toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Guerre civile: échanges de tirs et scène de guérilla à Valence, Bethoncourt, Montbéliard, Trappes, Émeutes à Romans-sur-Isère…. «Un état d’urgence absolue dans nos quartiers» (Vidéo)


Guerre civile: échanges de tirs et scène de guérilla à Valence, Bethoncourt, Montbéliard, Trappes, Émeutes à Romans-sur-Isère…. «Un état d’urgence absolue dans nos quartiers» (Vidéo)

Suite aux violences urbaines survenues à Romans-sur-Isère, Valence en a aussi connu son lot dans la nuit du 30 avril au 1er mai. Les policiers ont d’abord essuyé des jets de pierres et des tirs de mortiers d’artifice de la part d’une quarantaine d’individus cagoulés, puis des bandes rivales se sont affrontées. Le maire a réagi.

Valence (Drôme) est secouée par des affrontements qui placent certains quartiers en «état d’urgence absolue» alors que le sujet de la sécurité dans cette ville a même attiré l’attention d’Emmanuel Macron qui a annoncé début avril des renforts de police.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du vendredi 30 avril au samedi 1er mai. Des violences nocturnes sont survenues entre jeunes dans le quartier de Fontbarlettes, «sur fond de trafic de stupéfiants», a indiqué la préfecture de la Drôme.

Sur une séquence publiée sur Snapchat, on voit des individus cagoulés, on entend de nombreuses détonations qui seraient des coups de feu.

«Des impacts de balles et des douilles de 9 mm ont été retrouvés», a précisé le sous-préfet de la Drôme Bertrand Duclos dans un communiqué cité par l’AFP.

Il a condamné «de la façon la plus ferme ces actes aussi scandaleux qu’injustifiables et [a affiché] la plus totale détermination à donner à cette affaire une suite judiciaire qu’elle mérite».

«Les auteurs de ces agissements particulièrement graves seront identifiés et déférés à la justice», a-t-il ajouté, soulignant que «personne n’a été blessé» lors de ces violences «qui n’ont pas fait l’objet d’appels spécifiques à la police nationale, laquelle n’a pu intervenir pour y mettre un terme».

La même nuit, des policiers ont également été la cible de tirs de mortiers d’artifice et de jets de pierres dans ce même quartier. Une quarantaine d’individus cagoulés ont attaqué les fonctionnaires en train d’assister les sapeurs-pompiers en intervention, indique France Bleu.

«Un état d’urgence absolue dans nos quartiers»

Pour remettre de l’ordre dans le quartier sensible de Fontbarlettes, le préfet a annoncé déployer samedi soir des renforts.

Selon un communiqué du maire LR de Valence, Nicolas Daragon, diffusé dans la presse, une «quarantaine» de CRS va être déployée en renfort des effectifs policiers locaux dans ce quartier mais aussi dans celui de la Monnaie à Romans-sur-Isère, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Valence, où des violences ont été observées «depuis quelques jours».

Il y a «un état d’urgence absolue dans nos quartiers. Avec la même détermination, l’État doit aujourd’hui agir pour garantir la sécurité de tous, avant qu’il ne soit trop tard», a réagi le maire dans le communiqué.

Macron annonce des renforts

Le sujet de la sécurité préoccupe le Président de la République qui a confirmé le 19 avril lors de son déplacement à Montpellier le déploiement de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires en France sur la durée de son quinquennat.


Scène de guerre entre les bandes des quartiers de Bethoncourt et de Montbéliard.

Le silence qui avait enveloppé le quartier s’est soudainement rompu, vendredi peu avant minuit. Lorsqu’une bataille rangée s’est jouée en pleine rue, dans le secteur sensible de Champvallon à Bethoncourt. Les images filmées depuis leur fenêtre par des habitants médusés d’une telle flambée de violences montrent des dizaines d’individus s’agitant et vociférant. Tandis que percent, au loin, des déflagrations qui font penser à des armes à feu. Mais rien, selon les premières constatations menées par les gendarmes rapidement déployés sur les lieux et qui n’ont pu procéder à aucune interpellation, ne vient accréditer l’hypothèse de tirs à balle réelle.

Tout porte à croire qu’il a été question d’une rixe entre bandes rivales. En l’espèce avec des jeunes de la Petite-Hollande. Où simultanément, les policiers, alertés des incidents à Bethoncourt ont, lors de leur patrouille à la Petite-Hollande, aperçu une quarantaine de voitures entourées d’environ quatre-vingts individus. Revenaient-ils de la cité voisine ou envisageaient-ils d’y aller en renfort ? À proximité, rue Jules-Massenet, une voiture était la proie des flammes.

[…]

L’Est-Republicain


Énième nuit d’émeutes à Trappes (78) : des policiers ciblés par un cocktail Molotov, les pompiers attaqués au mortier en pleine intervention

Les faits ont démarré sous les coups de 23 heures, allée des Yvelines à Trappes (Yvelines) où une trentaine de personnes étaient en train d’incendier des poubelles. À l’arrivée d’une voiture de la brigade anti-criminalité (Bac), cocktail molotov et tirs de mortiers ont été lancés sur le véhicule. Les auteurs des faits se sont mis en fuite dès lors que des renforts de police sont arrivés sur place et ont fait usage de tirs de défense.

Dans cette même nuit, rue Jean Zay ou encore au square Jean Macé, des équipiers de la Bac ont reçu également des jets de projectiles.

Enfin, avenue Henri Barbusse, ce sont les pompiers qui ont été victimes de tirs de mortiers. Ils étaient sur place pour aider un homme inconscient à son domicile.

Actu.fr


Émeutes à Romans-sur-Isère (26) : pompiers et policiers caillassés et attaqués au mortier. Dans la Drôme, les interventions de la police sont “limitées” à cause du Ramadan

Le quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère a connu un nouvel épisode de violences urbaines dans la nuit du 29 au 30 avril. Vers minuit, trois containers poubelles ont été déplacés et incendiés dans la rue Charles-Péguy.

Lorsque les sapeurs-pompiers et les policiers sont intervenus, ils ont été accueillis par un groupe d’une vingtaine de personnes encagoulées qui les ont pris pour cible avec des pierres, mais aussi des mortiers d’artifice. Les policiers ont répliqué avec des grenades lacrymogènes pour disperser les délinquants et permettre aux sapeurs-pompiers de faire leur travail.

Les émeutiers sont revenus au contact et les policiers ont de nouveau dû utiliser des grenades lacrymogènes pour les faire reculer. Cette intervention n’a pas fait de blessés, mais c’est la troisième soirée consécutive de violences urbaines dans le quartier.

(…) Le Dauphiné

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Guerre civile: échanges de tirs et scène de guérilla à Valence, Bethoncourt, Montbéliard, Trappes, Émeutes à Romans-sur-Isère…. «Un état d’urgence absolue dans nos quartiers» (Vidéo)

    1. Jacques B.

      Face aux trafics et aux bandes, l’État agit sans faiblesse.
      Le Préfet de la Drôme.
      Eh bien, il ne manque pas de culot, cet individu. La situation se dégrade et même se délite depuis des années voire des décennies, c’est le chaos et une situation de pré-guerre civile et ce rigolo nous chante que « l’État agit sans faiblesse » ! Démission, ainsi que toute la clique de menteurs et d’incapables professionnels actuellement en poste, hauts fonctionnaires comme politiciens !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    53 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap