toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des milliers de personnes scandent « À bas la dictature », « Macron démission » dans plusieurs villes de France contre les dernières annonces de Macron (Vidéo)


Des milliers de personnes scandent « À bas la dictature », « Macron démission » dans plusieurs villes de France contre les dernières annonces de Macron (Vidéo)

Des milliers de personnes scandent « À bas la dictature » dans plusieurs villes de France contre les dernières annonces de Macron.


Près d’un millier de personnes, dont des soignants et des Gilets jaunes, se sont rassemblées dans plusieurs endroits de Paris pour exprimer leur désaccord avec la vaccination obligatoire annoncée par Emmanuel Macron. La police a fait usage de gaz lacrymogène, notamment après des tensions entre pro- et anti-vaccins.

Une manifestation contre les nouvelles restrictions concernant les non-vaccinés annoncées par Emmanuel Macron le 12 juillet se tient ce mercredi dans la capitale française.


Des soignants, des aides à domicile, des enseignants et des Gilets jaunes participent à cette action de protestation, selon les médias.

Dans la capitale, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène en début d’après-midi pour tenter de stopper cette «manifestation sauvage», a pu témoigner le reporter de RT France Charles Baudry, présent sur place.

Au cours de l’après-midi, la tension était palpable, et les forces de l’ordre ont tenté à plusieurs reprises de disperser les protestataires. Des terrasses de café ont notamment du être évacuées après l’utilisation de gaz lacrymogènes.

Plusieurs rassemblements en province Des manifestations ont également eu lieu en province. Un rassemblement contre la «politique anti-sociale» d’Emmanuel Macron et contre le pass sanitaire a par exemple eu lieu place du Capitole, à Toulouse. Plusieurs centaines de manifestants ont défilé dans le centre-ville de Nantes, comme en témoignent des images diffusées par la presse locale.

Sur place, «le collectif Masques blancs a adapté une chorégraphie en adaptant la chanson de Jacques Brel « Ne me quitte pas », transformée en « Ne me pique pas ». Une danse pour s’opposer à la vaccination contre le Covid-19», explique Presse Océan.

A Rouen, les manifestants ont défilé dans le centre-ville avec les messages «Non au pass sanitaire» ou encore «Macron destitution», comme le rapporte le journaliste Jérémy Chatet selon qui près de 500 personnes ont participé au cortège.

A Perpignan, ainsi que l’a rapporté L’Indépendant, près d’un millier de personnes se sont rassemblées dans la matinée en centre-ville afin de protester contre la vaccination obligatoire pour les soignants. Quelques centaines de manifestants ont ainsi investi la gare historique de la ville où se déroulait une opération de vaccination sans rendez-vous. «Liberté», ont notamment scandé les personnes sur place après avoir entonné une Marseillaise, comme en témoignent plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Marseillaise également entonnée à Strasbourg, où des manifestants se sont rassemblés devant la cathédrale.

L’hymne national a encore été entendu à Lyon, où plusieurs manifestants ont enfilé leur gilet fluo pour l’occasion.

«Manifestation Strasbourg… Non au Pass Sanitaire. Non à la vaccination obligatoire», a témoigné une internaute, images à l’appui.

A Montpellier, les manifestants se sont rassemblées sur la place de la Comédie, selon d’autres vidéos mises en ligne par les internautes.

Entre 2 000 et 3 000 personnes ont participé au cortège selon le journaliste Frédéric Mayet.

«Beaucoup de monde à Pau devant la Mairie pour dire non à la dictature de Macron», a de son côté écrit sur Twitter David Vidal, membre des Patriotes, le mouvement de Florian Philippot.

«Macron démission», ont pour leur part scandé les manifestants de Chambéry, sous la pluie, selon une autre scène filmée partagée sur Twitter.

Même slogan entendu à Nice, sous le soleil cette fois, dans la même matinée. «Une manifestation contre la généralisation du pass sanitaire et le retour de la reforme des retraites actuellement dans les rues de Nice, 2 jours après les annonces d’Emmanuel Macron», a commenté l’internaute qui a partagé la scène filmée.

Selon la police, à 17H, environ 18 000 manifestés ont été recensées, dont 1 500 à Toulouse et 1 000 à Lyon où des tensions ont eu lieu dans le centre-ville. Selon un décompte de l’AFP, 2 000 personnes ont défilé à Paris.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Des milliers de personnes scandent « À bas la dictature », « Macron démission » dans plusieurs villes de France contre les dernières annonces de Macron (Vidéo)

    1. Jacques B.

      Ce type, Macron, est un fou furieux. S’il voulait mettre la France à feu et à sang, il ne s’y prendrait pas autrement.

      Honte à tous ceux qui militent pour l’obligation vaccinale !

    2. yacotito

      Jacques B.
      Permettez vous que l’on ait une autre opinion ou c’est interdit dans votre conception de la démocratie ?
      Se vacciner est pour bcp de gens un acte citoyen. C’est le soucis de diminuer notre capacité à infecter et peut-être tuer les autres dont nos proches. La charge virale d’une personne vaccinée étant inférieure.
      je vous rappelle que personne ne rouspète pour la vaccination obligatoire pour les enfants ::
      Il s’agit des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque et l’Haemophilus influenzae b.

      Cela signifie que pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, ces vaccinations obligatoires conditionneront l’entrée ou le maintien dans toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants. La preuve de leur réalisation est exigée pour l’admission ou le maintien en collectivité à compter du 1er Juin 2018.

    3. robert davis

      Les français sont vraiment des veaux et je ne m’étonne pas qu’ils aient un macron pour président: ils sont prêts à tout pour un lacet de soulier (la vaccination qui est même plutôt une bonne chose mais si le vaccin ARNm n’est pas le top) mais contre l’islamisation de la France qui se terminera en un bain de sang, personne ne bouge…!!!

    4. Jacques B.

      @ yacocito :

      1- bien sûr que si que des gens rouspètent contre les 11 vaccins obligatoires, vous vivez où ?

      2- le Covid est une maladie qui est très loin des maladies très mortelles comme la peste, le choléra, la grippe espagnole, la variole etc. : son taux de létalité est de 0,23% (source OMS) et elle frappe essentiellement les personnes âgées déjà malades. C’est ce qui fait que la mortalité générale (toutes causes confondues) n’a pas augmenté en 2020 (dans des pays comme l’Allemagne, le Danemark, les PB, la Norvège) qui ont bien géré l’épidémie, parce que le Covid a remplacé les virus hivernaux habituels (grippe, et autres). Bref, c’est l’équivalent de la grippe, quand c’est bien traité (à savoir le plus précocement possible).
      J’ajoute que contrairement aux autres vaccins, les vaccins contre le Covid sont encore en phase expérimentale (phase 3) et bénéficient d’une AMM conditionnelle. Ça veut bien dire ce que ça veut dire : on ne connaît pas encore tous les effets de ces vaccins, notamment à long terme mais aussi à moyen terme ; d’ailleurs en Israël on s’aperçoit qu’i la occasionné des myocardites (cf article récent de Reuters) ; on parle aussi de thromboses chez les femmes – et comme par hasard, les centres de pharmacovigilance sont débordés, signe que ces vaccins entraînent significativement plus d’effets adverses que les vaccins traditionnels.
      Ces deux points font qu’on n’est pas du tout dans la même configuration que pour les vaccins habituels, ne vous déplaise. Même pour la grippe saisonnière, pour laquelle on a des vaccins sûrs, on n’oblige pas à la vaccination.

      D’ailleurs, si vos vaccins sont si sûrs contre le Covid, que craignez-vous des non-vaccinés ? Un peu de logique SVP.

      Dernier point : Public Health England, le service officiel britannique, publie régulièrement un point sur le variant delta, désormais majoritaire là-bas. Je vous mets le lien si vous voulez, encore qu’en tapant sur un moteur de recherche vous devez trouver. Ces rapports indiquent clairement (j’aiconsulté celui du 25 juin, portant sur 92.000 malades) :
      1- que la létalité du delta est très inférieure à celle des autres variants (de 0,1 à 0,2%), contrairement à ce que raconte Macron, qui veut nous faire peur. Ce n’est pas un hasard si les hospitalisations au RU augmentent très peu malgré l’assez grand nombre de cas
      2- les vaccins utilisés au RU ne protègent pas dut tout contre le delta : il y a davantage de décédés vaccinés que de décédés non-vaccinés
      Toute l’argumentation de Macron est fausse : non, les réas ne seront pas saturées par le variant delta, sauf s’ils diminuent (encore !) le nombre de lits jusqu’à ce que l’hôpital soit saturé, pour mieux nous culpabiliser.

      Enfin, selon le Pr McCullough du Texas (qui a témoigné sous serment devant le Sénat du Texas il y a 4 mois), les médicaments existants, combinés, peuvent réduire de 85% les hospitalisations et les décès.
      Donc non, le vaccin n’est pas la seule option. Et l’assertion selon laquelle il n’y aurait pas de traitement contre le Covid, qui a servi à délivrer les AMM conditionnelles aux vaccins est un gros mensonge. Vous me direz, il a bien servi à engraisser Big Pharma : on appelle ça du capitalisme de connivence, de la corruption.

      Dans ce contexte, oui, honte à ceux qui réclament l’obligation vaccinale. Ce n’est aps un hasard si la France est le seul pays au monde avec 4 dictatures à l’imposer, même indirectement via ce pass sanitaire.

    5. Pinhas

      Macron n’aime pas les Français .
      Les Français le lui rendent bien .
      Il sait qu’il est foutu .
      Alors foutu pour foutu il détruit la France comme un enfant capricieux détruirait ses jouets.
      Ceux qui ont accepté l’insulte se sont rués sur la seringue au liquide en point d’intérogation….
      On le sait tous ,un vaccin ,un vrai n’est validé qu’après 3 années de tests .
      Ici on en est à 6 mois !!!!
      Et tout ça pour pouvoir aller au resto, en vacances et pour finir peut-être gravement atteint .
      Macron et sa bande diront  » On ne les pas pas obligé ,c’est eux qui ont choisi le venin. »

    6. Jacques B.

      Je corrige mon commentaire précédent, je me suis trompé sur la létalité du variant delta.
      En fait, on ne sait pas si la faible mortalité observée au RU est liée à une moindre létalité du variant delta ou à l’efficacité de la vaccination. Il y a peut-être une baisse de létalité chez ce variant, mais la vaccination (au RU) a une certaine efficacité contre ce variant.

      Il n’en demeure pas moins, globalement, que malgré la forte hausse de cas démarrée au RU début juin, on n’observe pas de flambée des hospitalisations ni des décès, plus d’un mois après. 53% de personnes vaccinées à 2 doses (et 69% à au moins une dose), et surtout les plus vulnérables, cela suffit à régler une (bonne) partie du problème. Dès lors, aucune nécessité d’imposer la vaccination à tous. Cela devient de la dictature au nom du risque zéro, du contrôle social à la chinoise. Car ne vous leurrez pas : si nous cédons, ils ne s’arrêteront pas en si bon chemin. Toute soi-disant menace contre le « bien commun » sera le prétexte à un contrôle renforcé sur la vie des gens, jusque dans les moindres détails.

    7. alauda

      Toute manifestation comportant sa part d’excès, j’évite autant que possible d’y prendre part, d’autant que la presse fait ses choux gras de tout excès en mots, en images ou en actes remontant des mouvements de foule.

      Ceci dit, je comprends la remontée d’adrénaline qui s’exprime dans les rues, à l’aune de mon ressenti à l’instant T du discours tenu en direct devant les Français, avant tout commentaire superposé ou opposé qui a pu s’exprimer depuis. L’adrénaline est un neurotransmetteur puissant, en même temps qu’une hormone qui se diffuse soit sous l’effet d’un stress, soit d’une activité physique intense. Et le stress, selon la formule d’une psy très compétente : « c’est moi qui le mesure »…

      Une fois la tempête de l’émotion passée sous le crâne, les synapses reprennent leur cours normal… c’est-à-dire, selon la définition que j’en ai, en équilibre – autant que possible – sur le fil des pensées en paix.

      Et en ces temps d’incertitude où tout va trop vite, il est d’autant plus nécessaire, pour tenter d’y voir clair dans les zones grises, de se poser.

      Le peu de cours de maths modernes que j’ai retenu sur la théorie des ensembles, c’est la question de la « quantité négligeable ». La stratégie posée lundi dernier a consisté à faire passer le groupe B (non-vaccinés) dans le groupe A (vaccinés) en jouant la carte joker entre A et B du groupe C (indécis). La figure se dessine avec deux grosses patates A & B, se superposant en partie sur C. Plus xxxx en C rejoignant A et la partie est considérée comme gagnée.

      Reste que, pendant que l’adrénaline agitait les synapses au cours de cette partie de poker national, la « quantité négligeable » me taraudait. Ce que je mets dans la quantité négligeable, ce sont les effets secondaires (très peu d’informations circulent), le % d’échec des vaccins sur les variants, le % des gens exclus de facto de la vaccination en raison de risques particuliers et quelques autres interrogations sur l’évolution scientifique en cours d’expérimentation à l’échelle mondiale.

      Ces vaccins sont toujours en cours d’évaluation. J’en veux pour preuve un article du Financial Times – tout ce qu’il y a de plus sérieux- titrait le 26 mai de cette année : « German scientist believes he’s found solution to blood clots linked to AstraZeneca, Johnson & Johnson COVID-19 vaccines ».

      Même pas deux mois ont passé. Qu’on ne nous dise pas qu’il n’y a pas de problème qu’on puisse se permettre de négliger lors du consentement volontaire à la piqûre.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    193 Shares
    Share via
    Copy link
    Powered by Social Snap