toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Séparatisme: Selon Darmanin, il y a 5,7 millions de Musulmans en France en 2021. Sauf qu’il y a 40 ans, ils étaient déjà 6 millions…


Séparatisme: Selon Darmanin, il y a 5,7 millions de Musulmans en France en 2021. Sauf qu’il y a 40 ans, ils étaient déjà 6 millions…

Selon Darmanin, il y a 5,7 millions de Musulmans en France en 2021. Sauf qu’il y a 40 ans, ils étaient déjà 6 millions

Valeurs actuelles. Vous citez dans votre livre le chiffre de 5,7 millions de musulmans en France, en vous appuyant sur une étude du Pew Research Center. Au-delà de la question purement statistique, au regard de ce que vous décrivez comme un phénomène de raffermissement théologique de l’islam, le nombre de musulmans en France pose-t-il selon vous un problème d’équilibre pour notre société ?
Gérald Darmanin. Cette question est intéressante dans la mesure où elle relève d’un non-dit du débat public. Quand on aborde la question du séparatisme, on pose en fait deux questions. Un : l’islam est-il compatible avec la République ? Certains répondront non pour plein de raisons. Quant à moi, je réponds qu’il n’y a évidemment pas de problème de compatibilité, mais un long travail à effectuer de gallicanisme, d’autorité et, au fond, d’intégration.

Deuxième question posée : est-ce que la laïcité, telle que la République l’a inventée entre 1870 et 1905, constitue la bonne solution ? Je réponds une fois de plus oui. Et comme je réponds oui deux fois, alors qu’importe le nombre, il n’y a que des Français.

Vous refusez donc de qualifier ce nombre : important, abondant, ou autre ?
Là n’est pas la question. Si je vous disais : “le président de la République est catholique”, vous me diriez qu’il l’est comme la quasi-intégralité des dirigeants qui ont présidé notre pays. S’il était protestant, personne ne crierait au scandale. Nous avons progressé depuis Henri IV… S’il était orthodoxe, les gens trouveraient ça étonnant, et s’il était juif, cela gênerait sans doute encore une partie de la population, tant l’antisémitisme est encore présent. S’il était non croyant, on se dirait que cela est bien son droit. Mais si je vous disais qu’il est musulman, cela gênerait probablement beaucoup de Français.
Et pourquoi cela les interrogerait-il ? Cela tient à la très grande nouveauté de l’islam. Mille quatre cents ans, c’est très peu au regard des autres grandes religions monothéistes. D’autant plus pour une religion présente sur le sol métropolitain depuis seulement cinquante ou soixante ans.

Dans votre ouvrage, vous décrivez la progression du rigorisme qui touche l’islam contemporain, aussi appelé taqlid. Poser la question de la compatibilité de l’islam avec la République en 2021 n’est-il pas simplement un devoir d’actualisation ?
J’ai tendance à éviter le “c’était mieux avant”. Cependant, l’islamisme a fait une OPA sur l’islam. Il y a un danger si on ne fait rien. Mais justement, à la demande du président de la République, on agit ! Par ailleurs, si on trouve dans l’actualité des éléments de peur légitimes, on trouve dans le temps long de l’histoire des éléments de réassurance.
Mais je ne crois pas non plus à la magie des solutions toutes faites, car l’islamisme est une idée. On ne vient pas à bout d’une idée, d’une idéologie par un simple texte de loi. On la combat avec du temps et d’autres idées.

Dans les endroits où les islamistes ont gagné, ce sont leurs codes qui prévalent.

Vous expliquez que l’islam est d’autant plus vindicatif qu’il est dominant. En France, on constate l’inverse : les islamistes n’attendent pas d’être dominants pour passer à l’offensive dans certains quartiers…
Quand on est minoritaire, on est plus fort, plus conquérant, plus résistant. Même si cela n’est pas comparable, c’est le cas notamment de ces jeunes prêtres que nous croisons aujourd’hui, dans une société moins catholique qu’auparavant, et qui sont, sur les valeurs traditionnelles, plus offensifs que leurs aînés. À la messe, quand j’étais jeune, les prêtres ordonnés dans les années 1970 évoquaient bien plus souvent l’accueil du migrant que les sujets sociétaux…
Ensuite, il faut distinguer ce qui relève du culte et ce qui relève de la société. Cette dernière n’a pas à être régie par des règles religieuses ou d’essence religieuse. Nous devons l’expliquer à nos compatriotes musulmans, comme l’État l’avait expliqué auparavant aux chrétiens et aux juifs. Nos codes culturels se sont sécularisés. L’art n’est plus seulement sacré, la littérature n’est plus seulement le fruit d’auteurs qui traitent l’Évangile…
Dans les endroits où les islamistes ont gagné, ce sont leurs codes qui prévalent. Comme il y a peu de solidarité républicaine, qu’il n’y a plus de solidarité communiste ou socialiste, la solidarité “frériste” a pris le pas.

Contrairement à vos lointains prédécesseurs, vous arrivez à un moment historique où la France doit composer avec une religion à la parole sacrée incréée et sans clergé. Est-ce possible ?
Dans le petit livre que vous avez cité, il y a une anecdote significative. Dès le début de la crise du coronavirus, j’ai eu vent de questions concernant l’utilisation du gel hydroalcoolique. Il a fallu qu’une fatwa, c’est-à-dire une norme religieuse, dissipe le problème ! Autre exemple : pendant un temps, certains conducteurs de bus refusaient que des chiens montent dans leur véhicule. Car le chien est un animal impur dans la tradition salafiste. Eh bien, le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, a procédé à une petite explication pour démonter cet argument salafiste. Il s’est appuyé sur un des hadith du Prophète, faisant le récit d’une visite d’un chien dans une mosquée où celui-ci prêchait, sans qu’il ait ensuite procédé à des ablutions pour lui-même. Que des musulmans démontent des interprétations rigoristes est déjà une énorme victoire. Il faut absolument que la lecture littérale du Coran devienne minoritaire, au profit de la lecture interprétative, comme l’ont fait les autres religions monothéistes.

On connaît les gens dont vous parlez. Ce sont ceux qui collaborent avec les élus, mettent parfois un costume, mais ne disposent d’aucune légitimité dans leur communauté. Comment leur en donner ?
C’est un combat long. Le nôtre repose sur trois ordres. Premièrement, limiter l’expansion islamiste ; c’est l’objet de ce projet de loi. Deuxièmement, aider les musulmans ayant une lecture non littéraliste à prendre la parole ; c’est l’objet de la charte des principes de l’islam de France voulue par le président de la République. C’est en effet à nous de permettre la promotion d’un islam des Lumières, car personne ne mettra jamais les musulmans en “Musulmanie” et les catholiques dans les pays chrétiens. Laisser croire cela, ce serait le meilleur moyen d’encourager une guerre de civilisations. Troisièmement : expliquer ce qu’est la laïcité française. La grande erreur de la République est sans doute de ne pas avoir implanté dans les départements d’Algérie la loi de 1905. On aurait eu dans un grand pays arabe la culture de la distinction du temporel et du spirituel, telle que pratiquée dans la société française. Cette distinction que Napoléon a demandée en son temps aux juifs…

À l’époque, il s’agissait d’imposer aux juifs le code civil. Aujourd’hui, il s’agit aussi de protéger les Français !
Vous semblez oublier que des Français sont aussi musulmans ! Vous faites une distinction essentialiste que je ne partage pas. Les premières victimes de l’islamisme, et ce n’est pas faire preuve de naïveté que de le dire, ce sont des musulmans.

Pas en France, monsieur le ministre.
Quand on tue le policier après Charlie Hebdo, il s’appelle Ahmed Merabet. Allez devant le Bataclan, vous verrez sur la plaque que les terroristes ne font pas de distinction.

personne ne mettra jamais les musulmans en “Musulmanie” et les catholiques dans les pays chrétiens. Laisser croire cela, ce serait le meilleur moyen d’encourager une guerre de civilisations.

Ils ne sont pas tués en tant que musulmans, mais bien en tant que Français. Par ailleurs, il existe des témoignages qui racontent que certains islamistes réclamaient à leurs éventuelles victimes de réciter le Coran et épargnaient ceux qui parvenaient à le faire. Mais revenons à la question du séparatisme. Si l’islamisme, comme vous l’écrivez dans votre livre, est un « fait social total », comment faire le distinguo entre islam et islamisme ? Prenons des exemples : le halal, la manière de manger, islam ou islamisme ? Le voile, la manière de s’habiller, islam ou islamisme ? Le prénom, islam ou islamisme ? Les horaires aménagés, islam ou islamisme ? Quand Emmanuel Macrona prononcé son discours des Mureaux sur le séparatisme, est-ce le monde islamiste ou le monde musulman qui s’est attaqué à lui ?
Nous essayons de faire deux choses. Combattre les islamistes et lutter contre les ingérences étrangères. Or, ces dernières ne sont pas toujours islamistes. Quand les pays arabes nous envoient des imams détachés, ils ne le font pas dans un but “islamiste”. Il s’agit plus de maîtriser la diaspora tant électoralement que politiquement. Fidèle à Philippe Le Bel – pardon pour la comparaison -, qui avait rappelé au pape son refus d’ingérence, Emmanuel Macron rappelle aux puissances étrangères ce même refus de discuter avec elles des mosquées françaises.
Ensuite, il y a l’islamisme français. Ce qui est islamiste, pour répondre à votre question, c’est de distinguer en toutes choses de la vie le halal et le haram, c’est-à-dire l’autorisé et l’interdit. La société n’a pas à se saisir de ce qui est licite ou illicite selon des normes religieuses. Nous n’avons rien contre les musulmans rigoristes, comme nous n’avons rien contre les catholiques rigoristes ou les juifs orthodoxes. En France, on a le droit de vivre sa religion de manière rigoriste. En revanche, nous refusons que l’organisation de la société repose sur des normes religieuses. Je maintiens cette phrase : si vous jugez “illicite” de serrer la main d’une femme, vous remettez en cause la culture française.
Si le halal ne concernait que la consommation de viande, cela ne poserait pas de problème. Mais si le halal s’immisce dans tous les pans de la société et qu’à chaque fois vous devez vous retourner vers une doxa religieuse pour savoir ce qui est licite ou non, alors vous entrez dans l’islamisme. Notre problème n’est pas le halal, mais l’extension du domaine du halal, comme le disait Gilles Kepel. La majorité des musulmans vivent leur culte sans adopter les codes culturels islamistes.

Oui, mais ils s’éloignent de l’islam. Non ?
Ce n’est pas vrai ! Je suis persuadé que la majorité des musulmans aujourd’hui n’écoutent pas les islamistes. Simplement, ce sont ces derniers que l’on entend le plus. La question qui se pose concerne la jeunesse de France, qui, elle, se renseigne sur Internet. Or, ce sont les Frères musulmans et les salafistes qui y préemptent le référencement islamique. En attendant que les choses s’améliorent, il faut que la loi républicaine rappelle qu’elle prévaut sur la norme religieuse.

Peut-on vivre ensemble si on ne s’habille pas de la même manière, si on ne mange pas de la même manière, si on ne s’appelle pas de la même manière, et que ces distinctions sautent aux yeux ?
Pris séparément, rien n’est grave. Ce n’est pas grave de manger halal ou de ne pas faire de mariage mixte. Ce qui est grave, c’est quand l’ensemble de votre vie est régi par votre “communauté”. Des agents de préfecture m’ont expliqué comment des musulmans en France peuvent, dans certains territoires « conquis de l’islamisme », comme le dit Bernard Rougier, vivre, de l’école aux vacances en passant par le mariage et la mort, entièrement sous la norme islamiste.

La suite sur Valeursactuelles

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Séparatisme: Selon Darmanin, il y a 5,7 millions de Musulmans en France en 2021. Sauf qu’il y a 40 ans, ils étaient déjà 6 millions…

    1. Robert Davis

      macron et son valet darmanin attend que les mus soient majoritaires pour avouer les vrais chiffres de l’immigration car à ce moment ce sera trop tard pour y remédier. Aujourd’hui les mus sont au moins 15 millons en France mais chez les jeunes c’est peut-être 30% déjà.

    2. Hervé

      J’ai toujours entendu par tous les médias, pourtant aux ordres que les musulmans étaient déjà au nombre de 6 millions, il y a au moins quatre décennies. Actuellement, leur nombre varie selon les jours et selon les journalistes, mais tous annoncent que la france a moins de 6 million de l’espèce.
      C’est pourtant l’espèce la mieux protégée. Soyons sérieux, si ils étaient 6millions 40 ans en arrière, lorsque l’on sait qu’ils ont une nuée de petits et que depuis giscard on en reçoit 250.000 par an et qu’en plus le nouveau président en fait venir 500.OOO tous les ans depuis qu’il a été élu, tous les veaux peuvent admettre qu’il y a moins de 6 millions de l’espèce.

    3. mm62

      Oui il suffit de prendre le métro ou marcher tout simplement dans la rue ; la probabilité de tomber sur un noir et/ou musulman est presque une certitude.

      Bien sur cela dépend de la ligne, du quartier et de la ville mais en moyenne sur le territoire national, je pense qu’on est plus près de 15-20 millions que de 6 millions.

    4. M.LC de la Blanchère

      La doxa laicarde a encore frappé , c’est ce que les coupeurs de tete élevés sur place en intensif ont le culot de lui reprocher , le comble !.
      Pas assez coupeurs de tetes , les uns comme les autres ou est donc passé les millions manquants qui se sont aussi démultipliés tout en proliferant et pas assez puisque ils faut en faire venir d’autres pour augmenter la production intensive sur les natives ?

      Et comme c’est bizarre il n’y a pas de chrétiens dans ces lots en soldes d’importation massive et en pro-homo – les hebreux desormais se font la malle pour quitter ce navire qui prend l’eau , les chretiens il suffit de regarder les eglises a part pour la visite du clocher c’est un peuple pratiquement disparus sur place pourquoi en parler encore ?

      Arhgh j’ai compris le calcul ,desormais les zones de non droit ne font plus partie du decomptage selon la doxa et pas plus que ces VRP subventionnés et protégées, de ce nouveaux marchés emergents ou en cas de manque de dosettes , tablettes, rails et autres produits de « recups » sur les sous chiens ou a leurs domiciles et alors ils se sont mis en plus a la bibine et au sky comme signe de leur integration si réussie .

      Du coup hors comptage aussi .

      ON peut meme trouver tout ce qui n’est pas des amazones du dark net …
      a babel ouest pendant que les cadavres continuent de recevoir leus allocs au bled ou meme sur place plus qu’on croit .
      Du coup tous ceux là , sont eux aussi d’office – selon les termes ( pas trop romains du coup ) hors compteurs assimilés mieux qu’eux au systeme tumeur sans extraction possible ca craint ?

      Comparé a la mortalite a la covide on ne plus mourir que selon ce tampon rond selon les chiffres ,et mieux encore on a sauvé des vieux la preuve puisque on ne meurt jamais pour les allocs ni les retraites quand on « de la bas » et de par ici les entourloupes.

      A force de les cotoyer c’est pire car apres la veste desormais on met aussi souvent sa casquette a l’envers meme sans en etre ave l’accent et tout et tout …Donc ca va etre difficile d’affiner avec ces conteurs de bonne nouvelle il dot manquer la puce de tracage c’est çà ? et puis avec linky c’est mieux .
      Avec cette tradition de la daube a recurer comme des chiffres ou des tetes a reduire a defaut de les oter de suite ( patience avec l’incineration pas de traces )

      on peut toujours les bourrer puis les vider c’est une precaution sanitaire de l’integration pour outre ;car la tete est plus vide donc plus propre sans avoir l’air troll retrécie qui fond des siphons fon fon , les petites marionnettes selon ces chansonnettes l’air de rien …

    5. Robert Davis

      Incroyable la langue de bois de ces dirigeants de gauche! on leur demande le nombre de mus en France et ils vous répondent …que les mus sont compatibles avec la république et surtout avec leurs…mensonges. Ensuite c’est ,le président qui est catholique…et après ce sera quoi, la couleur de ses lacets de souliers? Ils ne se rendent pas compte que ce genre de fausses réponses enlèvent toute crédibilité à leurs paroles mais ils s’en moquent, on arrive lentement au système de la gauche US de biden qui répondait qu’il n’a pas besoin des électeurs pour devenir président et une autre fois qu’il deviendrait président par la FRAUDE. Au moins il était franc….

    6. Robert Davis

      Je commence à me demander si macron ne cherche pas la guerre civile, le contraire de ce qu’il dit en faisant venir tant de mus en France en se trompant là aussi quand il pense sans doute que cela favorisera un second mandat pour lui.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    476 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap