toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Meurtre de Sarah Halimi: Qui est la juge Anne Ihuellou qui a tout fait pour que Kobili Traoré ne soit pas jugé, qui affirmait que les parties civiles n’avaient « pas plus de droit » que l’assassin, qui refusait de reconnaitre le caractère antisémite ?


Meurtre de Sarah Halimi: Qui est la juge Anne Ihuellou qui a tout fait pour que Kobili Traoré ne soit pas jugé, qui affirmait que les parties civiles n’avaient « pas plus de droit » que l’assassin, qui refusait de reconnaitre le caractère antisémite ?

Meurtre de Sarah Halimi: Qui est la juge Anne Ihuellou qui a tout fait pour que Kobili Traoré ne soit pas jugé, qui affirmait que les parties civiles n’avaient « pas plus de droit » que l’assassin, qui refusait de reconnaitre le caractère antisémite ?

Selon la justice française, si elle est délirante, une bouffée de cannabis suffit pour excuser un crime. Selon le bon sens et la morale, cette justice est délirante, car « politiquement bouffée ».

Depuis la mort dramatique de Sarah Halimi, la juge d’instruction Anne Ihuellou se comporte de manière odieuse vis-à-vis de la justice.

La principale juge d’instruction chargée du dossier a un comportement réfractaire.
D’emblée Anne Ihuellou aura une attitude problématique et parfois paradoxale.

Pourquoi a-t-elle demandé une autre expertise psychiatrique suite aux conclusions de la première expertise qui concluait à une altération du discernement de l’assassin et qui aurait permis un procès ?

La juge a décidé de demander d’office une 2ème expertise, sans que personne ne la lui demande : ni l’avocat du meurtrier, ni le Parquet, et enfin aucune des parties civiles. C’est une démarche suffisamment rare pour être soulignée.

La juge refuse la reconstitution de l’assassinat sous le prétexte qu’elle craint que le suspect ne se suicide.

La reconstitution est quasiment systématique dans les affaires criminelles. La juge d’instruction s’y est farouchement opposée. Pourtant lors de cette audience, la demande de reconstitution avait été acceptée par l’ensemble des parties présentes, c’est-à-dire l’avocat général, l’avocat de l’accusé, et enfin l’accusé lui-même.

En janvier 2018, elle refusera de qualifier cet assassinat d’acte de barbarie et d’acte antisémite et de retenir les circonstances aggravantes. Sous la pression du parquet de Paris et après décision de la cour d’appel, Anne Ihuellou reconnaîtra, en février, bon gré, mal gré, le caractère antisémite comme circonstance aggravante, avant de solliciter une nouvelle expertise…

La juge se refuse à rencontrer les avocats de la famille Halimi et Me William Goldnadel a confié qu’à ce jour, il ne connaît pas le visage d’Anne Ihuellou. Cette dernière se comporte avec bien peu d’égard pour les parties civiles et considère que celles-ci « n’ont pas plus de droit que Kobili Traoré ».

La juge de Kobili Traoré, Anne Ihuellou, demande que le criminel de Sarah Halimi soit protégé de l’attitude «hostile» de la communauté juive française.

La biographie et l’image de Anne Ihuellou ont disparu du net et de Google. Elle serait « bretonne »  de la commune de Plouray dans le Morbihan.

Même la journaliste Noémie Halioua qui a écrit un livre sur l’affaire Sarah Halimi-Attal n’a pas osé citer le nom de cette juge.***

La sœur de Sarah Halimi saisit la justice israélienne contre Kobili Traoré. 

Gilles-William Goldnadel et Francis Szpiner ont pris acte avec consternation de la décision de la Cour de Cassation écartant toute sanction pénale contre le meurtrier de Sarah Halimi, meurtre dont le caractère antisémite a été établi.

Ils vont donc saisir la justice israélienne d’une plainte à l’encontre de Kobili Traoré, au nom d’Esther Lekover, soeur de la victime, citoyenne et résidente israélienne, en vertu de la loi pénale de ce pays qui dispose que la loi israélienne s’applique en cas d’atteinte à la vie d’un juif commise à l’étranger ( Articles 13 et 14 LP d’Israel ).

Maîtres Goldnadel et Szpiner déplorent d’être contraints de diligenter cette procédure, mais ils ne sauraient accepter un déni de justice qui heurte la raison et l’équité bien au-delà de la communauté juive de France.

Auteur : Albert Soued

Mais qui est la juge Ihuellou ?

Anne Ihuellou est juge d’instruction au TGI de Paris depuis 2004, et a été nommée en 2011 vice-présidente du TGI et de la Cour d’appel de Paris, chargée de l’instruction.

Nous savons qu’elle a instruit l’affaire Sarah Halimi en 2017, au TGI puis à la cour d’appel.

Anne Ihuellou a demandé pas moins de trois expertises psychiatriques sur Kobili Traoré pour rendre sa décision, les deux premières n’ayant pas été suffisamment concluantes selon elle.

Rappelons que la première expertise estimait que le discernement avait été altéré mais non aboli. La juge a demandé une contre-expertise, qui a conclu à l’abolition du discernement. Me Goldnadel a alors déclaré «qu’il a souvent vu des instructions à charge (…) celle-ci est complètement à décharge… » en ajoutant que «pour la première fois, une juge d’instruction réclame une contre-expertise d’une expertise qu’elle avait elle-même demandée». C’est un fait rarissime dans les chroniques judiciaires !

Contre toute attente, Anne Ihuellou fait appel, une troisième fois, à un collège d’experts, dont l’avis était moins tranché mais «penchait» plutôt classiquement vers une abolition du discernement» de Kobili Traoré, estimant qu’au moment des faits, «son libre arbitre était nul».

Notez que seul le second groupe d’expert rendait un avis tranché, ce qui aurait dû laisser une place au doute.

Stupéfaits par cette valse des expertises, les avocats de la famille Halimi, Mes Caroline Toby et Francis Szpiner, ont déclaré que «l’expert psychiatre ne peut se substituer au juge». En l’absence d’unanimité entre les experts, les avocats ont rappelé « (qu’)il appartient à une juridiction de jugement de discuter les circonstances de purs faits, comme la tentative de maquillage du crime en suicide».

Or les faits ont été purement et simplement écartés au profit d’une psychiatrisation de l’instruction. La juge, ne s’étant basée que sur des expertises, par ailleurs contradictoires, a tout simplement estimé que les faits ne méritaient pas d’être examinés et que la recherche de témoins ou de complices n’était pas pertinente.

Comme nous l’avons maintes fois répété, l’instruction d’une affaire truffée d’indications antisémites et islamistes exigeait une investigation plus poussée pour comprendre le déroulement des faits et le soin que leur préparation avait visiblement demandé à Kobili Traoré. Notamment pour qu’il s’introduise chez la victime – par le balcon de voisins au comportement étrange -, puis qu’il ritualise son crime selon des critères religieux (ablutions, prières) qui s’apparentent aux procédures du terrorisme djihadiste.

Tout cela a été balayé d’un revers de manche, en faveur du prévenu. Les faits étaient devenus secondaires puisqu’on ne juge pas un fou. Sauf que nous avons là un fou sans maladie mentale, avec un taux de THC dans le sang trop bas pour justifier une bouffée délirante chez un homme habitué à en consommer.

Il fallait que Kobili Traoré soit fou pour admettre qu’un tel crime puisse exister. Trop fou pour être antisémite. Enfin trop fou pour être jugé. Ou bien fallait-il qu’il soit vu, à travers un prisme plus politique, comme une victime.

Le mardi 27 février 2018, les juges d’instruction Anne Ihuellou et Virginie Van Geyte interrogent Kobili Traoré, qui déclare «se sentir mieux» et se souvenir des faits qu’il reconnaît sans difficulté, mais prétend ne pas savoir pourquoi il les avait commis et n’exprime aucun regret.

Après dix mois d’hésitations, la qualification antisémite du crime a été concédée aux parties civiles à la cour. Cette circonstance aggravante faisait que Kobili risquait dès lors la réclusion criminelle à perpétuité, contre trente ans de prison auparavant. «Le bon sens a fini par triompher», déclara Jean-Alex Buchinger, avocat des trois enfants de Sarah Halimi, qui était loin d’imaginer la suite des événements…

Moins d’un an après, la décision de la cour d’appel sonne comme une déflagration: Kobili Traoré ne sera pas jugé !

C’était le 19 décembre 2019. A posteriori, la concession du mobile antisémite a été vécue par les avocats et la famille comme un os à ronger, afin que la juge d’instruction puisse confirmer sa décision de déclarer l’irresponsabilité pénale de l’assassin.

Une date que les parties civiles et LGPS inscrivent dans le marbre de l’indignité, comme une tache indélébile sur l’honneur de la justice française.

Ce jour-là, nous avons acquis de sérieux doutes sur l’impartialité de Mme Ihuellou.

Cette affaire s’ajoute à la liste des crimes et délits antisémites impunis, au sein d’un appareil judiciaire en pleine décadence.

Le Groupe Pas Silencieux

Je suis avocat et ne supporte plus l’injustice envers ma communauté qui dure depuis des années

Au regard des anomalies qui sont mises en avant dans la presse et sur les réseaux sociaux dans l’affaire de Mme Sarah Halimi, j’aimerais savoir de quelle manière et par qui, la juge d’instruction Anne Ihuellou a été nommée !
Je me pose des questions sur la gestion de ce dossier qui me paraît lamentable et d’une extrême gravité au regard des éléments transmis par la presse et des témoignages, notamment, du frère de Sarah Halimi

Je demande à mon ministre de la justice, qu’une enquête approfondie soit mise immédiatement en place, malgré la séparation des pouvoirs sur la gestion du dossier par Mme Anne Ihuellou et sur l’intervention tardive des forces de l’ordre !

Il est temps que les juges puissent être sanctionnés pour des fautes graves comme avoir refusé une reconstitution des faits, ne pas avoir pris en compte la préméditation de l’acte et autres dans cette affaire !

Que le résultat de cette enquête qui doit être faite par qui de droit, soit publiée !
Enfin, J’affirme être en pleine possession de mes facultés mentales, ne pas avoir fumé de cannabis et n’avoir pas consommé d’alcool

Pierre Zerhat
Docteur en Droit
Avocat au Barreau du Val de Marne
Chevalier de l’Ordre National du Mérite

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Meurtre de Sarah Halimi: Qui est la juge Anne Ihuellou qui a tout fait pour que Kobili Traoré ne soit pas jugé, qui affirmait que les parties civiles n’avaient « pas plus de droit » que l’assassin, qui refusait de reconnaitre le caractère antisémite ?

    1. Robert Davis

      Avec un nom pareil cette juge à la noix doit être une noire, une antisémite noire, le genre qui se plaint d’être detestée et qui fait tout pour être detrestée. En afouique les noirs et les maghrébins on les a assez vu et assez supporté.

    2. Malcolm Ode

      Cette juge, est une démone, une succube, une horla…

      On pourrait élargir la question : «Qui sont les juges?». Des gens qui ont de la jugeote ou des usurpateurs «bien-pensants» du pouvoir?

    3. Mévret

      Que cette « honnête » dame, madame la juge, soit démise de ses fonctions, pour outrage à l’humanité !

    4. Thomas

      Nous sommes dans un monde de fou.
      Fiction : une personne qui à picolé plus que de raison et qui prend son véhicule et cause un accident ( matériel ou corporel ).
      Au vu de ce jugement de l’affaire de Sarah Halimi,
      Ce conducteur n’étant pas dans son état normal résultant de la consommation d’alcool. C’est un fou d’avoir pris le volant !
      C’est à croire que le fait d’être dans ces états, permet de commetre des délits crimes en toute impunité . Et cela peut être valable pour bien d’autres affaires judiciaires.
      On marche sur la tête dans notre bien pauvre France!

    5. Jacques B.

      @ Robert Davis : non, Ihuellou est bien un nom breton, voir par exemple sur le site geneanet*org. C’est probablement une bien-pensante de gôche comme il en existe tant en France, qui pense que l’islam est une chance pour (détruire) la France, et pour qui il faut donc absolument dédouaner l’islam antisémite dans cette affaire.
      Il faudra que les juges qui sont censés rendre la justice au nom du peuple rendent des comptes au peuple français, par la porte ou par la fenêtre, et cette Ihuellou la première. Hélas en France on ne réforme que par des Révolutions violentes. Le Français se tait et endure pendant des années, et puis soudain explose et met tout par terre. Ce n’est pas terrible comme façon de faire, mais cela vaudrait mieux que de continuer à subir le (bon) mauvais vouloir des fossoyeurs de la France.
      Charles Gave estime que la Constitution de la 5ème est à revoir totalement, car c’est elle qui donne tous les pouvoirs à la caste actuellement en place.

    6. LeClairvoyant

      On fait justice à des délinquants, mais pas à une juive innocente assassinée, « car son tort » serait d’être juive, Est-ce que nos juges seraient des nazis mis au monde par la volonté de la république française, pour faire des jugements de justice antisémites? Il y a plus d’un qui doit se le demander. ,

    7. Désespoir

      Pourquoi la tronche de cette collabo n’est pas jointe à cet article ?
      Nous avons déjà enregistré son nom ce qui facilitera son interpellation, son jugement et sa condamnation dans le prochain tribunal de Nuremberg.

    8. Jonny22

      Je vous recommande d’aller voir le tres ancien profil Facebook de cette juge.
      Beaucoup d’hommes senegalais pour une bretonne.
      Certains avec des profils “religieux”.

    9. Sniper83

      Et si le Mossad s’occupait de Kobili Traoré…???
      Je dis ça je dis rien….c’est vous qui voyez !!!

    10. LACHKAR Norbert

      IL FAUDRAIT TOUT DE MEME MONTRER LE VISAGE DE CETTE »JUGE’ ET ON COMPRENDRA TOUT DE SUITE SA DECISION !!!ET CA CONTINUE !!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    339 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap