toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Science Mag dévoile le scandale du Remdésivir : L’UE, dont la France, a acheté le 8 octobre pour 1,2 milliards d’euros de Remdesivir alors que le 9 octobre l’essai de l’OMS révélait qu’il était inefficace et dangereux… (Vidéo)


Science Mag dévoile le scandale du Remdésivir : L’UE, dont la France, a acheté le 8 octobre pour 1,2 milliards d’euros de Remdesivir alors que le 9 octobre l’essai de l’OMS révélait qu’il était inefficace et dangereux… (Vidéo)

Le très sérieux magasine « Science » a publié un article le 28 octobre qui dévoile les dessous du scandale du Remdésivir commercialisé par Gilead. On y découvre que l’Union Européenne, et donc la France, a acheté le 8 octobre pour plus d’un milliards de doses de Remdesivir à Gilead alors que l’OMS a publié quelques jours plus tard les résultats de l’essai mondial qui démontre que cette molécule est inefficace et dangereuse. On y apprend que l’UE n’aurait été informée des résultats de l’essai de l’OMS que le 9 octobre, comme par hasard…

Science révèle que le mois d’octobre  a été un bon mois pour Gilead, le fabricant géant d’antiviraux dont le siège est à Foster City, en Californie. Le 8 octobre, la société a signé un accord pour fournir à l’Union européenne son Remdesivir comme traitement contre le COVID-19 – un accord d’une valeur potentielle de plus d’un milliard de dollars. Deux semaines plus tard, le 22 octobre, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé le Remdesivir pour une utilisation contre le coronavirus SARS-CoV-2 aux États-Unis – le premier médicament à recevoir ce statut. Les décisions de l’UE et des États-Unis ouvrent la voie au médicament de Gilead sur deux marchés majeurs, tous deux avec une flambée des cas de COVID-19.

Mais les deux décisions ont déconcerté les scientifiques qui ont suivi de près les essais cliniques du Remdesivir se dérouler au cours des 6 derniers mois – et qui ont de nombreuses questions sur la valeur du Remdesivir.

Science  a appris que la décision de la FDA et l’accord avec l’UE sont intervenus dans des circonstances inhabituelles qui ont donné à l’entreprise des avantages importants. La FDA n’a jamais consulté de groupe d’experts externes et indépendants.

L’Union européenne, quant à elle, a décidé de fixer le prix du Remdesivir (2400 euros le traitement) exactement 1 semaine avant la publication des résultats décevants de l’essai mondial Solidarité de l’OMS. Elle prétend qu’elle n’était pas au courant de ces résultats, bien que Gilead ait été informée des données le 23 septembre et savait que l’essai Solidarité était un échec.

En ce qui concerne l’accord avec l’UE, Gilead a confirmé à Science que l’OMS avait fourni à la société un manuscrit sur les résultats de l’étude, mais un porte-parole de la Commission européenne, le bras exécutif de l’UE, a déclaré que ceux-ci n’avaient pas été révélés lors de ses négociations. . La société a remis en question de manière agressive la validité des données de Solidarité, en partie parce que l’étude a été menée dans des pays très différents à travers le monde avec des normes de soins de santé différentes. Dans une déclaration du 15 octobre , Gilead est allé jusqu’à dire qu ‘«on ne sait pas si des conclusions peuvent être tirées des résultats de l’étude».

Cette critique a provoqué la colère des enquêteurs de l’étude Solidarité, dont Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l’INSERM et ancienne responsable de l’OMS. «C’est épouvantable de voir comment Gilead essaie de dénigrer l’essai de Solidarité», dit Kieny. «Prétendre le procès n’a aucune valeur parce qu’il se déroule dans des pays à faible revenu n’est qu’un préjugé.»

L’essai Solidarité de l’OMS, mené dans 405 hôpitaux de 30 pays, est environ trois fois plus important que les trois autres essais réunis et de nombreux scientifiques s’attendaient à ce qu’il détermine mieux l’efficacité du Remdesivir. L’essai Solidarité n’a pas utilisé de placebo, mais a plutôt comparé le Remdesivir et trois autres médicaments déjà utilisés. Les enquêteurs de l’essai Solidarité ont décrit les résultats de l’étude aux représentants de la FDA le 10 octobre et ont publié une pré-impression 5 jours plus tard. L’essai Solidarité visait principalement à déterminer si les médicaments réduisaient la mortalité chez les patients hospitalisés COVID-19, ce  qu’aucun d’entre eux n’a fait. Les chercheurs ont également noté que le Remdesivir n’affectait pas «la durée de l’hospitalisation» ou si les patients atteints de COVID-19 avaient besoin de ventilateurs, qui ne sont utilisés que lorsque les personnes évoluent vers une maladie très grave.

La publication des données de Solidarité a déclenché un nouveau débat sur la valeur relative de chaque essai de Remdesivir. Dans sa revue qui recommandait l’approbation du remdesivir , l’agence FDA n’a inclus que les données de trois essais: l’étude NIH et deux essais parrainés par Gilead, ignorant les données de Solidarité ainsi que les résultats de l’autre essai contrôlé par placebo en Chine.

L’OMS a un aperçu régulier des effets indésirables possibles liés aux traitements COVID-19. Fin août, il a noté un  nombre disproportionné  de rapports de problèmes hépatiques et rénaux chez les patients recevant du Remdesivir par rapport aux patients recevant d’autres médicaments pour COVID-19. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a également annoncé ce mois-ci que son comité de sécurité avait  entamé un examen pour évaluer les rapports de lésions rénales aiguës  chez certains patients prenant du Remdesivir.

Richard Peto, un statisticien et épidémiologiste d’Oxford, estime que Gilead a inversé la charge de la preuve de l’efficacité du Remdesivir, en effet «Gilead et la FDA nous ont mis dans une position où on nous demande d’essayer de prouver que le Remdesivir est inefficace plutôt que de demander de la manière habituelle, à savoir: ‘Les fabricants peuvent-ils prouver que leur traitement est efficace ?’»

L’Union européenne a néanmoins négocié un  «accord d’approvisionnement commun»  avec Gilead qui propose 500 000 doses de Remdesivir sur les 6 prochains mois pour 1,2 milliard de dollars. Un porte-parole de la Commission confirme à  Science  qu’elle n’a été informée de l’échec du médicament dans l’essai Solidarité que le lendemain de la signature du nouveau contrat, le 8 octobre.

«La Commission a pris connaissance des résultats du procès Solidarité le 9 octobre à la suite du rapport de [l’EMA] lors de la réunion du groupe de travail COVID le même jour», a déclaré le porte-parole. «Il n’y a eu aucune discussion avec l’OMS sur l’étude en cours avant la signature du contrat avec Gilead.»

Lorsque  Science a demandé à Gilead pourquoi elle n’avait pas divulgué les données de Solidarité lors de ses négociations avec la Commission, la société a reconnu avoir reçu un projet de manuscrit de l’OMS à la fin du mois de septembre !

Bien que l’accord avec Gilead verrouille les membres de l’UE à un prix d’environ 2400 dollars pour un traitement complet de Remdesivir, il n’oblige théoriquement aucun pays à acheter le médicament, a déclaré le porte-parole de la Commission à Science .

«L’UE doit publier l’accord avec Gilead», déclare le professeur Yannis Natsis de l’Alliance européenne pour la santé publique à but non lucratif. «Il faudrait au moins renégocier le volume des doses et le prix par traitement.» Gilead dit qu’il ne prévoit pas d’ajuster son prix négocié à la suite des données de Solidarité.

Le professeur Kieny estime que c’est un «énorme» gaspillage pour les pays de l’UE d’investir dans le Remdesivir sur la base de l’idée que cela pourrait aider un tout petit sous-ensemble de patients.

Voici en résumé les révélations du magasine Science sur ce qui est probablement l’un des plus gros scandale lié au Covid-19.

© Brigitte Finkelstein pour Europe Israël News

Florain Philippot résume les dessous de ce scandale révélé par Science

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Science Mag dévoile le scandale du Remdésivir : L’UE, dont la France, a acheté le 8 octobre pour 1,2 milliards d’euros de Remdesivir alors que le 9 octobre l’essai de l’OMS révélait qu’il était inefficace et dangereux… (Vidéo)

    1. Robert Davis

      Les gouvernants INCOMPETENTS ET CORROMPUS de l’ue et de la France se font rouler par tout le monde pas seulement par les mus! Etre gouvernés par de tels NULS est tragique!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    477 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap