toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un professeur de Seine-Saint-Denis a montré une vidéo de drapeaux français brûlés au Pakistan en réaction aux caricatures de Charlie Hebdo : “Je pensais les faire réfléchir, mais les élèves se sont levés et ont applaudi”


Un professeur de Seine-Saint-Denis a montré une vidéo de drapeaux français brûlés au Pakistan en réaction aux caricatures de Charlie Hebdo : “Je pensais les faire réfléchir, mais les élèves se sont levés et ont applaudi”

L’assassinat du professeur Samuel Paty bouleverse le corps enseignant. Après le sentiment de révolte, il y a cette peur de se frotter aux sujets interdits : religion, caricatures et liberté d’expression.

(…) Parmi les thèmes à aborder par les professeurs avec les classes de quatrième : la liberté d’expression. Il raconte : « Naïvement, l’année dernière, pour mon tout premier cours sur ce sujet, j’ai décidé de mettre les pieds dans le plat et abordé le sujet des caricatures de Mahomet. Malheureusement, ça ne s’est pas vraiment passé comme je l’imaginais. » Lui espérait les voir débattre, discuter, échanger, s’ouvrir à d’autres opinions, « penser les libertés au pluriel ». Avant de tomber de très haut. « Quel que soit le profil des élèves, il y a tout de suite eu un consensus pour dire qu’on ne peut pas toucher aux religions. Ça m’a frappé. À partir de là, on se dit qu’il y a du boulot… »

(…) Une élève prend la parole, autour le silence se fait : « Depuis plusieurs années, la liberté d’expression est menacée parce que certains journalistes manquent de respect aux religions et ne prennent pas en compte les lois… Si on dépasse les limites, il y aura des attentats. » Dans la salle, tous acquiescent. Au milieu, le professeur est dépité.

(…) Pour les ramener à la raison et engager une autre discussion, le professeur Jorda (professeur de français en lycée professionnel en Seine-Saint-Denis) dégaine une vidéo de drapeaux français brûlés au Pakistan en septembre 2020 en réaction à la republication des caricatures par l’hebdomadaire, pour leur montrer « où l’intolérance peut mener ». « Je pensais les faire réfléchir, mais la plupart des élèves se sont levés et ont applaudi. » Stupeur.

(…) « Ils ont une vision politique très confuse. Pour eux, Charlie, c’est l’extrême droite. Alors, pour lutter contre eux, tous les moyens sont légitimes. L’insulte comme la violence. Les reprendre sur cette question-là, c’est se ranger du côté des “racistes”. »

(…) « (…) Quand vous rapportez à votre syndicat que votre classe était au bord de l’émeute, entre insultes à la République et propos homophobes, et qu’on vous répond que vous n’auriez pas dû offenser leur croyance, que voulez-vous faire ? Nous ne sommes pas tous des héros. Alors, on abandonne. »

« La peur est très forte depuis vendredi, et nous ne sommes pas rassurés, que ce soit par l’atmosphère ambiante ou par notre hiérarchie si prompte à nous sanctionner. Si vous pouvez ne pas citer mon nom, finalement… », nous intime une professeure interrogée quelques heures auparavant.

Marianne

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Un professeur de Seine-Saint-Denis a montré une vidéo de drapeaux français brûlés au Pakistan en réaction aux caricatures de Charlie Hebdo : “Je pensais les faire réfléchir, mais les élèves se sont levés et ont applaudi”

    1. doudou

      malheureusement la france nourit subventionne et eduque beaucoups de petits musulmans qui applaudissent quand on brule un drapeau français,forcément ces petits eleves ont ete conçus par des ennemis de la republique reçus à bras ouverts par nos dirigeants;le ver est désormais dans le fruit.

    2. marcoterix

      Les vrais responsables sont ceux qui ont régi les différents secteurs de la société ces dernières années (école, médias, culture en général, grandes entreprises genre sncf, rappelez-vous à ce sujet du bouquin de Ghislaine…) . Et ils doivent demander pardon à tous ceux qui ont souffert de cette dictarure de la pensée unique, au dessus de tous ce professeur décapité (on se rend compte de l’horreur oui ou non?). Les différentes hiérarchies ont choisi d’enfermer le droit légitime des Français (en France), et des autres Nationaux ailleurs, de défendre leur DROIT D’EXISTER SELON LEUR CULTURE, LEURS TRADITIONS ET POUR LEUR BIEN , de les enfermer dans une espèce de boîte pleines de tabous, et voilà le résultat. Alors maintenant les langues commencent à se délier même au niveau des médias. Mais n’oublions pas ce que ces gens, médias, politiques aveuglés par leur petite carrière à trtois balles,.ont fait de délétère aux personnes qui ont souffert de cette islamisation et de cette haine envers la France. Nice, le Bataclan etc etc…. Est-ce qu’il y a eu bcp d’émissions ou’ on se soit posé la question de la présence de l’islam et de ses dérives? Donc, que tous ces gens bien rangés, bien imbibés de leur intime conviction d’être les bons qui ne discriminaient pas, hé bien que ces gens se taisent et ne nous la ramènent pas, car la solitude des familles, après l’horreur qu’ont vécu leurs proches, n’a jamais été prise en compte entièrement. Comment les autorités se sont-elles permises de leur répéter cette phrase stupide et immonde, toujours la même : « l’islam c’est pas ça. » Alors si c’est pas ça c’est quoi ? Ils vont nous l’expliquer en nous regardant dans les yeux cette fois ? Et vous allez en voir tout plein des journaleux qui vont tout à coup dire ce que d’autres disaient déjà il y a au moins dix ans. Ils me débectent.

    3. alauda

      Naïvement, oui… A Saint-Denis, en lycée professionnel en plus… La douche glaciale assurée, sauf pour vérifier, se faire confirmer, qu’un certain nombre n’aiment pas la France.

      Et puis quel est l’intérêt d’aller chercher une image du Pakistan ? On n’a pas assez de belles images de notre culture à leur mettre sous les yeux ? Les pieds dans le plat, tu parles !!! Absurde choix. Est-ce que tu aurais aussi choisi cette image pour un public d’enfants de militaires ? Rien de moins certain qu’ils l’auraient bien pris . Le débat aurait pu être chaud.

    4. alauda

      Avant de commencer par les sujets qui fâchent, on pourrait peut-être aborder la caricature par l’histoire du genre. Je vais ressortir incessamment sous peu mon Daumier : Professeurs et Moutards, en fac-similé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    702 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap