toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Délires anti-racistes: l’université Oxford veut « décoloniser » la musique classique jugée « trop blanche » et causant « une grande détresse aux étudiants de couleur »…


Délires anti-racistes: l’université Oxford veut « décoloniser » la musique classique jugée « trop blanche » et causant « une grande détresse aux étudiants de couleur »…

Un rapport d’Oxford estime que son programme de musique classique se concentre trop sur «la musique blanche européenne de la période esclavagiste» (Mozart, Schubert, Beethoven, etc.), ce qui cause «une grande détresse aux étudiants de couleur».

Le programme de musique classique d’Oxford, «colonialiste» et trop centré sur la culture européenne blanche ? C’est l’avis de certains professeurs de la célèbre université britannique, qui souhaitent réformer le choix des artistes enseignés dans la filière, selon The Telegraph.

Le média anglais cite un rapport de l’université expliquant qu’«à la suite des manifestations internationales Black lives matter, le Conseil de la faculté a proposé d’apporter des changements pour améliorer la diversité du programme de premier cycle». Plusieurs universitaires ont en effet souhaité revoir le programme musical dans le but de le «décoloniser» et de remettre en question la «complicité du programme actuel avec la suprématie blanche».

Structurellement centré sur la musique blanche européenne

Ainsi, le répertoire classique enseigné à Oxford, qui comporte des œuvres de Mozart et Beethoven, se concentre trop sur «la musique blanche européenne de la période esclavagiste», selon certains universitaires cités dans ce rapport consulté par The Telegraph. Par ailleurs, certains cours historiques portant sur les compositeurs Guillaume de Machaut et Franz Schubert pourraient être remplacés pour se concentrer sur les «musiques africaines» et les «musiques populaires».

Le document rapporte d’autres réformes avancées pour faire face à «l’hégémonie blanche», notamment de repenser le système de notation musicale, parce qu’il s’agit d’un «système de représentation colonialiste». Ces universitaires ont en outre proposé que les compétences musicales comme l’apprentissage des instruments à clavier ou la direction d’orchestre ne soient plus obligatoires, car le répertoire «est structurellement centré sur la musique blanche européenne», ce qui cause «une grande détresse aux étudiants de couleur». Le rapport souligne aussi que «la grande majorité des enseignants techniques sont des hommes blancs».

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Délires anti-racistes: l’université Oxford veut « décoloniser » la musique classique jugée « trop blanche » et causant « une grande détresse aux étudiants de couleur »…

    1. alauda

      On me rompt tellement la tête du soir au matin avec le rap ou les rengaines publicitaires que la seule musique que je fréquente encore un peu, c’est la musique baroque, avec une pointe de jazz.

      On a la chance en France qu’un William Christie ait fait renaître dès 1979 le clavecin. Ses Arts florissants ont exhumé des partitions oubliées qui font le régal de nos oreilles fatiguées.

      J’ai eu ma période africaine aussi, bien avant 1990. Mais je n’avais pas de problème à passer des percussions traditionnelles à une cantate de Bach.

      Si Oxford en arrive à plaquer un jeu d’échecs en noir et blanc sur la musique, l’art le plus subtilement éloigné des querelles de mélanine, c’est la fin des haricots ! Cette histoire de « grande détresse des étudiants de couleur» est d’un ridicule ! Ils ont largement les moyens, à Oxford, de monter des clubs de tout ce qu’ils veulent, clubs de musiques et de danses africaines compris. Encore faut-il qu’ils aient autre chose qu’un poil dans la main. C’est tellement plus facile de chouiner et se faire servir !

      Je me souviens d’un échange culturel, avec un étudiant sénégalais, pas trop pressé de rentrer, fin 70. Quand je lui ai demandé s’il savait jouer des percussions, il ne m’a pas dit tout simplement qu’il n’avait pas appris, non. Il m’a bien précisé que dans sa caste, on ne jouait pas des percussions mais des percussionnistes jouaient pour la famille… S’abimer les doigts pour faire sonner les peaux, c’est ou c’était du travail d’esclave, en Afrique !

    2. c.i.a.

      II est vrai qu`un raciste blanc comme moi, à subis une grande détresse en écoutant la compagnie créole , une musique dont la fête y était en permanence, et au temps où la musique n`était pas imposée,mais écoutée avec plaisir.

      De nos jours au Québec dans certains grand magasins , on nous imposes de la musique musulman,(On se croirais en plein désert,dans un pays hivernal!) plus aucune musique Québécoise….il ne manque que les chameaux!
      ll est dommage que le ridicule ne tue pas , car tout ces imbéciles disparaîtraient instantanément!

    3. Circonstances exténuantes

      Si c’est ainsi, alors l’université est raciste.
      Un homme de couleur n’aurait donc pas le droit d’apprécier la musique classique, et encore moins d’en jouer?

    4. alauda

      Parlons plutôt vaccin… Pas trop vite dedans, poussez pas derrière.

      C’est fabuleux, on vaccine en fonction des classes d’âge… et comme je ne suis pas dans la bonne tranche, pas très chaude pour jouer le cobaye à plus de 55 ans.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    141 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap