toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Suite à la dégringolade boursière, le patron de Twitter reconnait avoir créé un “précédent dangereux” en bannissant Donald Trump


Suite à la dégringolade boursière, le patron de Twitter reconnait avoir créé un “précédent dangereux” en bannissant Donald Trump

Jack Dorsey a également souligné “le pouvoir qu’une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale”.

Les aveux du patron de Twitter, mercredi 13 janvier, sont pour le moins ambigus : Jack Dorsey estime que la plateforme a pris « la bonne » décision en bannissant Donald Trump après les évènements du 5 janvier à Washington, mais que cela constitue aussi un « échec » et « établit un précédent » qui lui paraît « dangereux ».

Un « échec de notre part »

« Je ne ressens aucune fierté à l’idée que nous ayons dû bannir @realDonaldTrump », a écrit le chef d’entreprise sur le média social qu’il a créé, pointant un « échec de notre part à promouvoir une conversation saine ». Pour lui, ce genre de mesures prises par la compagnie à l’oiseau bleu « nous divise. Elles limitent les possibilités d’expliquer, de se racheter, d’apprendre ». « Cela établit un précédent qui me semble dangereux : le pouvoir qu’un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale », a-t-il aussi reconnu dans ce texte.

Jack Dorsey s’est aussi laissé aller à un autre aveu : pour lui, l’équilibre des pouvoirs était respecté tant que « les gens pouvaient simplement aller sur un autre service, si nos règles et notre application des règles ne leur convenaient pas ». En revanche, « ce concept a été remis en cause la semaine dernière quand un certain nombre de fournisseurs essentiels d’outils sur Internet ont aussi décidé de ne pas héberger ce qu’ils trouvaient dangereux », a-t-il pointé, faisant probablement référence au réseau social Parler, qui a dû cesser de fonctionner. « Je ne crois pas que c’était coordonné », a-t-il poursuivi, évoquant une autre hypothèse : « Plus probablement : les sociétés sont arrivées à leurs propres conclusions ou ont été encouragées par les actions des autres ».

Une « oligarchie digitale »

Depuis les évènements de Washington, les critiques pleuvent contre Twitter, Google, Facebook, ou encore Apple, en Europe comme aux Etats-Unis. Les géants américains du Net et de la Tech sont accusés d’étaler leur toute-puissance.  Le procureur général du Texas, Ken Paxton, a ainsi ordonné, à ces grandes compagnies, mercredi, de rendre des comptes sur leurs décisions « terrifiantes pour la liberté d’expression ». De ce côté de l’Atlantique, Bruno Le Maire ou Angela Merkel, notamment, ont aussi vivement réagi aux mesures des GAFAM. Le ministre de l’Economie français a ainsi dénoncé, lundi 11 janvier, sur France Inter, une « oligarchie digitale » qui menace les démocraties.

Source

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Suite à la dégringolade boursière, le patron de Twitter reconnait avoir créé un “précédent dangereux” en bannissant Donald Trump

    1. Michel Boissonneault

      j’en ai rien a foutre de twitter car je n’ai pas de compte + si tout les Conservateurs vont chez un compétiteur alors twitter sera perdant sur tout la ligne car les gauchistes en général sont des pauvres et les Conservateurs sont généralement plus riche car ils sont plus logique

    2. Filouthai

      Twitter , et plus précisément les agissements de ses dirigeants, sont une menace pour la liberté !
      Cela étant, je n’utilise pas twitter étant opposé aux créations technologiques dangereuses, comme … autre exemple des vaccins OGM !

    3. Robert Davis

      Le pouvoir d’une entreprise telle que twitter est justemment ce qui devrait inciter tout gouvernement à FERMER sa boite. Quant à ses discriminations faisant taire le président et non les imposteurs et les ennemis de l’Amérique, c’est aussi immoral que illégal.

    4. LeClairvoyant

      Je n’ai pas de compte chez Twister, et vu sa partialité dans l’information, je souhaiterais que ses dirigeants soient mis en prison, et sa boitte fermée.
      De la musique du globalisme, j’ai la nausée!

    5. Robert Davis

      En somme Trump a bien joué en laissant ces reseaux s’enferrer mais c’est ne victoire à la pyrrhus car il y a laissé son élection. Pour moi il a mal joué son role politique. Dans ce domaine les politicards et autres escrocs type hussein banana ont été plus compétents car l’escroquerie ça les connait.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    520 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap