toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Coronafolies : une entreprise veut imposer à ses salariés un boîtier autour du cou qui sonnera en cas de contact trop proche… on met bien des cloches aux vaches !


Coronafolies : une entreprise veut imposer à ses salariés un boîtier autour du cou qui sonnera en cas de contact trop proche… on met bien des cloches aux vaches !

Le géant des produits d’hygiène Essity veut imposer à ses salariés en France le port d’un badge qui sonnera si la distanciation sociale n’est pas respectée entre les salariés. De nombreux salariés et les syndicats s’opposent vivement à ce projet.

« C’est un système comparable à celui qui dissuade les chiens d’aboyer ». Le syndicat CFDT n’a pas de mots assez forts pour décrire le projet de la direction d’Essity, le géant suédois spécialisé dans la fabrication de produits d’hygiène comme des mouchoirs, des couches ou des protège-slips avec des marques comme Nana, Lotus ou Tena.

Pour lutter plus efficacement contre le Covid-19, l’entreprise souhaite que chaque salarié porte en permanence un badge autour du cou autour d’une dragonne qui va émettre un son de 85 décibels si une distanciation sociale de moins de deux mètres n’est pas respectée. Les ouvriers des ateliers le porteraient à la ceinture par sécurité. La mesure doit s’appliquer sur tous les sites du groupe en France dans le Loiret, l’Eure, l’Orne, la Vienne et le Haut-Rhin mais aussi en Europe.

« Vous imaginez le vacarme que ça va faire ? »

« On va infantiliser complètement l’être humain », proteste Christine Duguet, la déléguée syndicale centrale CFDT d’Essity. « Vous imaginez le vacarme que ça va faire ? 85 décibels, c’est énorme ». 85 décibels correspondent au volume sonore minimum d’une alarme ou d’une sirène.

La direction d’Essity, qui n’a souhaité réagir que par écrit, indique que le boîtier vise « à limiter le plus possible tout risque de transmission du virus. Les porteurs du boîtier seraient alertés en cas de proximité physique trop importante permettant ainsi une plus grande vigilance quant au respect des distanciations physiques ». Le boîtier ne sonnera pas dans les sanitaires, au restaurant d’entreprise ou à l’infirmerie même si les données seront enregistrées. La direction précise que les salariés ne seront pas géolocalisés et identifiés uniquement par un numéro.

Les salariés d’Essity ne respecteraient-ils pas les règles sanitaires ? Non, assure Christine Duguet, la déléguée syndicale centrale CFDT d’Essity. « On en fait déjà énormément contre le Covid dans cette entreprise et c’est tant mieux. On doit porter le masque toute la journée y compris quand on est seul dans un bureau. Les accès du restaurant d’entreprise sont limités. On en fait plus que ce que le gouvernement demande ». La déléguée syndicale assure que le nombre de salariés contaminés a été très limité sur les différents sites, sans cluster et sans cas contacts.

La direction d’Essity assure que les modalités de fonctionnement du boîtier « Phil data » seront déterminées avec les instances représentatives du personnel. Des consultations sont en cours en janvier. Le boîtier pourrait être imposé avant la fin du mois de janvier.

« Des collègues me disent qu’ils vont perdre le boîtier, le jeter à la poubelle ou le laisser au vestiaire. Ils n’en veulent pas », détaille Christine Duguet de la CFDT en se demandant quelles pourraient être les applications futures d’un tel système. « L’objectif unique d’Essity est de préserver la santé des collaborateurs », répond la direction.

Source La Dépêche

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Coronafolies : une entreprise veut imposer à ses salariés un boîtier autour du cou qui sonnera en cas de contact trop proche… on met bien des cloches aux vaches !

    1. M. Le Clercq

      Non ce n’est pas de la fiction mais une dystopie helas elle est vraie et vérifiable et mieux encore les stats donnent le nombre de ceux qui se pressent pour y participer pour esperer revenir comme avant ( la cuisson )

      As t’on vu des dindes roties se relever dans le plat ?

      – alors ces marchands de cangue derivés des bracelets electroniques pour criminels elargis ( les honnes gens !) – ont du coup un peu de retard avec ce genre de clochettes pour bestiaux , les nouveaux modeles sont en cours de livraison et implant en ce moment en version nanos composantes embarquées notamment grace a Nokia et quelques autres qui font sous traiter la production de masse ,

      chaque relai bipede zombie devient de fait surveillés directement par tous les autres puces embarqués dans ces porteurs en cours AUSSI de devenir des OGM comme dans toute l’electronique moins longue a produire et les données envoyées au super cloud , le super programme decidera de supprimer TOUTE L ESPECE qui coute trop cher , regarder ce qu’on fait aux anciens avec le rivotril ?

      Et donc ces sujets de la matrice-cloud à se surveiller les uns les autres quand la direction est confié a la cafetiere par procuration et dans ce cas le cerveau-lent devient superflu puisque il avais fini par s’atrophier au sources officielles de lobotomie obligatoire

      Alors , les vaches chévres et moutons avec leurs clochettes avant modernisation de la plaque d’oreille comme les autres – et pour ne pas se perdre , vont paraîre des privilégiées en plus veganes sans le savoir !

    2. Cyrano

      Charles Dégueule en son temps disait : Les Français sont des veaux —
      — Avec le temps les vaux sont devenus vaches avec cloches, les chiens, les chats sont équipées de puces pour les identifiées c’est plus moderne que le tatouage. Remarquez que certains couillons vont jusqu’à se faire implanter une puce d’identification pour abonné de boite de nuit, comme les cartes de fidélité pour magasins; des fadas je vous dis…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    86 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap