toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Comment le France se suicide en confiant son destin à des ministres qui appliquent de travers un principe de précaution, pour se dédouaner d’avance de leurs erreurs et pour effrayer et culpabiliser leurs concitoyens


Comment le France se suicide en confiant son destin à des ministres qui appliquent de travers un principe de précaution, pour se dédouaner d’avance de leurs erreurs et pour effrayer et culpabiliser leurs concitoyens

Ou comment un vieux pays usé se suicide en confiant son destin à des ministres et des hauts fonctionnaires qui appliquent strictement et souvent de travers un invraisemblable principe de précaution, non seulement pour se dédouaner d’avance de leurs erreurs, mais également pour effrayer et culpabiliser leurs concitoyens.


Les meilleurs experts en économie dans les think tanks spécialisés y perdent leur latin. Ils nous disent qu’ils n’ont jamais vu une telle pagaille dans la façon de gérer un pays. Agnès Verdier-Molinié, qui dirige la fondation iFRAP : « Vos chaussettes sont trouées et vous avez besoin d’en acheter une paire rapidement ? Ce n’est pas essentiel. Vous avez envie de fumer ? C’est essentiel. De lire un bon livre ? Pas essentiel. Besoin d’un vêtement d’enfant en deux ans ? Essentiel. En trois ans ? Interdit. »

Nicolas Lecaussin, qui anime l’IREF : « Les livres me sont essentiels en ces temps de confinement, mon voisin préfère une bouteille de vin : pas de chance pour moi, les librairies sont fermées, mais tant mieux pour lui, les cavistes sont ouverts… Ma voisine, une vieille dame seule, recevait régulièrement une coiffeuse à domicile : interdit ! Et, allez dire à un croyant que l’office religieux est moins “essentiel” que la messe des journaux télévisés… »

Quant à Maxime Sbaihi, le directeur de GénérationLibre, il note que « dans un pays à l’orgueil normatif gonflé de 318 000 articles législatifs et réglementaires en vigueur, l’illisibilité et l’insécurité juridiques sont des maux bien connus […] mais seule la France a osé étendre sa passion bureaucratique jusque dans nos vies quotidiennes en imposant de remplir un formulaire et demander une dérogation pour aller acheter sa baguette ».

Le dernier gros couac vient du président lui-même

Les Français ne savent plus où donner de la tête, tourneboulés qu’ils sont par une parole publique totalement controversée, éparpillée et démonétisée. Le dernier gros couac en date vient du président lui-même qui, dans son allocution radiotélévisée urbi et orbi du 29 octobre dernier, destinée à justifier le reconfinement, a déclaré ceci : « Quoi que nous fassions, près de 9 000 patients seront en réanimation à la mi-novembre. » Pas de chance pour lui : Santé Publique France nous a donné le chiffre officiel au 15 novembre : ils n’étaient pas 9 000 ces pauvres patients en réanimation, mais deux fois moins, 4 880 pour être précis.

En matière d’imprévoyance, on aurait pu penser que nos dirigeants, qui avaient complètement raté la gestion des masques au départ de la pandémie, sans compter celle des tests, auraient retenu la leçon. Pas du tout : le vaccin contre la grippe, laquelle tue 10 000 personnes par an en moyenne, a totalement disparu des pharmacies alors qu’on est encore loin de l’hiver et qu’il faut un temps fou pour reconstituer les stocks ! Tout cela est très inquiétant sur la façon dont l’Élysée et Matignon gèrent cette crise tout en sortant l’arrosoir à milliards versés à tout-va et parfois n’importe comment dans l’économie.

Le Premier ministre de son côté a été pris la main dans le sac en insistant lourdement sur le télétravail qui, chaque fois que c’est possible selon lui, doit être appliqué « cinq jours sur cinq dans le secteur privé ». Jean Castex, n’ayant jamais travaillé de toute sa vie dans une entreprise privée du monde concurrentiel, est bien mal placé pour donner des instructions aux chefs d’entreprise. Quant à la ministre du Travail, Élisabeth Borne, qui a soutenu mordicus le Premier ministre dans sa croisade pour le télétravail, elle a pour seule référence entrepreneuriale sur son CV un passage de deux ans à la tête de la RATP, une entreprise d’État ingérable, comme la SNCF, où les PDG se contentent de faire de la cogestion avec la CGT, ce qui n’est pas spécialement affaire de compétence.

Un découragement mortifère devant l’écroulement d’une vie de travail

À l’étage en dessous de Matignon et du gouvernement, ce sont des préfets qui interviennent pour dire quel commerce pourra vivre et quel autre devra mourir, quelle église pourra obtenir une dérogation, quel match de foot pourra se jouer devant zéro ou 1 000 spectateurs et quel agriculteur devra détruire ses récoltes et aura le droit de se suicider silencieusement dans son coin. Pendant ce temps, une majorité de petites entreprises, d’artisans, commerçants et indépendants n’arrivent pas à obtenir les aides annoncées, noyés qu’ils sont par la paperasse à gérer, les contreparties exigées à certaines aides, les numéros verts qui ne répondent pas et par le découragement mortifère qui leur fracture la tête devant l’écroulement de toute une vie de travail.

Entouré d'autres restaurateurs, le chef Philippe Etchebest manifeste à Bordeaux contre les mesures sanitaires gouvernementales liées au coronavirus, le 2 octobre 2020 © UGO AMEZ/SIPA Numéro de reportage : 00984040_000010Entouré d’autres restaurateurs, le chef Philippe Etchebest manifeste à Bordeaux contre les mesures sanitaires gouvernementales liées au coronavirus, le 2 octobre 2020 © UGO AMEZ/SIPA Numéro de reportage : 00984040_000010

Et on ne parle pas des restaurateurs ! S’il y a bien une profession en France qui devrait être intouchable c’est celle-là qui concentre presque à elle seule, avec les vignerons, le rayonnement planétaire de l’art de vivre à la française. Un trésor national. Abandonner les restaurateurs dans le caniveau comme le font nos dirigeants est une insulte brutale à l’histoire de la gastronomie française. Un véritable abus de pouvoir d’une administration sans respect ni humanité à force de vouloir toujours sévir.

L’exploit de Fabien Sudry

Comme ce nouveau préfet de la Côte-d’Or et de la région Bourgogne-Franche-Comté, Fabien Sudry, installé à Dijon depuis seulement deux mois et qui n’a rien trouvé de mieux à faire, à peine arrivé, que d’interdire la 160e vente de vin des Hospices de Beaune prévue le 15 novembre. Un gros travail pourtant avait été fait par les organisateurs de cette très ancienne et historique vente aux enchères de charité au profit des hospitaliers de France et au retentissement mondial, avec des normes sanitaires très pointues, une vente à distance avec les équipes de Christie’s et retransmission par Zoom… Et vous savez quoi ? Ce préfet obtus l’a purement et simplement annulée la veille au soir, le samedi 14 novembre, pour le lendemain dimanche 15, comme ça, d’une pichenette administrative de dernière minute. L’œuvre d’un gougnafier mal embouché et mal élevé!

Un grand malheur, un désastre économique et social se prépare ainsi en France, l’écroulement d’un système opaque, injuste, inefficace, effroyablement lourd et traumatisant pour les forces vives et les citoyens de l’Hexagone. Au moment où l’on commençait à entrevoir le bout du sombre tunnel du Covid grâce aux deux premiers vaccins annoncés aux États-Unis et en Allemagne, il va falloir se rendre à l’évidence : il n’y aura jamais de vaccin en France contre l’incompétence, l’arrogance et la démagogie de nos dirigeants. Le résultat tragique de quarante ans de socialisme bureaucratique, de matraquage étatique permanent, d’excès syndicaux et du travail de sape d’énarques irresponsables qui ont géré et qui continuent de gérer la France depuis leurs palais nationaux comme leurs ancêtres administraient nos colonies il y a un siècle depuis leurs palais de gouverneurs.

Causeur

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Comment le France se suicide en confiant son destin à des ministres qui appliquent de travers un principe de précaution, pour se dédouaner d’avance de leurs erreurs et pour effrayer et culpabiliser leurs concitoyens

    1. alauda

      La pagaille administrative n’est pas propre à la France, même si on y assiste en spectateurs atterrés à une comédie affligeante où les acteurs, plus démoralisants les uns que les autres, y semblent affublés d’œillères particulièrement étroites.

      J’entendais ce matin à la radio (Fr culture ou musique) reparler du massacre d’une quinzaine de millions de visons au Danemark au nom d’un principe de précaution abusif invoqué sans preuve par une gauche anxieuse et anxiogène. Toute une filière mise à bas avec le cheptel ! On me dira que ce cheptel est élevé pour être abattu un jour ou un autre. Mais là on tue ces petits animaux gratuitement, par pure folie humaine, comme au temps de « la vache folle ». Le ministre concerné aurait démissionné.

      Ceux qui gèrent nos sociétés n’ont plus le respect ni de la vie, ni de ce qui nous constitue depuis des millénaires, c’est ce que met en évidence cette dernière affaire lamentable des risques d’une pandémie largement surjouée.

      On accepte de porter le masque, de travailler dans des environnements où le brassage social est important, mais quand on nous impose des règles à la noix, trop c’est trop.

    2. Filouthai

      Ce n’est pas la France !
      La Macronie, comme le Mollandisme, c’est la France des ronds de cuir, des esprits étriqués qui ont fait l’ENA et qui ont la responsabilité de diriger le pays … pour le plus grand malheur des français !

    3. Robert Davis

      Il n’empêche que en l’espace de 40 jours on est passés de 55.000 cas/jour à 22.000 cas/jour comme on était arrivés à 0 cas en août. Evidemment c’est au détriment de l’économie et il aurait fallu laisser les commerces ouverts à part les bistrots et les restaurants qui sont les seuls vraiment dangereux et ne m’inspirent pas une grande empathie pour ces restaurateurs vendant leurs produits avec une marge de 1000% et mettant leurs mains sales dans les plats et les casseroles…les asiatiques l’ont fait et se sont débarrassés du covid19.

    4. Pinhas

      Dans leurs comptes de pieds nikelés ils mélangent les cas positifs asymptomatiques et les cas avérés et atteints .
      Exemple : Nous sommes presque tous asymptomiques porteurs d’un cancer .
      Si demain on nous testait en nous disant ensuite , »cous êtes positif et porteur d’un cancer  » On serait dans la désespérance en imaginant notre vie foutue.
      Faut-il que les gens soient si influençables ou ignares pour croire à de telles âneries .

    5. Pinhas

      Le vent de panique est fait pour nous préparer à l’injection du vaccin poison .
      Vous verrez …..
      Certains et même beaucoup se battront pour se faire empoisonner.
      Il faut rester calme .
      Prenez de la vitamine C ,en fruit ou autre .une cure de gelée royale sur 30 jours .
      Et surtout marchez tous les jours sans masque si possible sinon vous respirerez vos propres bactéries .
      Nettoyage nasale tous les matins et soirs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    200 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap