toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Affaire Halimi: je n’ai plus confiance dans la justice de mon pays


Affaire Halimi: je n’ai plus confiance dans la justice de mon pays

Gilles-William Goldnadel déplore que le tribunal ait conclu à l’irresponsabilité pénale de Kobili Traoré, le meurtrier antisémite de Sarah Halimi, défenestrée à Paris en avril 2017. En désespoir de cause, il se tourne vers la justice israélienne.


L’incompréhensible décision concernant le meurtre de Sarah Halimi n’intervient pas dans un univers judiciaire français rationnel. Voilà trop longtemps que je ne suis plus un avocat heureux et que je me lamente contre les dysfonctionnements nombreux.

Pour l’écrire autrement je n’ai plus confiance dans la justice de mon pays. Trop lente, trop indolente, trop idéologique. Pour rester aimable.

Étant l’avocat de la sœur de la malheureuse suppliciée, je n’ai aucune objectivité. Mais même un être subjectif a le droit de faire des remarques objectives et incontestables factuellement. La juge d’instruction a refusé constamment de recevoir l’avocat des victimes que je suis. C’est la première fois dans ma longue carrière. Je ne peux qu’y voir un défaut d’humanité et de compassion. La même juge a refusé de faire droit à nos demandes de reconstitution. C’est également pour moi une grande première.

La juge d’instruction a préféré un rapport d’expertise qui concluait à l’irresponsabilité de Traoré au premier rapport d’expertise qui aboutissait à la constatation inverse qui n’avait pas l’heur de lui plaire.

J’en arrive au cœur de la polémique qui a outré une grande partie de la France : le fait de considérer qu’un criminel ayant perdu l’esprit pour cause de prise volontaire de doses massives de cannabis puisse échapper à un châtiment pénal. On vous a fait croire que la justice ne pouvait pas faire autrement et on vous a menti. Nous ne le savions pas lorsque nous avons plaidé devant la Chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, mais quelques mois avant la Cour de cassation avait confirmé l’arrêt de la chambre de l’instruction de Versailles du 13 février 2018, qui exactement dans les mêmes conditions de fait et de droit que dans l’affaire Traoré avait jugé que « la consommation importante de stupéfiants ne doit pas s’analyser comme une cause d’abolition du discernement mais au contraire comme une circonstance aggravante ».

Et le commentateur de cet arrêt, hélas non publié, d’observer : « il s’agissait donc d’une décision contraire à celle de la chambre de l’instruction de Paris puisque sur la même base théorique (trois expertises dont deux concluants à l’abolition du discernement) la juridiction d’instruction du second degré avait choisi de renvoyer la personne mise en examen devant la cour d’assises ». (Voir à ce sujet mon article dans le Figaro du mardi 20 avril, l’article de Paule Gonzales dans le Figaro du même jour et l’article du Canard Enchaîné du mercredi 21 avril).

Voilà pourquoi il s’agit d’un déni de justice et, j’ose l’écrire, d’une parodie de justice.

Voilà pourquoi je n’ai plus confiance dans la justice de mon pays.

C’est dans cette circonstance désolante, que, littéralement, en désespoir de cause, avec mon confrère Francis Szpiner, nous traverserons la Méditerranée et saisirons la justice israélienne compétente. Parce que son article 13 de la loi de procédure prévoit que si un juif est tué en tant que juif (ce qui est reconnu par la justice française…), la justice israélienne est compétente même hors du territoire national israélien et parce que la sœur de la victime, conformément aux réquisitions de l’article 14, est israélienne.

Cela nous apaisera mais ne nous consolera pas de ce que la justice française ici encore a failli. Par incompétence et par idéologie. Il arrive que l’excès d’indulgence pour les uns prive de toute compassion pour la souffrance des autres.

Causeur

Névroses médiatiques (Tribune libre)
Price: 13,99 €
1 used & new available from 13,99 €

 

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Affaire Halimi: je n’ai plus confiance dans la justice de mon pays

    1. Bonaparte

      Parodie de justice est un doux euphémisme pour évoquer une injustice brutale et délibérée. Madame Halimi a été assassinée une deuxième fois par les juges de l’iniquité.

    2. Rafael

      On retourne aux années 32 à 45. Cette fois ça ne se passe pas en Allemagne mais en France.
      Tuer du Juif c’est presque normal et toutes les excuses sont valables pour protéger les assassins.

      A la limite, la martyre Sarah Halimi n’avait qu’à pas être Juive.

      Je serais extrêmement heureux que le Mosad Israelien fasse avec cette pourriture abjecte, ce qu’il a fait avec le nazi Adolphe Eichmann le 11 mai 1960 et qu’il finisse de la même manière.

    3. Robert Davis

      Le plus pourri des 2 entre traoré et es juges le plus pourri n’est past ce débile mental de traoré! Tous ces juges et leur entourage ne pensent qu’à se faire plaisir ou faire plaisir à tel ou tel et de la morale ils se fichent complètement:PETITS POIS de m. SI VOUS VOULEZ FAIRE PLAISIR JETEZ VOUS PAR LA FENETRE.

    4. Druide613

      Cet individu ne doit pas jouir d’une quelconque liberté.
      Il ne va pas rester toute sa vie dans un hôpital après tout…

    5. alauda

      Les biais cognitifs, pour ne pas dire idéologiques, de la Juge se mesurent à l’aune du traitement d’une autre affaire… qui en dit aussi long sur l’état du pays.

    6. Robert Davis

      Je suis d’accord avec Alauda, traoré n’est rien c’est l’état du pays qui est le plus important: le patient qui meurt du cancer ne meurt pas parce qu’il est couché, assis ou debout mais parce qu’il a le cancer! C’est le cancer mus qui a tué Sarah Halimi, traoré n’est qu’un instrument, un simple couteau, un objet de m.

    7. Robert Davis

      adolf eichman était le symbole de la politique nazie du fou hitler qui ne se mouillait jamais en ce qui concerne le massacre des Juifs, il avait confié ce rôle à himmler qui l’avait confié à eichman qui en était le symbole. Les traoré et autres africains de m. ne sont pas des symboles, ils ne sont rien, juste la CONSEQUENCE DE L IDEOLOGIE DE LA GAUCHE.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    192 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap