toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« La 4ème vague un mensonge d’état » ? A Lyon et Montélimar, les soignants témoignent « il n’y a plus de patients Covid depuis des mois ». Le professeur Claverie confirme « faut arrêter avec ces 20 000 cas de gens qui ne sont pas malades, mais positifs. Il n’y a aucune trace de malades dans les hôpitaux ! » (Vidéo)


« La 4ème vague un mensonge d’état » ? A Lyon et Montélimar, les soignants témoignent « il n’y a plus de patients Covid depuis des mois ». Le professeur Claverie confirme « faut arrêter avec ces 20 000 cas de gens qui ne sont pas malades, mais positifs. Il n’y a aucune trace de malades dans les hôpitaux ! » (Vidéo)

Une 4ème vague ? A Lyon et Montélimar, les soignants témoignent « il n’y a plus de patients Covid depuis des mois ». Le professeur Claverie confirme « faut arrêter avec ces 20 000 cas de gens qui ne sont pas malades, mais positifs. Il n’y a aucune trace de malades dans les hôpitaux ! »

Les chiffres publiés sur Santé Publique France démontrent en effet que le nombre de décès et de malades du Covid est stable depuis des semaines. Il est au plus bas depuis le début de la pandémie :

A Lyon, des soignants affirment qu’il n’y a plus de malades Covid depuis des mois :

A Montélimar, une soignante témoigne qu’il n’y a plus de malades du Covid :

« Un mensonge d’Etat » : Jean-Michel Claverie jette un froid sur BFMTV

Une anomalie « rassuriste » chez une chaîne d’alarmisme en continu : c’est peu après 13h15 aujourd’hui, que le virologue Jean-Michel Claverie a instauré une certaine gêne sur le plateau de BFMTV. Il y a jeté un pavé dans la mare en développant « une voix un peu dissidente », de son propre aveu.

Il a d’abord souligné que « les gens qui sont dans la rue ne sont pas tous des gens qui pensent que la terre est plate ou qui sont antivax, ou des extrémistes politiques. Il y a de vraies bonnes raisons, à la fois éthiques et scientifiques, à trouver que le passe sanitaire est quelque chose qui est à la fois inacceptable, et probablement pas très efficace. »

Pour l’éthique, il a renvoyé aux dix points d’alerte que la Défenseure des droits a relevés, déplorant qu’ils n’aient eu pratiquement aucun écho médiatique ni politique.Pour le scientifique, il a donné un exemple en Corse, pour en conclure qu’il « faut arrêter avec ces 20 000 cas de gens qui ne sont pas malades, mais positifs » : relevant que les populations sont différentes : le virus circule chez les jeunes qui ne font pas de formes graves, « la plupart des seniors sont vaccinés » et que les symptômes du variant delta semblent s’apparenter le plus souvent à un gros rhume – ce dont nous avions parlé, notamment dans les billets du Dr Maudrux ou bien une tribune du Dr Gérard Delépine.

Un désaccord s’est dessiné sur les chiffres, les journalistes de BFMTV s’accrochant aux « 70% d’augmentation d’admission à l’hôpital en une semaine », le virologue les contestant en prenant des valeurs quotidiennnes (qui on le sait sont soumises à trop de variations liées à la rentrée des données – impact des week-ends et jours fériés par exemple – pour être significatives, il est préférable d’observer l’évolution des moyennes glissantes sur 7 jours par exemple).

En réalité, aucun n’avait les bons chiffres :

Force est de constater que sur cet aspect précis des chiffres, BFM se trompait moins que son invité. De là à en conclure que leur position est plus juste… Ce qui compte, davantage que les chiffres, est leur interprétation. Comme le rappelait Pierre, de Décoder l’éco, invité d’une « Pause », les données brutes n’ont pas de valeur pure, c’est la capacité à les analyser qui compte.

Les plus alarmistes voient dans cette remontée la fameuse « exponentielle » des modélisations et la promesse d’une tension voire d’une saturation des hôpitaux courant août. Rappelons-le, cette exponentielle n’a pas toujours été confirmée par la réalité, loin de là – et quoi qu’en disent les modélisateurs, pas seulement en raison de la prise en compte de leurs modélisations.

D’autres, dont fait partie Jean-Michel Claverie, qui sera à coup sûr désormais condamné à l’infamie médiatique pour cet accès impardonnable de « rassurisme », considèrent qu’il est absurde de s’affoler pour une « épidémie de cas » alors que la donne a encore changé pour les raisons sus-évoquées. Et qu’il faut justement lever le nez des chiffres pour aller observer la réalité – clinique, hospitalière, médicale, sociale, politique…

En ce sens, c’est lui qui a posé la seule question qui vaille :

« Est ce que vous pensez que ça justifie de faire ces lois qui sont incroyablement liberticides, sans aucune justification réelle, clinique et sanitaire ? »

Question à laquelle les présentateurs n’ont pas répondu, coupant le virologue dans son propos pour enchaîner avec le journal des sports…

Une escarmouche télévisée qui illustre en quatre minutes un des grands malentendus – et certains diront une des grandes erreurs – de cette gestion de crise sanitaire : la focalisation excessive sur l’hôpital, et l’hypnotisation par les chiffres : ceux qui vouent déjà Jean-Michel Claverie aux gémonies diront que c’était la négation de la réalité qui avait la parole, tandis que ceux que l’étroitesse de vue de la doxa insupporte auront jugé au contraire savoureuse et salutaire l’irruption passagère du réel, à la fois dans le récit terre-à-terre et dans la prise en compte de sa complexité, sur un tel plateau.

Auteur(s): FranceSoir

Europe 1 – Covid-19 : la pression sur les services de soins critiques toujours modérée

Selon les chiffres des autorités sanitaires, la pression sur les services de soins critiques accueillant des malades du Covid-19 restait modérée vendredi. Au total, 872 malades sont pris en charge dans ces services, tandis que le total de patients hospitalisés à cause du Covid s’élève à 6.802.

La pression sur les services de soins critiques accueillant des malades du Covid-19 restait modérée vendredi, selon les chiffres des autorités sanitaires, alors que le pays enregistre une flambée des contaminations depuis quinze jours. Les services de réanimation ont accueilli sur 24 heures 69 nouveaux patients atteints des formes les plus graves de la maladie, contre 59 la veille et 64 mercredi, selon les chiffres de Santé publique France. Au total, 872 malades sont traités dans ces services, contre 868 la veille ou encore 902 lundi dernier. Mais la baisse enregistrée depuis le pic de la troisième vague, avec presque 6.000 patients à la fin avril, marque le pas depuis environ quinze jours.

Source: Europe 1

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “« La 4ème vague un mensonge d’état » ? A Lyon et Montélimar, les soignants témoignent « il n’y a plus de patients Covid depuis des mois ». Le professeur Claverie confirme « faut arrêter avec ces 20 000 cas de gens qui ne sont pas malades, mais positifs. Il n’y a aucune trace de malades dans les hôpitaux ! » (Vidéo)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1.4K Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap