toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Trump affirme qu’il ne cédera jamais c’est « l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine »


Trump affirme qu’il ne cédera jamais c’est « l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine »

Le président américain Donald Trump a déclaré le 23 novembre que malgré le feu vert donné à l’agence gouvernementale General Services Administration (GSA) pour s’engager avec l’équipe de transition de Joe Biden, il ne cédera « jamais » face à ce qu’il a appelé « l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine », et que son équipe poursuivra les contestations judiciaires.

« Qu’est-ce que le fait que la GSA soit autorisée à travailler avec les démocrates a à voir avec la poursuite de nos différentes affaires, sur ce qui sera considéré comme l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine ? » a écrit Trump sur Twitter.

« Nous avançons à toute vitesse. Nous ne céderons jamais face aux faux bulletins de vote et à Dominion », a ajouté le président, en faisant référence à la plateforme électorale Dominion Voting System qui a été mise sous les feux de la rampe. L’équipe juridique de Trump prétend en effet que les systèmes de vote ont été exploités pour faire basculer les votes en faveur de Biden.

Sidney Powell, une avocate autrefois affiliée à l’équipe juridique de Trump, mais qui agit maintenant de manière indépendante, a déclaré qu’elle disposait d’un déluge de preuves que Dominion et d’autres systèmes de vote ont été exploités pour faire basculer l’élection, disant qu’elle avait bientôt l’intention d’intenter un procès de proportions « épiques » qui détaillerait les preuves. Elle a ajouté que les preuves qu’elle avait reçues concernant la fraude électorale étaient massives, et a comparé leur divulgation éventuelle à la « libération du [légendaire monstre] Kraken ».

Dominion a nié à plusieurs reprises que ses systèmes soient compromis ou utilisés de manière frauduleuse. Pendant ce temps, une déclaration commune de l’agence fédérale américaine Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA), au nom d’une coalition nationale d’infrastructures électorales ayant des liens avec Dominion, par le biais de l’adhésion de la société au Conseil de coordination du secteur des infrastructures électorales (SCC) de la CISA, a qualifié l’élection du 3 novembre de « la plus sûre de l’histoire américaine ».

Trump a par la suite licencié Christopher Krebs, alors à la tête de la CISA, en affirmant que la déclaration commune était « très inexacte en ce sens qu’il y a eu des irrégularités et des fraudes massives ».

Le message du président américain selon lequel il « ne céderait jamais face aux faux bulletins de vote & à Dominion », fait suite à un tweet antérieur dans lequel il indiquait que la GSA mettrait des ressources de transition à la disposition de Biden, tout en insistant sur le fait qu’il avait encore de bonnes chances de remporter la victoire.

« Notre affaire se poursuit AVEC FORCE, nous continuerons le grand combat, et je crois que nous l’emporterons », a-t-il écrit dans un post sur Twitter.

Le message du président Trump a fait suite à une lettre que l’administratrice des services généraux de la GSA, Emily Murphy, a envoyée à M. Biden (pdf), dans laquelle elle informait l’ancien vice-président que certaines ressources de transition, dont environ 7,3 millions de dollars de fonds, seraient disponibles pour lui et son équipe.

Dans sa lettre, Mme Murphy a indiqué que la décision de fournir des ressources de transition ne doit pas être comprise comme une confirmation qu’un des candidats ait remporté les élections.

« La GSA ne dicte pas l’issue des litiges et des recomptages, ni ne détermine si ces procédures sont raisonnables ou justifiées », a-t-elle écrit. « Le vainqueur effectif de l’élection présidentielle sera déterminé par le processus électoral détaillé dans la Constitution. »

Mme Murphy a déclaré qu’elle avait pris cette décision de manière indépendante, malgré les nombreuses menaces.

« J’ai cependant reçu des menaces en ligne, par téléphone et par courrier, dirigées contre ma sécurité, ma famille, mon personnel et même mes animaux domestiques, dans le but de me forcer à prendre cette décision prématurément. Même face à des milliers de menaces, je suis toujours restée déterminé à faire respecter la loi », peut-on lire dans la lettre.

Trump a fait l’éloge de Mme Murphy pour son dévouement et sa loyauté envers le pays.

« Je tiens à remercier Emily Murphy de la GSA, pour son dévouement et sa loyauté sans failles envers notre pays. Elle a été harcelée, menacée et maltraitée, et je ne veux pas que cela lui arrive, ni à sa famille, ni aux employés de la GSA », a écrit le président américain.

Yohannes Abraham, le directeur exécutif de transition de Joe Biden, a déclaré que Mme Murphy « a établi que le président élu Joe Biden et le vice-président élu Kamala Harris sont les vainqueurs apparents de l’élection, fournissant à la nouvelle administration les ressources et le soutien nécessaires pour effectuer un transfert de pouvoir sans heurts et pacifique ».

« La décision d’aujourd’hui est une étape nécessaire pour commencer à relever les défis auxquels notre nation est confrontée, notamment pour maîtriser la pandémie, et remettre notre économie sur les rails », a-t-il ajouté.

La GSA a confirmé le 23 novembre qu’elle informerait bientôt certains membres du Congrès sur la transition présidentielle.

Epoch Times

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Trump affirme qu’il ne cédera jamais c’est « l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine »

    1. Robert Davis

      Trump et Sydey Powell ont tout à fait raison mais je me demande s’ils ont compris que prouver le truquage des logiciels de dominion ne suffit malheuresement pas en droit, il faut faire le décompte des bulletins pro Trump ayant été crédités biden. Le juge qui se trouve face à cette preuve INCOMPLETE comment va-t-il s’y prendre pour dire quel est le nombre de bulletins falsifiés ou passés injustement à biden? il faut des CHIFFRES aux juges pour faire le DECOMPTE qui permet de dire qui est le gagnant. Je ne sais pas si c’est techniquement possible je n’y connais rien en informatique mais instinctivement je pense que ce ne doit pas être impossible car il doit y avoir une PROCESSUS qu’l faut juste démasquer par les informaticiens.

    2. Robert Davis

      Il me semble qu’il est possible de définir combien de votes représentent le coéfficient 1,25 de biden et 0,75 de Trump. Ensuite il n’y a qu’à les remettre à la base de 1 ou corriger en ajoutant 0;5 à Trump. L on aurait ainsi le nombre de bulletins volés à Trump. Probablement que Sydney Powell sait cela mais résèrve l’information aux juges de la cour suprême ce qui est juste elle n’a ps à fourninr ces infos à n’inporte quel journaleux.

    3. Robert Davis

      Je pense quand même que Sydney Powell devrait annoncer au moins qu’elle a la preuve du nombre de votes détournés par les machines dominion même si elle veut résèrver le nombre précis aux juges car ce serait une bonne manoeuvre psychologique préparant le public à la victoire de Trump. Quant à Trump il me semble qu’il a fait une erreur en ne poursuivant jamais les merdias pour violation de la libre expression et même de mensonges chaque fois que la preuve était disponible. Pour les mensonges c’est plus compliqué mais l’entrave à la libre expression surtout lorsqu’une chaine se permet de couper la parole du président c’est une évidence facile à démontrer. Si les merdias se trouvaient confrontés à des procédures de ce jour cela les aurait fait changer d’attitude.

    4. Robert Davis

      En tous cas il n’est pas trop tard pour Sydney Powell de dire qu’elle a le nombre exact de bulletins ayant changé de colonne dans les machines dominion pour ne pas laisser les faux démocrates anti démocratie influencer les grands électeurs. Si elle continue d’attendre comme le général de Napoléon pendant que Blüchner avançait rapidement vers Waterloo cela risque de se terminer de la même manière que pour Napoléon…

    5. M. Le Clercq

      @Robert Davis Pour tenter de vous répondre, les logiciels sont en général affectés d’un numero de « release  » et dans un certain nombre de cas il existe une donnée du genre CRC , qui encode le version de celle ci par le produit d’un algorithme indiquant toute modification du code ou des executables avant ou durant tout traitement .C’est archivé dans un journal avec des traces dans le systeme d’exploitation .
      D’autre part le même genre de dispositif est ulilisé pour valider toute modification d’une base de donnée avec des outils de traçage systemeen interne et au sein du systeme lui même d’une maniere rédondante . D’autre part pour ce qui est des executables ( les programmes compilés ) en l’abscence de code source il est possible d’exécuter une operation d’ingéniérie inverse ou décompilation pour indiquer les failles ou modification fonctionnelles et frauduleuses du code en vue de ce qui a pu etre constaté dans les faits au mépris de lois statistiques et montrant tres clairement cette fraude massive . Encore faut il que ces serveurs et les codes soient rendus accessibles a des personnes hautement qualifiées et d’une probité indiscutable . En traitement de données helas le 100% infalsifiable est rare mais le plus souvent avec un certain nombre de précautions les failles se situent le plus souvent des fautes humaines relevant d’une corruption aussi visible que la lettre volée d’E Poe mais avec une foule de complicités.
      C’est ce qui menace ces pays et bien d’autres et ne doit pas etre pris a la légere quelque soit son opinion.

    6. Sara

      Machines à compter Dominion :
      j’ai travaillé dans des entreprises qui avaient un principe : le seul moyen d’éviter une intrusion était d’interdire toute connexion physique ou virtuelle (WiFi, Bluetooth) avec l’extérieur ; vous pouvez avoir toutes les protections possibles, pare-feu etc. un hacker arrivera toujours à trouver une faille. Seules les machines réservées à la seule consultation (Internet) avaient une liaison et elles n’étaient pas connectées aux autres machines.

      Aux USA les machines Dominion étaient connectées à l’extérieur et des résultats de votes ont été envoyés à l’étranger pour comptage.
      De plus il y a des attestations montrant que certaines n’avaient pas leurs plaques de certification.

      Recompte : à quoi servira de recompter de faux bulletins (de personnes ayant voté plusieurs fois, ne personnes non domiciliées dans l’état, de personnes décédées, avec des ratures ou de fausses signatures…) ? Le résultat sera le même : des élections contestées.

      Les bulletins doivent porter la même adresse que celle de l’enveloppe or des bureaux de vote ont détruit les enveloppes.

      Le seul moyen d’en sortir est de recommencer les élections avec des règles précises et strictes et un dépouillement manuel sous surveillance de scrutateurs de tous les partis en lice.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    442 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap