toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Lydia Guirous “Quand on est française, on ne porte pas un hijab”


Lydia Guirous “Quand on est française, on ne porte pas un hijab”

Entretien avec Lydia Guirous, qui publie Assimilation, en finir avec ce tabou français (Editions de l’Observatoire, 2021). Le retour dans le débat de la notion clivante d’assimilation est-il un phénomène de mode ou peut-on envisager des traductions dans le réel?


Née en Kabylie, arrivée à l’âge de six ans à Roubaix et d’origine modeste, Lydia Guirous a un parcours politique singulier. Après avoir évolué dans sa jeunesse dans les milieux associatifs, où elle détonne, voilà presque dix ans qu’elle est en politique, à droite. Son nouvel essai, Assimilation, en finir avec ce tabou français, disponible en librairies, aborde une question très présente dans le débat français actuel. Question sur laquelle ses positions courageuses sont connues depuis longtemps. Elle les y précise.

La France s’est gravement fourvoyée en misant sur la simple intégration des immigrés. La France a délaissé l’assimilation, pourtant indispensable à notre bonne cohésion républicaine, d’autant que les flux migratoires vers le pays sont monstrueux. Attachée à l’identité française, Lydia Guirous constate que la France n’est plus un “eldorado économique” mais demeure un “eldorado social”. Selon elle, la doctrine de l’intégration, c’est en réalité “un laxisme (…), un je-m’en-foutisme sans vision à long terme”. Elle dénonce: “quand des sociologues, des journalistes ou des universitaires donnent du crédit aux thèses indigénistes, ils jouent aux pyromanes”. Alors que la tragédie est déjà là : “une partie des adultes de demain croient en la charia plus qu’en la République” ! Lydia Guirous estime que la France doit faire un “reboot” de son logiciel d’intégration. Nous lui avons demandé comment. Entretien.


Assimilation : en finir avec ce tabou français

Price: 10,00 €

12 used & new available from 6,01 €


Causeur. Quelles analyses vous inspire le parcours de Jamel G, l’attaquant de Rambouillet, tel que nous l’a décrit la presse?

Lydia Guirous. Le terroriste Jamal G qui a tué à coups de couteau cette mère de famille de 49 ans, fonctionnaire qui travaillait au commissariat de Rambouillet, démontre à quel point il y a des trous dans la raquette des régularisations. Le parcours de Jamal G met en lumière toutes les faiblesses et incohérences de notre politique migratoire.

Dès octobre 2020 il y a sur son profil Facebook des messages haineux, des textes religieux radicaux. Il partageait les messages des officines de l’islam politique, de leurs collabos qui parlent d’islamophobie d’État et, on y retrouvait aussi leurs apôtres Jean-Luc Melenchon, Edwy Plenel, Tariq Ramadan… Cela ne l’a pas empêché d’être régularisé le 28 décembre 2020 pour passer à l’acte quatre mois plus tard. Ainsi, en situation irrégulière pendant dix ans, il a été récompensé par la régularisation de sa situation, car il justifiait d’un CDI de livreur. La fin du délit de séjour illégal est une invitation au séjour irrégulier et un message de faiblesse. Il est suicidaire de régulariser des personnes qui haïssent la France, un rapide tour sur son Facebook prouvait sa haine viscérale de notre pays et de notre société.

La gauche intellectuelle parisienne essaye de se dédouaner aujourd’hui de sa responsabilité… mais elle est peu crédible. Son obsession des minorités et sa recherche permanente de nouveaux prolétaires pour sa petite révolte rose pâle nous a menés dans le mur!

Je plaide pour que l’assimilation soit exigée avec rigueur et autorité, car c’est la seule solution pour éviter la désintégration et la déflagration culturelle qui couve. Je rappelle que c’est la loi. Les articles 21 et 24 du code civil disent clairement que l’assimilation est une obligation pour être naturalisé. Elle doit aussi l’être pour être régularisé. La France n’est ni une page blanche, ni un paillasson. Il faut la respecter et elle doit se faire respecter.

Lire la suite sur Causeur

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Lydia Guirous “Quand on est française, on ne porte pas un hijab”

    1. LeClairvoyant

      Et les migrants et leurs descendants sont plus intégrés, sans la haine, sans djellaba ni des attitudes anti-France, antisémites, antisionistes, anti-police, anti-blancs, etc,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1.7K Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap