toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Journée hommage à Samuel Paty à Nantes : une trentaine de racailles ont jeté des barrières et des plots de chantier sur des membres du corps enseignant


Journée hommage à Samuel Paty à Nantes : une trentaine de racailles ont jeté des barrières et des plots de chantier sur des membres du corps enseignant

Environ 30 personnes ont jeté des projectiles sur des membres du corps enseignant d’un lycée nantais ce lundi, journée hommage à Samuel Paty. Un jeune homme de 18 ans a été interpellé. Deux bouteilles d’acide ainsi qu’un sachet contenant du liquide inflammable ont également été retrouvés sur place.

Il était 9h45, ce lundi synonyme de rentrée des classes et de journée hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire assassiné, lorsqu’une trentaine de personnes cagoulées se sont amassées devant le lycée Gaspard Monge La Chauvinière, à Nantes. Elles se sont alors mis à jeter des projectiles tels que des barrières et plots de chantier en direction des membres de l’Education nationale, sans les toucher, puis ont tenté de bloquer les entrées du lycée.

Un jeune interpellé déjà connu des services de police

En l’espace de quelques minutes, ils ont interrompu la circulation dans la rue de la Fantaisie, voie d’accès au lycée, en plaçant des barrières volées sur un chantier qui se tenait à proximité, sur la chaussée. Prévenus, les policiers n’ont pu interpeller qu’une personne, une fois arrivés sur place.

Défavorablement connu des services de police, un jeune homme de 18 ans a été placé en garde à vue pour « participation à un attroupement violent et recel de vol« . Dans la foulée, une enquête a été ouverte alors deux bouteilles d’acide et un sachet contenant un liquide inflammable ont été découverts à proximité du lycée. Le rectorat de l’académie de Nantes évoque de son côté « un événement majeur et exceptionnellement grave qui n’est pas anodin » et précise qu’il pourrait avoir un lien avec l’appel à bloquer les lycées, ce mardi.

Un jeune interpellé déjà connu des services de police

En l’espace de quelques minutes, ils ont interrompu la circulation dans la rue de la Fantaisie, voie d’accès au lycée, en plaçant des barrières volées sur un chantier qui se tenait à proximité, sur la chaussée. Prévenus, les policiers n’ont pu interpeller qu’une personne, une fois arrivés sur place.

Sur place, les policiers ont notamment découvert deux bouteilles d'acide et un sachet contenant un liquide inflammable.

 

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Journée hommage à Samuel Paty à Nantes : une trentaine de racailles ont jeté des barrières et des plots de chantier sur des membres du corps enseignant

    1. Slam

      Il est important de ne pas stigmatiser ces primo non deuxio non tertio délinquants qui cherchent juste à exprimer leur droit fondamental à s’exprimer, mais comme ils n’ont rien appris à l’école de la République, ils ont des difficultés à dire les choses, leur vocabulaire est différent très proche du singe néandertalien. Leur droit au blasphème à eux c’est de tout casser et tout détruire. Faut les comprendre, en plus d’être incultes ils sont désœuvrés. Les zoos n’en veulent pas et Moretti ne veut même pas d’eux en prison. Les pauvres tâches.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    324 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap