toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Intégrale du discours de Donald Trump à la Conférence des conservateurs américains « Nous allons reprendre le Congrès »


Intégrale du discours de Donald Trump à la Conférence des conservateurs américains « Nous allons reprendre le Congrès »

Big Tech a censuré le discours du président Trump à la CPAC le week-end dernier. Comme vous allez le découvrir, Donald Trump peut être très bavard. C’était une longue traduction. Mais Dreuz devait le publier.

Voici la transcription pour que vous puissiez lire les mots de Donald Trump que YouTube, Twitter et Facebook ne veulent pas que vous entendiez.

Audience : « USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA »

Merci beaucoup. Merci à Matt. Quel travail. Quel travail lui et Mercedes ont fait. La CPAC est un événement important. Il y a beaucoup de gens qui attendent dehors et veulent entrer. Quelqu’un voudrait-il céder sa place ? Quelqu’un ?

Je veux vous présenter mes respects. CPAC est vraiment quelque chose, quel travail ils ont fait, et je suis ravi d’être de retour au cœur du Texas avec les fiers patriotes conservateurs, qui mènent courageusement la bataille pour sauver notre pays. C’est de ça qu’il s’agit.

Pendant un an avant l’élection, les médias Fake News ont dit qu’on pouvait se demander comment le Texas allait voter. Que tout n’était pas joué. Vous savez ce que signifie « tout n’est pas joué » ? Que c’est serré. Et ils avaient raison, sauf que c’était serré – pour Biden. Pas pour vous et moi. Ils ont dit : « Les bureaux de vote ont fermé au Texas. Donald Trump a gagné le Texas. » Pendant combien de temps avons-nous entendu ça ? Ça ne sera jamais serré si nous avons le bon candidat. Cet Etat ne sera jamais hésitant [entre un démocrate et un républicain]. C’est un endroit très, très spécial, et nous allons le garder comme ça.

Le Texas, rempart contre la gauche radicale

[Donald Trump emploie l’expression « radical left », qui en français n’est pas tout à fait « extrême gauche ». S’il n’utilise pas l’expression « far left », c’est parce qu’il fait une différence entre la gauche dure « radical left », la gauche socialiste et marxiste – socialiste et marxiste n’étant pas différents pour nous – et l’extrême gauche fasciste qui est plus activiste : Antifa, Black Lives Matter, les théoriciens de la race critique. J’emploie donc la traduction « gauche radicale » quand Trump dit radical left].

Avec l’aide de tout le monde ici aujourd’hui, nous allons vaincre la gauche radicale, les socialistes, les marxistes, et les théoriciens de la race critique. Qui a même eu l’idée saugrenue d’utiliser ce terme ? Nous allons sécuriser nos frontières. Nous allons stopper la cancel culture de la gauche. Nous allons rétablir la liberté d’expression et des élections équitables, et nous rendrons à l’Amérique sa grandeur. C’est aussi simple que ça.

Depuis le tout début, les personnes présentes dans cette salle ont été parmi les plus fidèles et les plus féroces partisans de notre incroyable mouvement, le plus grand mouvement politique de l’histoire de notre pays. Et je peux le dire car personne ne m’a jamais démenti. Regardez tous ces gens des fake news là-bas [en désignant les cameramen]. Ils ne se mesurent pas à nous.

Je veux remercier personnellement chacun d’entre vous pour votre incroyable soutien, et votre soutien à CPAC. Vous n’avez jamais cessé de vous battre pour moi, et je ne cesserai jamais, jamais de me battre pour vous. C’est promis. Je tiens particulièrement à remercier deux personnes merveilleuses et vraiment extraordinaires qui rendent cet incroyable événement possible. Vous les connaissez presque aussi bien que moi. Matt et Mercedes Schlapp. Merci, merci. Levez-vous, s’il vous plaît. Merci. Merci à vous.

Le public : « Trump a gagné ! Trump a gagné ! »

Merci. C’est vrai. Nous avons tous gagné. Il y a aussi avec nous un vrai conservateur texan, et un vrai leader. Où est-il ? Ken Paxton. Nous aimons Ken. Merci beaucoup, Ken. Nous apprécions que tu sois là. Nous sommes également reconnaissants d’être rejoints…

  • [Quelqu’un crie des insultes dans la salle]

Le public : « USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA. USA. »

Qu’il rentre chez lui, qu’il rentre chez sa maman. Sa maman est une de nos grandes supportrices, d’ailleurs. Il va avoir une nuit difficile. Nous sommes heureux d’être rejoints par une merveilleuse – pas seulement une personne politique – mais une merveilleuse personne, le gouverneur Kristi Noem. Merci, Kristi. Et nous avons beaucoup de membres du Congrès ici. Puis-je demander à nos excellents membres du Congrès de se lever, s’il vous plaît ? Quel groupe. Des guerriers !

Elections truquées, Amérique sabotée

Nous allions si bien jusqu’aux élections truquées. Nous nous en sortions très bien. Mais aujourd’hui, cet héritage est menacé comme jamais auparavant. Qui aurait cru que cela puisse arriver ? Même Bernie Sanders a dit : « Je n’aurais jamais cru que cela puisse arriver. » C’est un doux mot en comparaison de ce qu’ils font. En l’espace de quelques mois, Joe Biden a amené notre pays au bord de la ruine. Ici même, au Texas, nous sommes l’épicentre d’une crise frontalière et migratoire comme on n’en a jamais vu dans l’histoire de notre pays.

Dans le même temps, ils ont totalement détruit votre industrie énergétique. Sous mon administration, nous avons réalisé une réduction historique de l’immigration illégale. Cela n’était jamais arrivé auparavant à ce point. Nous avons mis fin à l’horrible système « appréhender/libérer », où nous attrapons un criminel et le relâchons dans notre pays. Nous avons dit : « Restez au Mexique ». Et ça a très bien marché, et nous avons eu le soutien du Mexique. Qui d’autre pourrait faire ça ? Et vous avez un grand président du Mexique, un de mes amis. Il a fait un excellent travail. Nous sommes dans des camps opposés, mais nous nous entendons très bien, et il a été formidable, et je l’apprécie.

Nous avons mis fin à la fraude en matière d’asile, et nous avons conclu des accords cruciaux avec d’autres pays pour mettre fin à l’immigration clandestine. Nous avons même appelé ça, « restez au Mexique. Vous ne viendrez pas ici ». Aujourd’hui, ils les libèrent ici et leur disent : « Revenez dans trois ans pour un procès. » Seulement ceux qui ne sont pas très malins reviennent. Je veux être gentil. Seuls les pas malins reviennent, c’est-à-dire environ un pour cent.

On a réduit l’afflux de drogue à la frontière dans des proportions jamais vues. On a arrêté les caravanes de migrants. Vous n’avez plus vu ces caravanes. Préparez-vous, car elles arrivent en ce moment même. Vous les avez regardées passer. Dans ces caravanes, vous avez des criminels.

Nous avons porté un coup fatal au gang MS-13. Nous avons expulsé des étrangers criminels par milliers, et nous avons construit près de 700 km de mur frontalier, exactement le genre de mur que la patrouille frontalière voulait. Je pensais qu’on pourrait utiliser une belle dalle de béton. Ils m’ont dit : « Monsieur, nous voulons de l’acier, du béton et des barres d’armature. Et ça doit être câblé. Le Démocrates, ils voulaient des drones. Vous vous souvenez qu’ils voulaient des drones ? J’ai répondu, « Les drones, ça ne va pas arrêter les gens. »

Les murs, ça marche

Les murs, ça marche. Demandez à Nancy Pelosi. Elle a un joli mur autour de sa maison. L’administration Biden a fait de la frontière le plus grand désastre de l’histoire américaine, et peut-être de l’histoire mondiale. Personne n’a jamais vu une frontière comme celle-là. Les autres pays n’ont pas de frontière comme ça. Les passages illégaux de la frontière ont augmenté de 1000 % par rapport à l’année dernière.

Pour les trois derniers mois consécutifs, plus de mineurs étrangers illégaux sont arrivés que n’importe quel autre mois dans l’histoire des États-Unis. C’est le principal pipeline pour MS-13. Ils amènent des recrues dans tous les Etats de notre pays. Ils gèrent ça comme un business. Mais pas avec moi. On les a jetés dehors. L’ICE [police de l’immigration], des grands patriotes. Des durs, l’ICE.

Les jeunes clandestins arrivent, et leur arrivée est en hausse de près de 500 %. Et ils sont installés dans les villes et villages de tous les États-Unis aux frais des contribuables. Et les habitants de ces villes et villages n’ont aucune idée de leur arrivée. Les contribuables seront également obligés de payer pour que des parents soient transportés par avion depuis l’Amérique centrale pour les rejoindre. Avez-vous déjà entendu parler de la migration en chaîne ? Vous entrez illégalement, et nous faisons aussi venir votre mère, votre père, vos grands-parents, vos frères, vos sœurs, vos tantes et vos oncles. Quelqu’un d’autre veut venir ? Entrez, entrez !

Mais cette administration ne fait pas ce qu’il faut. Pour beaucoup de ces enfants, c’est une chose terrible qui leur arrive, ils sont sous surveillance pour risque de suicide. Ils finissent dans un endroit dont ils n’ont aucune idée d’où il se trouve. Notre pays tout entier est devenu une frontière. Pendant ce temps, les expulsions de l’ICE sont au niveau le plus bas jamais atteint. Toute l’Amérique est maintenant une ville sanctuaire géante. Nous nous battions contre les villes sanctuaires, et nous nous en sortions très bien. Elles sont faites pour les étrangers criminels. C’est ce à quoi elles sont destinées. Sous notre administration, nous avons envoyé un message très différent aux coyotes [passeurs], aux trafiquants d’êtres humains, aux passeurs d’enfants, aux cartels criminels et aux membres sauvages du gang MS-13. Lorsque j’étais président, les criminels étrangers illégaux savaient que s’ils franchissaient notre frontière, ils seraient attrapés, détenus, envoyés en prison ou renvoyés d’où ils venaient. Nous avons créé la frontière la plus sûre de toute l’histoire américaine, et de loin.

La crise frontalière de Biden contribue également à une vague de criminalité sans précédent. Même sans cela, vous la voyez dans les villes dirigées par les démocrates. Le bain de sang et la violence dans ces villes atteignent des proportions épidémiques. Les homicides ont augmenté de 42 % à Los Angeles, de 37 % à Philadelphie, de 68 % à Atlanta et de plus de 500 % à Portland par rapport à la même période l’année dernière. Portland ! Ce qu’ils ont fait à Portland, et rien n’arrive à Antifa, et rien n’arrive à BLM. Mais les gens qui sont patriotes ou conservateurs ou républicains, ils restent en prison, et ils détruisent leurs vies. Nous n’allons plus accepter cela.

A New York, la criminalité est hors de contrôle. Elle atteint des niveaux records et personne n’est poursuivi, sauf bien sûr des républicains innocents. Les démocrates savent que leur politique en matière de criminalité est si impopulaire, si radicale, si folle, qu’ils essaient maintenant de prétendre qu’ils n’ont jamais mené le mouvement pour le définancement de la police. C’est de la désinformation. « Nous n’avons jamais dit de dégraisser la police. Vous savez qui l’a fait ? Les Républicains. » Ça s’appelle de la désinformation.

Et la Russie ? « Trump a fait collusion avec la Russie. Il aime la Russie. Il aime Poutine. » Il s’est avéré que c’était les démocrates. Après deux ans, les gens ont vraiment cru à ces trucs. Mais maintenant, ils disent qu’on a définancé la police. On ne l’a jamais fait. Ça s’appelle de la désinformation. Vous devez en être conscient.

Attaque rangée contre la police, la constitution, la liberté d’expression, le port d’arme

C’est très simple. Si vous êtes en faveur du désengagement de la police, votez pour les démocrates de la gauche radicale, et vous verrez ce qui se passe dans les villes où ils ont désengagé la police. Il n’y a jamais rien eu de pire. Si vous voulez plus de police dans les rues, votez pour les Républicains de l’Amérique d’abord ou, disons-le très simplement, votez pour MAGA. Make America great again. MAGA. MAGA, MAGA, MAGA.

Les mêmes démocrates d’extrême gauche qui définancent la police mènent également une croisade pour vous priver, vous, les citoyens américains respectueux de la loi, de votre droit au second amendement. Je vous le répète. Je vous l’avais dit. J’ai préservé ce droit à 100 %. Vous pensez que c’était facile ? Ce n’était pas facile. Il y avait tellement de pression. Les républicains ne doivent jamais hésiter à demander que le droit de garder et de porter des armes ne soit pas enfreint. On ne peut pas laisser faire.

Mais il n’y a pas que le deuxième amendement que les gauchistes veulent détruire. Ils travaillent dur pour abolir le Premier amendement aussi. Probablement tous les amendements, quand on y réfléchit bien. Pourquoi pas ? L’attaque de la gauche radicale et des grandes entreprises technologiques contre la liberté d’expression est illégale. C’est inconstitutionnel, et c’est complètement anti-américain.

Pour protéger les droits constitutionnels et les libertés de chaque citoyen, j’ai déposé cette semaine une action collective [en justice] majeure. Beaucoup de gens m’ont rejoint. Un grand recours collectif contre les géants de la technologie. Nous poursuivons Facebook, Twitter, et Google.

Nous poursuivons Mark Zookerbucks, Jack Dorsey et les autres milliardaires de la Silicon Valley devant un tribunal fédéral, et nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que nous ayons mis fin à cet assaut contre nos libertés et jusqu’à ce que nous ayons restauré le droit sacré à la liberté d’expression pour chaque Américain. Qui l’aurait cru ? Qui pourrait croire que nous parlions encore de ce sujet il y a deux ans, trois ans ? Qui l’aurait cru ?

Ingérence et fraude électorale

En plus de leurs attaques malveillantes contre la liberté d’expression, ces tyrans de la Silicon Valley attaquent notre démocratie elle-même. L’ingérence électorale de la big tech en 2020 a été une attaque scandaleuse contre notre République et contre l’électeur américain. Des choses terribles sont arrivées à notre pays.

Mark Zuckerberg a dépensé à lui seul 400 millions de dollars pour s’ingérer dans les élections. Dans pratiquement tous les États clés, il a financé des boîtes de dépôt sans personnel et sans protection qui ont été déployées dans des villes dirigées par des démocrates et dans des circonscriptions fortement démocrates, pour ramasser les bulletins de vote qui étaient censés être à 94, 95, 96 % pour Joe Biden – oui parce qu’il a si bien fait campagne depuis son sous-sol. Et Biden a fait nettement mieux que Barack Hussein Obama auprès de la population noire dans les Etats qui peuvent basculer ? Même s’il a fait très mal avec les Noirs dans tout le pays, dans ces cinq endroits, il a fait très fort ? Cinq endroits, il a fait très bien. Il a battu Obama auprès de la population noire. Mais ils ont fait ça et d’innombrables autres stratagèmes pour booster illégitimement et illégalement le vote démocrate. Les boîtes de dépôt ont apporté leurs bulletins souvent très en retard. Où sont-elles ? Que s’est-il passé ? Elles sont censées être là. Elles ne le sont pas. Je peux vous dire ce qui s’est passé. Ils étaient parfois en retard de plusieurs jours dans les zones de comptage des votes.

En même temps, les géants de la technologie ont travaillé ensemble pour supprimer et diminuer la couverture médiatique négative pour Joe Biden. Regardez toutes ces histoires qui sont apparues, et elles ont été effacées. Tout ce qui était négatif pour Biden ou les démocrates de la gauche radicale, ils l’ont supprimé. L’exemple le plus horrible, le plus vieux journal d’Amérique, un de mes préférés. Le New York Post a révélé l’un des plus grands scandales de l’histoire d’une élection présidentielle, fournissant des preuves extraordinairement détaillées de la corruption de Joe Biden. Et où est Hunter Biden ? Vous savez où il est ? Il peint en ce moment pour 500 000 $ la pièce. Où est Hunter ? Même s’il n’a jamais peint auparavant. Il a établi un record pour le prix le plus élevé pour une personne qui n’a jamais peint un tableau avant.

Puis, sans le moindre fondement, Twitter et Facebook ont banni le compte rendu de cette terrible histoire par le New York Post.

Après l’élection, un sondage a montré qu’au moins 10 % des électeurs de Joe Biden auraient changé leur vote s’ils avaient été au courant des scandales de Joe et Hunter Biden, ce qui aurait suffi à faire basculer les résultats de nombreux États.

La vérité a été dissimulée, et cela a eu un impact énorme sur l’élection.

Cela ne doit plus jamais arriver au candidat présidentiel d’un autre parti. Cela ne doit plus jamais arriver. Nous sommes la risée du monde entier. Et vous savez qui le sait mieux que les gens dans cette pièce ? Les démocrates. Ils le savent. De plus, ces grandes entreprises technologiques ont interféré et sapé l’intégrité sacrée des urnes en censurant toute discussion honnête sur la fraude électorale. Vous dites fraude électorale, vous êtes annulé. La cancel culture, ils sont très durs avec ça. Lisez le magazine Time d’il y a quatre mois, l’article de couverture. Ils n’ont pas pu s’en empêcher.

Ils veulent éviter de parler des résultats de l’élection. Chaque fois que les médias font référence à la fraude électorale, ils disent que la fraude est « non prouvée ». « Aucune preuve ? Il y a tellement de preuves. Vous avez vu ce qui s’est passé en Géorgie l’autre jour. Ils ont trouvé 35 000 votes. Puis ils ont supprimé en Géorgie plus de 100.000 votes. J’ai dit : « Pourquoi n’avez-vous pas essayé de le faire avant l’élection ? Nous avons perdu de tant de voix. Pourquoi ne l’avez-vous pas fait avant l’élection ? »

Il y a de mauvaises choses qui se passent dans ce pays, de très mauvaises choses. Nous avons toujours eu la réputation d’être un pays merveilleux, brillant, et maintenant tout le monde sait. Ils ont observé, et ils voient ce qui s’est passé.

Le gouverneur de la Géorgie et le secrétaire d’État de la Géorgie nous ont laissé tomber. Et d’ailleurs, la loi sur le vote qu’ils ont adoptée est bien plus faible que celle du Texas et d’autres États. Vous entendez ça, M. le procureur général ? Ils n’ont même pas de vérification de signature. Pourriez-vous imaginer faire passer une loi sur le vote ? Et vous remarquez que c’est le seul Etat qui est poursuivi par le gouvernement fédéral. Vous savez pourquoi ? Parce que c’est une cible facile, parce que le gouverneur et le secrétaire d’État ne se défendront.

Je ne vous dis que la vérité. Et la raison pour laquelle le procureur général des États-Unis s’en prend à la Géorgie, c’est que ce qu’ils ont fait est si grave, et ils vont probablement gagner. Maintenant, Stacey Abrams en Géorgie les a faits signer ce qu’on appelle un décret de consentement obligatoire, qui n’a pas été approuvé par la législature, donc il est illégal, et rend très facile pour les démocrates de tricher et de gagner des élections.

Un test cognitif pour Biden ?

J’ai dit : « Doc [Ronny], et si je faisais un test cognitif ? » Il m’a dit : « Vous pouvez le faire, monsieur. Mais si vous le faites, ce sera public. » J’ai répondu : « Qu’est-ce qui ne va pas avec ça ? » Il a dit : « Si vous ne réussissez pas, monsieur, ce ne sera pas beau à voir. » J’ai dit : « C’est dur ? » Il a répondu : « Après les cinq premières questions, ça devient très difficile. » J’ai dit : « Essayons », et je l’ai fait et j’ai réussi.

L’un des médecins a dit qu’il n’avait jamais vu quelqu’un réussir. Et certaines de ces questions ne sont pas faciles, je vous le dis. Comment pensez-vous que Joe s’en sortirait avec un test cognitif ? On ne sait jamais. Peut-être qu’il est… en dessous.

Malheureusement, c’était une élection où la personne qui compte les votes était bien plus importante que le candidat, peu importe le nombre de votes que ce candidat a obtenu, et nous avons obtenu un nombre record de votes. Ce qui s’est passé est une honte pour notre nation, et nous sommes vraiment méprisés et dédaignés dans le monde entier. N’oubliez jamais que la gauche radicale n’a pas la majorité dans ce pays. Nous sommes la majorité et de loin.

Et quand vous regardez leurs politiques, il n’y a tout simplement aucune chance qu’ils y arrivent. C’est impossible.

L’armée faible. Ils se battent contre l’armée, contre les budgets. On a besoin d’une armée forte en ce moment, très forte. Et avoir reconstruit l’armée américaine est l’une de mes plus grandes réussites. C’était une armée malade et fatiguée. L’équipement était vieux et épuisé. Et maintenant, nous avons ces tout nouveaux F-35 et tout est flambant neuf, et nous avons une grande armée.

Sondages truqués

Mais la gauche radicale triche dans les élections et les médias d’information trichent dans les sondages, comme de me donner 17 points de retard juste avant l’élection dans le Wisconsin. ABC News, Washington Post, juste avant… Maintenant quand les gens entendent ça, ça s’appelle la suppression : les électeurs se disent, « nous aimons le président, mais restons à la maison ». J’avais 17 points de retard, alors que je pensais que je gagnais l’État, et nous avons, à mon avis, gagné, mais c’était très serré. Même selon leurs faux chiffres, c’était très serré.

Et curieusement, en 2016, il s’est passé exactement la même chose. Ils me donnaient 19 points de moins. Les mêmes personnes, ABC News, Washington Post, suppression. J’avais 19 points de moins et j’ai gagné l’État. Donc c’est un faux sondage. Ça devrait être illégal. Au moins ils se sont améliorés. 17 points au lieu de 19. On les a eus par surprise en 2016. Ils ont dit : « On ne laissera jamais ça se reproduire. » C’est ce qui s’est passé.

Les médias, ennemis du peuple

C’est la seule fois dans l’histoire où quelqu’un dit « Nous allons augmenter vos impôts. »

Les Américains ne soutiennent pas la gauche woke. Le peuple est avec nous. Vous n’avez pas idée à quel point. Dans un récent et très respecté sondage Rasmussen, 58 % des électeurs disent que les médias sont vraiment l’ennemi du peuple. Pensez-y, 58 %, et seulement 23 % ne sont pas d’accord. Personne ne peut me dire que le définancement de la police, l’ouverture des frontières, l’augmentation des impôts… Avant, quand on se présentait aux élections, on disait « Nous allons réduire vos impôts ». C’est la seule fois dans l’histoire où quelqu’un dit « Nous allons augmenter vos impôts. »

« Oh, je vais voter pour lui. Je veux qu’on augmente mes impôts. »

Et ils augmentent vos impôts pour le gaspiller dans le Green New Deal, qui est un non-sens.

Donc ils veulent remettre en place les régulations. J’ai supprimé plus de réglementations que tout autre président dans l’histoire. Et c’est ce qui nous a donné vraiment… Je pense en fait que c’était plus important que les impôts, que la réduction des impôts. Il fallait 20 ans pour que les autoroutes et les routes soient approuvées, et nous avons ramené ce délai à deux ans, et nous allions essayer de le ramener à un an. Maintenant, nous allons devoir attendre un peu, je suppose. Ça va remonter à 18 ou 20 ans assez vite, et puis on va le faire redescendre un jour. Il faut juste attendre.

Vicieux démocrates

Les démocrates sont mauvais en politique, mais ils sont très vicieux, intelligents et solidaires. Ils n’ont pas de Mitt Romneys et de petits Ben Sasses et Bill Cassidy. Bill Cassidy ? Il fait campagne dans le grand état de Louisiane. Il fait campagne en disant qu’il est l’ami de Trump. Trump est présent dans toutes ses publicités. « Trump, Trump, Trump, Trump », et puis il vote pour me destituer. Vous pouvez le croire ? J’ai toujours ressenti ça à propos de ce type. Un poids plume. Mais vous avez un autre très bon sénateur, John Kennedy. Il est très bon. Un très bon sénateur. Et Bill Cassidy ne peut pas se promener dans les rues de la Louisiane sans qu’on lui dise des choses désagréables.

Ils n’ont aucune personne, les Démocrates, comme la belliciste Républicaine la plus utilisée dans l’histoire de notre pays par les Démocrates : Liz Cheney. Ils s’en servent tout le temps. Chaque fois qu’un démocrate se lève pour faire un discours… « Et pour citer Liz Cheney… »

Les démocrates sont impitoyables, mais ils sont unis. Ils n’ont pas des types comme Romney. Ça doit être merveilleux de vivre comme ça, mais ils ont une mauvaise politique, une politique qui va détruire notre pays.

Dictature socialiste, justice partiale

Comme les mouvements socialistes et communistes à travers l’histoire, les gauchistes d’aujourd’hui ne croient pas à la liberté, ils ne croient pas à l’équité, et ils ne croient pas à la démocratie. Ils croient à la morale marxiste.

Tout est justifié tant que cela blesse leurs adversaires politiques et fait avancer l’agenda radical de leur parti. C’est un programme radical comme personne n’en a vu auparavant. Sous nos yeux, les démocrates de la gauche radicale transforment la loi elle-même en une arme de persécution partisane. C’est de la persécution. Regardez ce qu’ils font à des gens incroyables comme Rudy Giuliani. Je veux dire, c’est un incroyable… le plus grand maire de l’histoire de la ville de New York, un grand combattant contre le crime.

Et ils utilisent les impôts contre les conservateurs et les chrétiens – comme ils l’avaient fait avec le Tea Party, mais en pire.

Il y a maintenant deux sortes de lois dans ce pays, une pour la foule de gauche, les émeutiers et les déchaînés qui peuvent faire ce qu’ils veulent à qui ils veulent. Et il y a un autre ensemble de règles pour les Américains conservateurs et respectueux des lois, qui se trouvent être des républicains, qui veulent simplement dire ce qu’ils pensent et exercer leurs droits, comme parler d’une élection truquée.

Rudy Giuliani

Rudy Giuliani… je le pense vraiment, il est de loin le meilleur maire qu’a eu la ville [de New York].

L’un des plus grands combattants du crime de sa génération s’est vu retirer sa licence de droit par la gauche radicale, tout ça parce qu’il se battait contre un résultat électoral qu’il considérait comme corrompu. Cela signifie que vous ne pouvez jamais, jamais vous battre contre quoi que ce soit. Selon la norme qui a été appliquée à Rudy, les avocats ne sont plus libres de représenter leurs clients, et leur gagne-pain lui-même dépend d’une seule chose : s’ils veulent ou non combattre la corruption.

Rudy s’est battu parce qu’il a vu que l’élection était truquée. Et parce qu’il s’est battu, ils lui ont retiré sa licence d’avocat à New York et à Washington, DC. Et c’est un grand homme. C’est un homme… J’ai vécu à New York. On pouvait se promener dans les rues. On était fier de la ville. On n’est plus fier de la ville. On n’est pas fier de ce qui se passe. Alors que de nombreux démocrates se sont battus vicieusement et ont été pris à mentir sur l’élection de 2016… ils mentaient… rien ne s’est passé contre eux. Et la Russie. Vous vous souvenez de la Russie ? Je vois Devin [Nunes] ici.

Hoax de la collusion avec la Russie

Quand je suis arrivé, il [Nunes] était dans le sous-sol d’un immeuble de bureaux, le sous-sol de la Maison-Blanche. Ils ont dit, « Monsieur, il y a un membre du Congrès. » Il fouillait dans des dossiers parce qu’il savait que ce que disait le shifty [Adam] Schiff était une pure connerie. Vous l’avez compris. C’était des foutaises inventées.

Devin a reçu la Médaille Présidentielle de la Liberté, avec Jim Jordan de l’Ohio pour le courage incroyable dont ils ont fait preuve. Merci beaucoup.

Je raconte souvent cette histoire, pendant la campagne, les gars venaient me voir… « on s’en sort bien ». Nous sommes en 2016…

– « Monsieur, savez-vous quelque chose sur la Russie ? »
– « Non. Qu’est-ce que je suis censé savoir ? La Russie, je connais la Russie. Mais je ne sais pas… »
Deux mois plus tard, un type arrive, différent.
– « Monsieur, qu’est-ce que vous avez à voir avec la Russie ? Avez-vous quelque chose à voir avec elle ? »
– « Non. Pourquoi vous demandez ça ? »
Puis après quatre ou cinq types qui se sont présentés, j’ai dit : « Qu’est-ce qui se passe avec la Russie ? » Et c’était le hoax.

Et puis nous avons traversé des années avec Mueller et il n’y avait pas de collusion. Oh, ils voulaient… 18 démocrates en colère, oh ils s’en sont pris à nous. Ils vont faire un essai à New York maintenant. En fait, ils utilisent des photocopies des mêmes trucs que j’ai battus à Washington. Si quelqu’un doit perdre son emploi, sa licence d’avocat, et faire l’objet d’une enquête pour crime, ce n’est pas Rudy Giuliani, c’est Adam Schiff.

Adam Schiff, menteur comme un arracheur de dents

Adam Schiff est un type très malhonnête. Il avait l’habitude de se tenir devant un micro et de mentir comme un arracheur de dents.

– Je disais : « Ce type est… »
– Il se levait : « C’est un triste jour pour notre pays. Le président Trump travaille pour la Russie. »
– Je disais : « Mais de quoi il parle ? »

Et c’est moi qui ai démasqué la Russie pour la plus grande affaire qu’elle ait jamais faite, le pipeline vers l’Europe. Je l’ai fait fermer, et maintenant Biden l’a ouvert. Ils vont se faire une fortune.

Bill Barr et le marécage corrompu de Washington

J’ai été destitué deux fois. Je n’ai pas changé. Je suis devenu pire

Mais des types comme Andy McCabe, et James Comey, et James Clapper, et vous vous souvenez des deux amoureux, Peter Strzok et Lisa Page [deux cadres du FBI qui ont enquêté contre Donald Trump et se sont échangés des SMS expliquant comment faire tomber Trump] ? Tous les autres coupables qui n’ont subi aucune conséquence, même s’ils savaient que c’était une arnaque qu’ils avaient créée. Ils ont créé un hoax [la collusion russe]. Et je dois être honnête avec vous, je n’ai jamais dit cela parce que je ne le voulais pas, mais je vais le faire : je suis très déçu que Bill Barr n’ait pas été capable de demander des comptes à qui que ce soit pour les innombrables abus de pouvoir des démocrates.

Nous n’avons pas demandé de comptes aux fonctionnaires corrompus qui ont espionné notre campagne… Souvenez-vous, j’ai dit : « Ils espionnent notre campagne ». Et dis donc, c’est comme si le tonnerre s’était déchaîné. Pas contre les auteurs du dossier bidon, ils n’ont pas été tenus responsables. Pas les femmes qui ont calomnié, menti et diffamé Brett Kavanaugh. Elles ont dit, « Brett Kavanaugh, il a eu une liaison. » Ils ne les ont pas poursuivies. Elles ont tellement menti. Ni un seul des nombreux délinquants qui ont menti au Congrès, encore et encore. Aucun des auteurs de fuites illégales, aucune des personnes responsables de la corruption de nos élections. Il n’y a pas de plus grand crime [que de ne pas poursuivre les coupables]. Barr ne voulait rien avoir à faire avec ça. Il ne voulait tout simplement pas le faire. Mais c’est peut-être compréhensible, parce qu’il est devenu un homme différent. Je l’ai toujours aimé. Mais j’ai dit, « Bill, tu dois bouger ton cul. Notre pays est attaqué. » Mais il est devenu un autre homme quand les démocrates ont vicieusement déclaré qu’ils voulaient le mettre en accusation. Ils se sont déchaînés. « Nous voulons le mettre en accusation. Nous allons mettre en accusation Bill Barr. On va le mettre en accusation. » Il est devenu différent. Je comprends ça. Je ne suis pas devenu différent. J’ai été destitué deux fois. Je n’ai pas changé. Je suis devenu pire.

Donc je suppose que je peux le comprendre.

Mais il y a juste un jour de ça, j’ai reçu une déclaration du procureur américain, très respecté, en Pennsylvanie, disant que Bill Barr ne lui a pas permis d’enquêter sur la fraude électorale. Pouvez-vous le croire ?

Maintenant, vous devez comprendre, Philadelphie est le deuxième endroit le plus corrompu de la nation… donc je comprends, ok ? Vous savez quel est le premier ? Detroit. Detroit est tellement corrompu. Philadelphie est si corrompue. Mais le procureur n’était pas autorisé à enquêter… Ça vient d’être révélé dans une lettre. Tu n’es même pas au courant de ça, Devin, n’est-ce pas ? Matt, c’est une grosse affaire. Qu’est-ce que vous en pensez ? Nous avons une lettre. Vous devrez l’obtenir de lui parce que je veux rester en dehors de ça. Demandez-là au procureur, je suis sûr qu’il sera prêt à vous la fournir, il nous l’a donnée. Il n’a pas été autorisé à faire son travail. Il était tout enthousiaste, et puis tout d’un coup, c’était comme s’il s’était éteint. D’autres aussi.

Fraude électorale et pressions

C’est vrai pour tant d’autres, y compris lorsque le ministère de la Justice a omis de dénoncer le bourrage des urnes qui a eu lieu tard dans la nuit en Géorgie. Vous vous en souvenez ? Ils ont inventé l’histoire d’une rupture de conduite d’eau pour que les gens et la sécurité quittent les lieux, puis ils se sont mis à bourrer les urnes de bulletins de vote. Mais maintenant, cet événement, grâce à moi et à de très bonnes personnes, est au tribunal. Nous verrons comment cela se terminera. Et Bill Barr m’a dit, « Monsieur, nous avons enquêté. Nous n’avons rien trouvé. »

Tout ce que vous avez à faire, c’est de regarder la vidéo. Au fait, il n’y avait pas de rupture de conduite d’eau. Vous vous souvenez ?
– J’ai dit à Barr : « Et la conduite d’eau ? »
– « Oh, je n’ai pas entendu parler de ça. »
Eh bien, moi j’en ai entendu parler. Ils ont dit qu’il y en avait une, et les gens se sont sauvés en courant, sauf un groupe de personnes qui est revenu. Boom, boom, boom.

Cette histoire-là, elle est facile. Tout ce que vous avez à faire, c’est de regarder la vidéo. C’est incroyable ce que les vidéos peuvent montrer. Le fait est que les Républicains jouent un jeu beaucoup plus gentil que les Démocrates, mais sur la base de ce que nous avons vu et de ce dont nous sommes témoins maintenant, avec toutes les poursuites judiciaires et autres fautes professionnelles en cours, peut-être que les Républicains devront repenser leur jeu. Louie Gohmert serait d’accord avec ça. Louie Gohmert, je dois faire attention avec lui. Ne dites pas que je l’ai dit, mais en fait Louie Gohmert est pire que n’importe quel démocrate, mais nous devons le retenir.

Où sont les rapports sur la corruption derrière le dossier russe ?

Et au fait, où est Durham ? Il a disparu. Pourquoi n’ont-ils pas utilisé l’excellent rapport Horowitz [à charge contre les démocrates] ? C’est incroyable.

Même le New York Times a écrit un virulent éditorial sur James Comey, basé sur le rapport Horowitz. Il parlait des crimes et des mauvais actes commis par Comey, McCabe et autres. Et ce, avant même le rapport Durham. Je voudrais remercier l’inspecteur général Horowitz pour ce rapport. Il aurait dû être utilisé. Ils n’ont pas voulu l’utiliser. Je suppose que c’est l’État profond [Deep State]. Je ne sais pas à quoi ils pensent. Mais si vous ne pouvez pas attendre Durham, lisez simplement le brillant fil de discussion d’un homme nommé Daryl Cooper sur Twitter. Il raconte toute l’histoire. Vous devez le lire.

Comme il le dit, « Nous savons que le dossier Steele était la seule preuve pour justifier l’espionnage de la campagne Trump. » Pensez-y. Ils ont espionné ma campagne et rien ne leur arrivera. Pouvez-vous imaginer ce qui se serait passé si j’avais espionné la campagne de Biden ou celle d’Obama ? Ils ont espionné ma campagne, nous les avons attrapés, et rien ne s’est passé. Le FBI savait que le dossier Steele était une opération du DNC, payée par le DNC et l’escroc Hillary Clinton, qui, soit dit en passant, est la personne la plus en colère aux États-Unis aujourd’hui. Vous savez pourquoi ? Elle a dit : « Pourquoi diable n’avez-vous pas [volé les élections par la fraude] pour moi en 2016 ? ».

Hillary est furieuse

Elle a dit, « Pourquoi vous n’avez pas triché pour moi en 2016 ? » En fait, la course était beaucoup plus serrée.

Le New York Times m’a posé une question :
– Qu’est-ce qui s’est passé en 2020 qui était différent de 2016 ?
– J’ai répondu : « Eh bien, je vais vous le dire. Nous avons fait beaucoup mieux en 2020. Nous avons obtenu 12 millions de voix de plus. Nous avons gagné avec une marge beaucoup plus importante. »

2016 était très serré, et Hillary a dit : « Pourquoi n’avez-vous pas fait ça pour moi ? Pourquoi n’avez-vous pas triché pour moi, bon sang ? J’aurais pu être quelqu’un. J’aurais pu être quelqu’un. »

Le faux dossier Steele

La source de Steele a donné l’info au FBI, elle n’était absolument pas fiable, et ils n’ont pas informé le tribunal de tout cela. Et ils ont continué à espionner la campagne Trump. De plus, la presse a fait partie de cette opération véreuse. Vous le savez. Les règles électorales ont été changées. Les grandes entreprises technologiques ont censuré l’opposition. La violence politique a été légitimée et encouragée par la gauche. Et puis Trump, le président des États-Unis, a été banni des médias sociaux, par des loubards. J’ai été banni par des loubards. J’ai été banni par de mauvaises personnes. Ils sont les pires. Je ne dis pas que je suis parfait, mais ils sont bien pires que moi. Ils sont bien pires…

L’infiltration des institutions par la gauche

Je ne dirais pas que je suis parfait, mais ils sont bien pires que moi. En d’autres termes, tout le système a été truqué contre le peuple américain et truqué contre une élection juste, décente et honnête. Pendant des décennies, le mouvement conservateur a agi comme si tout ce qui comptait était les combats politiques à Washington ou que tout ce qu’il fallait pour l’emporter était de gagner une petite poignée d’affaires à la Cour suprême. Et nous sommes déçus par la Cour suprême. Je suis déçu, mais la bataille est bien plus grande et bien plus large que tout cela. La gauche radicale a méthodiquement pris le contrôle de toutes les grandes institutions centralisées de la vie américaine. Le système scolaire, les universités, les associations du barreau, regardez ce qui est arrivé à Rudy… les journalistes, Hollywood, les grandes banques, BigTech, et même la Cour suprême où nous obtenons des décisions inattendues parce que les neuf juges ne veulent pas que la Cour soit bourrée de nombreux juges [au lieu de 9]. Et les démocrates sont en position de bourrer la cour et les juges à la Cour suprême ne le veulent pas. Donc ils ne veulent pas regarder l’élection. Ils ont dit, « nous ne voulons pas voir » [la fraude].

Refus des tribunaux et de la Cour suprême d’examiner la fraude électorale

Nous avons eu [un dépôt de plainte devant la Cour suprême] par ce monsieur, juste là, du grand Etat du Texas, nous avions presque 20 Etats. Et nous avons pensé que nous avions un bon dossier.

Vous savez, je voulais déposer plainte personnellement, mais ils ont dit, « Monsieur, vous êtes le président. Vous n’avez pas la qualité pour agir. »

– J’ai dit, « Dans quel genre de système on est ? Attendez une minute. Je suis le président. »
– Ils ont dit : « Ceux qui ont qualité pour agir, ce sont les États. Et si vous pouvez en avoir un, deux ou trois… »

Ils en ont obtenu près de 20. Et les juges n’ont jamais regardé l’affaire. Mais nous avons des affaires en cours en ce moment où je pense que vous avez des juges patriotes. Nous verrons.

En d’autres termes, ce qui s’est passé, ce sont des choses vicieuses. Regardez la déclaration de [Chuck] Schumer quand il était sur les marches de la Cour suprême.

Au Congrès, si vous êtes un type comme Adam Schiff, vous pouvez mentir, mentir et mentir. Vous ne pouvez rien faire contre lui, il a l’immunité. Mais une fois que vous sortez de ce bâtiment… Schumer a dit des choses horribles. Il a fait des menaces de type mafieuses aux juges. Rien ne s’est passé.

C’est ce qui se passe avec notre Cour suprême. Ils ne veulent pas risquer qu’elle soit bourrée de juges. On ne veut pas avoir 24 juges [à la Cour suprême].

– Vous savez, ils ont dit 13.
– J’ai dit : « les démocrates sont trop malins pour 13. C’est un chiffre qui porte malheur. Pourquoi en auraient-ils 13 ? Alors ils en feront 15, mais probablement 23, ou 21, ou 19 ».

Si les juges [à la Cour suprême] avaient regardé l’affaire [de la fraude], nous aurions gagné cette affaire, à mon avis. Et elle n’aurait jamais été bourrée de juges parce qu’il y aurait eu un beau veto venant du bureau ovale. J’y aurais opposé mon veto parce que c’est une chose terrible. Mais les démocrates sont vicieux envers la Cour suprême et envers Kavanaugh.

Acharnement, chantage et persécution

« Oui, Bill Barr », ont-ils crié, « nous allons vous mettre en accusation. On va vous mettre en accusation. » Ca change les gens.

Et pourquoi pas Brett Kavanaugh ?

Ils ont dit : « Nous allons le destituer à cause de femmes qui ont admis que rien ne s’était passé ». Ca change les gens.

Elle n’était même pas dans le pays, l’une d’entre elles. Ce n’était qu’une arnaque inventée. Elles devraient être poursuivies. Et elles ne l’ont pas été. Mais avec Brett Kavanaugh, ils crient, « Nous allons le mettre en accusation ». Et vous savez quoi ? Comment va-t-il s’en sortir ? En votant pour les démocrates. C’est donc une chose très triste. Et il a traversé ce qu’aucune autre personne n’a jamais traversé. Son audition était la plus vicieuse, la plus horrible de l’histoire de notre pays. Je ne pense pas qu’il y ait jamais eu quelque chose de pire que ça.

Dans la ville et l’État de New York, des démocrates d’extrême gauche se sont présentés aux élections en promettant de me poursuivre en justice, moi, ma famille et mon entreprise, sans rien savoir de moi. Je n’ai jamais entendu parler de ces gens. Ils ne savaient rien de moi. On va l’avoir, la poursuite en justice.

– « Nous allons l’avoir. Nous allons avoir Trump. » Et elle a gagné sur la base de « On va l’avoir ».
– « Qu’est-ce qu’il a fait ? »
– « Je ne sais pas, mais on va trouver quelque chose. »

Ils sont à la recherche d’un crime. Pour eux, peu importe que des lois aient été violées. Le crime, c’est de s’opposer au parti démocrate, à la gauche radicale. C’est un comportement sans loi, tyrannique. C’est une persécution politique. Quelque chose tout droit sorti des pays communistes. Les quelques pays qui restent. Et pourtant, ça se passe ici en Amérique aux mains des démocrates de la gauche radicale. Et les Républicains, encore une fois, ne semblent pas comprendre, au plus haut niveau, ce qui se passe. Peut-être qu’ils vont devoir changer de méthode de travail.

La corruption de Hunter et Joe Biden

Notre mission est de résister à ce poison et de nous battre pour notre République, de tout notre cœur et de tout notre être. Pendant des décennies, les politiciens de carrière qui ont vendu notre pays, expédié nos millions d’emplois et envoyé nos enfants mourir dans des guerres étrangères sans fin, se sont tirés d’affaire avec la corruption la plus flagrante qui soit. Ces gens ont vendu notre pays.

Alors que le vice-président Joe Biden a fait voyager son fils Hunter à travers le monde sur Air Force Two, aspirant l’argent comme un aspirateur, les emails de Hunter montrent qu’il a collecté des millions de dollars auprès de nations étrangères, y compris l’Ukraine. Tout en mettant de côté une part pour le grand patron. Qui est le gros bonnet ? C’est Joe Biden.

Et Joe Biden a dit, « ils n’auront pas le milliard de dollars tant que le procureur ne sera pas viré ». C’est quoi ce bordel ? Vous imaginez si je disais ça ? Si je disais ça, ils me mettraient en accusation, et là, rien ne se passe.

Vous imaginez si je disais : « Ils n’auront pas leur milliard ». Il s’en vantait. Je ne sais pas à quoi il pensait. Savait-il que la vidéo tournait quand il a dit ça ? Et rien ne se passe, rien ne lui arrive. Vous savez pourquoi ? Parce que Bill Barr est un homme bien. Bill Barr et les républicains sont trop gentils. Ils sont trop gentils. Les Démocrates sont des gens vicieux [JPG : souvenez-vous, je dis ça, avec exactement les mêmes mots, depuis l’ère Obama, et à l’époque où Obama était président, lorsque je disais ça, je me suis attiré des remontrances de républicains].

Ils vont détruire notre pays, ils feront tout ce qu’ils peuvent pour y arriver.

Hunter a dit qu’il a donné la moitié de son salaire à papa et qu’il a payé de grosses sommes d’argent pour les dépenses de Joe Biden. Maintenant, Joe Biden a toutes ces propriétés. Il a toujours été que sénateur ou membre du Congrès, non ? Depuis de nombreuses années. Louie [Gohmert], je ne savais pas que tu gagnais autant d’argent et que tu avais des hôtels particuliers. Tu as des hôtels particuliers ? Est-ce que Louie Gohmert a des manoirs dans tout le Texas ? Je ne pense pas. Il a une maison et ça lui suffit.

Et malgré [cette corruption massive], pas un seul membre de l’establishment politique, si perfide et si corrompu, n’a jamais fait l’expérience de la persécution démente qui a été dirigée contre moi, ma famille, et tous ceux qui nous sont associés, tout le monde.

Melania Trump

J’ai descendu l’escalator [en 2015] avec notre future première dame. Elle est géniale. Elle a eu une carrière exceptionnelle. Elle a bien réussi jusqu’à ce qu’elle me rencontre et c’en fut fini pour sa carrière. Elle est cool avec ça. C’est la personne la plus cool et la plus confiante. Elle comprend mieux que quiconque. Et elle vous aime.

C’est là [dans l’escalator] que toutes ces chasses aux sorcières ont commencé. Tout ça parce que je place l’Amérique en premier, tout ça à cause de MAGA : Make America Great Again.

Plus de voix pour le second mandat qu’Obama et Clinton

J’ai obtenu plus de votes, 75 millions, que quiconque dans l’histoire de la présidence. Bien plus que Clinton, bien plus qu’Obama, et un record de 12 millions de plus qu’en 2016.

D’habitude, les présidents baissent un peu au deuxième mandat et ils gagnent, mais ils baissent un peu.

Un grand sondeur, vraiment quelqu’un de bien, John McLaughlin, m’a dit : « Monsieur, vous avez 63 millions de voix. Si vous montez à 64 ou 65, personne ne peut vous battre. Vous ne pouvez pas perdre. Merci John, merci beaucoup : je suis arrivé à 75 et j’ai « perdu » entre guillemets. J’ai perdu. C’est une honte. Mais ce qu’ils ont fait à ce mouvement, je pense qu’ils l’ont rendu plus fort.

Le soir des élections

Je n’oublierai jamais. Le soir de l’élection, on avait fait tellement mieux que ce qu’ils avaient imaginé dans leur imagination la plus folle. Ce qu’ils ont fait, ah ce qu’ils ont fait.

J’étais également en tête dans les sondages contre [Kamala] Harris. Parce que peu de gens pensaient que Joe se présenterait, mais on ne sait jamais. C’est un monde étrange, avec tous les autres qui allaient se présenter sur la gauche radicale…

Je pourrais avoir une vie belle et agréable…

J’aime mes Républicains, mais il faut vraiment leur botter le cul. Mais on les aime. On les aime parce que ce sont des amis, non ? Donc c’est bon. Je pense qu’on peut dire ça affectueusement. Les démocrates veulent que je parte et aussi vite que possible. Et je suis là, je pourrais avoir une vie belle et agréable. Et je suis là, un dimanche, au Texas.

Je veux dire, regardez cette salle. Regardez l’extérieur. Des milliers de personnes essaient d’entrer. La seule chose qu’on peut dire, c’est que la prochaine fois, on devra trouver un endroit plus grand, non ?

Nous représentons tout ce qu’ils détestent

La gauche radicale et l’establishment politique raté détestent notre mouvement pour une raison simple :

• Nous avons affronté ensemble les intérêts spéciaux corrompus.

• Nous avons fait face à l’ouverture des frontières [aux migrants illégaux] dont on parle tant [en ce moment], c’est dire à quel point ces frontières sont mauvaises.

Ils sortent des prisons, dans ces autres pays. Ils pensent que nous sommes stupides. Ils laissent sortir leurs prisonniers, ils les laissent venir dans notre pays : meurtriers, trafiquants de drogue, trafiquants de femmes. Ce sont surtout des femmes.

• Nous nous sommes opposés aux dictats absurdes du politiquement correct.

• Et nous avons dénoncé les gens qui s’enrichissaient en saignant notre pays à blanc. Et beaucoup d’entre eux étaient des politiciens. Contre les hurlements et les cris des intérêts des entreprises et des lobbyistes de Washington, nous avons exigé un commerce équitable pour les travailleurs américains et nous avons fait un excellent travail à cet égard.

• Nous avons finalement mis fin au pire accord commercial de l’histoire de notre pays, l’ALENA. Je ne veux pas manquer de respect à notre passé, mais les gens qui ont négocié cet accord étaient soit stupides, soit corrompus. On dit, « ou les deux ». C’est possible.

• Nous nous sommes retirés de l’horrible Partenariat Transpacifique, qui aurait détruit votre industrie automobile.

L’OMS

• Nous nous sommes retirés de l’arnaque de l’Organisation mondiale de la santé. Vous savez, l’OMS. Je me suis retiré parce qu’ils sont comme un orgue de barbarie pour la Chine, non ? Donc je me suis retiré. Ils m’ont appelé, ils voulaient qu’on revienne.

– « Monsieur, on veut vraiment que vous reveniez. On veut vraiment que vous reveniez. »
– J’ai dit : « Combien ça nous coûte ? »
– « Presque 500 millions par an. »
– « Combien la Chine paie-t-elle ? »
– « 39 millions par an. »
– J’ai dit : « Bon. Alors laissez-moi vous poser une question. Nous avons 325 millions de personnes, sans compter les étrangers en situation irrégulière. On a 325 millions d’habitants. La Chine a 1,4 milliard d’habitants. Ils paient 39 millions. Nous en payons 500. Alors laissez-moi vous poser une question. Est-ce que vous nous reprendriez si on payait 39 millions ? »
– « Oui. »
– J’ai dit, « Ok, je vais y réfléchir. »

Mais quand je suis sorti de l’OMS, c’était tellement populaire. Je n’ai même pas eu envie de revenir pour 39 millions parce que tout le monde, y compris le docteur Ronnie, a trouvé génial que je me retire parce qu’il comprend que c’est un orgue à tuyaux pour la Chine et pour d’autres, mais surtout pour la Chine.
– Alors j’ai dit, « Donc, je pourrais revenir pour 39 millions ? »
– « Oui, monsieur. »

Ok. C’est tout. Je n’y suis pas retourné, même à 39 millions, et j’ai refusé.

Et maintenant à cause de l’élection truquée, on est dehors, Biden est dedans. Et il a immédiatement dit, « On y retourne. »

Il y est retourné pour le même prix qu’ont payait avant.

Vous savez quoi ? 450 millions, quand vous avez affaire à des milliards et des trillions ce n’est pas grand-chose ? C’est beaucoup d’argent. Parce que c’est chaque année que nous payons presque 500 millions.

[Les Chinois] paient 39 millions. Leur pays est beaucoup plus grand, « Laissez-nous entrer pour 10 millions ». Je pense qu’ils auraient accepté. En fait, l’une des raisons pour lesquelles je n’étais pas content, c’est que j’aurais dû commencer plus bas. Au lieu de 30 millions, j’aurais dû dire : « Que diriez-vous de le faire pour 9 millions ? » Ou proportionnellement.

Donc, Biden y retourne et personne n’a dit, « Nous allons y retourner, mais nous voulons y retourner à 39 millions ou 30 millions ou 20 millions. »

Ils ont dit, « On va y retourner. On va y retourner. » Et maintenant ils vont payer ce qu’on nous a arraché pendant des années.

Et nous n’avons pas le contrôle de l’OMS. La Chine a un contrôle total et absolu. Nous n’en avons aucun.

Qu’est-ce que tu penses de ça, Matt [Schlapp] ? Au deuxième rang, notre procureur général par intérim, hein ? Vous avez subi beaucoup d’abus. Merci, Matt. Merci d’être ici.

C’est comme ça que notre pays fonctionne.

 

Gaspillage et stupidité des bureaucrates

On a construit un porte-avions et il a toutes sortes de problèmes. C’est le Gerald Ford. Ils ont décidé d’utiliser des aimants pour les ascenseurs… Des aimants. T’es au milieu de l’océan, il y a des grosses vagues, des balles sont tirées sur ton bateau. Et tu as des aimants. Je prends ce petit verre d’eau, je le jette sur les aimants, et c’est la fin de l’ascenseur.

Et ensuite, ils font décoller les avions et ils ont décidé de le faire avec de l’électricité au lieu de la vapeur. On appelle ça une catapulte. Pendant 60 ans, elle a fonctionné à la vapeur. Ils décident de le faire à l’électricité.

Donc, je vais sur le navire, parce qu’il est en construction depuis des années, il devait coûter deux milliards et demi. Il va finir par coûter 18 milliards. Mais la mauvaise nouvelle, c’est qu’il ne marche pas. Ils ont même déplacé la tour du centre vers l’arrière du vaisseau, rendant l’atterrissage beaucoup plus difficile pour les pilotes. D’ailleurs, la chose la plus difficile à faire pour un pilote est d’atterrir sur un porte-avions, même les grands pilotes ont du mal.

Ce porte-avions a l’air grand, mais quand vous êtes là-haut en train de voler et de vous déplacer à grande vitesse, que vous regardez cet énorme océan, et que vous avez un petit pont sur lequel vous devez atterrir, c’est la chose la plus difficile à faire.

Autre chose :

– « qu’est-ce qu’il y a là-dessous ? »
– « C’est là, monsieur, où on garde les munitions. »
– J’ai dit : « Attendez, là où ils ont construit la tour… ? » Je ne veux pas être le capitaine de ce bateau.

Alors, je rencontre ces cinq gars. Ils s’occupent des catapultes.

– « Depuis combien de temps tu fais ça, Jim ? »
– « Monsieur, 21 ans. »
– J’ai dit, « Laissez-moi vous demander, ça vous pose un problème ? »
– « Absolument, monsieur. Ça ne marche pas. »
– « Pourquoi ? »
– Il a dit : « Parce que si ça casse, vous devez faire des études supérieures au MIT pour le réparer. Avec la vapeur, on avait la même puissance, voire plus, et on pouvait le réparer avec un chalumeau et un marteau. Et j’aime cette vapeur sur mon visage, monsieur. »
– J’ai dit : « Sérieusement, qu’est-ce qui est mieux ? »
– Il a dit : « La vapeur. »
– J’ai dit, « Pourquoi ont-ils choisi l’électrique ? »
– « Parce que monsieur, ça peut marcher automatiquement toute la journée. »
– J’ai dit : « C’est bien ou c’est pas bien ? »
– Il a répondu : « c’est Inutile parce qu’il nous faut une minute et 59 secondes pour mettre l’avion en marche et le brancher. Et le temps que nous fassions cela, monsieur, nous sommes prêts. Nous avons tellement de vapeur que nous ne savons pas quoi en faire. »
– Alors, j’ai dit : « Vous voulez dire qu’ils ont dépensé tout cet argent [pour rien ?] »
– Ils ont dépensé 900 millions de dollars il y a un an pour essayer de le réparer.

900 millions.

Ça ne marchera jamais.

– J’ai dit : « Électrique. Donnez-moi un verre d’eau. Je vais le mettre hors service. Je vais jeter de l’eau sur les circuits électriques. Ils ne vont pas marcher. »

Je veux dire, nous faisons les choses si bêtement. Donc ils en sont à 18 milliards de dollars.

– Et j’ai dit, « avez-vous poursuivi le chantier naval ? »
– « Non, monsieur. »
– Puis je rencontre l’architecte. J’ai dit, « Vous êtes l’architecte ? »
– « Oui. »
– « Aviez-vous déjà conçu un bateau avant ? »

C’était ma première question : « Avez-vous déjà conçu un bateau ? » Je vous le dis, les pays étrangers se moquent de nous. À quel point on est stupides.

Les hausses d’impôts

Nous avons renégocié l’accord commercial avec la Corée et nous avons construit la plus grande économie de l’histoire du monde avec un record de 160 millions de personnes au travail. Nous n’avions jamais été si bien.

Et je ne veux voir aucune négociation et aucune augmentation d’impôts par les républicains du Sénat. Parce que je vois certains RINO que les Démocrates continuent de promener à la Maison-Blanche. Ils se font plumer. Je me sens si mal. Vous savez, des types comme Romney, ils vont à la Maison-Blanche. Et l’autre, le sénateur de la Louisiane, il était là-bas. Je ne veux pas tous les nommer parce que certains d’entre eux sont très bien, mais ils vont là-bas, ils se font plumer. Ils sortent de là « nous avons un accord ! Nous avons un accord ! »

20 minutes plus tard, quand les radicaux de gauche ont entendu que Biden avait accepté quelque chose, ils sont devenus fous et Biden a dit : « On n’a plus d’accord. »

Ils se font plumer.

Ils disent que nous sommes d’accord pour augmenter vos impôts si vous approuvez cet accord d’infrastructure de la gauche radicale, où presque aucun de l’argent ne va aux vraies infrastructures, c’est-à-dire les routes, les ponts, etc.

Je dis aux sénateurs républicains en ce moment même que nous ne les soutiendrons pas si vous augmentez nos impôts.

Nous avons eu la plus grande baisse d’impôts de l’histoire de notre pays [JPG : j’en suis personnellement témoin, j’ai vu mes impôts baisser, à revenus identiques], et nous ne vous laisserons pas l’augmenter.

Vous savez, ils meurent d’envie de dire qu’ils ont fait un accord bipartisan. Vous n’avez pas à le faire, parce que vous vous faites plumer. C’est n’importe quoi. Et ça va détruire notre pays.

Et l’inflation va être un gros problème. Nous ne pouvons pas la laisser se produire.

Le Parti communiste chinois en position de défense

Malgré les supplications des délocalisateurs et des mondialistes, je me suis attaqué à la Chine comme aucun président ne l’avait fait auparavant. En imposant des tarifs douaniers massifs pour protéger les travailleurs américains et ramener des emplois, des usines et des milliards de dollars. Vous savez ce que c’est ? Nous avons conclu un grand accord avec la Chine, qui a aidé de façon incommensurable nos agriculteurs et nos fabricants, et nous avons mis le parti communiste chinois en défense pour la première fois dans l’histoire de notre pays. Ils nous paient des millions.

C’est intéressant.

Biden, il veut mettre fin aux tarifs douaniers.

S’il le fait, la Chine reprendra tout le marché.

Mais il a du mal à le faire. Il a fait campagne sur la fin des droits de douane, ce qui était stupide. On prend des milliards et des milliards, et on a convaincu le monde qu’il fallait surveiller la Chine.

Quand j’ai pris le pouvoir, nous avions un déficit de 507 milliards de dollars avec la Chine. Ce n’est pas viable. 507 milliards. Pas million. 507 millions c’est déjà beaucoup. C’était 507 milliards de dollars.

Et maintenant, la Chine est totalement sur l’offensive, elle fait passer Joe Biden et notre pays pour faibles et pathétiques.

La gauche hystérique de l’Accord de Paris sur le climat

Nous avons ignoré l’hystérie de la gauche socialiste et nous nous sommes retirés de l’accord unilatéral et injuste de Paris sur le climat. Une des plus grandes arnaques. Ca nous aurait coûté un billion de dollars [1000 milliards de dollars].

Nous avons libéré les ressources énergétiques de l’Amérique, et atteint l’indépendance énergétique américaine pour la première fois dans l’histoire de notre pays. Nous n’avons pas besoin d’éoliennes au Texas et dans beaucoup d’autres endroits. Ils devraient mettre fin à ce programme aussi vite que possible.

Coronavirus chinois

Quand la peste est arrivée de Chine, j’ai traîné les bureaucrates mous et arrogants de la FDA et du CDC dans le bureau ovale. Je les ai poussés comme jamais auparavant, et grâce aux efforts acharnés de mon administration et de moi-même, nous avons fourni un vaccin miraculeux directement aux patients à une vitesse historique, et nous avons produit trois vaccins pour mettre fin à la pandémie en un temps record.

Cela ne serait jamais arrivé sans moi. Nous l’avons fait en moins de neuf mois. Ils ont dit que ça prendrait un minimum de trois ans, probablement cinq ans, voire « monsieur, cela ne se produira probablement pas du tout ».

Si nous n’avions pas eu ce vaccin, nous serions dans une position comme il y a peut-être plus de 100 ans. 1917 [La grippe dite espagnole qui venant déjà de Chine]. Peut-être plus de 100 millions de personnes sont mortes.

Jérusalem, le nucléaire iranien, les guerres sans fin, ISIS

Au lieu de tout ramener, les talibans paradent avec nos armes que Joe Biden leur a permis de capturer. C’est une honte.

Nous avons battu l’establishment de la politique étrangère pour nous retirer du désastreux accord sur le nucléaire iranien. Nous avons reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, et la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan. Nous avons mis fin aux guerres sans fin en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Somalie et dans d’autres pays. Et nous avons ramené nos formidables troupes à la maison.

Maintenant, des choses terribles se passent en Afghanistan. Nous avions tout en place pour finir le retrait de manière responsable, et Joe Biden en fait un désastre total. Les militaires ne le respectent pas. Il laisse derrière lui des milliards et des milliards de dollars d’équipement.

J’avais dit à ces généraux, « Je veux que chaque clou soit ramené chez nous. Je veux que les tanks soient ramenés. Je veux que tout soit ramené à la maison. » Au lieu de cela, les talibans paradent maintenant avec nos armes que Joe Biden leur a permis de capturer. C’est une honte.

Ceci dit, nous devions partir. 21 ans c’est suffisant.

On ne s’incline pas devant la gauche radicale

Dans tout ce que nous faisons, nous refusons de nous incliner devant la gauche radicale, les RINOs, l’establishment politique, et au lieu de cela, nous insistons pour défendre l’Amérique, rendre l’Amérique à nouveau grande, et toujours mettre l’Amérique en premier. L’Amérique doit être la première.

Chaque jour, de plus en plus de gens réalisent que nous avions raison sur toutes les questions clés, et c’est une des raisons pour lesquelles notre soutien est devenu, et ce n’est pas seulement mon soutien, c’est votre soutien, est devenu l’arme la plus puissante en politique.

L’année dernière, voici les chiffres exacts – Si les chiffres n’étaient pas exacts, ils me tomberaient dessus – 120 des 122 candidats que nous avons soutenus dans les élections primaires du Congrès ont gagné. Et les deux qui n’ont pas gagné se sont avérés être de grands partisans de Trump. C’est vrai. Ils se sont avérés être géniaux.

Mais nous avons eu une grande série de soutiens. Nous aimons les candidats que nous soutenons. Nous soutenons beaucoup de bons candidats en ce moment dans les élections primaires du Sénat. Nous avons été invaincus.

Je ne peux pas dire que je suis heureux de tous ces résultats, mais ce n’est pas grave. Jusqu’à présent, dans le cycle électoral de 2022, nous sommes déjà 10 contre 0 sur les soutiens.

Nous allons reprendre le Congrès

Face à la campagne d’extrême gauche de l’administration Biden pour transformer notre pays et effacer notre histoire, nous ne reculerons pas. Nous ne reculerons jamais.

• Lorsque nous reprendrons le contrôle du Congrès, nous reprendrons immédiatement le contrôle de notre frontière, et ce n’est pas facile. J’ai vu beaucoup de bons membres du Congrès s’y mettre. Ce que nous devons faire, c’est refaire Trump. Ce n’est pas si facile. Nous avons négocié, et ce n’était pas simple. C’est tellement triste de voir ce qui s’est passé depuis.

• Nous tiendrons la Chine pour responsable des dommages et des souffrances qu’elle a causés, et nous lui ferons payer des milliers de milliards de dollars de réparations, à nous et au monde entier.

• Nous allons briser les grands monopoles technologiques et rétablir la liberté d’expression. Nous ne pouvons pas laisser cela continuer.

• Nous allons reprendre nos élections, et enfin, nous inclurons toujours une chose appelée « identification des électeurs ». Les démocrates disent maintenant, « Oh, nous avons toujours voulu l’identification des électeurs, » [parce qu’il y] a eu un sondage. 88 % des gens dans le pays veulent l’identification des électeurs, alors maintenant les démocrates – c’est toujours la même vieille histoire – Ils disent : « On veut la carte d’électeur. On a toujours voulu que les électeurs présentent une carte d’identité. »

Théorie critique de la race

Sous mon administration, notre pays était à nouveau respecté. Il n’est plus respecté

Ces gens sont malades.

Nous allons complètement désamorcer et interdire la théorie critique de la race. 1776 [naissance de la Nation], pas 1619 [théorie ultra-raciste qui fait reposer la grandeur de l’Amérique sur l’esclavage], si ça ne vous dérange pas.

Et si les écoles publiques apprennent aux enfants à haïr leur pays, nous exigerons le choix de l’école semi-privée, que nous avons mis en place. Si vous écoutez les médias ou regardez le journal télévisé du soir, notre pays a vraiment mal tourné. On ne parle que de race. C’est tout ce dont ils parlent. De la race. On ne parle plus de la grandeur de notre pays. Nous ne parlons pas de comment l’Amérique a pu conduire le monde. On ne parle pas d’arrêter la criminalité, ni des centaines de personnes qui se font tirer dessus dans les villes dirigées par des démocrates, ou de ce qu’il faut faire pour les arrêter.

Nous ne parlons pas de mettre fin à l’afflux de drogues à travers nos frontières. Ce que j’avais considérablement réduit avec notre mur et tant d’autres choses.

Et le plus important, nous ne parlons jamais du grand avenir de notre pays. On ne parle plus de tout ça. Les médias contrôlés par les démocrates parlent de race, de race, et de race pour des raisons politiques. Ils l’ont toujours fait, mais jamais à ce point-là. Et cela nuit à notre pays, et pire que tout, à nos communautés minoritaires. Ça leur fait très mal.

L’obsession des démocrates pour la race ne fait que nous ramener dans le passé, et elle fait retomber notre pays à un point où même la Chine et la Russie nous donnent des leçons sur les droits de l’homme, sur la race, et ils le font de manière très humiliante.

Cela n’était jamais arrivé. Ce n’est jamais arrivé avec moi. Sous mon administration, notre pays était à nouveau respecté. Il n’est plus respecté.

Célébrer l’Amérique, son histoire, son passé, sa grandeur

Nous nous opposons au politiquement correct et nous rejetons l’intolérance de la culture d’annulation de la gauche

En conclusion, notre parti et notre mouvement, nous sommes tous unis par les mêmes valeurs américaines partagées, et par la résolution inflexible de défendre notre nation bien-aimée pour les citoyens de toute race, religion, couleur et croyance. Nous sommes très fiers de notre pays, et nous voulons enseigner la vérité sur notre histoire. Nous célébrons notre riche héritage et nos traditions nationales. Nous honorons George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln et tous nos héros nationaux.

Et bien sûr, nous respectons notre drapeau américain.

Nous croyons en une éducation patriotique pour nos enfants, et nous nous opposons fermement à l’endoctrinement radical de la jeunesse américaine.

Nous nous engageons à défendre la vie innocente et à défendre fièrement les valeurs judéo-chrétiennes des fondateurs de notre nation.

Nous embrassons la libre pensée. Nous nous opposons au politiquement correct et nous rejetons l’intolérance de la culture d’annulation de la gauche.

Nous croyons en notre Constitution, et dans la loi et l’ordre. Nous voulons la loi et l’ordre. Nous exigeons la loi et l’ordre.

Nous ne voulons pas que des gens soient abattus et tués dans nos villes. Nous respectons et soutenons totalement les hommes et les femmes des forces de l’ordre. Ils ne seront jamais désengagés. Nous sommes dévoués à nos communautés. Nous sommes loyaux envers nos concitoyens, et par-dessus tout, nous vivons selon les mots de notre devise nationale, in God we trust.

In God we trust

Ce sont les convictions qui définissent notre mouvement aujourd’hui, et qui doivent définir le parti républicain, qui est véritablement devenu le parti de l’homme et de la femme qui travaillent. Nous avons un parti bien différent de celui que nous avions il y a cinq ans. Vous aviez de gros problèmes, les républicains, et regardez ce qui se passe.

Maintenant, pendant les 16 prochains mois, nous devons déverser chaque once de notre énergie pour remporter une victoire historique lors des midterms. Nous n’abandonnerons jamais notre quête de vérité et de justice pour ce qui s’est passé lors de l’élection présidentielle corrompue de 2020, car sans cette vérité, nous ne pourrons pas avoir d’élection honnête en 2022 ou 2024, peu importe ce qu’ils disent.

Des élections libres

Notre pays sera bientôt fier d’avoir à nouveau des élections libres et correctes. La fraude électorale de 2020 est le sujet le plus important pour moi et pour d’autres. Avant la frontière, avant même la criminalité. Pensez à ce qu’ils ont fait. Ce qu’ils ont fait est si triste. Regardez ce qui est arrivé à notre pays en seulement quelques mois. Tout le monde ici aujourd’hui et tous les conservateurs à travers notre pays doivent décider dès maintenant qu’ensemble nous sauverons ce pays. Nous devons décider que nous ne nous arrêterons pas. Nous ne nous reposerons pas tant que notre héritage américain de liberté, de liberté et de justice ne sera pas à nouveau sûr et sécurisé.

Défendons notre pays et notre héritage

Avec votre aide, votre dévouement, votre intelligence et votre dynamisme, nous porterons le flambeau de la liberté américaine

Nous ne devons à notre pays rien de moins que le défendre. Notre glorieux héritage américain nous a été transmis par des générations de patriotes américains qui ont donné tout ce qu’ils avaient. Leur sueur, leur sang, et même leur mode de vie pour faire de l’Amérique la plus grande nation de l’histoire du monde, et nous n’allons pas laisser un petit groupe de maniaques marxistes de la gauche radicale nous l’enlever. Nous ne laisserons pas cela se produire.

Nous allons protéger et défendre notre héritage américain et la liberté qui nous sont chers, pour nous-mêmes, pour nos enfants et pour chaque génération future. Mes chers compatriotes, notre mouvement est le plus grand de l’histoire américaine, et il ne fait que commencer.

Avec votre aide, votre dévouement, votre intelligence et votre dynamisme, nous porterons le flambeau de la liberté américaine.

Nous ramènerons le mouvement conservateur et le parti républicain à la victoire, et ce sera une victoire plus grande que celle que ce parti a jamais eue. Nous allons reprendre la Chambre des représentants. Nous reprendrons le Sénat, et après avoir été témoins de tout ce qui a mal tourné dans notre pays en si peu de temps, avec nos frontières, avec notre économie, avec la criminalité, nous reprendrons cette glorieuse Maison-Blanche qui trône si majestueusement dans la capitale de notre nation.

En travaillant ensemble, nous rendrons à l’Amérique sa puissance. Nous rendrons l’Amérique riche à nouveau. Nous rendrons l’Amérique forte à nouveau. Nous rendrons l’Amérique fière à nouveau. Nous rendrons l’Amérique sûre, et nous rendrons l’Amérique grande. Merci. Merci à vous.

© traduction, adaptation et commentaires, Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Intégrale du discours de Donald Trump à la Conférence des conservateurs américains « Nous allons reprendre le Congrès »

    1. LeClairvoyant

      Bravo Donald Trump, il va se battre et gagner car on verra le résultat de Maricopa, de Fulton, etc, qui vont changer la majorité au Sénat, etc. .
      Si Biden ne tient pas un an, ne poura pas être remplacé par Harris, et ce sera Donald Trump qui reviendra la Maison Blanche.

    2. LeClairvoyant

      Quand les élections du 4 novembre seront corrigées avec les auditories en cours nouveaux comptages, les républicains auront 4 sénateurs de plus et Donald Trump comme Président

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    85 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap