toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Reconfiner l’Île-de-France ? « Ce n’est absolument pas la solution », martèle le Dr Gérald Kierzek « Il n’y a pas de flambée épidémique et beaucoup d’indicateurs baissent. SOS Médecins, Sentinelles, services d’urgences etc… assistent tous à une baisse »


Reconfiner l’Île-de-France ? « Ce n’est absolument pas la solution », martèle le Dr Gérald Kierzek « Il n’y a pas de flambée épidémique et beaucoup d’indicateurs baissent. SOS Médecins, Sentinelles, services d’urgences etc… assistent tous à une baisse »

L’exécutif n’exclut pas de recourir dans les prochaines semaines à un confinement pour enrayer la montée épidémique en Île-de-France. Une solution que le médecin urgentiste Gérald Kierzek considère comme « disproportionnée » et « inefficace ».

Sur « le fil du rasoir ». L’expression est de Jean Castex lui-même. Depuis plusieurs jours, l’Île-de-France – qui fait face à une saturation de ses réanimations – semble en sursis. L’exécutif n’a pas encore pris de décision mais l’hypothèse d’une reconfinement n’est plus exclue. Une mesure à laquelle s’oppose fermement Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) à Paris et consultant santé pour TF1-LCI.

Assiste-t-on à une flambée de l’épidémie en France ?

Il n’y a pas de flambée épidémique et beaucoup d’indicateurs baissent. Le taux d’incidence est haut mais pas forcément à la hausse sauf dans quelques départements. Il a d’ailleurs nettement baissé dans plusieurs régions (Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle-Aquitaine). SOS Médecins, Sentinelles, services d’urgences etc… assistent tous à une baisse d’activité y compris en Île-de-France. Or quand une épidémie explose, les généralistes et les urgentistes le voient. Là, ce n’est pas vraiment le cas.

Le nœud du problème se situe surtout au niveau des services de réanimation, notamment en Île-de-France, et de leurs capacités. Chaque jour, entre les entrées et les  sorties, il y a embouteillage pour une cinquantaine de patients. De nombreux services arrivent à saturation, notamment car il n’y a pas d’aval (manque de lits de non-réanimation) et parce que les patients de réa ont une durée de séjour importante. Cela signifie qu’il existe un vrai problème de sous-capacité de lits de réanimation ainsi que hors réa. Parfois des malades restent en réa quand bien même ils n’ont plus besoin d’assistance respiratoire. Les réanimations sont effectivement saturées mais parce qu’il y a une faiblesse capacitaire, un manque global de lits. On assiste aux résultats d’une sous-capacité chronique constatée chaque année et atteignant son paroxysme avec le Covid.

Les variants changent-ils la donne ? 

L’impact des variants est, pour l’instant, à relativiser lorsque l’on regarde les chiffres. En octobre 2020, les moins de 50 ans hospitalisés étaient 7,5%. En mars 2021, ils sont toujours 7,5%. Ces chiffres sont assez similaires lorsque l’on se concentre exclusivement sur les services de réanimations de l’Hexagone : les malades de moins de 50 ans étaient 8% en octobre et 10% aujourd’hui. Même constat en Île-de-France (10% en octobre et 12% actuellement).

La seule évolution notable se situe sur l’évolution des décès. En octobre 2020, 0,73% des gens qui mourraient du Covid-19 avaient moins de 50 ans. Ce chiffre est monté à 1,3 % au mois de mars 2021.

Au vu de toutes ces données, le confinement représente-il une solution idoine ? 

Il n’y a pas de flambée de l’épidémie donc le confinement n’est absolument pas la solution, y compris en Île-de-France. Lorsqu’une explosion survient avec une circulation virale extrêmement importante, la question peut se poser. Mais actuellement, il s’agit surtout d’un problème de ‘nombre de malades’ en réanimation. Le diagnostic – un problème sur les réas – est bon mais le traitement n’est certainement pas le confinement. Cela serait disproportionné et sans doute inefficace. Il n’y a pas d’épidémie à confiner mais des services de réanimation à vider. Le confinement produit, en plus, un risque supplémentaire : lorsque l’on confine les gens en lieu clos, on augmente le risque de contamination en lieux clos.

Quelles alternatives seraient alors plus adaptées ? 

L’une des solutions serait d’avoir davantage de lits réa et de lits conventionnels. Ils permettraient de relâcher, de facto, la pression sur ceux dans les réanimations puisque des malades peuvent être mis ailleurs. Il faut aussi armer de nouveaux lits dans ces services. Avec plus de marge en réanimation, le flux d’entrées serait absorbé sans difficulté nous pourrions passer le cap.

Le véritable problème c’est qu’un an après le début de la crise, nous ayons toujours la même capacité d’hospitalisation. Si elle avait été augmentée, il y aurait plus de facilités pour absorber le flux entrant de patients. Malheureusement, il n’y a pas de volonté de créer de nouveaux lits pérennes et de reconnaître une sous-capacité structurelle. 100 lits de réa pour toute la Seine-Saint-Denis sont insuffisants pour un territoire de 1.6 millions d’habitants!

Par ailleurs, et si besoin,  les cliniques privées peuvent apporter des moyens supplémentaires à tous les niveaux.

Enfin, certaines solutions n’ont pas encore été essayées en France. On n’a jamais fait de tests préventifs, mis à disposition les auto-tests salivaires à grande échelle, on n’a jamais dépisté dans les entreprises et les services des hôpitaux. Pourtant, tout cela fonctionne et dans les départements à incidence élevée comme la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, cela devient un impératif beaucoup plus efficace qu’un confinement !

LCI

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Reconfiner l’Île-de-France ? « Ce n’est absolument pas la solution », martèle le Dr Gérald Kierzek « Il n’y a pas de flambée épidémique et beaucoup d’indicateurs baissent. SOS Médecins, Sentinelles, services d’urgences etc… assistent tous à une baisse »

    1. bernard

      rétropédalage de Blachier ce matin . il a dû se faire tirer les oreilles grave !

      « je ne crois pas que l’augmentation des réanimations soient liées à un changement des conditions d’admission » !

      la dernière fois il était plus strict pour dire que c’était le cas. pas de doute dans son discours. Ici il se laisse une porte de sortie : « je ne crois pas » !
      qu’est ce que la « foi » ou l’intuition vient faire ici ?!?

      les documents d’admission ou les ordres verbaux existent . c’est oui ou c’est non . Ce n’est pas je crois ou je ne crois pas !!!!

      la dernière fois ses infos venaient directement de responsables d’hôpitaux …

    2. Jacques B.

      Qu’on arrête avec cette histoire de confinement : le confinement n’est JAMAIS une solution, JAMAIS. Le Pr Toussaint et le Pr Ioannidis, un des épidémiologistes les plus réputés du monde, de l’univ de Stanford, l’ont démontré, entre autres.
      Qu’on arrête donc avec le confinement : c’est de l’arnaque pure et simple.

      Les solutions pour remédier à l’engorgement des réas sont simples et connues depuis longtemps : permettre aux médecins de soigner les malades en amont, associer les cliniques privées, augmenter le nombre de places à l’hôpital (de préférence en privatisant, le privé étant bcp plus doué pour s’adapter à la demande de soins). Le reste, c’est du blabla de journaliste pour faire le buzz, et eds excuses pour le gouvernement pour ne pas faire son travail et se justifier face au fiasco de sa gestion de l’épidémie : en faisant croire aux Français que ce virus est monstrueux (alors qu’il ne l’est pas), on amène les Français à croire que le gvt a fait tout ce qu’il pouvait, ce qui est archi-faux.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    87 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap