toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les restaurants ne devraient pas rouvrir avant le 6 avril “au mieux”. Les bars & cafés fermés jusqu’en juin


Les restaurants ne devraient pas rouvrir avant le 6 avril “au mieux”. Les bars & cafés fermés jusqu’en juin

Les restaurants et brasseries ne devraient pas rouvrir avant le 6 avril “au mieux”. Une fermeture des bars & cafés est même envisagée jusqu’en juin.

La réouverture des établissements de restauration interviendrait au mieux le mardi 6 avril. Un nouveau coup dur pour la profession.

Le bout du tunnel n’est pas pour tout de suite. 2021 ne reléguera pas si vite au fond de la casserole les tourments vécus en 2020 par le monde de la restauration. D’après les informations du Point, restaurants, bistrots et brasseries devraient rester fermés au moins jusqu’à Pâques. L’hypothèse de réouverture la plus optimiste serait fixée au mardi 6 avril, selon plusieurs sources proches du dossier en contact direct avec l’Élysée, Matignon et Bercy. On évoquerait même un décalage à début juin concernant les bars et les cafés. Bien que Matignon démente et assure que la date du 6 avril n’a jamais été avancée par le gouvernement, Le Point maintient son information. La confirmation de ces décisions résonnerait comme un nouveau coup dur pour le secteur placé en coma artificiel voilà presque un an avec la crise sanitaire du Covid-19 commencée au printemps 2020.

Un calendrier envisagé à l’heure actuelle par le gouvernement afin de lutter contre la propagation du coronavirus et surtout le pic du variant anglais qui pourrait devenir majoritaire en France en mars, selon le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du conseil scientifique, invité dimanche du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Après une première fermeture généralisée du 14 mars au 2 juin 2020 (les établissements parisiens ne disposant pas de terrasses avaient dû attendre le 15 juin) puis l’instauration d’un couvre-feu dans 54 départements au cœur de l’automne, l’ensemble de la profession se retrouve désormais portes closes depuis le 30 octobre dernier et n’a pas pu profiter des fêtes de fin d’année, qui auraient pu permettre de relever la tête. Un lourd tribut économique s’aggravant un peu plus chaque jour.

Le spectre des faillites en cascade

Dans une tribune publiée le 20 octobre par Le Point, cuisiniers de tous bords – des bistrots aux tables étoilées –, restaurateurs de Paris et de province, propriétaires de grands groupes et organisations patronales… avaient interpellé d’une seule voix le président de la République. Un cri d’alarme à travers une lettre ouverte à Emmanuel Macron, réclamant notamment un moratoire sur les loyers, l’annulation des charges patronales durant l’état d’urgence sanitaire, l’ouverture du chômage partiel aux gérants majoritaires, l’aménagement des règles comptables… Leur appel de détresse avait été suivi de nouvelles tribunes notamment parues dans Le Figaro et le JDD.

En première ligne du front, Bruno Le Maire livre une véritable guerre de tranchées. Une bataille quotidienne du ministre de l’Économie pour venir en aide et soutenir l’art de vivre à la française. Mais la prorogation du chômage partiel, le PGE (prêt garanti par l’État), la mise en place depuis décembre d’un fonds de solidarité (dans la limite de 200 000 euros par mois équivalant à 20 % du chiffre d’affaires 2019) et l’aide exceptionnelle (plafonnée à 3 millions d’euros sur la période de janvier à juin pour les entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros par mois) ne suffiront certainement pas à sauver près de la moitié des professionnels sous le coup d’une faillite. Pas plus que la vente à emporter, qui risque fort de se prolonger plus longtemps que prévu.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    54 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap