toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Comment les lois américaines contre le boycott d’Israël pourraient frapper Ben & Jerry’s


Comment les lois américaines contre le boycott d’Israël pourraient frapper Ben & Jerry’s

Certains experts annoncent qu’il y a de fortes chances que Ben & Jerry s’expliquent devant un tribunal.

La décision de Ben & Jerry cette semaine de se retirer d’un accord qui permettait à son franchisé israélien de vendre son produit dans ce que l’entreprise appelle les « territoires palestiniens occupés » a provoqué la colère de certaines entreprises appartenant à des Juifs aux Etats Unis même.

À la suite d’une campagne menée depuis le milieu des années 2010 par des groupes de centre-droit et chrétiens pro-israéliens, 33 États ont adopté des lois ou émis des décrets ciblant le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël. (En outre, au moins un État, le Connecticut, a une loi anti-boycott qui est antérieure au mouvement populairement connu sous le nom de BDS.)

Les lois varient sensiblement d’un Etat à l’autre, mais elles obligent toutes à mettre fin aux entreprises qui pratiquent un boycott d’Israël. Certaines conséquences pour l’entreprise vont du désinvestissement des fonds de pension des employés de l’État à la perte de contrats dans les universités et d’autres organisations gérées par l’État.

Il n’est pas clair si le retrait de Ben & Jerry’s de ce qu’il considère comme un territoire «occupé» relèvera de la compétence de ces lois, mais certains experts disent qu’il y a de fortes chances que cela se produise. À la suite d’une série de contestations du premier amendement aux lois, de nombreux États fixent désormais un montant minimum de 100 000 $ de pénalité avant que des mesures anti-BDS puissent être déclenchées contre l’entreprise. Cela signifierait que les petits contrats Ben & Jerry’s ne seraient pas affectés, même dans les États dotés de lois anti-BDS. Mais Lara Friedman a déclaré à l’Agence télégraphique que les futurs contrats pourraient être compromis.

Mardi, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Gilad Erdan, a écrit aux gouverneurs de chacun des États pour leur demander de prendre des mesures conformément à leurs lois anti-BDS. Les lettres, a-t-il déclaré sur Twitter, ont été coordonnées avec le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid. « Je vous demande d’envisager de dénoncer la décision de l’entreprise et de prendre toute autre mesure pertinente, notamment en ce qui concerne les lois de votre État et les relations commerciales entre Ben & Jerry’s et votre État », a écrit Erdan.

Ben & Jerry’s n’a pas explicitement mentionné le BDS dans sa déclaration, qui promet « Nous resterons en Israël grâce à un arrangement différent ». Il y a peut-être un problème : Unilever, le conglomérat multinational britannique, a acheté Ben & Jerry’s en 2000 à ses fondateurs juifs, Jerry Greenfield et Ben Cohen, dans le cadre d’un arrangement unique qui permet à un conseil d’administration externe de déterminer comment l’entreprise embrasse les causes sociales et politiques. Et le conseil d’administration dit maintenant que la déclaration finale publiée au public, en particulier l’engagement de rester en Israël, « ne reflète pas la position du conseil d’administration indépendant, et n’a pas été approuvée par le conseil d’administration indépendant ».

La présidente du conseil d’administration, Anuradha Mittal, était furieuse de la réponse d’Unilever, déclarant à NBC qu’Unilever « essayait de détruire l’âme de l’entreprise. Nous voulons que cette entreprise soit dirigée par des valeurs et non dictée par la maison mère. » Mittal, un critique d’Israël sur les réseaux sociaux, est le fondateur de l’Oakland Institute, un groupe de réflexion progressiste qui défend des questions telles que le commerce et les droits fonciers. Même si l’engagement actuel de Ben & Jerry’s dit qu’il continuera à vendre dans le reste d’Israël qu’il ne considère pas comme « occupé », cela peut ne pas protéger l’entreprise des répercussions juridiques. Parmi les 33 États dotés de lois anti-BDS, 21 ont des mesures qui ciblent les boycotts qui incluent des zones contrôlées par Israël, c’est-à-dire la Judée Samarie (Cisjordanie). Le langage se lit généralement comme dans la loi de l’Illinois adoptée en 2015 : « « Boycotter Israël » signifie s’engager dans des actions qui sont politiquement motivées et sont destinées à pénaliser, infliger un préjudice économique ou limiter les relations commerciales avec l’État d’Israël ou sociétés basées dans l’État d’Israël ou dans des territoires contrôlés par l’État d’Israël. Ben & Jerry’s ne pouvait pas prétendre de manière crédible qu’il ne comprend pas que le boycott des implantations conduirait effectivement à un boycott de tout Israël, fait valoir Eugene Kontorovich, directeur du Centre pour le Moyen-Orient et le droit international de l’Université George Mason. Kontorovich, qui est largement considéré comme un « architecte intellectuel » de la poussée législative anti-BDS, a noté que les lois israéliennes interdisent effectivement les boycotts de la Judée Samarie et que le terme « territoire palestinien occupé » inclut probablement Jérusalem-Est, qu’Israël considère comme son territoire souverain. (La déclaration de la société ne précisait pas de quels territoires elle cherchait à extraire sa crème glacée.), « Ben & Jerry’s le fait en sachant parfaitement que cela mettra fin à ses affaires avec Israël », a déclaré Kontorovich.

« En vertu de la loi israélienne, une entreprise ne peut pas faire de discrimination entre les citoyens israéliens, quel que soit leur lieu de résidence, et certainement sur le territoire souverain israélien », a-t-il ajouté. « Le titulaire de licence, dans ce cas, comprend parfaitement cela et a expliqué à Ben & Jerry’s que [le titulaire de licence] n’a vraiment pas d’autre choix que de mettre fin à son association avec Ben & Jerry’s. »

Une autre voie pour pénaliser et contre carrer Ben & Jerry concerne les retraites. Douze États imposent le désinvestissement des fonds de retraite pour les employés de l’État des entreprises qui observent le BDS. L’un est l’Illinois, où Richard Goldberg, conseiller principal de l’ancien gouverneur Bruce Rauner, a rédigé l’une des premières lois anti-BDS du pays en 2015.

Ces lois représentent une menace réelle pour Unilever, a déclaré Goldberg, car la loi anti-BDS sur les retraites de l’État est applicable aux sociétés mères et affiliées de la partie fautive. (Ses travailleurs individuels, employés par des entreprises privées, ne seraient pas affectés par la loi de l’État.)

« Unilever, étant la société mère dans ce cas, est responsable et est responsable et est soumis aux lois anti-BDS de l’État telles qu’elles sont écrites », a déclaré Goldberg.

Goldberg a déclaré qu’il était surpris par le peu de marge de manœuvre que Ben & Jerry’s se laissait. Traditionnellement, a-t-il dit, les entreprises qui se désengagent d’Israël n’expliquent pas pourquoi elles prennent de telles mesures, ce qui leur donne une plus grande couverture juridique contre les lois anti-BDS.

« C’est tout à fait normal parce que vous avez une annonce très formelle et explicite de Ben & Jerry’s annonçant, très clairement, qu’ils prennent une mesure pour faire du mal à une entreprise israélienne », a-t-il déclaré. « Il n’y a jamais eu de cas plus clair, et si médiatisé, pour une déclaration qui violerait les lois BDS. »

La dernière fois qu’une grande entreprise s’est retirée des affaires avec les implantations israéliennes, c’était en 2018, lorsqu’Airbnb a annoncé qu’elle cesserait de répertorier les logements des colonies. Des poursuites alléguant des pratiques discriminatoires ont été déposées aux États-Unis et Airbnb s’est retiré en quelques mois, s’arrangeant avec les justiciables.

Cela n’est peut-être pas possible dans le cas de Ben & Jerry’s : l’interdiction de la vente de glaces en Judée Samarie affecte à la fois les Israéliens et les Palestiniens du territoire.

 

Source: Jerusalem Post





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Comment les lois américaines contre le boycott d’Israël pourraient frapper Ben & Jerry’s

    1. robert davis

      J’ai un conseil à donner à l’importateur israélien de ces horribles glaces ben & jerry’s probablement lourdes et indigestes d’ailleurs: CHANGEZ LA FORMULE et fabriquez la vous même en cessant des payer des royalties à ces stupides juifs anti israéliens ben & jerry. Par la même occasion rendez la formule plus légère les glaces US étant généralement trés lourdes (perso je ne les aime pas du tout) mettez plus de fruits aussi enfin n’importe quoi pour vous distancier de la formule de b&j. FACILE. Si le concessionnaire ne veut pas le faire par souci de solidarité avec les 2 antisémites N IMPORTE QUELLE ENTREPRISE PEUT LE FAIRE A LEUR PLACE.

    2. robert davis

      Tenez il y a bcp de juifs français qui souhaitent migrer en Israel mais ne savent pas quoi y faire: faites des glaces à la place de b&j.

    3. Robert Davis

      Tout de même quels pauvres crétins que ces Israéliens qui sont assez forts pour se débarrasser de falestiniens voleurs d’identité et faire cesser toutes les pressions que ces maudits mus + antisémites exercent sur eux ad vitam eternam depuis si longtemps et qui ne s’arrêteront jamais d’elles mêmes si on ne les fait cesser par la FORCE dernier recours dans ces cas ainsi que clausewitz et tous les stratèges l’ont proclamé depuis longtemps. On les fout dehors cela prend 8 jours tout au plus et on a la paix pour des SIECLES. C’est autre chose que de s’eembêter avec des ragots de grand mères!!!

    4. robert davis

      b&j de m.: et en plus je vois sur la photo qu’il faut supporter la g. de sanders sur les pots! C’est vraiment…too much! N’importe quel entrepreneur aurait pu et dû les mettre en faillite en leur faisant concurrence et en mettant la photo de TRUMP à la place du merdique juif de ghetto sanders.

    5. robert davis

      Tous les israéliens de gauche y compris netanyaMOU sont responsables des pressions contre Israel qui à l’avenir pourraient même se terminer mal pour refuser d’expulser les falestiniens voleurs d’identité en jordanie et en egypte pendant que c’est encore possible sur le plan militaire. Ils prennent un risque énorme, des ennuis sans fin, favorisent l’antisémitisme et tout ça pour éviter les ragots des antisémites! Ces gens sont pires que les antisémites finalement!

    6. robert davis

      Je suis trop bon de parler de ragots de grand mères les « critiques » contre Israel auxquelles se livrent des salauds tels que macron: on voit bien à la façon dont il a décoré l’antisémite jesse jackson et en l’appelant « mon frère » après le soutien qu’il apporte à tous les apologistes de hitler, hitlériens avérés tels que les falestiniens dont le représentant le mufti de Jerusalem haj ami al husseini avait conseillé à hitler de génocider les juifs plutôt que les expulser, obanana qui a tout fait pendant qu’il etait président pour affaiblir Israel et continue à travers biden, qu’il est lui même un antisémite avéré et non une « grand mère » simplement parce que c’est un couard doublé d’un crétin triplé d’un opportuniste et un egoiste.

    7. robert davis

      sanders-pampers serait « vermont’s finest senator » parce qu’il est l’ennemi d’Israel et des gens riches qui ont travaillé pour le devenir alors que lui est devenu riche en propageant des mensonges? je ne comprends pas qu’on importe leur m. en Israel. S’il y a des stocks en Israel il faut les jeter à la poubelle et j’encourage les entrepreneurs qui veulent prendre la place de b&j de le faire dans les plus brefs délais: fabriquer des glaces c’est à la portée de n’importe qui et ça doit rapporter dans un pays chaud.

    8. robert davis

      Franchement on s’en fout de cet épicier B&J. Il n’est RIEN on n’en a rien à f. de glaces que n’importe qui peut produire, le perdant c’est lui. Ce genre de boycott n’a aucun sens ils veulent imiter dégueule en 67 qui refusait des armes à Israel en plaine guerre mais même cette petite tête dégueule n’aurait pas refusé de livrer…des glaces! Ce sont de vraies andouilles des 2 là!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    132 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap