toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pau : Cyril égorgé par un migrant soudanais condamné en 2017 pour des coups de couteau. La Justice l’a autorisé à rester en France, malgré le refus de sa demande d’asile


Pau : Cyril égorgé par un migrant soudanais condamné en 2017 pour des coups de couteau. La Justice l’a autorisé à rester en France, malgré le refus de sa demande d’asile

Au terme de sa garde à vue, qui avait été prolongée samedi, l’homme a été présenté dimanche à un juge d’instruction, mis en examen, et placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Pau, a indiqué la procureure de la République de cette ville Cécile Gensac dans un bref communiqué.

Il est poursuivi pour avoir agressé vendredi à coups de couteau – 13 plaies ont été recensées – le chef de service du Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) Isard-COS de Pau, où il avait été pris en charge il y a quelques années. La victime, un père de famille de 46 ans, travailleur social expérimenté et rompu aux dossiers d’asile, est morte de ses blessures peu après l’agression.

En France depuis 2015, et bénéficiant jusqu’à novembre dernier d’un statut de protection internationale subsidiaire, le mis en cause était voué à une expulsion prochaine, en raison de condamnations pour violences qui lui ont valu de la prison entre janvier 2017 et août 2018. Il n’avait pas répondu fin 2020 à deux convocations pour lui signifier la fin de son autorisation de séjour

[…]

Le Point / AFP


Il s’en est pris au représentant de la structure associative Isard-Cos, à qui il reprochait une insuffisance de traitement de sa situation. Le trentenaire voulait obtenir un papier permettant son maintien sur le territoire et sa sortie de la précarité, a précisé la procureure lors d’une conférence de presse.

La garde à vue de l’auteur présumé a été prolongée de vingt-quatre heures, jusqu’à dimanche. Puis il sera présenté à un juge d’instruction en vue d’une mise en examen pour assassinat avec placement en détention provisoire. «L’assassinat suppose une préméditation. Cette circonstance se déduit du fait que le gardé à vue semble être arrivé avec un couteau qu’il n’a pas trouvé sur les lieux», a précisé la procureure. L’enquête écarte toute intention terroriste et aucune pathologie psychiatrique n’apparaît à ce stade.

[…]

Liberation

Comme dans l’affaire Samuel Paty, la demande d’asile du tueur de Pau avait été refusée par l’OFPRA mais la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) avait autorisé sa présence sur le territoire national

Affaire Samuel Paty :

«Récit stéréotypé». C’est le terme employé par un magistrat pour expliquer pourquoi le père du «décapiteur» de Conflans-Sainte-Honorine s’était d’abord vu refuser le statut de réfugié par l’Office français pour la protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), le 19 novembre 2010, avant que la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ne lui accorde, en appel, cette protection internationale, le 25 mars 2011. «Par ricochet», explique ce magistrat, son fils a pu bénéficier du statut de réfugié et obtenir, de façon automatique, une carte de séjour de dix ans, en mars dernier, à sa majorité. Abdoulakh Anzorov était né à Moscou le 12 mars 2002.

Le Figaro

Affaire de Pau :

Devant la presse, le ministre de l’Intérieur a indiqué vendredi en fin d’après-midi que le suspect était “un réfugié soudanais” qui était arrivé en 2015 sur le territoire national. “L’OFPRA avait d’abord refusé sa demande d’asile et la CNDA, la justice administrative, avait autorisé sa présence sur le territoire national”

BFMTV

Joint par France Bleu Béarn Bigorre, le maire de Pau François Bayrou a exprimé son émotion : “C’est un drame épouvantable, d’autant plus épouvantable que la victime s’est engagée toute sa vie professionnelle dans la défense des migrants et de ceux qui postulent à l’asile ; d’autant plus épouvantable également parce que l’agresseur, l’assassin, a fait de la prison pour des faits d’agression, à l’arme blanche apparemment… À très juste titre sa demande d’asile ou de poursuite de l’asile avait été refusée, il s’est retourné contre le chef de service, c’est d’une violence, d’une absurdité extrême… Il y a tant d’interrogations sur le parcours de cet homme.

L’auteur présumé venait d’apprendre semble-t-il que sa demande d’asile lui était refusée. Il a donné au moins trois coups de couteau. Le responsable, âgé de 46 ans, a été touché au niveau de la gorge, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé son décès. La brigade anti-criminalité (BAC) de Pau est intervenue très vite et l’homme a été arrêté peu après aux abords de la scène de crime. Âgé d’une trentaine d’année, il est déjà connu de la justice pour des faits de violences. Il sortait de prison selon nos information. il est actuellement en garde à vue.

Il est connu de la police pour des faits de violence, et avait effectué un passage en prison, mais était inconnu des services de renseignement. Il venait de se voir refuser son statut de réfugié par l’Ofpra, a-t-on précisé de sources policières et municipale.

Ce vendredi 19 février, une agression au couteau s’est déroulée vers 11 heures au Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) Isard COS, cours Léon-Bérard à Pau. Selon nos informations, le chef de service Asile a été mortellement poignardé

Le Centre d’accueil pour demandeurs d’asile Isard COS a été le théâtre d’une agression au couteau ce vendredi 19 février vers 11 heures. Selon plusieurs sources, l’auteur des faits serait un Soudanais pensionnaire de la structure depuis plusieurs années. La victime, le chef de servie Asile du Cada, a été mortellement poignardé à la gorge, comme le confirme le directeur de la structure Philippe Ellias.


Les secours et les forces de police sont rapidement intervenus. L’auteur présumé des faits aurait été appréhendé. La procureure de la République Cécile Gensac se trouve sur les lieux de l’agression. Les conditions précises de ce drame restent à éclairer.

Sud Ouest


Un homme a été agressé au couteau ce vendredi en fin de matinée au siège de l’Association Isard-Cos, cours Léon Bérard, qui gère l’accueil des réfugiés à Pau.

L’homme, un chef de service de la structure qui gère le CADA (centre d’accueil pour demandeurs d’asile, est décédé après plusieurs coups de couteau dont un porté à la gorge. Selon nos informations, le coup aurait été porté par un réfugié soudanais hébergé sur place depuis plusieurs années.

La République des Pyrénées

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Pau : Cyril égorgé par un migrant soudanais condamné en 2017 pour des coups de couteau. La Justice l’a autorisé à rester en France, malgré le refus de sa demande d’asile

    1. Filouthai

      J’espère que les juges de la Cnda qui ont autorisé cet assassin à rester sur le territoire français vont être poursuivis pour complicité de meurtre !

      Et que le gouvernement Macron va nous expliquer pourquoi il garde les tueurs musulmans sur le sol français sans les inquiéter alors qu’il veut interdire Génération Identitaire qui n’a tué personne ?

    2. Robert Davis

      cyril ce complice de la gauche soutien de l’invasion mus connaissait les risques qu’il y a à cotoyer ces envahisseurs, je ne le plains pas. Son rôle était de contribuer à islamiser la France, c’est de l’islamo-gauchisme, 2 collectivismes violents et des 2 l’islam est le plus fort. Eh bien qu’ils s’entretient ces c.

    3. Cyrano

      Simple constatation en France nos décideurs préfèrent la décapitation, l’égorgement, l’assassinat des Français à l’expulsion immédiate des criminels.
      Du moment qu’ils ne sont pas directement concernés dans leurs hautes sphères et que les victimes sont de simples peignes-zizis,qu’est ce qu’ils en ont à fiche.
      Si la loi était scrupuleusement respectée ça se saurait et comme c’est pas d’actualité l’histoire se répète et les belles paroles d’indignation continueront.

    4. STEVE RAGGIO

      BRAVO A LA POURRITURE QUI A PRIS CETTE DECISION….
      MON SOUHAIT SERAIT QUE SE TYPE (l’assassin….quoique celui qui a. décidé cela ne vaut pas mieux…..)
      viol et assassine sa fille, sa femme sa mère…..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    356 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap