toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

États Unis : huit informations anti-Trump propagées par les médias et Biden sont aujourd’hui reconnues comme fausses… Trump avait raison de les qualifier de fake news


États Unis : huit informations anti-Trump propagées par les médias et Biden sont aujourd’hui reconnues comme fausses… Trump avait raison de les qualifier de fake news

Moins d’un an après que l’ancien président Donald Trump eut quitté ses fonctions, il s’avère que nombre de récits poussés par les grands médias et les politiciens se sont avérés être exactement ce que Trump avait dit qu’ils étaient : des “fake news”.

Voici quelques-unes des plus grandes théories anti-Trump, démystifiées.

Trump a ordonné que les manifestants soient aspergés de gaz lacrymogène pour une séance photos.

“Une utilisation incroyable de la force militaire et policière pour vider le parc Lafayette de ses manifestants juste à cause d’une séance de photos à l’église épiscopale St John”, a tweeté Jim Acosta, correspondant en chef de CNN, le 1er juin 2020.

“Il utilise l’armée américaine contre le peuple américain”, avait notamment tweeté Biden.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, et le représentant Adam Schiff ont également relayé cette fausse affirmation.

Malgré des plaidoyers émouvants de M. Biden, alors candidat à la présidence, et de M. Acosta, il s’avère que l’affirmation selon laquelle M. Trump aurait délibérément fait évacuer des manifestants d’un parc pour une séance de photos était fausse.

Un rapport publié mercredi par l’inspecteur général du ministère de l’Intérieur, Mark Greenblatt, a révélé que la police du parc qui a utilisé des flash-bangs et d’autres munitions non létales pour contrôler la foule lors de l’incident du 1er juin avait reçu le feu vert pour le faire avant que quiconque ne sache que Trump avait l’intention de s’y rendre. M. Greenblatt a déclaré que le parc était en fait en train d’être déblayé afin de pouvoir installer une clôture anti-échelle, rapporte NBC News.

“En outre, les preuves ont établi que les responsables concernés (de la police des parcs) avaient pris ces décisions et avaient commencé à mettre en œuvre le plan opérationnel plusieurs heures avant d’avoir connaissance d’une visite présidentielle potentielle dans le parc, qui s’est produite plus tard dans la journée”, a écrit Greenblatt. “En tant que tel, nous avons déterminé que les preuves ne permettaient pas de conclure que la (police des parcs) avait nettoyé le parc le 1er juin 2020, afin que le président Trump de l’époque puisse entrer dans le parc.”

La théorie de la “fuite du laboratoire” est conspirationniste.

Donald Trump a fréquemment mentionné que le coronavirus aurait pu s’échapper de l’Institut de virologie de Wuhan, et d’autres politiciens lui ont fait écho avec des déclarations similaires. La théorie a récemment retrouvé sa crédibilité, suscitant une vague de corrections.

À l’origine, les médias avaient balayé la théorie, la qualifiant de “théorie du complot” et de “debunkée”. CNN a titré “Trump contredit les services de renseignement américains en affirmant avoir vu des preuves que le coronavirus provenait d’un laboratoire chinois”.

Le Washington Post a publié un article intitulé “Le nouveau coronavirus a-t-il été libéré accidentellement d’un laboratoire de Wuhan ? C’est peu probable.” Un autre article s’intitulait “Le président Trump et le secrétaire d’État Mike Pompeo continuent d’avancer la théorie infondée du laboratoire de Wuhan sur l’origine du nouveau coronavirus.”

Le journaliste principal du Washington Post, Aaron Blake, a toutefois récemment admis que “les médias grand public avaient trop corrigé lorsqu’il était question d’une théorie particulière de Trump et de ses alliés : que le coronavirus émanait d’un laboratoire à Wuhan, en Chine, plutôt que naturellement.”

D’autres membres de la plèbe “écoutez la science” ont également admis avoir choisi de ne pas couvrir la théorie ou de la discréditer activement en grande partie parce que Trump l’avait soutenue.

“Ca avait été associé à un délire de Trump, les scientifiques avaient réagi et se s’étaient prononcés en faveur de la théorie selon laquelle le COVID-19 avait émergé d’un processus naturel plutôt que d’une évasion en laboratoire”, a expliqué J. Stephen Morrison, du Center for Strategic and International Studies, dans une interview à la NPR.

Trump a ignoré les primes russes sur les soldats américains

M. Biden a reproché à M. Trump de n’avoir rien fait au sujet des allégations selon lesquelles la Russie aurait mis des primes sur la tête de soldats américains.

“Non seulement il n’a pas sanctionné la Russie ou n’a imposé aucune conséquence pour cette violation flagrante du droit international, mais Donald Trump a poursuivi sa campagne embarrassante de déférence et d’avilissement devant Vladimir Poutine”, a déclaré M. Biden, selon le New York Times, qui avait été le premier à rapporter l’histoire.

La vice-présidente Kamala Harris a également insisté sur cette histoire en octobre.

“Des médias ont rapporté que la Russie avait mis des primes sur la tête de soldats américains”, avait déclaré Kamala Harris. “Et vous savez ce qu’est une prime ? Quelqu’un met un prix sur votre tête et il le paiera si vous êtes tué. Et Donald Trump a parlé au moins six fois à Vladimir Poutine et n’a jamais abordé le sujet. Joe Biden n’aurait jamais fait ça.”

Trump avait dit n’avoir pas parlé des renseignements présumés parce qu’il y avait peu de preuves pour soutenir ces affirmations.

“Je n’en ai jamais discuté avec Poutine”, avait déclaré Trump, selon CNN. “Je le ferais, je n’ai aucun problème avec ça”. Le Washington Post lui a attribué une note de fact checking de quatre Pinocchio pour avoir qualifié l’histoire de “canular”.

Mais des généraux de haut rang ont corroboré l’affirmation de Trump selon laquelle il y avait peu bien d’éléments.

“Cela n’a tout simplement pas été prouvé à un niveau de certitude qui me satisfasse”, a déclaré le général Frank McKenzie, commandant du commandement central américain, à NBC News.

L’ancien secrétaire à la défense Mark Esper a également nié avoir été informé de la situation, selon la NPR.

“Pour autant que je m’en souvienne, je n’ai pas reçu de briefing incluant le mot ‘prime’ “, aurait déclaré Esper. “S’il s’agissait d’une source crédible, crédible et corroborée, qui utilisait ces mots, il aurait certainement été porté à mon attention par la chaîne de commandement, par le président des chefs d’état-major et d’autres, pour que je prenne des mesures.”

Le NYT a fini par publier un article constatant l’absence de preuves.

M. Biden lui-même, qui avait reproché à M. Trump de ne pas avoir sanctionné la Russie à la suite de ces allégations, “s’est abstenu d’infliger des sanctions à des responsables russes au sujet des primes présumées, en précisant que les preuves disponibles sur ce qui s’est passé – principalement ce que les détenus afghans ont dit aux interrogateurs – ne suffisent toujours pas à prouver définitivement le constat de la C.I.A. selon lequel la Russie aurait versé de l’argent pour récompenser des attaques”.

Trump avait demandé aux responsables géorgiens de “trouver la fraude”.

Le Washington Post a été contraint de publier une longue correction en mars selon laquelle M. Trump n’aurait pas dit à l’enquêtrice en chef du bureau du secrétaire d’État de Géorgie, Frances Watson, de “trouver la fraude” ni dit qu’elle serait “une héroïne nationale” si elle le faisait.

“Correction : Deux mois après la publication de cette histoire, le secrétaire d’État de Géorgie a publié un enregistrement audio de l’appel téléphonique du président Donald Trump en décembre avec l’enquêteur principal des élections de l’État”, a déclaré le Post. “L’enregistrement a révélé que le Post avait mal cité les commentaires de Trump lors de l’appel, sur la base d’informations fournies par une source. Trump n’a pas dit à l’enquêteur de ‘trouver la fraude’ ni dit qu’elle serait ‘un héros national’ si elle le faisait.”

Trump a déclaré que les suprémacistes blancs étaient des “gens bien”.

Biden a lancé sa campagne présidentielle en 2019 avec une vidéo qui déformait les commentaires de Trump dans lesquels il aurait dit qu’il y avait des “gens bien” des deux côtés lors du rassemblement meurtrier de Charlottesville. Le commentateur de CNN Keith Boykin a affirmé plus tard que Trump avait “une longue histoire d’incitation de ses partisans à la violence”, affirmant l’avoir “constaté avec la marche de Charlottesville de 2017 composée de “gens très bien”.”

Trump n’a rien fait de tel. RealClearPolitics a vérifié les faits relatifs à la déclaration de Trump, notant que son commentaire est souvent sorti de son contexte.

Voici ce que Trump a réellement dit lors de la conférence de presse en question :

“Excusez-moi, ils ne se sont pas présentés comme des néo-nazis, et vous aviez des gens très mauvais dans ce groupe. Mais vous aviez aussi des gens très bien des deux côtés. Il y avait des gens dans ce groupe – excusez-moi, excusez-moi, j’ai vu les mêmes photos que vous. Il y avait des gens dans ce groupe qui étaient là pour protester contre le démantèlement d’une statue, très, très importante pour eux, et contre le changement de nom d’un parc, de Robert E. Lee à un autre nom”, a déclaré M. Trump, avant de se justifier.

“Je ne parle pas des néo-nazis et des nationalistes blancs parce qu’ils devraient être totalement condamnés”.

Trump a qualifié les immigrants illégaux d’”animaux

En 2018, Trump aurait qualifié d’”animaux” les membres du célèbre et mortel gang MS-13.

“Nous avons des gens qui entrent dans le pays … Vous ne croiriez pas à quel point ces gens sont mauvais. Ce ne sont pas des gens. Ce sont des animaux”, a déclaré Trump lorsque quelqu’un l’a interrogé sur le MS-13.

Schumer a critiqué ces commentaires, affirmant que “lorsque tous nos arrière-arrière-grands-parents sont venus en Amérique, ils n’étaient pas des “animaux”, et ces gens ne le sont pas non plus”. La sénatrice démocrate du Nevada, Cortez Masto, avait déclaré que Trump attaquait les immigrants de manière plus générale.

CNN avait tweeté la citation avec le commentaire suivant : “Lors d’une réunion avec des fonctionnaires s’opposant aux politiques de protection des immigrés en Californie, le président Trump a critiqué les lois américaines sur l’immigration”, semblant prétendre que la citation de Trump faisait référence à tous les immigrés.

Le média a ensuite publié un tweet de suivi indiquant que les remarques de Trump “étaient en réponse à des commentaires sur les membres de MS-13 et d’autres immigrés sans papiers qui sont expulsés pour avoir commis des crimes”.

Le même jour, l’Associated Press a publié un tweet indiquant avoir “supprimé un tweet datant de la fin de la journée de mercredi sur le commentaire de Trump sur les immigrés en tant qu’”animaux”, car il n’était pas clair qu’il le disait après un commentaire sur les membres de gangs.”

Le NYT avait tweeté que “Trump s’en était pris aux immigrés sans papiers lors d’une réunion à la Maison Blanche, qualifiant d’”animaux” ceux qui tentent de franchir les frontières du pays.” Le NYT a ensuite publié un tweet indiquant que les commentaires de Trump ont été utilisés pour “décrire de dangereux criminels qui tentent d’entrer illégalement aux États-Unis”.

Trump a menti en affirmant que sa campagne avait été mise sur écoute.

CNN a rapporté en 2017 que Trump avait “carrément menti” lorsqu’il avait affirmé que l’administration Obama avait mis la Trump Tower sur écoute avant sa victoire à la présidentielle, CNN citant le ministère de la Justice comme preuve.

“Trump, pour sa part, n’a offert aucune preuve pour étayer son affirmation initiale parce que, comme nous le savons maintenant de manière concluante, il n’y avait aucune preuve”. Pour résumer : L’actuel président des États-Unis a carrément menti au sujet de la mise sur écoute du quartier général de sa campagne par le président en exercice de l’époque.”

Le média a publié une correction deux ans plus tard et a confirmé que l’ancien directeur de campagne Paul Manafort avait été mis sur écoute en vertu d’une ordonnance secrète d’un tribunal avant et après l’élection. CNN a toutefois noté que son propos original était contradictoire. Manafort avait un bureau dans la Trump Tower, mais il n’est pas clair si la surveillance a eu lieu là, a rapporté CNN.

Trump a retiré le buste de MLK Jr.

Quelques heures seulement après le début de la présidence de Trump, Zeke Miller, correspondant du TIME à la Maison Blanche, a rapporté que Trump avait retiré le buste de Martin Luther King Jr. du Bureau ovale. Il s’avère que le buste était ” caché par une porte et un agent “. Miller a ensuite présenté de nombreuses excuses pour cette erreur.

Daily Caller





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “États Unis : huit informations anti-Trump propagées par les médias et Biden sont aujourd’hui reconnues comme fausses… Trump avait raison de les qualifier de fake news

    1. robert davis

      Tout ce qu’a dit Trump etait vrai mais il avait contre lui principalement les rino + mes merdias ce qui a suffit à intimider les juges en plus! En 2024 tous les républicains seront pro Trump et les merdias n’oseront même plus ouvrir leurs sales g.

    2. Michel Boissonneault

      les médias commence simplement a chier dans leurs pantalons car la stratégie des audits de vérification des bulletins de vote fonctionne pour vérifier si il y a eu fraude a la dernière élection Américaine ….. présentement sur le site live * * AZ audit.org * * sur l’une des caméras il ne reste que 4 boites a vérifier et ainsi l’audit sera terminer demain le 14 juin bref les preuves de fraude sont confirmer car chaque document papier avait été conçu avec la technologie bloc-chain qui consiste a avoir des fibres spécial dans le papier comme le papier monnaie donc c’est la raison pour lequelle tout les bulletins de vote ont été vérifier a l’ultraviolet + les document supposément envoyer par la poste était pas plier bref les mois de Juin et Juillet seront celui de Trump … donc les médias commence a chercher a sauver leurs réputations qui est pour moi maintenent impossible

    3. Patrick Wahle

      Vu les prestations désastreuses de l‘administration Biden, les Républicains pourraient reprendre le contrôle du congrès (sénat et chambre des représentants) lors des “mid-terms” de novembre 2022. Trump pourrait remplacer Pelosi comme Speaker de la chambre et déclarer une procédure “d’impeachment” envers Biden et Harris. Le leader de la majorité républicaine à la chambre des représentants Kevin McCarthy serait nommé président jusqu’à l’élection de 2024. Trump réélu retrouverait la Maison Blanche en janvier 2025. En effet la majorité des représentants peut nommer un ou une House Speaker choisi(e) en dehors des élus de la chambre des représentants.

    4. LeClairvoyant

      No seulement la gauche et les globalistes ont volé les élections à Donald Trump et les républicains, que les démocrates à Maricopa maintenant ostaculissant le nouveau comptage des bulletins de vote. Cela est indigne d’un pays qui permet le vol massif de votes de Donald Trump par la gauche. Le fiscal fédéral et des avocats font des tracasseries pour la vérification des bulletins, avec des procédures anti-comptage. Donc, sont coupables; s’ils auraient gagné les élections honnêtement, ils seraient contents de monter leur victoire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    412 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap