toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Séparatisme : un maire obligé d’autoriser la construction d’une école islamiste par le tribunal administratif


Séparatisme : un maire obligé d’autoriser la construction d’une école islamiste par le tribunal administratif

Dans une tribune adressée au Figaro Vox, le maire divers-droite d’Albertville (Savoie) alerte sur la construction à venir d’une école privée portée par l’association Confédération islamique Millî Görüs (CIMG).

C’est un cri d’alarme qui devrait particulièrement résonner dans l’actualité. Alors que l’association islamiste turque « Confédération islamique Millî Görüs » (CIMG) fait parler d’elle à Strasbourg (Alsace), ses dirigeants continuent à avancer leurs pions partout en France. C’est notamment le cas à Albertville, en Savoie, où l’association projette d’installer une école hors contrat. Une importante structure scolaire, pouvant accueillir plus de 400 élèves… contre laquelle le maire d’Albertville ne peut rien faire, regrette ce dernier dans les colonnes du Figaro Vox« Les élus locaux en première ligne et au plus près des réalités [sont] démunis en pareille situation », maugrée Frédéric Burnier-Framboret (DVD), alors que le tribunal administratif vient de le mettre en demeure d’accorder un permis de construire à l’association. Pourtant, rappelle l’édile, Millî Görüs « fait partie des trois organisations ayant refusé de signer la charte des principes pour l’islam de France ». Plus encore, le projet d’école mettrait clairement en péril l’équilibre de la ville.

Un projet authentiquement séparatiste

Frédéric Burnier-Framboret a des raisons de s’inquiéter. Avec 16 classes, un réfectoire, une cuisine et un gymnase, l’école estampillée CIMG devrait être capable d’accueillir plus de 400 élèves. Soit « un quart des 1 200 écoliers de notre commune », explique celui qui est arrivé à la tête de la ville en 2017. Pire encore, l’école serait implantée au cœur d’un quartier de 3 000 habitants « classé prioritaire au titre de la politique de la ville ». Or, assène Frédéric Burnier-Framboret, le projet de Millî Görüs est pour le moins clair : « La crainte clairement exprimée de ses dirigeants est l’assimilation de la jeunesse turque aux valeurs républicaines de la France ». La construction d’une telle école au cœur d’Albertville, où avait déjà été achevée en 2014 une mosquée Millî Görüs, agirait en faveur de la « partition territoriale » souhaitée par l’association sous forte influence gouvernementale turque. Martial, l’élu savoyard s’en remet donc à l’Assemblée nationale : « Il est urgent que le Parlement adopte des dispositions législatives adaptées pour permettre aux maires de contrer l’installation d’associations ou d’entreprises pilotées par des puissances étrangères qui favorisent une cristallisation identitaire au cœur de nos territoires ».

C’est un cri d’alarme qui devrait particulièrement résonner dans l’actualité. Alors que l’association islamiste turque « Confédération islamique Millî Görüs » (CIMG) fait parler d’elle à Strasbourg (Alsace), ses dirigeants continuent à avancer leurs pions partout en France. C’est notamment le cas à Albertville, en Savoie, où l’association projette d’installer une école hors contrat. Une importante structure scolaire, pouvant accueillir plus de 400 élèves… contre laquelle le maire d’Albertville ne peut rien faire, regrette ce dernier dans les colonnes du Figaro Vox« Les élus locaux en première ligne et au plus près des réalités [sont] démunis en pareille situation », maugrée Frédéric Burnier-Framboret (DVD), alors que le tribunal administratif vient de le mettre en demeure d’accorder un permis de construire à l’association. Pourtant, rappelle l’édile, Millî Görüs « fait partie des trois organisations ayant refusé de signer la charte des principes pour l’islam de France ». Plus encore, le projet d’école mettrait clairement en péril l’équilibre de la ville.

Un projet authentiquement séparatiste

Frédéric Burnier-Framboret a des raisons de s’inquiéter. Avec 16 classes, un réfectoire, une cuisine et un gymnase, l’école estampillée CIMG devrait être capable d’accueillir plus de 400 élèves. Soit « un quart des 1 200 écoliers de notre commune », explique celui qui est arrivé à la tête de la ville en 2017. Pire encore, l’école serait implantée au cœur d’un quartier de 3 000 habitants « classé prioritaire au titre de la politique de la ville ». Or, assène Frédéric Burnier-Framboret, le projet de Millî Görüs est pour le moins clair : « La crainte clairement exprimée de ses dirigeants est l’assimilation de la jeunesse turque aux valeurs républicaines de la France ». La construction d’une telle école au cœur d’Albertville, où avait déjà été achevée en 2014 une mosquée Millî Görüs, agirait en faveur de la « partition territoriale » souhaitée par l’association sous forte influence gouvernementale turque. Martial, l’élu savoyard s’en remet donc à l’Assemblée nationale : « Il est urgent que le Parlement adopte des dispositions législatives adaptées pour permettre aux maires de contrer l’installation d’associations ou d’entreprises pilotées par des puissances étrangères qui favorisent une cristallisation identitaire au cœur de nos territoires ».

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Séparatisme : un maire obligé d’autoriser la construction d’une école islamiste par le tribunal administratif

    1. alauda

      Le Préfet de Savoie s’est exprimé devant un micro du Dauphiné libéré pour soutenir le maire.
      Un bref regard sur le mille-feuilles législatif donne une idée du chemin de croix à parcourir pour débrouiller pareille affaire, jugée pour l’heure sur le plan du seul Code de l’urbanisme…

      Je retiens par ailleurs le chiffre de 400 élèves potentiels visés par cette école : 1/4 dans cette petite ville montagnarde ! Démographie galopante. Inutile de cacher derrière un petit doigt l’ampleur du phénomène.

    2. la blanchere

      La nouvelle formule d’en-saignement de l’@cole des la-hicards financés par les moutons eux memes et preter sa gorges pendant ce temps ils sentrainent aussi !
      programme :
      – comment choisir dans le troupeau
      – choisir le chlasse ou trouver une petoire chez les copains chiasseurs puisque ils en ont en reserve .
      – l’affuter convenablement ou bien astiquer le canon
      – comment crier tres fort vite avec mlp – « a l’a avant qu’il se barre »
      – choisir le bon moment et le bon endroit

      et puis crier z toute la gauche- rit ils sont anti[] et on a du s defendre c’est un scandale on a droit a un etat mais dans quel etat ?

      quel programme et pas de Hic tout le monde gobe et raque :!

    3. Jean-Francois Morf

      Il n’y sera PAS enseigné les sciences de la physique, de la chimie, des mathématiques, de l’électricité, de l’architecture. mais les « sciences » du Coran et des Hadith. Les élèves apprendront par coeur la « science » du djihad et la « science » de la haine des non-mahométans.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    226 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap