Canada, la République tchèque, la Hongrie, Israël et le Royaume-Uni


Les Pays-Bas appellent tous les pays européens à se retirer de la conférence antisémite de l’ONU à Durban IV, comme l’ont fait les États-Unis, l’Australie, l’Autriche, le Canada, la République tchèque, la Hongrie, Israël et le Royaume-Uni

Les Pays-Bas appellent tous les pays européens à se retirer de la conférence antisémite de l’ONU à Durban IV, comme l’ont fait les États-Unis, l’Australie, l’Autriche, le Canada, la République tchèque, la Hongrie, Israël et le Royaume-Uni.

Qu’est-ce que Durban IV, et pourquoi les pays devraient-ils refuser d’y participer ?

Durban IV : Réunion de haut niveau des Nations Unies en septembre 2021

En septembre 2021, conformément à une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée le 31 décembre 2020, les Nations Unies convoqueront une réunion de haut niveau d’une journée – au niveau des chefs d’État et de gouvernement – pour marquer le 20e anniversaire de la Conférence de Durban. Déclaration, qui a été adoptée lors de la tristement célèbre Conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme en 2001, tenue à Durban, en Afrique du Sud.

Contrairement à son objectif déclaré, la Conférence de Durban de 2001 a été marquée par de vilaines manifestations d’intolérance, d’antisémitisme et de revendications sans fondement contre l’État juif. Israël a été pointé du doigt dans la déclaration de clôture de la conférence et lors du Forum des ONG qui s’est tenu en parallèle. En 2001 et par la suite, le processus de Durban a été utilisé pour promouvoir le racisme, l’intolérance, l’antisémitisme et la négation de l’Holocauste, et pour éroder la liberté d’expression et le droit d’Israël à exister.

Durban IV entérinera cette perversion des principes de l’antiracisme. Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent pour l’ouverture annuelle de l’Assemblée générale, cet événement d’une journée prévoit d’adopter une « déclaration politique » appelant à la « mise en œuvre pleine et effective » de la Déclaration de Durban.

Durban IV aura lieu le deuxième jour du débat général de la 76e session de l’AGNU, dont les dates n’ont pas encore été annoncées. Selon la résolution, le thème officiel de la réunion sera « Réparations, justice raciale et égalité pour les personnes d’ascendance africaine », ce qui est un sujet important, mais malheureusement, le processus a été entaché d’antisémitisme lors de l’événement de 2001 et de sa progéniture. Selon la résolution, l’événement consistera en une réunion plénière d’ouverture, des tables rondes consécutives et/ou des panels thématiques, et une réunion plénière de clôture.

Durban I : La « Conférence mondiale contre le racisme » de 2001

En 2001, une semaine avant les attentats terroristes du 11 septembre, l’ONU a accueilli la « Conférence mondiale sur le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’intolérance » à Durban, en Afrique du Sud. 

Au lieu de combattre le racisme, cependant, la conférence l’a en fait incité. Durban est devenu la pire manifestation internationale d’antisémitisme de l’après-guerre.

 En préparation de la Déclaration de Durban, les nations asiatiques se sont réunies à Téhéran en février 2001. Leur texte final a diabolisé Israël, l’accusant d’avoir commis « un nouveau type d’apartheid », « un crime contre l’humanité » et « une forme de génocide ». 

• Ce libellé proposé a été supprimé à la dernière minute de la Déclaration de Durban sous la pression des membres de l’Union européenne, qui ont menacé de suivre les États-Unis et Israël et de se retirer de la conférence. Néanmoins, le texte final ciblait Israël en tant qu’auteur présumé de racisme en citant « le sort des Palestiniens sous occupation étrangère ». 

 Les discours incendiaires contre Israël étaient omniprésents. Le président de l’OLP, Yasser Arafat, a déclaré aux délégués à la conférence la « laideur » des « politiques et pratiques racistes israéliennes contre le peuple palestinien ». Le dictateur cubain Fidel Castro a évoqué « le terrible génocide perpétré, en ce moment même, contre nos frères palestiniens ».

 L’ONU a parrainé un « forum des ONG » parallèle où des organisations non gouvernementales ont officiellement déclaré qu’Israël était un « État d’apartheid raciste » coupable de « génocide ». 

 Lors d’une marche dirigée par des Palestiniens avec des milliers de participants, une pancarte disait « Hitler aurait dû terminer le travail ». À proximité, certains vendaient le plus célèbre des tracts anti-juifs, « Les Protocoles des Sages de Sion ». 

 Au Forum des ONG, l’Union des Avocats Arabes a distribué des caricatures de Juifs avec le nez crochu, les crocs ruisselant de sang et l’argent serré. Les militants juifs des droits humains à Durban ont été physiquement intimidés et menacés, des foules leur criant : « Vous n’appartenez pas à la race humaine ! 

• Les étudiants juifs venus à la conférence pour promouvoir les droits humains et l’égalité ont laissé Durban traumatisé.

Durban II et Durban III

En avril 2009, l’ONU a organisé une conférence de suivi intitulée la Conférence d’examen de Durban, connue sous le nom de Durban II. Avant qu’il ne commence, cependant, 10 pays se sont retirés : Canada, Israël, Italie, États-Unis, Allemagne, Pays-Bas, République tchèque, Pologne, Australie et Nouvelle-Zélande. 

Le représentant du régime libyen du colonel Kadhafi a été nommé président du comité de planification 2007-2009. Lors de la conférence, le lundi 20 avril 2009, le président iranien Ahmadinejad, le négationniste le plus célèbre au monde à l’époque, était l’orateur d’ouverture. « Le sionisme mondial personnifie le racisme », a-t-il déclaré. Il « recourt faussement à la religion et abuse des sentiments religieux pour cacher sa haine et son visage laid ». Après la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Ahmadinejad, « un gouvernement totalement raciste en Palestine occupée » a été établi, « sous prétexte de souffrance juive ». Les diplomates des autres pays de l’UE présents à la conférence se sont levés et sont sortis dans une puissante protestation. 

En septembre 2o11, les chefs d’État se sont réunis à l’Assemblée générale des Nations Unies pour marquer le 10e anniversaire de la Déclaration de Durban, connue sous le nom de Durban III. Quinze pays ont refusé d’y assister : Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, République tchèque, France, Allemagne, Israël, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pologne, Royaume-Uni et États-Unis.

Pays rejetant Durban IV

UN Watch félicite les pays ci-dessous pour avoir refusé de participer à tout événement de Durban IV et appelle les autres pays à suivre. Parce que UN Watch est pleinement engagé dans la lutte contre la discrimination, l’intolérance et le fanatisme, et dans la promotion des droits humains pour tous, nous exhortons toutes les nations qui soutiennent les droits humains à s’opposer aux tentatives des dictateurs et des fanatiques d’utiliser le processus de Durban pour détourner cette noble cause.

• États-Unis —  « Les États-Unis n’assisteront ni ne participeront à aucun événement commémorant le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Durban ou de la Conférence mondiale sur le racisme, qui l’a précédé », a déclaré lundi le porte-parole du département d’État. « Les États-Unis sont aux côtés d’Israël et ont toujours partagé leurs préoccupations concernant le sentiment anti-israélien du processus de Durban, son utilisation comme forum pour l’antisémitisme et les questions de liberté d’expression. ( Jerusalem Post , 3 mai 2021)

• Australie —  « Nous n’associerons pas l’Australie à un langage unilatéral et controversé qui distingue Israël ou à un événement qui défend un tel langage », a déclaré Morrison lors d’un événement de la Chambre de commerce Australie-Israël à Melbourne. « Cela est tout à fait conforme à la position de vote très ferme de mon gouvernement sur les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, au Conseil des droits de l’homme et ailleurs. Nous poursuivrons cette même approche pour Durban IV plus tard cette année. » ( Jerusalem Post , 6 mai 2021)

• Canada —  « Le Canada est préoccupé par le fait que le processus de Durban a été et continue d’être utilisé pour promouvoir le sentiment anti-israélien et comme forum pour l’antisémitisme. C’est pourquoi nous ne prévoyons pas d’assister ou de participer à des événements entourant le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Durban. ( CBC , 6 mai 2021)

• Israël — « J’espère que d’autres se rendront bientôt compte qu’une conférence contre le racisme commémorant une fête de la haine antisémite et anti-israélienne n’est pas un moyen de lutter contre le racisme. ( Ambassadeur Gilad Erdan , 6 mai 2021). « Un autre pays nous a rejoint ! Merci au Canada d’avoir décidé de boycotter l’événement de l’ONU marquant le 20e anniversaire de l’ignoble conférence antisémite de Durban. Les États-Unis et l’Australie boycotteront également ce soi-disant événement antiraciste et j’appelle les autres à suivre ! ( Ambassadeur Gilad Erdan , 6 mai 2021)

• Royaume-Uni — « Suite à des préoccupations historiques concernant l’antisémitisme, le Royaume-Uni a décidé de ne pas assister à l’événement anniversaire de la Conférence de Durban des Nations Unies plus tard cette année. ( Foreign, Commonwealth & Development Office , 21 juin 2021)

• Hongrie — « Le gouvernement hongrois a déclaré une politique de tolérance zéro contre l’antisémitisme et s’est pleinement engagé à garantir la sécurité du peuple juif que nous représentons également de manière constante dans les forums internationaux. Dans cet esprit, la Hongrie ne soutient pas le processus de Durban et a voté contre la résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 31 décembre 2020 décidant de la convocation d’une réunion de haut niveau à l’occasion du vingtième anniversaire de l’adoption du Pacte de Durban. Déclaration et programme d’action. ( Jerusalem Post , 27 juin 2021)

• Pays-Bas — « Les Pays-Bas n’ont pas l’intention de participer à la réunion de Durban IV, compte tenu du poids historique du processus de Durban, du risque de répétition de l’abus de cette plate-forme pour les expressions antisémites et de l’attention disproportionnée et unilatérale portée à Israël comme reflété dans la déclaration originale de Durban. ( Chambre des représentants néerlandaise , 8 juillet 2021)

• Autriche — « L’Autriche soutient les efforts de lutte contre le racisme dans le monde entier, tout en rejetant l’utilisation abusive du processus de Durban pour cibler et cibler injustement Israël. Par conséquent, l’Autriche s’est abstenue lors du vote en faveur d’une conférence de haut niveau à New York pour commémorer le 20e anniversaire de la conférence de Durban. Il n’y aura pas de participation au niveau politique. ( The Jerusalem Post , 9 juillet 2021)

• République tchèque — « La République tchèque ne participera pas à la Conférence de Durban de cette année J’ai pris cette décision en raison de préoccupations historiques concernant l’antisémitisme et l’utilisation abusive de la plate-forme pour des attaques contre Israël. Nous continuerons à lutter contre le racisme et la discrimination et à promouvoir les droits humains ! .  » ( Ministre des Affaires étrangères Jakub Kulhanek , 12 juillet 2021)

Nous notons que plusieurs grandes démocraties ont voté contre la résolution de décembre 2020 qui appelait à Durban IV, dont non seulement le Canada, l’Australie, les États-Unis et Israël, mais aussi le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la République tchèque et la Slovénie. Au minimum, ces pays devraient annoncer qu’ils n’assisteront pas à l’événement auquel ils se sont opposés à juste titre.

Déclarations de pays sur les conférences des Nations Unies à Durban

États Unis

Lettre du sénateur Kirsten Gillibrand à l’ ONU l’ Ambassadeur Susan Essor (1 Juin 2011)
« Malheureusement l’ année dernière , la Conférence des Nations Unies d’ examen de Durban 2009 contre le racisme (Durban II) se sont révélées être une répétition de 2001 sommet controversé extrêmes voix antisémites ont repris Durban II, et les États-Unis et nos alliés ont été contraints de se retirer. Les États-Unis s’étaient également retirés de la participation à Durban I, principalement parce que la conférence était considérée comme centrée de manière disproportionnée sur Israël et les États-Unis. Il est important que les États-Unis envoient un signal fort selon lequel une autre conférence antisémite et anti-américaine de Durban, particulièrement tenue si près du dixième anniversaire et du lieu de la pire attaque terroriste de l’histoire américaine, est inacceptable. »

Déclaration de l’attaché de presse d’Obama à l’occasion du 10e anniversaire de la Conférence de Durban (22 septembre 2011)
« Depuis sa création à la Conférence mondiale contre le racisme de 2001 à Durban, en Afrique du Sud, le processus de Durban a inclus de vilaines manifestations d’intolérance et d’antisémitisme. . En 2009, après s’être efforcés d’obtenir un résultat positif et constructif à la Conférence d’examen de Durban qui permettrait de surmonter les failles profondes du processus de Durban à ce jour pour se concentrer sur les questions critiques du racisme, les États-Unis se sont retirés de la participation parce que l’examen Le document final de la conférence a réaffirmé, dans son intégralité, la Déclaration et le Programme d’action de Durban (DDPA) de 2001, qui distinguaient injustement et de manière inacceptable Israël.

Déclaration des États-Unis sur la Déclaration et le Programme d’action de Durban (27 septembre 2011)
« Nos préoccupations concernant la Déclaration et le Programme d’action de Durban (DDPA) de 2001 sont bien connues, y compris son isolement injuste et inacceptable d’Israël et son approbation de restrictions à la liberté d’expression qui vont à l’encontre de l’engagement des États-Unis en faveur d’une liberté d’expression solide. Mais nous serons toujours prêts à travailler avec d’autres pour lutter contre le racisme, le sectarisme et la discrimination raciale. »

Déclaration des États-Unis au Groupe de travail sur la Déclaration et le Programme d’action de Durban (7 avril 2014)
« Comme vous le savez, les États-Unis ne participent normalement pas à ce groupe de travail en raison de nos préoccupations importantes et bien connues concernant la Déclaration de Durban et Programme d’action.

US EOV sur le mandat du Groupe de travail intergouvernemental sur la mise en œuvre effective de la Déclaration et du Programme d’action de Durban (24 mars 2017
« Nous regrettons de ne pouvoir soutenir cette résolution sur un sujet aussi important en raison de nos préoccupations concernant la Déclaration de Durban et Programme d’action (DDPA) et les résultats de la conférence d’examen de Durban, qui sont bien connus. Nous pensons que cette résolution sert à prolonger les divisions causées par la conférence de Durban et son suivi plutôt que de fournir un cadre global et inclusif la voie à suivre pour que la communauté internationale lutte contre le fléau du racisme et de la discrimination raciale.

Royaume-Uni

Le Premier ministre David Cameron à propos de Durban III, via la BBC (15 septembre 2011)
« Il y a dix ans, la Conférence mondiale sur le racisme a vu des démonstrations ouvertes d’antisémitisme déplaisant et déplorable. Il serait erroné de commémorer ces expositions. En effet, ils devraient être condamnés. Et c’est pourquoi le Royaume-Uni ne jouera aucun rôle dans cette conférence.

Canada

Le ministre Jason Kenny à propos de Durban III, via AP (25 novembre 2010)
« Le Canada est clairement engagé dans la lutte contre le racisme, mais le processus de Durban commémore un programme qui fait la promotion du racisme plutôt que de le combattre. »

Déclaration du chef libéral Michael Ignatieff sur Durban III (25 novembre 2010)
« La première conférence de Durban, que le projet de conférence de Durban III cherche à commémorer, s’est transformée en un festival de racisme contre Israël et le peuple juif que le Canada a eu raison de condamner. Malheureusement, alors qu’une décennie s’est écoulée, les conférences de Durban restent le théâtre de déclarations antisémites et anti-israéliennes. Le Canada ne devrait absolument pas participer à la conférence de Durban III ou approuver de quelque façon que ce soit ces opinions haineuses. »

France

Le président Nicolas Sarkozy sur Durban II, via JTA (14 février 2008)
« La conférence de Durban en 2001 a entraîné des dérives intolérables de certains États et de nombreuses ONG qui ont fait de la conférence un forum contre Israël, et personne ne l’a oublié. La France ne permettra pas une répétition des excès et des abus de 2001. Nos partenaires européens partagent les préoccupations de la France. La France présidera l’UE dans les derniers mois précédant la conférence de révision. Je vous dis : si jamais nos revendications légitimes ne sont pas prises en compte, nous nous désengagerons du processus.

Allemagne

Le gouvernement fédéral ne participera pas à la Conférence contre le racisme à Genève (19 avril 2009)
« J’ai décidé aujourd’hui que l’Allemagne ne participerait pas à la Conférence d’examen de Durban qui doit commencer demain. Ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère.  Mais malgré les efforts intensifs déployés notamment par l’  UE à l’approche de la conférence, le gouvernement fédéral estime qu’il existe toujours un risque que la conférence soit utilisée comme une plate-forme pour la poursuite d’autres intérêts, tout comme son prédécesseur en 2001. C’est quelque chose que nous ne pouvons pas accepter.

Australie

Déclaration du ministre des Affaires étrangères Stephen Smith (19 avril 2009)
« L’Australie a décidé de ne pas participer à la Conférence d’examen de Durban. La Déclaration de 2001 a distingué Israël et le Moyen-Orient. L’Australie a exprimé de vives inquiétudes à ce sujet à l’époque. Malheureusement, nous ne pouvons pas être sûrs que la Conférence d’examen ne sera pas à nouveau utilisée comme une plate-forme pour exprimer des opinions offensantes, y compris des opinions antisémites. »

Italie

Déclaration du ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini (22 juillet 2011)
« Depuis quelque temps, nous émettons des réserves sur l’exercice connu dans la sphère onusienne sous le nom de « Processus de Durban », car au fil des années, il a été instrumentalisé en termes politiques. Le Processus est passé d’un forum de débat et de coordination de l’action internationale contre le racisme, la discrimination et la xénophobie à un tribunal pour les accusations contre Israël.

Les Pays-Bas

Pays-Bas, Italie et République tchèque : aucune confiance dans la réunion contre le racisme de l’ONU (22 juillet 2011)
« Dans l’intervalle, un certain nombre de pays ont utilisé à plusieurs reprises les discussions sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et la discrimination pour attirer l’attention sur la paix processus au Moyen-Orient et dénoncent le droit d’Israël à exister… les trois pays estiment maintenant qu’ils n’ont d’autre choix que de se retirer des préparatifs des célébrations et de rester chez eux en septembre.

Nouvelle-Zélande

Le ministre des Affaires étrangères Murray McCully à propos de Durban III, via le Jerusalem Post (17 septembre 2011)
« Nous restons préoccupés par le fait que la commémoration de la Déclaration de Durban de 2001 pourrait rouvrir les débats offensants et antisémites qui ont miné la Conférence mondiale initiale. Pour ces raisons, nous avons décidé de ne pas participer. La Nouvelle-Zélande est pleinement engagée dans la lutte contre le racisme et nous convenons que l’ONU devrait mener les discussions sur l’élimination du racisme. C’est pourquoi nous nous sommes engagés de manière constructive dans les discussions préparatoires à New York. Cependant, au final, le texte n’est pas de ceux que nous pourrions soutenir.

Source UN Watch

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Les Pays-Bas appellent tous les pays européens à se retirer de la conférence antisémite de l’ONU à Durban IV, comme l’ont fait les États-Unis, l’Australie, l’Autriche, le Canada, la République tchèque, la Hongrie, Israël et le Royaume-Uni

    1. robert davis

      durban une ville archi merdique où ne règne que le pillage, les assassinats la bêtise à tous les niveaux une ville de singes totalement stupides c’est ça que l’onu a choisi? elle est à l’image de ce qu’est devenu l’onu un déchet à brûler que les virus se feront un plaisir de détruire et l’onu avec.

    2. LeClairvoyant

      Ce « machin » comme disait De Gaulle, ne fait que détruire les cultures judéo-chrétiennes pour favoriser les dictatures communistes et théocraties islamistes, en lui ouvrant les portes par le globalisme.pour que les pays à la démographie incontrôlable submergent les pays blancs de culture occidentale démocratique.

    3. doudou

      l’onu est un organisme inutile qui pond des lois absurdes, favorisant les islamistes et les gauchos,certains pays comme le royaume uni n’obeissent pas à ses doctrines grace au brexite,quant à la france,de macron,l’allemagne de merkel et certains autres pays d’europe,qui n’ont pas le courage de lui désobeire,ils appliquent ses doctrines a la lettre et ne sont pas libres de prendre des décisions et lui sont soumis.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    666 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap