toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Prise d’otage à l’Hyper Cacher : deux policiers racontent


Prise d’otage à l’Hyper Cacher : deux policiers racontent

Six ans après les attentats de Paris et la prise d’otage dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, des policiers présents sur place racontent leur participation à l’opération. De l’arrivée sur les lieux aux conséquences psychologiques, ils se dévoilent.

Les années passent mais les souvenirs demeurent dans la mémoire des policiers qui sont intervenus, le vendredi 9 janvier 2015, porte de Vincennes, pour mettre fin à la prise d’otage perpétrée par Amedy Coulibaly dans l’Hyper Cacher. Une opération d’un nouveau genre pour ces policiers, qui en 2015 ne sont pas encore formés à la lutte contre le terrorisme. Deux jours après les attentats traumatisants de Charlie Hebdo, où deux policiers sont tombés sous le feu des frères Kouachi et au lendemain du meurtre d’une policière municipale de Montrouge, c’est aux portes de Paris que les policiers sont appelés pour mettre fin « à des échanges de tirs dans un magasin, porte de Vincennes ».

« Un braquage dans une boulangerie »

C’est le premier message qui résonne dans la radio des policiers, dont l’un d’entre eux est quasiment en fin de service. Anthony* appartient aux services spécialisés de l’agglomération parisienne et fonce en direction de la porte de Vincennes. « L’appel est un peu désordonné, on n’a pas trop d’informations, pas de détails sur le magasin, il n’y a pas d’éléments qui laissent penser à un attentat », se souvient-il. Même genre de message pour Fabrice*, appartenant à la brigade anticriminalité du Val-de-Marne (BAC 94) qui apprend pour sa part « un braquage dans une boulangerie ».

« Au fur et à mesure qu’on se rapproche, il s’avère que ça allait être plus compliqué que prévu », se dit Fabrice a encore en mémoire les exactions commises par les frères Kouachi deux jours plus tôt, lorsqu’ils ont achevé un policier blessé sur le trottoir. « On a entendu que l’hélicoptère venait en appui, à ce moment on s’est dit “ce n’est pas clair”… », rapporte Anthony. Les messages se précisent : « Deux personnes auteurs d’une prise d’otage. » Du côté du policier de la BAC, l’inquiétude monte. « On fait hyper attention, on n’a pas d’équipement lourd, les gilets pare-balles lourds sont périmés, on n’a pas d’armes lourdes, on était légers face à un terroriste », se résigne Fabrice.

« Amedy Coulibaly se tenait à une quinzaine de mètre de moi »

Arrivés sur place, les policiers s’apprêtent à réaliser l’intervention la plus difficile de leur vie. Et elle sera longue, plus de quatre heures. « On s’aperçoit que c’est un magasin cacher, on se dit que ce n’est pas anodin, et là je vois deux blacks dans le magasin et deux corps le long des caisses, sans pouvoir savoir s’ils étaient morts ou blessés », raconte Anthony. Le deuxième suspect est finalement identifié : Lassana Bathily, un employé du magasin qui sera récompensé pour sa bravoure quelques jours plus tard.

Lire la suite sur Valeursactuelles

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    42 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap