toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mila s’estime «abandonnée par une nation fragile et lâche». Sur 100 000 menaces et insultes islamistes, seulement 13 accusés (dont un catholique) et une tentative d’évacuer la dimension islamiste de l’affaire (Vidéo)


Mila s’estime «abandonnée par une nation fragile et lâche». Sur 100 000 menaces et insultes islamistes, seulement 13 accusés (dont un catholique) et une tentative d’évacuer la dimension islamiste de l’affaire (Vidéo)

« On t’a fait prisonnière dans ton propre pays » : pour Mila, la France qui l’a abandonnée est fragile et lâche.

L’entretien complet :

Catholique ou musulman, étudiant, casier vierge… L’étrange profil des treize prévenus qui ont harcelé Mila

Treize personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris, certains pour avoir menacé de mort la lycéenne.

Ils sont treize, dix hommes et trois femmes, âgés de 18 à 35 ans à comparaître à partir de ce jeudi 3 juin devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir cyberharcelé Mila. Depuis janvier 2020, la lycéenne a reçu plus de 100.000 messages sur les réseaux sociaux. Dans une première vidéo, elle avait critiqué la religion musulmane : « Surveillez votre pote Allah, s’il vous plaît ! Parce que mes doigts dans son trou du cul, j’les ai toujours pas sortis. » Depuis, elle n’a eu de cesse d’être prise pour cible en ligne, certains allant même jusqu’à la menacer de mort. Pour ces faits, deux hommes ont d’ailleurs déjà été condamnés à des peines de prison.

Mais selon Le Figaro, cette fois-ci, c’est le profil des treize prévenus qui interroge. Des hommes et femmes qui pour la plupart ne comprennent pas ce qu’ils font devant la justice et surtout ce qui leur arrive. Des individus de tous bords, comme une étudiante de confession musulmane choquée par la vidéo, qui le 17 novembre 2020, dépasse les bornes et menace de mort la jeune Iséroise : « Va bien te faire fourré (sic) sombre pute, je te souhaite de mourir de la façon la plus atroce qui puisse exister et si jamais ça tarde, je m’en chargerais moi-même. » Si elle dit aujourd’hui regretter, elle avance qu’elle n’aurait pas dû « se rabaisser à son niveau ».

La plupart d’ailleurs, ont un casier judiciaire vierge, mais ne se rendent pas forcément compte de la gravité de leurs actes, à l’image d’un jeune homme athée. S’il dit avoir oublié son tweet, il continue à penser que Mila est « foncièrement débile et paumée », indique Le Figaro. La menaçant de mort également, il fait état d’une « provocation » et dit ne pas « mériter d’avoir été placé en garde à vue ». Il y a aussi un étudiant qui voulait faire du buzz sur les réseaux sociaux « et gagner des abonnés », ou un autre, Mehdi, qui pensait seulement la « taquiner ». Un étudiant encore, voulait « faire rire ses amis » mais pensait à l’époque qu’elle « méritait la peine de mort ».

Des regrets, pas de remords

Autre profil type, celui d’un cuisinier de 29 ans, décrit comme un amoureux de « Schopenhauer et Nietzche », passionné par l’astrophysique et « catholique par intérêt », mais qui déplore le manque de « liberté d’expression » dans le pays. Selon sa sœur, il aurait un « QI supérieur à la normale », et s’il a des remords sur la forme, il ne regrette rien sur le fond « dans le sens où, si elle prenait un peu de bon temps, elle se détendrait sûrement et dirait un peu moins de bêtises.»

La facilité des échanges inhérente aux réseaux sociaux est un leitmotiv dans leur discours, une étudiante en anglais ne comprenant d’ailleurs pas pourquoi on parle de « harcèlement » alors qu’elle n’a envoyé « qu’un message ». Enfin certains ne se rendent pas vraiment compte de leurs actes, un surveillant de collège déclamant qu’en tant que « blanc », il ne risque rien : « J’ai aucun risque de poursuite je suis blanc et pas croyant on est ensemble mes frères. » Selon les avocats de la défense, ces treize prévenus ne seraient que « vos enfants », contrairement à ceux déjà condamnés à des peines de prison. Ils dénoncent une « mise en lumière » du délit de harcèlement instauré en 2018 et passible de trois d’emprisonnement.


Plus de 100 000 messages violents, appelant à la haine, au viol et au meurtre ont été déversés sur une jeune fille de 16 ans qui n’avait commis aucune faute, sauf celle d’utiliser sa liberté d’expression vis à vis de l’islam.

Deux ans après ce sont 13 accusés qui sont présents à la première audience. Et assez vite le doute s’installe quant au choix de la justice de ne présenter que ces accusés-là.

Y aurait-il volonté d’écarter tout ce qui pourrait laisser entendre que les islamistes étaient bel et bien à la manœuvre dans cette histoire ? Si oui la démonstration est ratée car si les accusés apparaissent comme très divers voire anodins et à priori loin du milieu islamiste, en revanche leur ligne de défense lors de cette première audience est unique, quel que soit leur profil. Or leur choix de défense et les motivations qu’ils donnent à leurs actes montrent et démontrent l’influence des représentations et de la vision du monde des islamistes et le rétablissement du blasphème par ensemencement des esprits.

100 000 messages de harcèlement et seulement 13 prévenus : Une justice au rabais ? 

Examinons donc cette première journée d’audience puisque la suite du procès est renvoyée au 21 juin.

Sur 100 000 messages à caractère violent, seuls 13 auteurs ont été identifiés ? Si oui, alors la France est une invitation à la cyber criminalité. 
Visiblement l’Etat comme la justice n’ont ni les moyens ni le personnel qualifié pour identifier des cyber harceleurs. Ils sont aussi d’une immense naiveté. Ils ne savent pas remonter un filon jusqu’à sa source ? Les journalistes quant à eux ne paraissent pas s’interroger sur le fait que pour que 100 000 personnes attaquent une inconnue c’est en général que des relais communautaires ont été activés. Non. Ils répandent plutôt l’idée que les profils des accusés mettent à mal la thèse de l’influence islamiste.

Pourtant quand on arrive à ce niveau-là de messages de haine et quand ceux-ci mettent systématiquement en avant le blasphème et l’offense aux musulmans, c’est que votre nom a été donné à des sites de militants et que ceux-ci ont relayé l’information et ont appelé à venir sur la page de la personne harcelée. Or de telles vagues ne naissent pas spontanément, elles sont alimentés au départ par des circuits militants. Le viral est souvent un construit.

Alors pourquoi ce panel d’où semblent exclus les profils les plus dangereux ? Faudrait-il dédouaner la propagande islamiste des violences qu’elle induit parce qu’en période de Présidentielle, il faudrait mettre la réalité sous le tapis pour ne pas faire-le-jeu-de-l’extrême-droite ?

En tout cas l’architecture de ce procès lors de la première journée interroge et met très mal à l’aise.

Pourtant, si l’effet recherché est de cacher la montée de l’influence de l’idéologie islamiste et de dissimuler les violences qu’elle déclenche tout azimut, cela ne fonctionne pas. Pire même, pour qui regarde les faits, on assiste au contraire à la démonstration de l’influence réelle des islamistes sur la jeunesse de notre pays.

Une ligne de défense unique où le blasphème est assimilé au racisme et la critique au déshonneur culturel

En effet, si le panel d’accusés est très divers ; leur ligne de défense, elle, est identique.

Lors du premier jour d’audience, avant que le procès ne soit reporté, cette défense consistait en un amalgame qui rend hommage involontairement à la qualité de la propagande islamiste et montre que leur vision du monde se diffuse au-delà de leur cible musulmane.

Cette propagande assimile le blasphème au racisme et la critique, qu’elle soit virulente ou non d’une religion, à la persécution des croyants.

Du coup, user de sa liberté d’expression devient un acte raciste et offensant, une atteinte à l’honneur collectif et cela mérite le pire des châtiments : viol et meurtre. On est là dans des représentations qui n’appartiennent pas à notre culture ni à notre espace mental. Dans le règne de la tribu le bien et le mal n’existent pas, seul compte ce qui est bon ou mauvais pour le groupe. Mais dans nos civilisations on distingue la peau et la chemise, l’intérêt général de la poursuite des intérêts particuliers et des croyances personnelles.

Ainsi la critique et l’offense à une croyance, une religion, un Dieu, un prophète ou un personnage mythique ou historique relève de la liberté d’expression. En revanche appeler à la haine ou au meurtre à raison de l’appartenance ethnique ou religieuse est condamnable.

En vertu de ce principe, les catholiques, qui pourtant n’étaient guère fan des caricatures de Charlie n’ont jamais eu l’idée d’appeler au meurtre des dessinateurs pour venger leur honneur et aucune de leurs ouailles n’est passée à l’acte. Or pour Mila, certains leaders islamistes, et même le CFCM ont jeté de l’huile sur le feu. La destruction de la vie d’une gamine de 16 ans n’était rien à côté de leur volonté d’imposer le retour de la condamnation du blasphème à l’égard de leur religion sur notre sol.

C’est cette logique, qui place le religieux au-dessus des lois de la cité, qui est une véritable inversion de nos valeurs, de nos principes et de notre lien social. Or cette inversion et l’amalgame entre blasphème et racisme font partie des éléments de langage des islamistes et des racialistes. Leurs éléments de langage sont surreprésentés dans les lieux où se tissent les représentations comme l’université, les médias, le monde politique associatif et syndical alors qu’ils émanent d’un courant de pensée totalitaire et obscurantiste.

Des traces de l’influence islamiste chez la jeunesse française

Ils ciblent les lieux de pouvoir et la jeunesse. Et cela marche. Certains jeunes adoptent une vision du monde très loin de notre civilité et cela se ressent dans les rapports hommes/femmes, dans la volonté d’imposer l’interdiction du blasphème, dans un racialisme qui se traduit en haine du blanc et un decolonialisme qui se traduit en haine de la France et de ses principes… Quant aux lieux de pouvoir, l’influence de l’islamo-gauchisme empêche de tenir un discours clair, de nommer et de désigner l’ennemi donc de le combattre efficacement.

Le résultat: aujourd’hui en France, une des personnes les plus menacées et les plus protégées est une jeune femme qui a 18 ans et dont le « crime » aux yeux d’arriérés est d’avoir insulté leur religionaujourd’hui en France, une des personnes les plus menacées et les plus protégées est une jeune femme qui a 18 ans et dont le « crime » aux yeux d’arriérés est d’avoir insulté leur religion. Et ceux qui la menacent ne viennent pas d’Afghanistan. La plupart ont grandi en France mais vivent dans un univers de rancoeur et de haine qu’ils n’ont pas construit tout seul. Alors ce procès va-t’il ouvrir les yeux de ceux qui nous représentent où est-il là pour noyer le poison islamiste dans la dénonciation des réseaux sociaux.

Céline Pina

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Mila s’estime «abandonnée par une nation fragile et lâche». Sur 100 000 menaces et insultes islamistes, seulement 13 accusés (dont un catholique) et une tentative d’évacuer la dimension islamiste de l’affaire (Vidéo)

    1. alauda

      Il n’y a pas si longtemps, on a pu apprendre – non sans effarement, pour mon compte – que la fameuse plateforme de signalement n’employait que 5 personnes pour faire face au tsunami du bavardage rézo-soziétal azimuté… Pas un doigt de plus que les doigts d’une seule main ! On a entendu dire à ce propos que l’équipe minimaliste serait renforcée. A hauteur de combien ? Ce point n’ayant pas été précisé, le flou artistique demeure sur la taille de la cuillère employée à écoper.

      On escompte sans doute que les progrès de l’IA, ce super-cerveau déjà capable de décoder l’humour et l’ironie des bipèdes, déboucheront sur une solution super-efficace pour éradiquer tout message discordant, avant même qu’il ne s’agite confusément dans les neurones dédits bipèdes.

      En attendant ce radieux avenir promis par le super-pouvoir des algorithmes calculateurs, on peut encore s’exercer au calcul de pourcentage sur ces 13 auteurs promus à l’étiquetage « cyber-harceleurs » (même s’ils n’ont commis qu’un unique tweet sans menace) rapporté à la meute des 99 907 cyber-harceleurs non-identifiés qui, courant toujours, continue à menacer cette jeune femme tombée dans le piège infernal.

      Il faut avoir les reins et la rhétorique solides pour tenir la tête au-dessus de l’eau, dans les bagarres de mots sur les rézos dévoyés par les zozos. Mia en fait l’amère expérience. Mais en même temps, si on n’a pas les moyens de jouer à la bagarre dans ce feu dangereux, on s’abstient de trop s’y exposer. Le virtuel n’est jamais que le prolongement de la vraie vie. Or celle-ci donne suffisamment de fil à retordre pour ne pas en rajouter. La vraie vie a néanmoins un avantage sur le virtuel, c’est que les harceleurs y sont nettement moins nombreux et par conséquent plus facilement identifiables.

      Que Mia souffre de son isolement, nul ne l’ignore. Mais de là à prétendre depuis son cas particulier qu’elle est «abandonnée par une nation fragile et lâche», ce n’est pas vrai. Son cas mobilise un panel de services qui ne sont pas gratuits.

    2. Slam

      Mila est une épine dans le pied de ce gouvernement. Elle est certes protégée mais faire comparaître une dizaine de crétins haineux qui écoperont certainement de peines avec sursis c’est comme écoper un paquebot avec une boîte de conserve. Cela ne sert à rien. Le problème n’est pas résolu. La France doit être nettoyée de fond en comble de sa lie Islamiste. Il faut prendre exemple sur la politique de Victor Orban, le seul à mesurer le danger dans cette Europe qui coule à pique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    152 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap