toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Elections US: La Cour suprême examinera les poursuites pour contestation électorale de 2020… en février !


Elections US: La Cour suprême examinera les poursuites pour contestation électorale de 2020… en février !

La Cour suprême des États-Unis a programmé vendredi plusieurs poursuites électorales très médiatisées , y compris celles intentées par les avocats Sidney Powell et Lin Wood, et la campagne Trump, pour examen lors de sa conférence du 19 février.

Selon une liste de cas , les poursuites comprennent l’ affaire du Michigan de Sidney Powell ( 20-815 ), la poursuite de la campagne Trump en Pennsylvanie ( 20-845 ) et la poursuite du Wisconsin ( 20-882 ), la poursuite en Pennsylvanie intentée par le représentant Mike Kelly (R- Pa.) ( 20-810 ), et l’ affaire Lin Wood’s Georgia ( 20-799 ).

Tous les cas font état d’une certaine forme de conduite illégale liée aux élections affectant le résultat de l’élection, y compris l’expansion du vote par correspondance par les responsables électoraux modifiant les règles en violation des lois électorales de l’État, le manque de mesures de sécurité adéquates autour des bulletins de vote par correspondance, des problèmes avec le vote automatique tabulation et refus d’un accès significatif aux observateurs de sondages.

La Cour suprême a refusé d’accorder une réparation ou d’accélérer les affaires comme demandé dans les pétitions respectives déposées avant l’investiture du président Joe Biden le 20 janvier.

La pétition de Powell au Michigan ( pdf ) demandait «une mesure déclaratoire d’urgence avouant que les résultats de l’élection présidentielle certifiés par les responsables du Michigan étaient inconstitutionnels et autrement contraires à la loi, ainsi qu’une mesure injonctive annulant la certification de ces résultats.

La pétition de Wood’s Georgia ( pdf ) demandait à la Cour suprême de «prendre une ordonnance d’urgence enjoignant aux défendeurs de décertifier les résultats de l’élection générale pour le poste de président».

La pétition Kelly ( pdf ) a demandé au tribunal une injonction «qui interdit aux intimés exécutifs de prendre des mesures officielles pour compiler, calculer, solliciter, certifier ou finaliser d’une autre manière les résultats de l’élection.»

Les poursuites de la campagne Trump ont également appelé à une injonction d’urgence sous la forme d’audiences accélérées et de blocage de la certification des votes du collège électoral pour Biden.

Certains des avocats impliqués dans ces affaires ont déclaré qu’il était important de voir les défis à bout, car ils pourraient avoir un impact sur l’équité électorale à long terme.

«Notre question juridique reste importante et nécessite un examen par le tribunal», a déclaré l’ avocat John Eastman au Washington Examiner , faisant référence à la conduite de la Pennsylvanie lors des élections de 2020.

Greg Teufel, l’avocat de Kelly, a déclaré au Washington Examiner que le membre du Congrès n’avait pas l’intention d’abandonner le procès.

La Cour suprême a gardé ses distances avec les défis électoraux de Trump. En décembre, il a rejeté une plainte déposée par le procureur général républicain du Texas et soutenue par Trump cherchant à annuler la certification des résultats des élections dans quatre États.

Si, lors de la conférence du 19 février, la Cour suprême décide de se saisir de l’une des poursuites électorales, elles ne seront probablement pas entendues avant octobre.

Dans un rapport exhaustif  sur l’intégrité des élections de 2020, le conseiller de Trump, Peter Navarro, a conclu que les allégations d’irrégularités entourant le vote dans les principaux États du champ de bataille étaient suffisamment graves pour justifier une enquête urgente et suffisamment substantielles pour potentiellement renverser les résultats.

«Si ces irrégularités électorales ne font pas l’objet d’une enquête approfondie avant le jour de l’inauguration et sont ainsi effectivement autorisées à se présenter, cette nation court le risque très réel de ne plus jamais pouvoir avoir une élection présidentielle équitable», a averti Navarro dans son rapport.

Epoch Times

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Elections US: La Cour suprême examinera les poursuites pour contestation électorale de 2020… en février !

    1. Michel Boissonneault

      finalement la Cour Suprême va faire une vérification des preuves car aucune autre Cour de justice des États ont voulu y jeter un oeil bref sans aucun doute il y a la possibilité qu’il y a un lien avec les 30 000 militaires U.S. a Washington car si il y a une preuve officiel de fraude massive alors biden et sa gang ne sont pas alors la véritable administration pour 4 ans mais ils auront des comptes a rendre a la justice …. de tout coeur je souhaite des vacances a guantanamo

    2. MLC

      C’est super on y a cru avec louchetoutcru les bonnes pâtes ! hier c’est deja passé tant de coms passés repassées ressassées en attendant la sauce tomate ?
      A chaque fois remis a plus tard – mes si mais si il vient il vient …
      – Demain , demain quelle suite de poursuites sans suite ?
      en attendant pour que RIEN ne se passe les promesses et les annonces tre-passent mais n’engagent que ceux qui y croient SURTOUT à NE RIEN FAIRE et de laisser faire puisque c’est annoncé pour y croire que c’est demain demain .
      Pour ce plus tard – plus tard qui ainsi n’est pas pret d’arriver JAMAIS !

      Le chaos comme la betise ou la maladie qui vient ,et on redemande « à demain  »
      alors que c’est tout de suite et agis bien ou RIEN de bien .

    3. Robert Davis

      Cette affaire avait été prévue pour fin janvier ce qui déjà était une manière de LA traiter ON THE NEVER NEVER: s’il y avait une justice réélle aux USA comme dans tout l’occident d’ailleurs (je ne parle même pas des autres…) CETTE AFFAIRE AURAIT DU ETRE TRAITEE D URGENCE. Le réultat de cesz ajournements c’est qu’on n’a plus du tout confiance dans les juges (je n’utilise jamais le mot justice qui n’existe même pas) qui sont toujours corrompus à des degrés divers mais là c’est à 1000%!

    4. Robert Davis

      En somme pour obtenir » justice » ou gain de cause il faut être 1. les plus violents 2. les plus forts 3. bien préparer son coup ce que les faux démocrates ont fait en 2020 Il faudra donc qu’en 2024 les Républicains qui à ce moment seront tous pro Trump utilisent la même méthode et n’hésitent pas à se bagarrer dans les bureaux de vote si les mafieux essayent de les éloigner. Le temps de la gentillesse est passée.

    5. Eli LAIK

      Pourquoi pour Vendredi? n’est-ce pas prématuré?
      La justice ne se précipite jamais, elle est lente, c’est un pléonasme.
      Pour que les choses se fassent sereinement, Les juges auraient du prendre plus de temps, en programmant par exemple l’analyse des demandes en Février 3021, afin que les Démocrates soient là pour 1000 ans, ça ne vous rappelle rien?

    6. MLC

      Le cinema avec les meilleurs metteurs en scenes , acteurs ont realisé des tas de film dans tous les genre et d’histoires vraies

      Au moins nos bons amis -avec leurs films ont fait passer un puissant message pour tous les publics et dans tous les styles .

      Le dernier que j’ai visionné j’ai oublié le titre raconte l’histoire de 7 policiers integres qui vont nettoyer la corruption d’une ville US y compris chez leurs ripoux porteurs de plaques – avec le meme moyen que la mafia sauf qu’ils brulent le fric la daube et tirent dans le tas comme au temps de la prohibition ..
      Assez vite la ville redevint vivable …
      Et c’est partout la meme histoire partout autant comme ici il y eut des preux qui n’avais pas froid au yeux …
      Ou sont ils passés terrés derriere leur clavier ? c’est moins risqué …

      on peut attendre le printemps (lequel ) car le facteur en passant m’a dit en 2100 peut etre ?

    7. Robert Davis

      Avec l’article du Time maintenant on ne peut plus dire « maybe » mais si on verse cet article au dossier les juges vont dire que ce n’est qu’un article de journal, il faudrait avoir les originaux, les sources aussi. La démocratie « fortifiée » par la fraude…….il y a de quoi rire!

    8. LeClairvoyant

      Analyse d’une altération de l’ordre juridique dans le calendrier des jugements, est une faute grave. Car on aurait dû juger les irrégularités des élections avant les manifestations de proteste pour « le vol » des élections du 3 Novembre 2020. Car si les globalistes ont pris le pouvoir illégalement, ne vont pas en plus être légitimes, pour juger Donald Trump gagnant des élections de 2020.
      Est-il constitutionnel qu’un gouvernement « qui serait illégitime » pour (avoir fait un coup d’état électoral), puise juger Donald Trump sans avoir sa légitimité ? Peuvent juger des illégitimes qui auraient volé sa présidence, sans être avant jugés pour les irrégularités aux élections; je pense que non. Les démocrates ont fait «un coup d’état» aussi au calendrier pour inverser l’ordre des délits à juger en premier, les délits des irrégularités aux élections du 03 novembre 2020. Car les protestes au Capitole du 06 janvier 21, sont 2 mois après les résultats des élections contestées.
      Pour moi, que la Cour Suprême, va tenter de légaliser le «coup d’état» du globalisme bien réel, car au contraire, elle se serait manifestée avant ce jugement en destitution contre Donald Trump. Lui «pour tentative de coup d’état imaginaire ». Mais je préfère me tromper.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    132 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap