toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Cesar 2021, la décadence: Actrice nue sur scène, hommage au truand Adama Traoré, les Césars se transforment en meeting d’extrême gauche


Cesar 2021, la décadence: Actrice nue sur scène, hommage au truand Adama Traoré, les Césars se transforment en meeting d’extrême gauche

Plusieurs comédiens ont profité de la cérémonie des récompenses du cinéma français pour passer des messages politiques. Corinne Masiero s’est déshabillée pour soutenir les intermittents, Jean-Pascal Zadi a quant à lui rendu hommage à Adama Traoré.

Un an après une cérémonie 2020 très agitée en raison de manifestations anti-Polanski, l’édition 2021 des Césars – les récompenses du cinéma français – était placée sous le signe des revendications, le 12 mars à Paris. La crise sanitaire et la fermeture des cinémas ont nourri la soirée, la scène de l’Olympia servant à plusieurs reprises de tribune pour le monde de la culture.

L’image qui restera de l’événement, organisé en comité restreint du fait des restrictions sanitaires, est celle de Corinne Masiero. La comédienne, qui incarne capitaine Marleau à la télévision, a en effet marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d’Ane sanguinolent, se retrouvant entièrement nue au moment de remettre le prix du meilleur costume.

ATTENTION LA VIDEO SUIVANTE COMPORTE DES SCENES DE NUDITE

«No culture, no future» sur le ventre, «rends-nous l’art, Jean» sur le dos, avait-elle inscrit à l’attention du gouvernement de Jean Castex. «Maintenant, on est comme ça, tout nus», a-t-elle expliqué, tampons hygiéniques usagés aux oreilles, pour soutenir notamment les intermittents du spectacle.

J’ai envie de parler d’Adama Traoré

Autre moment de revendication lors du sacre de Jean-Pascal Zad, désigné meilleur espoir masculin pour la comédie Tout simplement noir (qu’il a écrit et réalisé avec John Wax) dont il tient le rôle principal.

«Je remercie ceux qui ont ouvert la brèche avant moi», a-t-il déclaré à propos d’autres personnalités noires du cinéma français, citant notamment Omar Sy (César du meilleur acteur en 2012 pour Intouchables) et Ladj Ly (César du meilleur réalisateur en 2020 pour Les Misérables).

Jean-Pascal Zadi a expliqué que son film, qui a l’ambition de s’attaquer aux clichés racistes, parle «avant tout d’humanité». «Quand on parle d’humanité, on est en droit de se poser la question si l’humanité de certaines personnes n’est pas remise en cause […] J’ai envie de parler d’Adama Traoré, de Michel Zecler», a-t-il poursuivi. Connu des forces de l’ordre, Adama Traoré avait été interpellé le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise (Oise). Il était décédé d’un syndrome asphyxique au cours de son arrestation, alors que les trois gendarmes avaient reconnu que le jeune homme avait «pris le poids de [leurs] trois corps au moment de son interpellation». Michel Zecler est un producteur de musique noir violemment frappé par des policiers en novembre 2020, une affaire qui avait relancé le débat sur les violences policières.

«On peut se demander si notre humanité compte lorsque l’esclavage a été retenu comme crime contre l’humanité en 2001 et qu’aujourd’hui, dans l’espace public, certaines personnes qui ont activement participé aux crimes contre l’humanité sont glorifiées par des statues», a développé Jean-Pascal Zadi. Après son passage sur scène, le comédien a expliqué à l’AFP que «c’était important pour moi de parler pour foutre la merde». «La scène des Césars est l’occasion de relancer ces histoires. On veut des réponses concrètes de la part de la justice, car j’ai l’impression que ça passe un peu sous les radars», a ajouté le lauréat.

Concernant le palmarès de cette 46e cérémonie, le film d’Albert Dupontel Adieu les cons a été le grand gagnant avec sept récompenses, dont celle du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario original, du meilleur second rôle masculin (Nicolas Marié) et le choix des lycéens. La statuette de meilleur acteur est revenue à Sami Bouajila pour Un Fils, celle de meilleure actrice à Laure Calamy pour Antoinette dans les Cévennes, et celle de meilleure actrice dans un second rôle à Emilie Dequenne dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Cesar 2021, la décadence: Actrice nue sur scène, hommage au truand Adama Traoré, les Césars se transforment en meeting d’extrême gauche

    1. Jg

      Il ne reste que le cinéma coréen encore intéressant ,avec des scénarios ,et des comédiens de qualité. Hollywood ne fait plus rêver ,quand au cinéma français ,la nullité l emporté

    2. Malcolm Ode

      Jean-Pascal Zadi a oublié de parler de l’humanité du Bataclan, de Charlie Hebdo, des attentats de Londres, de Madrid… et celle des banlieues, des territoires perdus de la République, des dealers, des violeurs, des tueurs venus d’ailleurs…

      Elle a bon dos l’humanité quand c’est pour y planter un couteau!

      Quand à l’autre folle, j’ai toujours pensé que c’était un transgenre pas très réussi.

    3. Filouthai

      « Adieu les cons », c’est un message des français à ces pseudos- artistes, gavés de subventions (qui proviennent de l’argent de nos impôts) et qui étalent leurs glaires et les ruines de leur nudité hideuse devant nous, pensant qu’il s’agit là de l’expression d’esprits fins.
      Hélas, comme on ne peut faire d’un âne bâté un cheval de course, on ne peut pas faire de dégénérés des artistes émouvants !

      Quand à leurs revendications politiques …. défendre les trafiquants de drogue et les pedophiles est vraiment une cause de dégénérés !

    4. alauda

      Répugnant ! Le cortège des dionysiaques contemporaines a perdu le sens de l’esthétique.
      Où sont les Ménades ? Où sont les Bacchantes qui inspiraient le ciseau des artistes ?

    5. Robert Davis

      Aujourd’hui les arts sont morts que ce soit la musique au niveau du numérique, le cinéma archi merdique, la peinture de gribouillages etc. tout est à JETER, il n’y a rien à garder, tout à la poubelle. Racisme-racisme-esclavage blabla, tout à la poubelle et zadi-f.la-m. avec

    6. doudou

      cette mazero n’etait dejà pas terrible dans les feuilletons,elle est ecoeurante toute nue ,surtout qu’en meme temps qu’elle manifeste pour defendre l’art ,et en profite pour defendre le voyou traoré!elle est lamentable de metre dans le mème panier ,l’art et la racaille.

    7. Jacques B.

      Masiero est un anarcho-communiste, il ne faut pas chercher beaucoup plus loin. Tout ce qui représente la société des gens honnêtes (des « bourgeois », comme les appellent les communistes) lui répugne. Et vice versa, d’ailleurs. Qu’elle retourne dans les égouts dot elle est sortie (drogue, alcool, prostitution). Et au passage qu’elle rembourse l’argent qu’elle a volé au contribuable.
      Quant aux admirateurs du délinquant Traoré, du balai : les pays africains « noirs » seront ravis d’accueillir ces chances pour l’Afrique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    525 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap