toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Gaza: un étude démontre qu’au moins 70% des morts étaient des djihadistes du Hamas et non des civils. 21% des morts ont été causés par des roquettes du Hamas retombants sur Gaza


Gaza: un étude démontre qu’au moins 70% des morts étaient des djihadistes du Hamas et non des civils. 21% des morts ont été causés par des roquettes du Hamas retombants sur Gaza

Une étude des deux premiers jours des récents affrontements entre Israël et le Hamas a montré que plus de 70% des pertes causées par les frappes aériennes israéliennes étaient des combattants, et que 21% du nombre total de morts ces jours-là étaient causés par des roquettes errantes du Hamas.

L’étude préliminaire, publiée vendredi par le Centre d’information Meir Amit sur le renseignement et le terrorisme (ITIC), a analysé les noms et les identités de 74 Palestiniens tués dans la bande de Gaza entre le 10 et le 12 mai, sur la base d’avis de décès de diverses sources palestiniennes, notamment Hamas.

La répartition des victimes par le groupe a montré que 16 sont morts à la suite de roquettes errantes tirées par le Hamas mais qui ont atterri à Gaza. Ces morts comprenaient deux membres du Fatah, sept personnes au statut de civil-combattant inconnu et sept mineurs.

Sur les 58 morts restants, causés par les frappes israéliennes, 42 ont été identifiés comme des militants terroristes; parmi les membres figuraient 30 militants du Hamas, 8 membres du Fatah et 3 membres du Jihad islamique palestinien (JIP). Les 16 autres décès comprenaient six personnes dont le statut de civil-combattant était inconnu; neuf femmes ou mineurs; et un homme civil de 67 ans.

Les résultats montrent que «parmi les personnes tuées à Gaza les deux premiers jours du conflit à la suite des attaques israéliennes, environ les deux tiers étaient des terroristes et que de nombreux civils qui ont perdu la vie à Gaza ces deux jours ont été frappés par Feu palestinien. La recherche complète est toujours en cours », Brig. Le général (Res.) Yossi Kuperwasser, directeur de l’ITIC, a déclaré à The Algemeiner .

Parmi les militants tués figurent Jamaa Tahla, chef du cyber-commandement du Hamas; Jamal Zebeda, chef des projets du Hamas responsable du développement des fusées; Bassem Issa, commandant de la brigade de la ville de Gaza depuis 2017 et haut responsable militaire de la ville; et Hazem Al-Khatib, chef de la division d’ingénierie et de production du Hamas.

L’étude a été publiée après qu’Israël et le Hamas ont convenu d’un cessez-le-feu bilatéral le 21 mai, qui a mis fin à 11 jours de tirs de roquettes et de violence. Au cours de l’opération, baptisée Gardien des murs, qui a débuté le 10 mai, environ 4 340 roquettes ont été tirées par le Hamas depuis la bande de Gaza vers Israël, dont 640 à l’intérieur de Gaza. En réponse, Israël a frappé un total de 1 600 cibles militaires, dont 340 lance-roquettes et détruit plus de 60 miles de tunnels terroristes souterrains dans la bande de Gaza.

Les hostilités ont coûté la vie à 12 Israéliens, dont un soldat des Forces de défense israéliennes (FDI). Selon le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas, environ 250 Palestiniens ont été tués à la suite des attaques israéliennes. Le ministère de Gaza ne fournit pas de détails autres que des informations sélectives sur le nombre de femmes et d’enfants morts et ne fait pas de distinction entre les civils et les combattants tués.

«Cette fois, encore moins de sources dans la bande de Gaza (le ministère de la Santé et les organisations terroristes) que lors des opérations précédentes ont rendu public la mort de terroristes. À l’exception des militants de haut rang dont les annonces officielles de décès ont été publiées au nom des groupes militants auxquels ils appartenaient », a révélé l’étude ITIC. «L’administration du Hamas tente de créer une fausse impression que la grande majorité des personnes tuées étaient des civils non impliqués. Le Ministère de la santé de Gaza insiste dans des annonces et dans ses publications sur le nombre de femmes, d’enfants et de personnes âgées tués et, contrairement au passé, il ne publie pas de listes détaillées indiquant les noms des personnes tuées. Sur les réseaux sociaux et les médias arabes, un grand nombre de terroristes tués sont répertoriés comme des «civils» pour la même raison. »

L’analyse ITIC est basée sur des sources palestiniennes, des photographies, des hommages sur les réseaux sociaux et des flux officiels de groupes palestiniens. À titre d’exemple, l’étude cite des informations du Centre Al Mezan pour les droits de l’homme basé à Gaza, selon lequel à 18 h 10, le 10 mai, un obus a frappé la maison d’Attallah Almasri, dans la ville de Beit Hanoun, tuant huit Palestiniens, dont six enfants, et en blessant 18 autres, dont 10 étaient des enfants. Le Centre Al Mezan n’a pas attribué l’incident à une frappe aérienne israélienne.

Le 10 mai, les affrontements ont été déclenchés par le Hamas tirant des roquettes sur Jérusalem après un «ultimatum» de 18 heures qui avait appelé Israël à retirer les forces de sécurité du Mont du Temple et à libérer les prisonniers palestiniens. Un responsable de la sécurité israélienne a déclaré que la mort de civils à Gaza peu de temps après les attaques de Jérusalem avait été causée par des roquettes ratées du Hamas, survenant avant qu’Israël n’entame des frappes aériennes de représailles contre le groupe terroriste quelques heures plus tard.

L’ITIC a déclaré qu’en raison du fait que l’armée israélienne a utilisé des missiles pendant les hostilités plutôt que des roquettes ou des obus, on peut supposer que l’attaque du 10 mai peut être attribuée à des organisations terroristes.

Selon le militant palestinien des droits humains Bassem Eid, au moins 50 Palestiniens sont morts à Gaza suite à l’échec des roquettes du Hamas et 150 combattants ont été tués au cours des 11 jours d’affrontements. L’armée israélienne a estimé le nombre de morts parmi les militants à 200.

«Dans la plupart des statistiques et des rapports de diverses sources, y compris le ministère de la Santé de Gaza et des ONG palestiniennes ou des groupes de défense des droits humains, ils ne font pas de distinction dans leurs rapports sur les victimes entre civils et combattants», a déclaré Eid à The Algemeiner . «Ils ont leur propre agenda et ce n’est pas un agenda humanitaire. Aucun Palestinien n’aurait été tué par ces roquettes à Gaza par ces sources. »

© Traduction Europe Israël News – Source Algemeiner

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Gaza: un étude démontre qu’au moins 70% des morts étaient des djihadistes du Hamas et non des civils. 21% des morts ont été causés par des roquettes du Hamas retombants sur Gaza

    1. Robert Davis

      Aucun autre argument que géopolitique ne touche ces gens: le seul moyen d’avoir la paiux est de les expulser de Gaza et de Judée/Samare par des bombardements stratégiques permettant de VIDER SUSTEMATIQUEMENT LES TERRITOIRES QU ILS OCCUPENT ET D OCCUPER CES TERRITOIRES UNE FOIS VIDES mais pas avant de les avoir vidé sinon le remède serait pire que le mal. Et la provocation vis à vis des pays gouvernés par la gauche serait un atout supplémentaire pas un inconvénient.

    2. Tamara

      Quand on pense que le “droit des Hommes” veut juger Israel 🇮🇱 Et que ce pseudo droit est encadré par l’Iran en ce moment et qu’il n’ y’a pas de droit en Iran, c’est trop risible. !!!
      Les ignorer!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    729 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap