toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’OMS avertit les experts de ne pas se fier uniquement aux résultats de tests PCR qui peuvent donnent un grand nombre de faux positifs


L’OMS avertit les experts de ne pas se fier uniquement aux résultats de tests PCR qui peuvent donnent un grand nombre de faux positifs

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti les experts de ne pas se fier uniquement aux résultats d’un test PCR pour détecter le virus du PCC.

Dans une mise à jour publiée le 20 janvier, l’OMS a déclaré que les experts de laboratoire et les professionnels de la santé devraient également tenir compte des antécédents du patient et des facteurs de risque épidémiologique en plus du test PCR pour diagnostiquer le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Les nouvelles instructions permettraient de réduire considérablement le nombre de cas quotidiens.

« La plupart des tests PCR sont indiqués comme une aide au diagnostic ; par conséquent, les professionnels de la santé doivent prendre en compte tout résultat en combinaison avec le moment du prélèvement, le type d’échantillon, les spécificités du test, les observations cliniques, les antécédents du patient, le statut confirmé de tout contact et les informations épidémiologiques », indique la directive.

On ignore pourquoi l’agence de santé a attendu plus d’un an avant de publier cette nouvelle directive. L’OMS n’a pas répondu à une demande d’explication d’Epoch Times.

Depuis de nombreux mois, des scientifiques et des médecins s’inquiètent d’une utilisation excessive et abusive du test PCR comme outil de diagnostic, car il ne permet pas de différencier un virus infectieux vivant d’un fragment de virus inactivé qui n’est pas infectieux.

En outre, les valeurs seuils élevées de la plupart des tests PCR – à partir de 40 cycles – augmentent le risque de faux positifs. Une valeur seuil plus élevée indique une charge virale moindre et que la personne est moins susceptible d’être infectieuse, tandis qu’une personne avec une valeur seuil de cycle plus faible a une charge virale plus élevée ou est plus infectieuse.

L’OMS n’a pas précisé quelle devrait être la valeur seuil pour un diagnostic positif, mais a seulement annoncé de « déterminer si [un] ajustement manuel du seuil de positivité du PCR est recommandé par le fabricant ».

Un membre du personnel médical prépare et traite les tests PCR et les tests d’anticorps des personnes qui pensent être infectées par le virus du PCC, au laboratoire de l’hôpital Karolinska à Solna près de Stockholm, en Suède, le 7 décembre 2020. (Jonathan Nackstrand/AFP via Getty Images)

Toutefois, elle a précisé que lorsque la prévalence du virus du PCC est faible, « le risque de faux positif augmente », ce qui signifie que « la probabilité qu’une personne qui a un résultat positif (CoV-2 du SRAS détecté) soit réellement infectée par le CoV-2 du SRAS diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité revendiquée [du test PCR] ».

SARS-CoV-2 est le nom scientifique donné au virus du PCC qui cause la maladie du Covid-19.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention (CDC)) affirment que leurs tests PCR ont un seuil de 40 cycles. L’agence fédérale a finalement inclus des informations sur la valeur seuil du cycle dans sa Foire aux questions sur le Covid-19 pour les laboratoires le 12 novembre 2020.

Mais de nombreux experts médicaux considèrent qu’une valeur seuil de 40 cycles ne renvoie que des faux positifs, car les échantillons qui passent par de nombreux cycles d’amplification capteront des séquences d’ARN négligeables, que le virus soit inactivé ou que la charge virale soit excessivement faible pour poser problème.

Avant la pandémie causée par virus du PCC, pour que des individus soient considérés comme des cas, ils devaient être testés positifs et présenter des signes et symptômes cliniques. Mais pour être considéré comme un cas de virus du PCC, seul un test PCR positif est nécessaire. Et quel que soit le nombre de fois qu’un individu est testé, chaque test positif est compté comme un cas distinct.

L’OMS conseille maintenant qu’un test PCR positif qui « ne correspond pas à la présentation clinique » soit vérifié en prélevant «  un nouvel échantillon » et en le testant à nouveau.

Ce conseil peut également contribuer à réduire le nombre de cas de virus du PCC dans les hôpitaux, car il définit plus clairement qui est considéré comme un cas à hospitaliser.

Le directeur des relations internationales du service national de santé britannique (NHS), le Dr Layla McCay, a confirmé à talkRADIO qu’un pourcentage de patients hospitalisés officiellement comptés comme des cas positifs étaient en fait traités pour différentes maladies non liées au Covid-19. Ils n’avaient été testés positifs pour la maladie qu’à l’hôpital, sans présenter aucun symptôme.

« Il est exact qu’à l’hôpital, les personnes testées positives au Covid seront dans le champs de toute la gamme des symptômes », a déclaré M. McCay. « Certains l’auront en marge d’un autre problème pour lequel ils sont venus à l’hôpital. »

Le lendemain de la publication par l’OMS de ses nouvelles orientations, le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef du président américain Joe Biden, a déclaré que les États-Unis allaient rejoindre l’organisation.

« En tant que conseiller médical en chef du président, je suis honoré d’annoncer que les États-Unis resteront membres de l’Organisation mondiale de la santé », a déclaré le Dr Fauci. « Hier, le président Biden a signé des lettres rétractant l’annonce de l’administration précédente de se retirer de l’organisation, et ces lettres ont été transmises au secrétaire général des Nations Unies et à vous, Dr Tedros, mon cher ami. »

Tedros Adhanom Ghebreyesus est le directeur général de l’OMS.

« Les États-Unis ont également l’intention de remplir leurs obligations financières envers les organisations », a ajouté M. Fauci.

En juillet de l’année dernière, l’administration Trump s’était retirée de l’OMS en raison du rôle présumé de l’organisation dans l’aide apportée au régime communiste chinois pour dissimuler la gravité du virus du PCC.

La décision de Biden de réintégrer l’OMS a suscité des réactions mitigées de la part du Congrès.

La représentante Lauren Boebert (Parti républicain, Colorado) a présenté un projet de loi (pdf) le 21 janvier pour « interdire la mise à disposition des contributions des États-Unis à l’Organisation mondiale de la santé jusqu’à ce que le Congrès reçoive un rapport complet sur la Chine et la pandémie de la Covid-19, et à d’autres fins ».

Elle a déclaré dans un communiqué : « L’OMS est centrée sur la Chine et se soumet à Pékin à chaque instant. Il n’y a aucune raison que les contribuables américains contribuent plus de 400 millions de dollars par an à une organisation qui a couvert la Chine et n’a pas réussi à contenir la propagation de la pandémie du Covid-19. »

Avant que l’ancien président américain Donald Trump ne se retire de l’OMS, les États-Unis étaient le pays qui contribuait le plus à l’agence de santé, selon les statistiques du ministère des Affaires étrangères.

The Epoch Times

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “L’OMS avertit les experts de ne pas se fier uniquement aux résultats de tests PCR qui peuvent donnent un grand nombre de faux positifs

    1. bernard

      On comprend pourquoi il y’a en FRANCE 25 000 contaminés par jour alors que l’épidémie régresse partout dans le monde !?

      Véran l’a dit lui même à la télé : la RANCE est le pays d’europe qui fait le plus grand nombre de tests (donc qui a le plus grand nombre de contaminés donc on continue à ruiner le pays et à imposer au peuple des restrictions d’ordre didactoriale)…

      Tout cela pour imputer au virus la crise financière qui allait se déclencher sous peu et sauver leurs fesses d’élites de la nation…
      Quand le peuple comprendra massivement comment il a été manipulé….

    2. MLC

      Il devrait dire  » Selon son inventeur le ct-PCR n’est PAS au depart un test mais un procedé d’amplication d’une sequence de nucléotides – ce TEST est totalement inapproprié et donc tout ce qui est PUBLIE comme resuttats EST BIDON et FAUX et n’a servi que comme MANUPULATION EN VUE D’un genocide en cours et de la dictature GLOBALE !

      par allieurs , ce mec est impliqué LOURDEMENT POUR CRIME DE GENOCIDE DEJA dans son pays et au moins il fait un gros effort ou on se moque de qui ?

      Et deja de LIRE la Doc du PCR ? pour tant de gens qui se disent spécialistes ou journalistes ou decideurs quand je voit tout ce qu’on raconte sans cesse , les courbes PUBLIES avec le nombre de cas
      c’est du BIDON des fakes titanesques !!!!

      Et rien que ceux qui n’avouent pas cette precision en cela sont a mettre a la BENNE comme complice d’un crime de ce genocide GLOBAL

      RIEN N’est VERIFIABLE de cette plandémie sauf ce qui a ete publié des ANNEES AUPARAVANT y compris les depots de BREVETS et un faramineux nombre de puclications VALIDES OU NON car peu sont capables de verifier ( il faut du matos et des competences pointues )

      deja pour commencer selon la demarche de microbiologie debuté par Koch , il faudrait avoir ISOLE L’agent dans ce cas VIRUS -qui n’est en realité pour le sars-cov et tous ses pseudo variants qu’UNE MODELISATION selon l’algorithme et a partir des donnés sortant d’une soupe ….a part la publication de ces brevets autour de ces chimeres de syntheses meme pas VIABLES en realité

      c’est des sequences d’ARN qui sont sans vie mais dangereuses dans certaines conditions qui ne SONT PAS CONNUES a ce jour …

      On sais juste que quelques medicaments sont efficaces contre le debut des ces syndromes pris dans les premiers JOURS comme la quinine

      & QUI A ete foutu de lire LU LA DOC d’utilisation du PCR – d’un ce ces TEST et compris ce qui est ECRIT ?

      DAns ce cas la bande de GOGOS, il faudrait deja retourner a la maternelle ou ceux qui reprennent cette psychose !!! sont tous bons pour l’asile ou pire quand on repete depuis autant de mois pour re-entendre un TOUTE PETIT BOUT DE VERITE PARTIELLE et sans avoir reagit pour le dire haut et fort

      c’est aussi de SA responsabilté !!!!

      Merci de faire suivre et de lire cette doc au moins une fois svp !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    116 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap