toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Migrants: Une enquête dénonce les complicités entre ONG de sauvetage et passeurs qui les avertissent des départs d’embarcations remplies de migrants


Migrants: Une enquête dénonce les complicités entre ONG de sauvetage et passeurs qui les avertissent des départs d’embarcations remplies de migrants

Trois ONG de sauvetage en mer sont accusées par une longue enquête des autorités italiennes d’être complices du trafic de migrants, en communiquant directement avec les passeurs pour recueillir les embarcations en Méditerranée.

L’enquête de 651 pages finalisée début mars a pu être consultée par nos confrères suisses du Temps. Selon eux, le document décrit une grande proximité entre les organisations de sauvetage et les trafiquants, qui les avertissent des départs d’embarcations remplies de migrants pour qu’elles soient les premières sur place (plutôt qu’une autre ONG ou un navire des autorités).

Ce rapport pointe trois d’entre elles : Save the children, via le bateau Vos Hestia, Médecins sans frontières, via le Vos Prudence, et Jugend Rettet, via le Iuventa. Elles auraient ainsi «contourné le système de secours mis en place par les autorités italiennes» en collaborant avec des passeurs et des trafiquants d’êtres humains.

VIDÉOS, MESSAGES, ÉCOUTES ET POLICIER INFILTRÉ POUR L’ENQUÊTE

En octobre 2017, la police italienne avait saisi des ordinateurs et des téléphones portables lors de la perquisition du Vos Hestia, affrété par Save the children. Les enquêteurs y ont par exemple retrouvé une vidéo où des passeurs viennent directement informer en mer des membres de l’ONG qu’un bateau de 500 migrants va bientôt arriver depuis les côtes de la Libye. Quelques instants plus tard, les réfugiés sont en effet là et montent dans le navire de sauvetage, sous la houlette d’un homme décrit comme l’organisateur de la manœuvre. Il prendra lui aussi place à bord du bateau affrété par l’ONG et disparaîtra dans la nature au moment d’accoster dans un port italien, rapportent nos confrères.

Un policier a également été infiltré parmi les équipes de sauvetage et a contribué au rapport. De même, un groupe WhatsApp de 69 personnes nommé «Humanitarian SAR» («search and rescue») a largement fourni d’informations à la procédure. Des données GPS y auraient été partagées pour savoir où retrouver des passeurs. Deux employés de Save the children auraient également eu une conversation où l’un explique avoir vu passer «des informations sur des trafiquants», estimant préférable de faire disparaître ces informations.

Des écoutes téléphoniques ont en outre été réalisées. Dans l’une d’elles, datée du 23 mars 2017, un responsable de mission de Médecins sans frontières aurait d’abord refusé de communiquer l’emplacement d’une embarcation de migrants au centre de coordination italien, avant de signaler à un marin qu’un «rendez-vous» au large de la Libye était prévu, demandant de s’approcher de la zone pour 5h du matin, mais pas avant. Une opération de sauvetage y aura finalement lieu, trois jours plus tard.

LES ONG SE DÉFENDENT

L’enquête cible au total 21 personnes. Il s’agit de membres d’équipages et de responsables des ONG, de nationalité italienne, française, allemande, espagnole, belge ou britannique. Les conclusions de l’enquête leur ont été signifiées début mars et ils avaient 20 jours à réception pour répondre au procureur, qui rédigera l’acte d’accusation. Ils encourent de 4 mois à 20 ans de prison.

Médecins sans frontières a rejeté ces accusations dans un communiqué, estimant que les autorités italiennes ont pour but de criminaliser les actes de sauvetage en mer. Elle affirme avoir sauvé plus de 81.000 vies grâce à six bateaux. Save the children se défend également, indiquant au Temps avoir pour seul but de sauver des vies humaines et agir dans le respect de la loi et du droit international.

Source Cnews

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Migrants: Une enquête dénonce les complicités entre ONG de sauvetage et passeurs qui les avertissent des départs d’embarcations remplies de migrants

    1. Robert Davis

      20 ans pour haute trahison ce n’est pas assez et les politicards de gauche sont complices.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    249 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap