toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les chemins de la victoire pour Trump: la fraude arrive à son terme, des gouverneurs corrompus, Biden pourra être accusé de haute trahison, des milliers de témoignages et de preuves s’accumulent malgré les silences des médias (Vidéo)


Les chemins de la victoire pour Trump: la fraude arrive à son terme, des gouverneurs corrompus, Biden pourra être accusé de haute trahison, des milliers de témoignages et de preuves s’accumulent malgré les silences des médias (Vidéo)

Les chemins de la victoire pour Trump: la fraude arrive à son terme, des gouverneurs corrompus, des milliers de témoignages… les preuves s’accumulent malgré les silences des médias.

Les chemins de la victoire pour Trump

Il y a plusieurs jours, j’ai publié quelques tweets sur les chemins donnant une victoire à Trump. Puis aujourd’hui, Praying Medic (sur Rumble) en a listé plusieurs aussi. Alors pour vous, soldats digitaux, j’ai décidé de combiner tout ça en ajoutant de l’information additionnelle. Vous trouverez aussi beaucoup d’infos en anglais dans ce feuillet du Service de Recherche du Congrès.

Vote populaire et Collège Électoral

Les États-Unis sont une république, pas une démocratie. Contrairement à bien d’autres nations qui élisent leur dirigeants en fonction de la quantité de votes (vote populaire), aux États-Unis, c’est le Collège Électoral qui élit le président (le Congrès peut accepter ou refuser et tenir ses propres élections). Les pères fondateurs ont choisi cette approche afin d’éviter ce qui est appelé la tyrannie de la majorité, soit qu’une population, ou un état très populeux, puisse décider pour le reste de la nation (entre autre) qui sera le président.

Le Collège Électoral est composé de grands électeurs. Dans certains états, ils apparaissent sur les bulletins de votes et sont nommés par le vote populaire. Dans ce cas, les citoyens votent pour les grands électeurs, et pas pour les candidats présidentiels (Trump et Biden). Dans d’autres états, ils sont nommés par leur législature. Chaque état a un nombre fixe de grands électeurs basée sur la quantité de citoyens habitants dans cet état. L’Alaska en a 3 alors que la Californie en a 55.

Dans certains états, les grands électeurs sélectionnés sont liés (binded) à un candidat (ils doivent voter pour un candidat spécifique au Collège Électoral), et dans d’autres ils sont libres de voter pour qui ils veulent. Ils ne sont pas liés.

Date « Safe Harbor »

Cette année, la date refuge (ma traduction de safe harbor date) à laquelle toutes les contestations judiciaires pouvant impacter les élections d’un état doivent être résolues est le 8 décembre. C’est la journée à laquelle les états doivent commencer à choisir leurs grands électeurs pour les envoyer au Collège Électoral le 14 décembre (cette année) et voter pour choisir le candidat qui sera élu président.

Si, au 8 décembre, un recours judiciaire ayant un impact sur le résultat de l’élection pour un état n’est pas résolu, ce résultat ne sera pas pris en compte dans le grand total. Donc toute contestation judiciaire devant une cour d’état (State court) ayant le potentiel d’impacter les élections, sauf les cas devant la cour suprême américaine, doivent être décidés pour le 8 décembre.

Si les contestations ne sont pas terminées au 8 décembre, elles peuvent continuer mais n’auront aucun impact sur l’élection, peu importe le résultat. Ça veut dire qu’il est possible pour un état de ne pas élire un candidat. Si ça arrive dans suffisamment d’états, il se peut que ni Biden, ni Trump puisse atteindre le 270 minimum requis au collège électoral pour être président. Les exceptions sont les dossiers devant la cour suprême.

Certification des résultats

D’ici au 8 décembre, les états devront, si possible, avoir certifié leur élection. Ce sont le gouverneur et le Secrétaire de l’État qui certifient le résultat. C’est après cette certification que les états peuvent nommer leurs grands électeurs. C’est seulement à ce moment qu’il devient possible pour des citoyens et les campagnes présidentielles (Trump ou Biden) d’intenter des recours judiciaires vis-à-vis cette certification. Pas avant.

Si vous croyez que Trump ne fait pas grand chose (parce que c’est ce que les médias vous disent), comprenez bien qu’il DOIT attendre la certification des états avant de les contester. Ça fait partie du processus.

La même journée des audiences à Phoenix (Arizona) sur les allégations de fraudes électorales, le gouverneur de l’État et le Secrétaire d’État ont certifiés les résultats.

À titre informatif, tout recours peut être intenté au niveau local, de l’État, du fédéral, et aussi au conseil d’administration des élections de chaque État, selon le contexte.

Il y a actuellement une multitude de poursuites dans les états du Nevada, de l’Arizona, du Michigan, du Wisconsin, de la Georgie et de la Pennsylvanie (les états balanciers). Ceux-ci seront résolus dans leur palier respectif (local, fédéral, État, cour suprême de l’État, cour suprême fédérale). Donc il y a encore beaucoup de choses qui peuvent avoir un impact sur cette élection.

Donc même si un état a certifié ses votes, ce n’est pas terminé. Et si un gouverneur certifie l’élection alors qu’il savait [sciemment] qu’il y a eu fraude, il s’expose à des poursuites criminelles. Par contre, elles seront conclues longtemps après l’élection.

Nomination des grands électeurs

Certains états ont des lois qui forcent les grands électeurs à voter pour le candidat ayant obtenu le plus de votes. Par contre, ces lois n’ont aucune force car l’article 2, section 1, clause 2 de la Constitution américaine dit spécifiquement que les législatures peuvent nommer qui ils veulent comme grands électeurs, à condition qu’ils ne sont pas déjà des membres de la législature.

Dans les diverses audiences sur les fraudes électorales, Rudy Giuliani et Jenna Ellis, accompagnés d’un grand nombre de témoins, présentent des témoignages, affidavits et éléments de preuves afin de convaincre les membres des législatures de ces états d’ignorer le vote populaire frauduleux & corrompu, et leur rappeler qu’ils peuvent choisir leurs propres grands électeurs. Il est peu fréquent que les législatures nomment des grands électeurs qui ne reflètent pas le vote populaire, mais cette année risque d’être différente, basé sur la multitude d’allégations de fraudes présentées.

En résumé, quand les législatures des états vont se réunir le 8 décembre pour nommer leurs grands électeurs, s’ils ont suffisamment de raisons de croire que le vote populaire en faveur de Biden est corrompu et frauduleux, ils peuvent plutôt nommer des grands électeurs républicains et les envoyer voter pour Trump au Collège électoral. Avec tout ce qu’on voit concernant la fraude, il est de plus en plus difficile de justifier des grands électeurs pour Biden.

Imaginons qu’en Pennsylvanie, en Arizona et en Georgie, les législatures font exactement ça, et nomment des grands électeurs républicains, ça donne les 270 votes nécessaires à Trump pour être réélu. Mais bon, ça reste à voir.

Stratégies favorables à Trump

Présentement, Trump n’a pas besoin de gagner les états balanciers. Tout ce qu’il a besoin de faire est d’empêcher Biden d’atteindre le chiffre magique de 270 au Collège électoral.

Si n’importe quelle combinaison de 3 états (parmi les 6 états balanciers actuellement contestés) va à Trump, ou si n’importe quelle combinaison de 3 états est retirée à Biden (via la nomination de grands électeurs républicains par les législatures concernées), Trump gagne. Sauf pour la combinaison « Nevada + Wisconsin + n’importe quel autre état » car il n’y aurait pas assez de votes au Collège électoral.

Ce qui nous amène à la prochaine étape.

Certifier les grands électeurs

Une fois les grands électeurs nommés, pour qu’ils aillent voter au Collège électoral, le gouverneur et le secrétaire d’état doivent les certifier. Mais ils ne sont pas obligés. Par exemple, La Pennsylvanie, l’Arizona et la Georgie pourraient choisir des grands électeurs qui iront voter pour Trump au Collège Électoral, mais les gouverneurs démocrates pourraient refuser de les certifier.

Si les gouverneurs refusent de les certifier, ces grands électeurs ne pourront voter au Collège électoral, ce qui ferait que ni Trump ni Biden gagnerait l’État. Ce genre de scénario ouvre la porte à la possibilité qu’aucun candidat puisse atteindre les 270 nécessaires pour être nommé président. Présentement, sans la Pennsylvanie, l’Arizona et la Georgie, aucun des deux candidats peut être déclaré président. Ce qui nous amène un autre scénario.

Le rôle du Congrès

Une fois tous les votes pour chacun des états conclus au Collège électoral, ceux-ci sont envoyés au Congrès qui, aussi par vote, peut les accepter ou les refuser. Si une contestation est mise de l’avant pendant la certification des votes pour chaque état par le Congrès, la séance est suspendue pendant 60 minutes afin d’en discuter. Au retour, ils doivent annoncer s’ils acceptent ou rejettent le vote des grands électeurs. S’ils les rejettent, le choix du président et du vice-président leur revient.

Contrairement au Collège électoral, chaque état n’a qu’un seul vote, sans égard au nombre de sièges et au vote populaire. 50 votes pour chaque chambre, c’est tout. La chambre basse (le congrès) vote pour le président, et la chambre haute, le sénat, vote pour le vice-président.

Alors si l’équipe Trump peut gagner une combinaison de trois états, ou s’organiser pour que Biden n’atteignent pas le 270, le Congrès devra voter.

Même si les démocrates ont actuellement une majorité de sièges au congrès (des suites de l’élection de mi-mandat de 2018), ils n’ont pas une majorité d’états. Si le Congrès venait à choisir le président et le vice-président, les chances sont élevées que Trump et Pence obtiennent un second mandat.

 

La cour suprême

Finalement, la Cour Suprême américaine peut intervenir à n’importe quel moment, même le jour avant l’inauguration du 20 janvier. Celle-ci a juridiction sur tous les états et sur tous les dossiers. Elle peut choisir de prendre autorité sur un dossier, peu importe à quel niveau il se trouve (local, district, fédéral, etc.). C’est ce qui est arrivé en 2000 dans l’élection présidentielle. Une cour d’État de la Floride devait statuer mais la Cour Suprême américaine a saisi le dossier pour s’en occuper.

Il y a déjà des dossiers qui sont devant la Cour Suprême américaine et d’autres risquent de monter jusqu’à elle. Celle-ci pourrait statuer, par exemple, sur la légalité ou l’illégalité de certains types de votes, elle peut ordonner un recomptage, elle peut annuler l’élection d’un état ou l’élection fédérale et ordonner de nouvelles élections, elle peut forcer le Congrès à remplir son obligation constitutionnelle, outre-passant le Collège électoral. Et celle-ci n’est pas limitée par la date butoir du 8 décembre et peut simplement décider autre chose.

 

Conclusion

Il y a beaucoup de pièces en mouvement sur le plateau de jeu. Pendant que Rudy Giuliani & Jenna Ellis cherchent à convaincre les législatures d’État de ne pas choisir les grands électeurs basés sur le vote populaire, Lin Wood & Sidney Powell agissent à titre de citoyens pour contester certaines élections et démontrer la fraude massive. Et d’autres procédures sont en préparations. Ça laisse amplement de temps pour continuer à exposer la fraude et à convaincre la cour suprême de prendre un ou plusieurs dossiers et statuer sur ceux-ci.

C’est tout un long un processus. Chaque étape doit se conclure avant d’entamer la prochaine. Ce n’est pas pour rien que Trump est allé jouer au golf; chaque chose en son temps.

Source

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Les chemins de la victoire pour Trump: la fraude arrive à son terme, des gouverneurs corrompus, Biden pourra être accusé de haute trahison, des milliers de témoignages et de preuves s’accumulent malgré les silences des médias (Vidéo)

    1. LeClairvoyant

      Il faudrait confirmer ces informations qui donne des sources et nombreux détails de l’intervention du bataillon « Kraken 305 » Fort en Arizona. Qui a eu 5 morts, pour récupérer les serveurs Dominion en Francfort, connectés à internet pour participer aux fraudes massives;
      Les avocats de Donald Trump sont courageux, mais c’est Sidney Powbell une championne qui est le super héros dans cette affaire et encore ils ont put aller plus vite.
      07 Deux jours après l’élection j’ai dis qu’il fallait confisquer les machines Dominion et poser les scellés, car les hackers pouvaient effacer les traces de leurs méfaits.
      Les fuites d’eau, ou panne de 4h sans témoins est plus que suspect sur 4 ou 5 états pendulaires. L’histoire de fuite d’eau est mensonge grotesque pour cacher une fraude, car ce fut le moment choisi pour faciliter l’intervention des Hackers; pour brancher les machines à internet, faire leurs fraudes et effacer les traces avant les déconnecter. Les hackers savaient que si la fraude était découverte, risquaient gros. Et chercher le coupable est facile (vu a qui profite le crime).
      La gauche en 1936 en Espagne a fait des fraudes avec l’aide des syndicats en observateurs, sans l’opposition, où il y a eu dans de villes et villages avec plus de votes que d’habitants, pour cela a eu une Guerre Civile. Des fraudes en Pennsylvanie, Michigan, Georgia, etc. Alors j’espère que Trump gagnera sans arriver à la guerre civile. Il faut taper sur la fraude et Ses responsables.

    2. M. Le Clercq

      N’importe qui de sénsé ne peut souhaiter que la « Vérité » ( humainement c’est tres difficile de l’affimer sur ce plan certes on ne l’avoue pas puisque la dialectique contient des pieges et peut etre considérée comme le piege en soi .) -au moins pour ce qu’on concoit – non seulement triomphe mais aussi l’application du corpus de ces « lois « qui semblent si sélectives dans la plupart des cas d’application – par des hommes qui sont rarement integres et intelligents et pas tres longtemps trop souvent .

      Helas que se passe t’il si on cesse de les suivre ces regles ? Pour la chute de babylone …alors qu’elles etaient au debut ce qui se faisais de mieux avec d’autres comme Athenes & qui sont tombées par leurs mêmes erreurs et leurs corruptions respectives . Ensuite livrées de l’interieur puis envahies mis en servitude comme des tas d’histoires .

      Alors ce que Monsieur Trump a voulu et commencé a faire c’est néttoyer encore une fois ce genre de fosse aux zombies de la corruption pour tenter d’enrayer cette chute qui touchera bien d’autres apres et autour – & donc selon – cette ( notre) époque est celle d’un choix qu’on fait ces élécteurs américains plus ou moins en connaissance de cause et qui dépends de chacun et son avenir direct .

      Le comble dans des pays, ou ceux qui se considerent comme plus « informés  » ou les plus « qualifiés » sont seulement mieux « lobotomisés » alors helas ils croient pour faire « tendance  » se mettre a « gauche » quand on sais que toutes les grande guerres les pires crises sont meme ailleurs qu’au USA decoulent directement de ces virages a gauche qui menent aux memes regimes genocidaire . Comment autant ne veulent pas le savoir ou ils font semblant

      Tous nazis sans le savoir ces complices du mal , ca commence par tricher un peu on voit ou ca finit ?

      C’est un oubli pour les uns ou les autre dans le fait d’etre « Juste » ce qui est le fondement d’un exemple comme ceux qui aiment cette forme d’application du bon sens et de l’integrité a commencer pour soi meme … et donc les autres !

      Et à ce propos il ne suffit pas de disposer d’une quantité de quoi que soit notamment information sans la capacité de discernement qui caractérise aussi bien la santé qu’on veut conserver d’abord par l’exercice libre de cette faculté qui est garante aussi bien de sa santé que de sa vie et d’une certaine liberte qui est aussi celle du devoir a accomplir – comme de faire progresser ces notions et leur application ,

      Donc faire que les tricheurs soient confondus ou qu’ils soient et aussi dans ces bases arriere de ces nazis nouveaux modeles ou qu’ils soient et les tricheurs car qui veut se souvenir de ces sinistres individus quelque soit l’apparence .

      Les machines ou les modeles sont moins en cause de que la faillibilité de ceux qui se disent « humains  » et c’est un choix de dignité comme de recherche de vérité et de justice a chaque instant …plus pour ces abstractions elle meme comme le fait cette juge recemment nommée a vie à la cour supreme

      On aime bien meme dans les fictions les justes ….qui peut ne pas les aimer en fait moins d’etre un barbare abject ou un dépravé ?

      Pour eviter ce qui risque d’arriver et pas qu’au USA a savoir ces grands mouvements et convulsions des foules à un epoque ou semble il les grands reperes sont perdus ou au moins de vue …

    3. Robert Davis

      Dur-dur pour les tricheurs: le collège électoral sera pour Trump, le Congres des Etats sera pour Trump et la cour suprême aussi. Alors que dire des tricheurs? qu’ils sont archi cons.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    677 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap